Snippets : Matchs du Divisional Round

Snippets

Les snippets reviennent cette saison. Vous retrouverez tous les matchs de la semaine qui seront ajoutés au fur et à mesure des résultats, donc n’hésitez pas à revenir consulter l’article.

Légende :

  • c = courses, r = réceptions, t = touches (courses+réceptions), y = yards.
  • kr = retours de kick, pr = retours de punt.
  • fbl = fumble perdu.
  • tck = plaquage, TFL = plaquage à perte.
  • sk = sack, QBH = QB Hit, prs = pressions (sacks + QB Hits).
  • FF = fumble forcé, FR = fumble recouvré, PD = passe défendue.

NB : Les snippets se basent sur les données d’ESPN (c).

 

Sommaire

 

Indianapolis Colts @ Kansas City Chiefs
Dallas Cowboys @ Los Angeles Rams
Los Angeles Chargers @ New England Patriots
Philadelphia Eagles @ New Orleans Saints

 

Indianapolis Colts 13 @ 31 Kansas City Chiefs

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Final
Indianapolis Colts 0 7 0 6 13
KANSAS CITY CHIEFS 14 10 0 7 31

QT Tps Éq. Type Action Score
1 10:05 KC TD Damien Williams, 10y run (PAT) 0-7
1 6:28 KC TD Tyreek Hill, 36y run (PAT) 0-14
2 12:13 KC FG Harrison Butker, 39y 0-17
2 5:56 IND TD Zach Pascal, 0y blocked punt return (PAT) 7-17
2 1:40 KC TD Patrick Mahomes, 4y run (PAT) 7-24
4 5:31 IND TD T.Y. Hilton, 29y catch (no PAT) 13-24
4 2:23 KC TD Darrel Williams, 6y run (PAT) 13-31

Non seulement Kansas City a enfin gagné à domicile en playoffs (première fois depuis la saison 1993-1994), mais Kansas City a enfin battu Indianapolis en playoffs (1-4). Et le match a été plié en une mi-temps pendant laquelle l’attaque des Chiefs a été à son niveau attendu, mais la défense a répondu présent comme rarement cette saison en forçant plusieurs 3&out de suite d’une attaque d’Indy méconnaissable, notamment sur 3e tentative (0/9).

Patrick Mahomes (27/41, 278y + 3c/8y/1TD) n’a pas lancé de TDs, mais il a largement fait le travail comme vous pouvez le voir ; ses meilleurs amis ont été Travis Kelce (7r/108y) et Tyreek Hill (9t/108y/1TD) – sans surprise, Sammy Watkins (6r/62y + 1fbl) faisait un bon match avant son fumble, mais la surprise a été la production de Damien Williams (30t/154y/1TD) qui a été inarrêtable, notamment au sol. Cela a permis d’avancer, de manger l’horloge (39:49) et de scorer. La défense des Colts, malgré l’intenable Kenny Moore II (12tcks + 2TFLs + 2sks + 2QBHs + 1PD), a mis 30 minutes à vraiment se réveiller, et à ce moment-là il était déjà trop tard.

En effet, les Colts ont fait un match nettement en-dessous : la protection a craqué bien plus souvent (3 sacks + 5 QB Hits) sous le travail notamment de Justin Houston (2tcks + 2TFLs + 2sks + 2QBHs + 1FR + 1PD), le jeu au sol termine avec des stats sympathiques (14c/87y) mais le score l’a fait sortir du match, Andrew Luck (19/36, 203y, 1TD + 1fbl) n’a jamais vraiment trouvé le rythme, les receveurs ont malheureusement ressorti les moufles, l’équipe a commis trop de pénalités (10 pénalités pour 70 yards), et pour couronner le tout il y a eu un non-match d’Adam Vinatieri (0/1 FG + 1/2 XP).

La marche était juste trop haute pour une équipe des Colts prometteuse, alors que les Chiefs attendent leur adversaire pour leur première finale AFC à domicile… mais ils vont devoir bosser sur les phases de punt.

 

Dallas Cowboys 22 @ 30 Los Angeles Rams

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Final
Dallas Cowboys 7 0 8 7 22
LOS ANGELES RAMS 3 17 3 7 30

QT Tps Éq. Type Action Score
1 9:44 LAR FG Greg Zuerlein, 25y 0-3
1 6:03 DAL TD Amari Cooper, 29y catch (PAT) 7-3
2 13:40 LAR FG Greg Zuerlein, 23y 7-6
2 7:00 LAR TD C.J. Anderson, 1y run (PAT) 7-13
2 3:27 LAR TD Todd Gurley II, 35y run (PAT) 7-20
3 10:03 LAR FG Greg Zuerlein, 44y 7-23
3 5:20 DAL TD Ezekiel Elliott, 1y run (2pt) 15-23
4 7:16 LAR TD C.J. Anderson, 1y run (PAT) 15-30
4 2:11 DAL TD Dak Prescott, 1y run (PAT) 22-30

Avant le match, on pensait que les Boys (22c/50y/2TD) avaient plus les armes pour faire mal au sol que les Rams (48c/273y/3TD)… vous voyez le résultat. La ligne offensive des locaux a été la star du match, ouvrant des brèches béantes pour le duo C.J. Anderson (23c/123y/2TD) – Todd Gurley II (16c/115y/1TD), et protégeant parfaitement Jared Goff (15/28, 186y) ; le QB, laissé tranquille tout le match (0 sack + 1 QB Hit), a pu trouver notamment Robert Woods (6r/69y) ou Brandin Cooks (4r/65y). Cette avancée inéluctable des californiens contre un front-7 pourtant intraitable au sol a logiquement et largement fait pencher la balance temporelle de leur côté (36:13).

À l’image de la défense critiquée des Chiefs, celle des Rams – qui avait des problèmes contre la course – a parfaitement répondu en contrant Ezekiel Elliott (22t/66y/1TD) au sol, notamment sur une 4e&1 cruciale vers la fin du match ; elle a également frustré de manière répétée les visiteurs sur 3e tentative (1/10). Si Dallas est parvenu à scorer, c’est parce qu’ils ont principalement avancé avant la 3e tentative via des gains réussis sur des passes de Dak Prescott (20/32, 266y, 1TD + 2c/3y/1TD) ; le QB a profité d’un gros match du rookie Michael Gallup (6r/119y) et de la présence d’Amari Cooper (6r/65y/1TD). Prometteur pour le futur, mais dans l’ensemble insuffisant vu la production en face.

Bref, à l’instar du premier Divisional Round, une équipe a fait un match complet, l’autre non, logiquement la première l’a emporté : les Rams attendent de savoir s’ils recevront ou se déplaceront pour la finale NFC, alors que les Cowboys viennent de perdre leur 6e Divisional Round et leur 8e match à l’extérieur en playoffs de suite.

 

Los Angeles Chargers 28 @ 41 New England Patriots

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Final
Los Angeles Chargers 7 0 7 14 28
NEW ENGLAND PATRIOTS 14 21 3 3 41

QT Tps Éq. Type Action Score
1 7:49 NE TD Sony Michel, 1y run (PAT) 0-7
1 4:56 LAC TD Keenan Allen, 43y catch (PAT) 7-7
1 1:35 NE TD Sony Michel, 14y run (PAT) 7-14
2 12:17 NE TD Phillip Dorsett, 15y catch (PAT) 7-21
2 6:04 NE TD Rex Burkhead, 6y run (PAT) 7-28
2 1:43 NE TD Sony Michel, 5y run (PAT) 7-35
3 6:31 NE FG Stephen Gostkowski, 28y 7-38
3 1:16 LAC TD Melvin Gordon, 1y run (PAT) 14-38
4 12:23 NE FG Stephen Gostkowski, 30y 14-41
4 7:38 LAC TD Virgil Green, 1y catch (2pt) 22-41
4 0:59 LAC TD Antonio Gates, 8y catch (no 2pt) 28-41

On avait pourtant prévenu les Chargers que leur défense bourrée en DBs risquait de ne pas marcher contre New England… combinez-la avec un système de zone vu, revu, relu et corrigé par les vétérans meneurs des Patriots, et vous avez un match qui n’a pas été un match : les Pats ont scoré un TD sur leurs 4 premiers drives, et quand ils ont punté Desmond King leur a redonné la balle sur un fumble, 5e TD juste derrière, merci bonsoir.

Tom Brady (34/44, 343y, 1TD), encore une fois parfaitement protégé, a gentiment accepté le cadeau, disséquant à volonté la couverture des visiteurs à coups de passes courtes (et quelques intermédiaires) ; ce n’est pas une surprise de voir que le coureur James White (15r/97y) a égalé un record NFL de réceptions sur un match de playoffs. Julian Edelman (10t/158y) s’est repu lui aussi, et Sony Michel (25t/138y/3TD) a été intraitable au sol face à une défense qui a totalement explosé, passant du temps sur le terrain (38:20).

Philip Rivers (25/51, 331y, 3TD, 1INT) a répondu la première fois… et rideau avant qu’il ne soit bien trop tard. La protection a souffert (2 sacks + 7 QB Hits) contre les blitz attendus des locaux, le jeu au sol a été absent (10c/19y/1TD) avant d’être inutile à cause du score… bref, un non-match.

8e finale AFC consécutive pour les Patriots qui vont retrouver les Chiefs pour la revanche de ce match fou de Week 6.

 

Philadelphia Eagles 14 @ 20 New Orleans Saints

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Final
Philadelphia Eagles 14 0 0 0 14
NEW ORLEANS SAINTS 0 10 7 3 20

QT Tps Éq. Type Action Score
1 10:41 PHI TD Jordan Matthews, 37y catch (PAT) 7-0
1 4:37 PHI TD Nick Foles, 1y run (PAT) 14-0
2 7:23 NO TD Keith Kirkwood, 2y catch (PAT) 14-7
2 0:06 NO FG Wil Lutz, 45y 14-10
3 1:40 NO TD Michael Thomas, 2y catch (PAT) 14-17
4 10:28 NO FG Wil Lutz, 39y 14-20

Un match qui a commencé et s’est terminé par une INT : la première a lancé le début parfait des Eagles qui ont rapidement mené 14-0 en 1e QT ; la deuxième a parachevé le 20-0 inscrit par les Saints qui leur permettent de recevoir la finale NFC la semaine prochaine face aux Rams. On a bien cru que ce dernier stop de la défense des Eagles et ce raté de Wil Lutz (2/3 FG + 2/2 XP) allaient permettre à nouveau à Saint Nick d’utiliser sa magie, mais cette fois, cela n’a pas eu lieu : sa dernière passe du match a été mal contrôlée par Alshon Jeffery (5r/63y) et a terminé dans les mains de Marshon Lattimore (4tcks + 2PDs + 2INTs).

C’était donc un match assez étrange que les Saints ont démarré comme s’ils étaient les seuls dispensés de Wild Card à ne pas s’être réveillés de suite ; ils ont notamment accumulé les pénalités (11 pénalités pour 84 yards). Les blessures ont ensuite frappé les deux équipes, mais surtout Philly, et Sean Payton a tenté de réveiller son équipe en 2e QT avec un fake punt sur 4e ; cela a marché, menant au premier TD de New Orleans. La défense des locaux a alors effectué des ajustements, et les visiteurs n’ont plus jamais trouvé la solution dans l’enfer du Superdome.

L’attaque des locaux s’est fait un peu peur avec un Drew Brees (28/38, 301y, 2TD, 1INT) qui a paru parfois fébrile sur certaines actions ; cela grâce notamment à une bonne pression de Philly (2 sacks + 5 QB Hits). L’offensive a par exemple commis plusieurs pénalités coûteuses, mais à chaque fois le QB a trouvé la solution longue distance, notamment sur 3e tentative (8/15) : c’est par exemple l’histoire de ce drive monstrueux de 18 actions, 92 yards et 11:29 qui permet à New Orleans de passer devant. Il a été ponctué par le TD d’un stratosphérique Michael Thomas (12r/171y/1TD) qui n’a pas pu être contenu cette fois ; Mark Ingram II (11t/62y) et Alvin Kamara (20t/106y) ont complété le travail.

Pour les visiteurs, Nick Foles (18/31, 201y, 1TD, 2INT) a été magique sur le premier drive, mais le jeu au sol n’a jamais démarré (16c/49y/1TD), la défense des Saints continuant d’honorer sa réputation dans le domaine. Il a ensuite essayé de trouver ses receveurs comme Jeffery ou Zach Ertz (5r/50y), et il a même rappelé que Jordan Matthews (1r/37y/1TD) était revenu à Philly sur une magnifique passe lobée. Mais l’attaque a été éteinte ensuite, notamment en 3e tentative (2/7) ; elle n’a même pas atteint 300 yards (250 yards totaux).

Au final, les gros bras ont tous été de sortie dans ce Divisional Round et ont rappelé que les upsets de Wild Card c’est bien gentil, mais il y a des #1 et #2 pour une bonne raison. C’est seulement la 4e fois depuis 2000 que nous aurons des affrontements #1 vs. #2 dans les deux finales (2002 – 2004 – 2015). Cela assure aussi que, pour la 6e année de suite, les deux participants du Super Bowl auront terminé #1 ou #2, et donc le champion aussi (Baltimore était #4 en 2012).