Snippets : Matchs du Divisional Round

Snippets

Les snippets reviennent cette saison. Vous retrouverez tous les matchs de la semaine qui seront ajoutés au fur et à mesure des résultats, donc n’hésitez pas à revenir consulter l’article.

Légende :

  • c = courses, r = réceptions, t = touches (courses+réceptions), y = yards.
  • kr = retours de kick, pr = retours de punt.
  • fbl = fumble perdu.
  • tck = plaquage, TFL = plaquage à perte.
  • sk = sack, QBH = QB Hit, prs = pressions (sacks + QB Hits).
  • FF = fumble forcé, FR = fumble recouvré, PD = passe défendue.

NB : Les snippets se basent sur les données d’ESPN (c).

 

Sommaire

 

Los Angeles Rams @ Green Bay Packers
Baltimore Ravens @ Buffalo Bills
Cleveland Browns @ Kansas City Chiefs
Tampa Bay Buccaneers @ New Orleans Saints

 

Los Angeles Rams 18 @ 32 Green Bay Packers

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Final
Los Angeles Rams 3 7 8 0 18
GREEN BAY PACKERS 3 16 6 7 32

QT Tps Éq. Type Action Score
1 8:39 GB FG Mason Crosby, 24y 0-3
1 4:36 LAR FG Matt Gay, 37y 3-3
2 11:37 GB TD Davante Adams, 1y catch (PAT) 3-10
2 3:29 GB TD Aaron Rodgers, 1y run (no 2pt) 3-16
2 0:29 LAR TD Van Jefferson, 4y catch (PAT) 10-16
2 0:00 GB FG Mason Crosby, 39y 10-19
3 12:10 GB TD Aaron Jones, 1y run (no 2pt) 10-25
3 1:41 LAR TD Cam Akers, 7y run (2pt) 18-25
4 6:52 GB TD Allen Lazard, 58y catch (PAT) 18-32

Les Packers ont commencé par patiemment prendre ce que la défense des Rams leur donnait, avant d’exploser pour deux big plays qui ont scellé le score du match… mais encore une fois, l’attaque des locaux a connu une période de ronflette en 3e QT avec notamment quelques imprécisions. Les stats d’Aaron Rodgers (23/36, 296y, 2TD + 4c/-3y/1TD) trahissent un peu ces quelques soucis au début du match et en 3e QT avec quelques passes mal ajustées et quelques drops ; et il ne faut oublier ce fumble qui aurait pu changer la donne mais qui a été récupéré.

Les Rams s’en voudront de ne pas avoir forcément capitalisé sur les quelques moments clés du match, mais au final le résultat est logique : L.A. a été trop tendre offensivement (244 yards totaux), trop mauvais sur 3e tentative (2/8), et malgré quelques moments chauds, le pass-rush n’est jamais arrivé à destination (0 sack + 1 QB Hit).

Cela a permis à Green Bay de mettre en place son attaque, même si elle a calé plus souvent que d’habitude en redzone (3/5) ; elle y est arrivée assez souvent pour créer un écart impossible à combler pour CES Rams-là qui ne sont plus bâtis pour des feux d’artifice offensifs. Les locaux ont scoré sur leurs 5 premiers drives, ont amassé des yards (484 yards totaux), converti des 3e tentatives (8/12) et ont avalé l’horloge (36:12).

Rodgers a réussi à trouver Davante Adams (9r/66y/1TD) mais aussi Allen Lazard (4r/96y/1TD) qui s’est racheté de son drop avec le TD « de la victoire », et surtout la protection a encore une fois parfaitement tenu ; Aaron Donald n’était clairement pas à 100% en face (d’où son utilisation limitée), et il a même fini par péter les plombs avec une pénalité. Le jeu au sol a été le parfait pendant (36c/188y/2TD), les Packers déployant enfin leur Hydre à trois têtes avec Aaron Jones (15t/113y/1TD), Jamaal Williams (12c/65y) et AJ Dillon (6c/27y).

Cependant, encore une fois, ce n’est pas comme si L.A. avait été aussi écrabouillé que les stats l’indiquent : par deux fois ils sont revenus à une possession. Cam Akers (19t/96y/1TD) a fait un bon match tout bien considéré, mais il a peut-être été sous-utilisé vu que le score n’a jamais été complètement hors d’atteinte non plus. Jared Goff (21/27, 174y, 1TD) a alterné le bon et le moins bon : le bon c’est quand Green Bay a décidé de limiter le rush à trois joueurs (quand est-ce que Mike Pettine va comprendre ?), et là il a pu aligner les passes vers Robert Woods (8r/48y), Josh Reynolds (3r/65y) ou Van Jefferson (6r/46y/1TD).

Le moins bon, c’est quand le pass-rush du Wisconsin a décidé de froncer le sourcil (4 sacks + 7 QB Hits), mené par Rashan Gary (3tcks + 1.5TFL + 1.5sk + 3QBHs) et Kenny Clark (3tcks + 1.5TFL + 1.5sk + 2QBHs). À croire que la défense des locaux en avait un peu marre d’entendre parler de la défense #1 en face.

Rodgers a enfin son souhait : les Packers vont jouer une finale NFC à domicile. Maintenant il faudra transformer l’essai contre un autre QB futur HOFer.

 

Baltimore Ravens 3 @ 17 Buffalo Bills

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Final
Baltimore Ravens 0 3 0 0 3
BUFFALO BILLS 3 0 14 0 17

QT Tps Éq. Type Action Score
1 2:57 BUF FG Tyler Bass, 28y 0-3
2 0:04 BAL FG Justin Tucker, 34y 3-3
3 9:29 BUF TD Stefon Diggs, 3y catch (PAT) 3-10
3 0:41 BUF TD Taron Johnson, 101y INT return (PAT) 3-17

Changement de ton drastique entre ce match et le précédent avec une 1e MT défensive en diable et plusieurs occasions manquées par chaque équipe spéciale : Justin Tucker (1/3 FG + 0/0 XP) et Tyler Bass (1/3 FG + 2/2 XP) ont échangé les FGs manqués dans un stade balayé par le vent. Dans cette situation, il n’est pas trop surprenant qu’un pick-6 soit l’action décisive du match car souvent ce sont les défenses qui débloquent ce genre de situation.

Les deux Coordinateurs Défensifs avaient décidé de sortir un peu de leur zone de confort pour ce match : Leslie Frazier a envoyé du blitz bien plus massivement que d’ordinaire (sachant que Buffalo ne renâcle pas à ça d’habitude), alors que Wink Martindale n’a pas blitzé autant (les Ravens mènent la ligue dans cette catégorie), privilégiant la couverture ; c’est cela qui a donné cette 1e MT étrange où personne n’a vraiment trouvé la solution.

La défense de Buffalo est celle qui a tenu le plus longtemps : elle a freiné le jeu au sol des visiteurs (32c/150y) et les blitz à répétition ont fini par forcer l’erreur de trop de Lamar Jackson (14/24, 162y, 1INT + 9c/34y) ; il faut dire que le QB n’a pas non plus été aidé par des mauvais snaps du Centre Patrick Mekari, le dernier l’envoyant directement en protocole commotion.

Ajoutez à cela le pass-rush (4 sacks + 7 QB Hits) et la défense des locaux a su serrer les dents même si les stats sont largement trompeuses quand on regarde les yards (340 yards totaux) et le temps de possession (35:33). Les Ravens n’ont réussi que deux vrais bons drives : le premier qui a fini en FG raté, et celui qui a fini en pick-6.

Cela n’a pas forcément été plus facile pour Josh Allen (23/37, 206y, 1TD), mais ce n’est pas étonnant car il a commencé à vraiment sentir le poids de l’absence d’un jeu au sol ; Devin Singletary (10t/37y) a été invisible. Stefon Diggs (8r/106y/1TD) a quand même réussi à sortir de sa boîte aux bons moments, avec l’ancien Raven John Brown (8r/62y) qui s’est rappelé au souvenir de Baltimore. Comme souvent dans ce genre de rencontres, Allen a surtout eu le talent de ne pas perdre le cuir.

Buffalo continue de faire tomber les séries : première finale de conférence depuis 1993.

 

Cleveland Browns 17 @ 22 Kansas City Chiefs

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Final
Cleveland Browns 3 0 7 7 17
KANSAS CITY CHIEFS 6 13 3 0 22

QT Tps Éq. Type Action Score
1 9:11 KC TD Patrick Mahomes, 1y run (no PAT) 0-6
1 2:41 CLE FG Cody Parkey, 46y 3-6
2 13:48 KC TD Travis Kelce, 20y catch (PAT) 3-13
2 3:09 KC FG Harrison Butker, 50y 3-16
2 0:02 KC FG Harrison Butker, 28y 3-19
3 9:29 CLE TD Jarvis Landry, 4y catch (PAT) 10-19
3 4:24 KC FG Harrison Butker, 33y 10-22
4 11:07 CLE TD Kareem Hunt, 3y run (PAT) 17-22

Sans pour autant insinuer que cela aurait totalement changé le résultat du match, il va bien falloir qu’un jour la NFL supprime cette stupide règles des fumbles à travers l’endzone qui deviennent des touchbacks ; et cela n’arrange rien quand ils sont causés par des chocs casque contre casque non pénalisés. Ce qui doit rassurer un peu les Browns, c’est que cela aurait pu les dévaster juste avant la mi-temps, avec en plus un FG rajouté par Kansas City entre-temps ; en fait, les anciens Browns auraient probablement lâché l’affaire. Mais même mené 19-3, Cleveland est revenu dans la partie, faisant trembler les champions en titre.

Bien entendu, pour ces derniers, tous les yeux sont tournés vers Patrick Mahomes (21/30, 255y, 1TD + 3c/14y/1TD) : le QB, apparemment déjà touché au pied, a subi une commotion en 3e QT. Chad Henne (6/8, 66y, 1INT + 2c/12y) est entré à sa place et il est passé de zéro qui lance une INT en endzone – redonnant la balle à Cleveland en 4e QT – à héros qui convertit presque une 3e&14 au sol, puis qui a la confiance d’Andy Reid pour convertir la 4e&1 et clore ainsi le suspense du match ; d’où l’utilité d’avoir un solide vétéran comme remplaçant.

La défense de Cleveland a serré la vis en 2e MT avec un Myles Garrett (2tcks + 1TFL + 1sk + 2QBHs) tour à tour présent et absent (blessé lui aussi), et une défense en redzone qui a su limiter les points (2/5). En l’absence de Clyde Edwards-Helaire, Darrel Williams (17t/94y) a été un bon substitut, alors que Tyreek Hill (11t/119y) et Travis Kelce (8r/109y/1TD) sont toujours redoutables quelque soit le QB qui leur lance la balle.

En face, Kevin Stefanski va longtemps se maudire de ces deux temps-morts perdus avant la séquence finale, mais Cleveland n’a pas à rougir. Nick Chubb (15t/73y) et Kareem Hunt (7t/34y/1TD) ont été majoritairement bien contenus par une défense active menée par Tyrann Mathieu (7tcks + 1TFL + 1PD + 1INT), et Baker Mayfield (23/37, 204y, 1TD, 1INT) a connu une 1e MT très compliquée avant de lâcher le bras en 2e pour mener le comeback.

Rashard Higgins (5r/88y + 1fbl) a été sa cible préférée et lui aussi va se maudire d’avoir tenté de plonger pour scorer (ce qu’en général on demande de ne PAS faire aux receveurs quand ils sont près de l’endzone), mais il aurait dû bénéficier au moins de la pénalité. Jarvis Landry (7r/20y/1TD) a été très bien surveillé – regardez cette misérable moyenne – et David Njoku (4r/59y) n’a pas été suffisamment présent.

Les Chiefs atteignent leur 3e finale de conférence consécutive à la maison ; c’est la première équipe d’AFC à réussir cela (eh non, même New England n’y est pas parvenu), et la deuxième équipe de NFL… après les Eagles de 2002-2004 coachés par… Andy Reid. Après New England et Tennessee, c’est Buffalo qui vient à Arrowhead.

 

Tampa Bay Buccaneers 30 @ 20 New Orleans Saints

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Final
TAMPA BAY BUCCANEERS 0 13 7 10 30
New Orleans Saints 6 7 7 0 20

QT Tps Éq. Type Action Score
1 11:30 NO FG Wil Lutz, 23y 0-3
1 4:39 NO FG Wil Lutz, 42y 0-6
2 12:57 TB FG Ryan Succop, 26y 3-6
2 11:16 TB TD Mike Evans, 3y catch (PAT) 10-6
2 8:08 NO TD Tre’Quan Smith, 56y catch (PAT) 10-13
2 0:00 TB FG Ryan Succop, 37y 13-13
3 9:43 NO TD Tre’Quan Smith, 16y catch (PAT) 13-20
3 2:22 TB TD Leonard Fournette, 6y catch (PAT) 20-20
4 9:52 TB FG Ryan Succop, 36y 23-20
4 4:57 TB TD Tom Brady, 1y run (PAT) 30-20

Le match a été serré pendant 3 QTs… jusqu’à ce que la défense des Bucs ne décide de prendre les choses en main, forçant 3 turnovers (sur les 4 de la rencontre) et redonnant la possession à son attaque suffisamment pour que celle-ci ferme la porte sur une énième déconvenue des Saints en playoffs. Les deux QBs ont souffert contre des défenses harassantes : Tom Brady (18/33, 199y, 2TD) et Drew Brees (19/34, 134y, 1TD, 3INT) sont loin de finir avec des stats mirobolantes, mais vous voyez de suite la différence ; cette fois, c’est Brees qui a subi la loi de la défense adverse et qui a rendu bien trop de possessions.

En effet malgré 50 points marqués, le match a été défensif ; on le voit dans les stats finales de New Orleans (294 yards totaux) et Tampa Bay (316 yards totaux). La différence a littéralement été le turnover differential catastrophique des visiteurs à -4, et même là les Bucs n’en ont pas complètement profité ; bien que cela ait été suffisant pour l’emporter.

Leonard Fournette (22t/107y/1TD) et Ronald Jones II (13t/62y) ont été très importants dans ce succès, offrant un pendant au sol à Brady et lui permettant de ne pas être autant exposé au pass-rush que lors des matchs de saison régulière. Malcolm Jenkins (11tcks + 3PDs) a été partout en défense, mais les pertes de balle ont mis trop de poids sur la défense.

Brees a donc fini par sombrer, victimisé par une arrière-garde collante et un Devin White (11tcks + 1TFL + 1PD + 1INT) monstrueux qui semble comme aimanté par le ballon. Le pass-rush n’est pas souvent arrivé à destination mais il a créé des problèmes au QB, collapsant la poche régulièrement sur lui et forçant des lancers soit imprécis, soit courts ; revoyez les stats de Brees, calculez la moyenne de yards par passe tentée dans votre tête… attention réponse… 3.9 ypa. TROIS POINT NEUF.

Un des deux TDs des Saints a été l’oeuvre de Jameis Winston (1/1, 56y, 1TD) – en remplacement de Taysom Hill blessé – sur la passe la plus longue exécutée par les locaux aujourd’hui, car Brees n’a plus le bras pour le faire. Michael Thomas finit avec la bulle, alors que Tre’Quan Smith (3r/85y/2TD) et Emmanuel Sanders (6r/48y) ont surnagé. Alvin Kamara (21t/105y) s’est bien battu… mais quand on rend 4 ballons, c’est impossible de l’emporter.

Tampa capitalise sur son coup de poker de l’intersaison et accède à sa première finale de conférence depuis 2002 (l’année de son seul Super Bowl) ; désormais c’est La Bataille des Baies II en finale NFC avec un duel entre futurs HOFers… dont l’un a besoin d’un succès un peu plus que l’autre.