Fiche SB : Super Bowl IX

 

Présentation

 

Match Pittsburgh Steelers 166 Minnesota Vikings
Date 12 Janvier 1975
Lieu Tulane Stadium, Houston, Texas
MVP Franco HARRIS, Running Back, Pittsburgh Steelers
Ligne Vegas Pittsburgh Steelers, +3
Arbitre Bernie ULMAN

 

Le champion AFC : Pittsburgh Steelers

 

Head Coach Chuck NOLL
Record 10-3-1 (1er AFC Central)
Playoffs Divisional Playoff : vs. Buffalo Bills, 32-14
Conference Championship : @ Oakland Raiders, 24-13

 

La première information dans la conférence AFC en cette saison 1974-1975, c’est que les Dolphins ne feront pas le triplé, sortis en Divisional Playoff au terme d’un match complètement fou par les Oakland Raiders, le fameux Sea Of Hands. La deuxième information, dont personne ne se doute encore à cet instant, c’est que les Raiders ont été vaincus en finale AFC par l’équipe qui va devenir la dynastie de la décennie : les Pittsburgh Steelers ; une franchise présente depuis 40 ans mais qui n’a jamais rien réussi de probant.

Cependant, depuis l’arrivée du Head Coach Chuck Noll en 1969, l’équipe est montée en puissance avec des drafts exceptionnelles ; elles ont non seulement permis de créer une attaque terrestre surpuissante avec le duo Rocky Bleier – Franco Harris, mais également une défense de fer surnommée le Steel Curtain. « Mean Joe » Greene, L.C. Greenwood, Jack Lambert, Jack Ham, Mel Blount ou Mike Wagner sont autant de joueurs qui arrivent à maturité au meilleur moment pour faire trembler n’importe quelle attaque de la NFL ; le Steel Curtain a été la meilleure défense en yards encaissés pendant la saison.

Titulaires :

  • Quarterback : Terry BRADSHAW.
  • Coureurs : Rocky BLEIER, Franco HARRIS.
  • Receveurs : Frank LEWIS, Ronnie SHANKLIN.
  • Tight End : Larry BROWN.
  • Centre : Ray MANSFIELD.
  • Guards : Jim CLACK, Gerry MULLINS.
  • Offensive Tackles : Jon KOLB, Gordon GRAVELLE.
  • Defensive Tackles : Joe GREENE, Ernie HOLMES.
  • Defensive Ends : L.C. GREENWOOD, Dwight WHITE.
  • Middle Linebacker : Jack LAMBERT.
  • Outside Linebackers : Jack HAM, Andy RUSSELL.
  • Cornerbacks : J.T. THOMAS, Mel BLOUNT.
  • Safeties : Mike WAGNER, Glen EDWARDS.
  • Kicker : Roy GERELA.
  • Punter : Bobby WALDEN.

 

Le champion NFC : Minnesota Vikings

 

Head Coach Bud GRANT
Record 10-4 (1er NFC Central)
Playoffs Divisional Playoff : vs. Saint-Louis Cardinals, 30-14
Conference Championship : vs. Los Angeles Rams, 14-10

 

Si l’émergence des Steelers est une petite surprise au sein de l’AFC, on ne peut pas dire que le paysage ait autant changé en NFC : personne ne parvient à casser l’hégémonie des Minnesota Vikings qui se qualifient pour leur troisième Super Bowl en sept ans, et le deuxième consécutif. L’équipe évolue toujours grâce à la même attaque alliant l’improvisation de Fran Tarkenton et la puissance de Chuck Foreman, ainsi qu’une défense redoutable menée par les Purple People EatersDoug Sutherland a remplacé Gary Larsen.

Avec cette troisième qualification pour la grande finale, Minnesota a déjà égalé un record qui est tout à fait honorable (rejoignant Miami) ; mais l’équipe possède également celui du nombre de défaites (deux) et compte bien ne pas augmenter son avance dans ce registre peu reluisant. Marquer en première mi-temps serait déjà une bonne chose car les Vikings n’en ont pas été capables lors des Super Bowls IV et VIII.

Titulaires :

  • Quarterback : Fran TARKENTON.
  • Coureurs : Dave OSBORN, Chuck FOREMAN.
  • Receveurs : John GILLIAM, Jim LASH.
  • Tight End : Stu VOIGT.
  • Centre : Mick TINGELHOFF.
  • Guards : Andy MAURER, Ed WHITE.
  • Offensive Tackles : Charlie GOODRUM, Ron YARY.
  • Defensive Tackles : Doug SUTHERLAND, Alan PAGE.
  • Defensive Ends : Carl ELLER, Jim MARSHALL.
  • Middle Linebacker : Jeff SIEMON.
  • Outside Linebackers : Roy WINSTON, Wally HILGENBERG.
  • Cornerbacks : Jackie WALLACE, Nate WRIGHT.
  • Safeties : Jeff WRIGHT, Paul KRAUSE.
  • Kicker : Fred COX.
  • Punter : Mike EISCHEID.

 

1er Quart-Temps
Pittsburgh 0 – Minnesota 0

 

Fred Cox des Vikings donne le coup d’envoi qui est bien remonté par Preston Pearson des Steelers jusqu’aux 37 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 14:52, balle sur PIT 37

 

Dans un duel qui promet d’être très défensif, ce sont les Vikings qui démontrent les premiers leurs aptitudes : après une première course de Rocky Bleier qui gagne 3 yards, Franco Harris est plaqué à perte par le Linebacker Roy Winston, puis le Quarterback Terry Bradshaw est déséquilibré par Alan Page et sacké par le Defensive End Bob Lurtsema. C’est un rapide 3&out et le premier punt du match.

 

Drive de Minnesota : 13:03, balle sur MIN 18

 

Comme à son habitude, Fran Tarkenton démarre par un déplacement pour échapper à la pression, et il trouve son receveur John Gilliam pour un bon gain de 16 yards. Il lance au-dessus de son Tight End Stu Voigt, puis Dan Osborn est rapidement stoppé pour un gain quasi-nul. Le Quarterback retente la même stratégie que la première action, mais cette fois Gilliam ne peut contrôler la balle car le Cornerback J.T. Thomas le percute violemment en même temps. Minnesota doit punter.

 

Drive de Pittsburgh : 11:52, balle sur PIT 42

 

Le deuxième drive des champions AFC démarre mal avec une pénalité de 5 yards suite à un faux départ du Right Guard Gerry Mullins. Il se rachète de suite en faisant un block décisif sur le Defensive Tackle Doug Sutherland pour ouvrir la voie à Bleier qui gagne 18 yards. Harris rajoute 4 yards, mais sur l’action suivante la ligne offensive est de nouveau pénalisée pour un clipping (un block dangereux dans les genoux).

Cette fois l’attaque doit reculer de 15 yards. Bradshaw trouve son receveur Frank Lewis pour 12 yards, ce qui donne une 3e&9 un peu plus facile à convertir. Mais, de nouveau, la pression arrive des ailes : le Quarterback est sacké par Page et Lurtsema, le duo annihilant un deuxième drive consécutif. Nouveau punt.

 

Drive de Minnesota : 9:17, balle sur MIN 14

 

Repartant déjà en mauvaise position, Minnesota doit en plus reculer sur la première action de son drive quand le Linebacker Jack Ham plaque Foreman pour une perte de 2 yards. La petite passe suivante pour Osborn récupère à peine plus, 4 yards, car il est immédiatement stoppé par Ham et Jack Lambert. Tarkenton est obligé de tenter une passe, mais le Defensive End L.C. Greenwood transperce la protection et dévie la passe, forçant un 3&out et un punt.

Pour ne rien arranger, sur le dégagement, les Vikings sont pénalisés pour clipping ; ils doivent donc reculer encore un peu plus et retenter le punt. Si aucun point n’est encore marqué, les Steelers sont clairement en train de prendre l’avantage au jeu de gagne-terrain car ils ont de meilleures positions de départ.

 

Drive de Pittsburgh : 7:21, balle sur MIN 44

 

La preuve, ils commencent leur drive suivant dans la moitié de terrain adverse… mais cela ne veut pas dire qu’ils en font quelque chose pour autant. Bradshaw n’est pas aidé par Frank Lewis qui laisse tomber une passe toute cuite, après quoi Harris gagne 3 yards sur une course. En 3e tentative, le Quarterback se connecte avec son Tight End, Larry Brown, pour 15 yards.

Le duo Harris-Bleier gagne 6 yards sur les deux courses suivantes, mais la pression arrive vite sur Bradshaw qui lance une passe imprécise vers Lewis en 3e tentative. Pittsburgh est à distance de Field Goal, malheureusement, Roy Gerela manque sa tentative de 37 yards à gauche des poteaux.

 

Drive de Minnesota : 4:32, balle sur MIN 20

 

Il a fallu un Field Goal raté pour que les Vikings aient leur meilleure position de départ du match… sur leurs propres 20 yards. Malheureusement pour eux, l’attaque est totalement bloquée en première face au terrible Steel Curtain : Foreman ne gagne qu’un seul yard sur une magnifique pénétration du Linebacker Andy Russell, puis le pass-rush des Steelers force Tarkenton à envoyer une passe imprécise ; pire, les Vikings sont pénalisés pour mouvement illégal.

Et même quand le Quarterback a du temps pour lancer et trouve Gilliam le long de la touche, ce dernier n’arrive pas à poser les deux pieds dans le terrain, invalidant la réception. C’est un nouveau 3&out pour les champions NFC qui ne trouvent pas la clé de la défense hermétique adverse.

 

Drive de Pittsburgh : 3:37, balle sur PIT 48

 

Pittsburgh repart à l’attaque au milieu du terrain, et profite des erreurs mentales de Minnesota : alors que la défense a bien stoppé une end around, elle est pénalisée pour un hors-jeu. Sur l’action suivante, Franco Harris trouve une belle brèche sur la droite pour 14 yards, avant que Terry Bradshaw ne fasse une belle feinte de remise à Harris pour finalement y aller lui-même, engrangeant 11 yards de plus.

Cependant, les Purple People Eaters se rebiffent à l’intérieur de leurs 20 yards, et bloquent deux courses. Bradshaw tente de trouver Lewis tout près de l’en-but, mais le Cornerback Jackie Wallace dévie la passe. De nouveau, les Steelers ont su avancer mais ont fini par caler et doivent tenter un Field Goal ; de nouveau, c’est un raté : le Punter Bobby Walden, qui doit tenir la balle pour Gerela, n’arrive pas à la contrôler et il est plaqué immédiatement.

 

Drive de Minnesota : 0:32, balle sur MIN 23

 

Dave Osborn a juste le temps d’être stoppé pour un gain nul par Dwight White que le premier quart-temps se termine sur ce score nul et vierge ; les deux défenses ont répondu présent, mais Pittsburgh a l’avantage et devrait au moins mener 6-0.

 

2e Quart-Temps
Pittsburgh 0 – Minnesota 0

 

Dans son style traditionnel, Tarkenton démarre le deuxième quart-temps par un déplacement puis une passe précise pour Chuck Foreman qui gagne 12 yards. Sa deuxième tentative est néanmoins déviée par Greenwood et presque interceptée. Le coureur Osborn est ensuite immédiatement plaqué par le Defensive Tackle Ernie Holmes, prouvant bien que la ligne défensive est en train de prendre complètement le pas sur la protection.

Ce n’est jamais aussi visible que sur l’action suivante : Tarkenton recule à n’en plus finir pour esquiver trois Steelers qui lui foncent dessus ; s’il ne termine pas comme Bob Griese lors du Super Bowl VI avec un sack de 29 yards, il lance une passe vers Gilliam qui est toute proche d’être interceptée par Andy Russell. Minnesota doit encore une fois se dégager.

 

Drive de Pittsburgh : 13:36, balle sur PIT 15

 

Harris démarre par une course sur la droite qui gagne 5 yards, puis Bradshaw décide de lancer sa première bombe du match en cherchant le receveur John Stallworth ; elle est un peu trop longue. Sur l’action suivante, il trouve un autre receveur, Lynn Swann, pour 16 yards, mais ce dernier est coupable d’une interférence de passe offensive sur le Cornerback Nate Wright. Cela repousse les Steelers en 3e&15 sur leurs propres 10 yards.

Ne voulant pas prendre de risques, Chuck Noll appelle une course de Rocky Bleier : la bonne nouvelle, c’est que cela surprend la défense et peut aller jusqu’au first down ; la mauvaise, c’est que le Safety Jeff Wright déloge le ballon et que Randy Poltl le récupère pour Minnesota.

 

Drive de Minnesota : 13:10, balle sur PIT 24

 

Voici le tournant qu’attendaient les Vikings pour renverser la position sur le terrain. Osborn gagne 2 yards difficiles contre le Steel Curtain, après quoi Tarkenton doit encore composer avec un pass-rush menaçant ; il tente deux passes ratées vers Foreman : le coureur laisse tomber la première et la deuxième est bien trop haute. Minnesota doit donc se résigner à taper un Field Goal malgré cette belle situation, mais les Kickers sont définitivement maudits : Fred Cox manque de 39 yards à gauche des poteaux, et le score reste à 0-0.

 

Drive de Pittsburgh : 12:09, balle sur PIT 22

 

Les champions AFC l’ont échappé belle, et repartent par le sol. Cela ne donne pas de résultats probants, donc Bradshaw passe par les airs en 3e tentative et, malgré la pression de Lurtsema, il trouve Stallworth pour un gain de 22 yards. Bleier gagne 6 yards sur l’action suivante, mais la défense de Minnesota remet les barbelés ; deux courses ne permettent pas d’offrir de first down, avec un magnifique effort des Linebackers Jeff Siemon et Roy Winston qui stoppent Bleier pour un gain nul en 3e tentative. Les Steelers puntent à leur tour, et les équipes spéciales font un remarquable travail pour bloquer les Vikings à 7 yards de leur en-but.

 

Drive de Minnesota : 7:56, balle sur MIN 7

 

Cela replonge les Vikings du côté des perdants de cette lutte de la position sur le terrain, même si les Steelers n’en ont jamais profité. Justement, cette fois, ils vont y parvenir : après une course de 3 yards de Chuck Foreman, la pression du Steel Curtain est telle que Tarkenton rate la transmission de la balle à Osborn ; le ballon frappe la jambe de L.C. Greenwood et roule dans l’en-but.

http://www.beyondthegameplan.com/uploads/1/7/1/3/1713253/sb9e_orig.jpgLe Quarterback plonge dessus et Dwight White le touche ; c’est un plaquage défensif dans l’en-but, soit un safety pour Pittsburgh. Il va sans dire que c’est le premier safety de l’histoire du Super Bowl.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 2 2
Minnesota Vikings 0 0 0

 

Comble de malheur pour les Vikings, non seulement viennent-ils d’encaisser les premiers points du match, mais la règle stipule qu’ils doivent rendre la balle à l’attaque des Steelers par un safety punt ; ces derniers remontent le cuir jusqu’à leurs 35 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 7:01, balle sur PIT 35

 

Pittsburgh avance de 7 yards grâce à une petite passe pour Bleier et une course de Harris, mais une screen pass pour Stallworth est parfaitement lue par Jackie Wallace qui plaque le receveur pour une perte de 6 yards. Finalement, le safety n’aura coûté que deux points à Minnesota.

 

Drive de Minnesota : 5:16, balle sur MIN 20

 

L’ouverture du score par la défense des Steelers semble sortir l’attaque des Vikings de sa torpeur : tout n’est pas parfait, mais Tarkenton et Foreman montent le premier drive un peu soutenu des champions NFC dans le match, bien lancé par une pénalité pour interférence de passe défensive du Cornerback Mel Blount. Le Quarterback fait sa spéciale : déplacement sur le côté puis passe à Foreman pour 10 yards ; c’est à peu près la seule tactique qui fonctionne depuis le début du match. Le coureur gagne le first down par une petite course, puis, trois actions plus tard, il est de nouveau la cible de Tarkenton ; il jongle la balle par deux fois avant de l’attraper pour un gain de 17 yards.

Trois actions de plus apportent un nouveau first down grâce à Foreman (course), Voigt (réception) et Osborn (réception), ce qui permet à Minnesota d’être en 1e&10 sur les 25 yards de Pittsburgh. Enfin laissé tranquille par le pass-rush, Tarkenton voit Gilliam courir vers le centre du terrain avec un temps d’avance sur J.T. Thomas ; la passe est bonne, mais le receveur doit sauter pour l’attraper, ce qui le laisse vulnérable au choc monstrueux délivré par le Safety Glen Edwards. Sous l’impact, le ballon part en cloche et retombe dans les bras de Blount qui met fin aux espoirs de points de Minnesota.

 

Drive de Pittsburgh : 1:05, balle sur PIT 10

 

Malgré une belle course de 25 yards de Franco Harris et un scramble de 17 yards de Terry Bradshaw, les Steelers partent de trop loin pour réussir quoi que ce soit avant que la mi-temps ne soit sifflée.

Dans un match ultra-défensif, la marque pourrait cependant être bien plus élevée sans diverses erreurs ; en tout cas, il est extrêmement rare de voir un match arriver à la pause sur le score de 2-0. Et s’il est vrai que cela continue la malédiction des Vikings qui n’ont toujours pas marqué un seul point dans les premières mi-temps de leurs Super Bowls, au moins l’écart n’est pas aussi rédhibitoire que dans les deux précédents (0-16 au SB IV et 0-17 au SB VIII).

 

3e Quart-Temps
Pittsburgh 2 – Minnesota 0

 

Dans un match aussi bizarre avec un score aussi bizarre, la deuxième mi-temps démarre également de manière bizarre : Roy Gerela glisse lors du coup d’envoi, envoyant un ballon involontairement rasant. Cela perturbe le retourneur de Minnesota, Bill Brown, qui fumble la balle ; elle est récupérée par Marv Kellum de Pittsburgh, ce qui continue de faire penser que les Vikings sont vraiment maudits au Super Bowl.

 

Drive de Pittsburgh : 14:49, balle sur PIT 30

 

Les Steelers n’hésitent pas une seconde pour profiter de cette aubaine : après une course pour rien de Bleier, Harris voit la brèche s’ouvrir devant lui, notamment grâce à un beau block du Centre Ray Mansfield qui élimine Jeff Siemon. Le coureur repousse le Safety Paul Krause alors que Stallworth bloque Jackie Wallace, permettant à Harris de gagner 27 yards. Wally Hilgenberg plaque ensuite Harris pour une perte de 3 yards, mais le Linebacker ne peut rien sur l’action suivante : le Guard Mullins le bloque sur les extérieurs, permettant à Harris de contourner la défense et de scorer un touchdown de 9 yards.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 2 7 9
Minnesota Vikings 0 0 0 0

 

Pittsburgh remet la balle en jeu, et Minnesota remonte jusqu’à ses 28 yards.

 

Drive de Minnesota : 13:15, balle sur MIN 28

 

Les Vikings tentent de se relancer après ce coup du sort, mais l’attaque ne gagne que 9 yards en trois actions, manquant le first down de peu. Ils doivent donc se dégager.

 

Drive de Pittsburgh : 11:16, balle sur PIT 27

 

Pittsburgh repart derrière son attaque au sol, une bonne décision puisque Harris gagne un first down à lui tout seul avec 13 yards en deux courses (et un fumble qui ne compte pas car il était déjà considéré down). Bradshaw trouve Stallworth sur une passe rapide à gauche pour 8 yards, après quoi Harris gagne un nouveau first down sur une course de 4 yards.

http://ihavenet.com/images/super-bowl-IX-MVP-Franco-Harris.jpgLe Quarterback échappe à un sack de Hilgenberg pour gagner 5 yards, puis il garde la balle pour gagner un yard de plus. Bleier pense avoir un peu d’espace en 3e tentative mais il est de suite plaqué par Carl Eller pour un gain nul, ce qui force un punt des Steelers.

 

Drive de Minnesota : 6:49, balle sur MIN 20

 

Foreman est à deux doigts de fumbler sur un plaquage à perte d’Andy Russell, mais Minnesota conserve la possession. L’action suivante prouve bien quel genre de match ce Super Bowl est pour Minnesota : Tarkenton, comme à son habitude, se déplace sur sa droite pour se donner un peu d’air, mais sa passe est déviée par Greenwood… droit dans les mains du Quarterback. Il récupère le cuir, replace ses appuis et trouve John Gilliam de l’autre côté du terrain pour 41 yards. En résumé : non seulement la meilleure action offensive des Vikings vient sur un coup de flipper totalement improbable, mais surtout elle est illégale car il ne peut y avoir deux passes vers l’avant dans la même action. Le gain est donc annulé.

Il faut s’en remettre encore à Foreman qui répond par une course de 12 yards au centre offrant un first down. Après deux échecs de Dave Osborn au sol, Tarkenton trouve Stu Voigt juste devant Glen Edwards pour un beau gain de 28 yards qui redonne de la confiance aux champions NFC. Mais cela ne va pas durer, car Foreman est stoppé pour une perte de 2 yards sur l’action suivante, et le Steel Curtain referme à nouveau ses mâchoires sur Tarkenton : un énième déplacement du Quarterback pour éviter la pression est suivi par Greenwood qui dévie sa passe dans les bras du Defensive Tackle « Mean Joe » Greene.

 

Drive de Pittsburgh : 2:31, balle sur PIT 40

 

La défense des Vikings pense avoir enfin rendu la pareille quand Siemon intercepte Bradshaw sur une très mauvaise décision, mais il est clair que Eller était parti trop tôt, annulant l’action. Au moins, Minnesota parvient à stopper l’avancée de Pittsburgh alors que le troisième quart-temps touche à sa fin, mais la balance des détails semble définitivement pencher du côté des Steelers.

 

4e Quart-Temps
Pittsburgh 9 – Minnesota 0

 

Bradshaw manque sa passe vers Larry Brown en 3e tentative, ce qui pousse Pittsburgh à punter à l’orée de la dernière période.

 

Drive de Minnesota : 14:40, balle sur MIN 24

 

Tarkenton semble ne voir que Foreman sur le terrain sur le drive suivant (et on ne peut pas lui en vouloir vu le match) : passe de 5 yards, course pour un gain nul sur la gauche, et enfin passe manquée car déviée par Glen Edwards. C’est un 3&out trop rapide pour les Vikings qui doivent se demander s’ils vont être la première équipe à finir un Super Bowl à zéro point.

 

Drive de Pittsburgh : 13:05, balle sur PIT 46

 

Encore une fois, c’est la défense des champions NFC qui va remotiver l’attaque : sur la première action du drive, c’est au tour de Bradshaw et de Harris de ne pas sécuriser la transmission ; la balle roule au sol et Krause plonge dessus, redonnant immédiatement la possession à son escouade offensive.

 

Drive de Minnesota : 12:59, balle sur PIT 47

 

La fortune semble enfin sourire à Minnesota : une bombe de Tarkenton pour Gilliam entraîne une pénalité de 42 yards pour interférence de passe défensive de Mike Wagner sur le receveur. Cela place la balle à 5 petits yards de l’en-but des Steelers, une situation qui pourrait tout changer dans la rencontre. Mais on ne défie pas impunément le Steel Curtain : Foreman tente de pénétrer au centre de la ligne et se fait arracher la balle qui est récupérée par Joe Greene ; un nouveau « miracle » perpétré par une des meilleures défenses de NFL.

 

Drive de Pittsburgh : 12:44, balle sur PIT 7

 

Cependant, le match a prouvé que l’escouade défensive d’en face n’était pas mal non plus : malgré une première course de Harris qui gagne 8 yards, elle stoppe le coureur par deux fois pour des gains nuls grâce à de beaux plaquages de Siemon et Page. Cela force les Steelers à se dégager, et pour une fois les choses tournent enfin en faveur des Vikings : Matt Blair perce la protection et vient bloquer le punt de Bobby Walden ; la balle rebondit dans l’en-but et Terry Brown la récupère pour un touchdown.

Il fallait bien cela pour que Minnesota score dans cette partie ; cependant, pour bien montrer que rien n’est simple, ils manquent la transformation qui heurte le poteau gauche.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 2 7 0 9
Minnesota Vikings 0 0 0 6 6

 

Minnesota botte le réengagement, et Pittsburgh remonte jusqu’à ses 34 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 9:54, balle sur PIT 34

 

Dans ce match pour le moins curieux, les Steelers ont majoritairement dominé mais les Vikings sont revenus à un petit Field Goal ; les champions AFC doivent creuser l’écart. Harris est bien stoppé par Siemon sur la première action, mais il trouve de l’espace pour 8 yards ensuite. Arrive alors un tournant : Bradshaw utilise sa bonne protection afin de trouver Larry Brown pour 30 yards ; les Vikings pensent avoir réussi un miracle de leur cru en arrachant la balle mais les arbitres se concertent et déclarent que Brown était down avant de perdre la possession.

Malgré une pénalité de 5 yards pour mouvement illégal, Bleier l’efface avec un gain de 17 yards contre une défense de Minnesota qui semble accuser le coup du fumble non accordé. Bradshaw alterne les courses et les passes pour continuer de remonter le terrain, et il termine le travail avec la spéciale de Tarkenton : il se déplace sur sa droite pour échapper à la pression, s’arrête et trouve Larry Brown dans l’en-but pour un touchdown de 4 yards. Un long drive de 12 actions, 66 yards et 5:57 qui a non seulement drainé l’énergie des Vikings, mais également le chronomètre.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 2 7 7 16
Minnesota Vikings 0 0 0 6 6

 

Les Steelers remettent la balle en jeu et les Vikings remontent jusqu’à leurs 39 yards, le temps jouant contre eux.

 

Drive de Minnesota : 3:20, balle sur MIN 39

 

Le suspense ne va pas durer plus longtemps : sur la première action du drive, Tarkenton essaie de gagner du terrain le plus vite possible, mais sa bombe vers Gilliam est interceptée par Mike Wagner qui remonte jusqu’aux 41 yards de Minnesota ; cela scelle très probablement le sort du match.

 

Drive de Pittsburgh : 3:07, balle sur MIN 41

 

Les Steelers font tourner l’horloge en utilisant leur jeu au sol qui parvient à gagner 24 yards en quatre actions grâce à Harris et Bleier. Bien que la défense parvienne à forcer des pertes sur les trois courses suivantes (dont une 4e tentative que Pittsburgh joue), il ne reste déjà plus que 37 secondes.

 

Drive de Minnesota : 0:37, balle sur MIN 23

 

Tarkenton ne peut réaliser de miracle dans une telle situation, et les Vikings sont obligés de s’incliner pour la troisième fois dans l’histoire du Super Bowl, un record de l’époque.

Les Steelers, souvent raillés depuis leur naissance en 1936 pour leur indigence, gagnent le titre pour la première fois de leur histoire.

 

Boxscore finale

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
PITTSBURGH STEELERS 0 2 7 7 16
Minnesota Vikings 0 0 0 6 6

QT Tps Éq. Type Action Score
2 7:11 PIT SAF Fran Tarkenton sacked in end zone 20
3 13:25 PIT TD Franco Harris, 9y run (PAT) 90
4 10:33 MIN TD Terry Brown, blocked punt recovery (no PAT)
96
4 3:31 PIT TD Larry Brown, 4y catch (PAT) 166

 

C’est la fin d’un match très défensif, même si le total de 22 points n’égale pas le « record » du Super Bowl VII entre Miami et Washington (21) ; c’est tout de même le quatrième de suite où le perdant ne dépasse pas 10 points (un record qui ne sera probablement jamais battu). Encore une fois, non seulement les Vikings perdent, mais ils n’ont pas marqué un seul point en première mi-temps ; ils auront quelques mots à l’attention des arbitres suite aux deux fumbles des Steelers annulés, mais la vérité, c’est qu’ils établissent un triste record du Super Bowl avec seulement 119 yards gagnés en attaque.

Lors du dernier drive pour faire tourner le chronomètre, Franco Harris a dépassé les deux marques de Larry Csonka lors du Super Bowl VIII : il termine avec 34 courses pour 158 yards, établissant deux records de la grande finale ; il est voté meilleur joueur.