Patriots at Jets (Tchoupi)

xXx Fighters



Pour ce qui ne connaissent pas les X fighters, c’est des compétitions de sport extreme: ski, moto cross, snow etc.. Les X fighters sont assez particuliers puisqu’ils sont organisés sous forme d’une compétition à élimination direct, les concurrents étant noté par des juges. Vous me demanderez quel est le rapport entre les X fighters et Patriots-Jets.. Et bien il y a deux raisons: tout d’abord, xXx fighters pour me rappeler le 45-3 de l’année dernière. Mais aussi car j’ai décidé de vous proposez une analyse X fighters style en jugeant les performances des deux équipes sur un thème et en donnant un “casque” à l’équipe la plus performante dans ce thème de jeu. Bien sur, il n’y a aucun intéret à donner un casque dans notre cas, je donnerai donc un “fuck” (dédicace à big sexy rexy) à l’équipe la MOINS performante au sujet du thème.


N’ayant pas les moyens et la notoriété d’être sponsorisé par Red Bull, mon sponsor n’est rien d’autre que Ochocinco’s ! ! !





Commençons:


Passing Game: le Fuck revient au New York Jets. Malgré un match plutot bon de Mark Sanchez, ce dernier à semblé trop fragile fasse à la plus mauvaise défense contre la passe de la NFL. Plusieurs passes imprécises dont 2 en redzone à l’intention de Plaxico Burress, Sachez lançant à contre courant à son WR. Sanchez lancera quand même pour une fiche de 20/39 1TD et 2 INT. On ne peut mettre les deux interceptions étant pas à mettre sur le compte du mexicain mais plus sur celle de Shonn Greene et de Rob Ninkovich. Au niveau des WRs, on s’aperçoit que sanchez privilégie beaucoup plus Burress dans la Redzone que Santonio Holmes qui est pourtant très efficace dans cette partie du terrain(3 passes à destination de Burress dont 1TD contre pour Holmes). Au contraire Holmes est plus utilisé dans le Field. Keller et Tomlison n’ont eu aucun impact sur le jeu aérien et n’aideront en rien Sanchez à s’en sortir. Mais il y a pire: Shonn Green. Le RB va tout d’abord dropper une passe qui rebondira sur un défenseur avant d’être récupéré par Ninkovich. Puis deuxième interception de Sanchez, le ballon étant à destination de… Green, mais cette fois ci il est difficile de mettre la faute sur Sanchez ou Green tellement la performance de Ninkovich est assez phénoménale.

Coté Patriots, le jeu de passe a marché comme sur des roulettes contrairement à ce que pouvez l’annoncé plutot dans la semaine antonio Cromartie. Le soucis principal était les WRs. Face à un des meilleurs duo de la NFL (Revis/Cromartie), la soirée pour les WRs taille S s’annonçait difficile. Et bien il suffisait de faire jouer Aaron hernandez et surtout Rob Gronkowski au poste de WR. Lorsque Revis et Cromartie couvraient Welker ou Branch ces derniers réussissait très peu à se démarquer et à catcher. Mais la donne était complètement différente lorsque Hernandez et Gronkowski était en WR. Avec un jeu beaucoup plus physique les deux TEs se sont beaucoup plus facilement démarquer afin de catcher (ils ont catchés 12 ballons pour 155 yards). ça aura été la clé de ce match puisque en End zone Gronkowski se retrouvera trois fois face à de simple et DB et il les surpassera complètement, deux TD seront validés et un annulé.

La OL a fait du très bon boulot n’allouant aucun sack à la défense des Jets, même si le safety aurait du se faire sur un sack. Mais il faut surtout noter la mobilité de Tom Brady qui sur pas mal d’action esquivera plusieurs DL afin de lancer correctement, il ira jusqu’à nous faire une E.Manning en esquivant 5 plaquages dans sa poche pour ensuite lancer un TD à Gronkowski (Le TD sera annulé).


Rushing game: Le fuck revient aux Patriots. Même si le jeu de course n’a vraiment pas eu un impact important dans la partie, on notera quand même la faible performance de Green Ellis qui ne gagnera que 8 yards. BGE sera ensuite remplacer à tour de rôle par Ridley (4 yards) et Faulk (8 yards). C’est finalement Woodhead qui tirera son épingle du running game des Pats puisqu’il réussira à gagner 38 yards en 7 portées.

LE running game des Jets sera plus performant mais comme dit plus haut, il n’aura pas un gros impact sur la partie puisque la moyenne par portée sera de 4.4 yards.


Défense: Le fuck revient aux Jets. Autant la défense contre la course a bien fonctionné, autant celle contre la passe a été submergée. Revis s’est fait surpasser lorsqu’il s’est retrouvé face à Ochocinco ou Gronkowski.

Eric Smith sembla lui aussi un peu faible, provoquant un flag et une erreur de couverture qui engendrera un big play. Mais la défense n’a pas été mauvaise, juste moins forte que l’attaque.

Le pass rush des Jets a été complètement inefficace contrairement au match de play off de la saison dernière, laissant à Brady le temps de lire la défense et d’ajuster ses cibles.

Pour les Patriots c’est peut être le meilleur match de la défense depuis le début de la saison. Un pass rush très très efficace qui amènera 5 sacks dont 4.5 d’André Carter. Mais plus que des sacks, le pass rush a surtout mit une grosse pression sur Sanchez qui avait du fait moins de temps pour lancer et donc il fera des lancers moins précis.

En plus du pass rush la secondary a bien tenu la baraque. Kyle Arrington est clairement l’homme de la saison dans la secondary, avec déjà 5 interceptions depuis le début de la saison, il a su complètement effacer les wrs qu’il marquait et a ainsi éviter plusieurs TD. L’autre bonne surprise de ce début de saison est le SS James Ihedigbo qui n’est rien d’autre qu’un ancien Jets!!

A noter la présence dans l’escouade défensive de 2 rookies non drafté: Jeff Tarpinian et Sterling Moore qui malgré quelques erreurs pour le deuxieme ont tenu la baraque.


Enfin notre dernière catégorie: les spécial teams. Le fuck revient évidemment au Jets. Un FG raté et un retour de punt relaché par McKnight suffisent pour remporter le fuck haut la main. Ces deux boulettes feront perdre 3 points aux Jets et gagné 3 points aux Pats.

En face il y avait un Gostkowski en très grande forme puisque qu’il marquera 3 FGs sur 3 de 50, 36 et 27 yards.


Les Jets perdent donc notre match haut la main avec 3 fucks contre un seul pour les Pats.


Et pour finir cette analyse, une nouvelle petite “chronique” que je m’accorderai. Ma séquence “Kiss the Baby”, la phrase de notre ami 85 sera une sorte d’award que je donnerais à un joueur ou un action. Particularité, le nombre de “Kiss the Baby” se fera en fonction du nombre de catch de Ochocinco.


J’ai donc le droit à 2 Kiss the baby pour cette semaine.

Mon premier revient bien évidemment à Rob Ninkovich pour son match mais aussi pour sa deuxième interception qui m’a juste fait rêver dans la lecture du jeu.

Mon deuxième kiss the baby revient à Sterling Moore (Pats #27) qui réussira à blesser et à luxer l’épaule de Devin McCourty en voulant faire une violence non nécessaire sur Burress.

Comments are closed.