Analyse : Arizona Cardinals – San Francisco 49ers (Septiis)

Arizona Cardinals 13 – 27 San Francisco 49ers
Dimanche 30 décembre, 22h25, Candlestick Park

« Les Niners se rassurent et accèdent à la semaine de repos »

Le calvaire est terminé pour les Cardinals. Alors qu’ils avaient déjà la tête à la saison prochaine et notamment à la préparation du changement de staff, ils ont subit une nouvelle défaite du côté de San Francisco. Ils terminent ahttp://cbssacramento.files.wordpress.com/2012/12/158821706.jpg?w=425insi leur exercice 2012-2013 sur un bilan plus que mitigé : 5 défaites (dont 4 récoltées lors des 4 premières semaines) pour 11 défaites. Nul doute qu’avec un Kevin Kolb sur le terrain, leur saison aurait pu être moins pénible et la NFC West encore plus indécise… Malheureusement, il n’en a rien été et le nouveau coach aura énormément de travail pour redonner la confiance à un effectif à bout de souffle. De l’autre côté, San Francisco jouait un match important. Premièrement, ce match devait leur permettre de reprendre confiance après la gifle reçue par les Seahawks en week 16. En attaque, il était important que Colin kaepernick réussisse une nouvelle performance avant d’entrer dans la phase de play-offs et la défense avait besoin de colmater les brèches après les 77 points encaissés lors des deux semaines précédentes. Ensuite, ce match pouvait permettre à San Francisco de gagner une semaine de repos en espérant que les Green Bay Packers perdent dans le Minnesota. A la vue de ces objectifs, on peut dire que cette partie aura été une satisfaction pour l’équipe californienne…

Ken Whisenhunt dont le temps nous apprendra que c’était les derniers moments à la tête des Arizona Cardinals avait choisi pour ce match de confier les rennes de son équipe au quaterback Brian Hoyer (4ème QB de l’équipe en début d’année). Lors du premier quart-temps, on se dit que ce choix va peut être se révéler payant car même si les deux équipes se neutralisent, c’est bien l’attaque des Cardinals qui semblent mieux disposer à inquiéter la défense qui lui fait face. Après un temps d’adaptation (2 drives avortés), Brian Hoyer parvient à trouver consécutivement Larry Fitzgerald, Michael Floyd et André Roberts qui sont tous trhttp://ww3.hdnux.com/photos/17/07/60/3963934/12/628x471.jpgois couverts par une secondary californienne méfiante mais attentive. Ce premier drive sérieux leur permettra d’inscrire les trois premiers points de la partie sur un Field Goal de 35 yards par J. Feely. En ce début de match et en l’absence de Justin Smith, les Niners semblent avoir opté pour un système de ligne défensive mettant moins de pression sur le QB adverse mais restant attentif aux courses adverses… Lors de leur drive suivant et malgré la prudence de la défense de San Francisco, les Cardinals décident de faire passer RB William Powell du côté d’Aldon Smith qui montre à nouveau ses limites pour contrer les Running Backs qui passent dans sa zone. Ce drive, qui se conclura en tout début de deuxième quart-temps par un deuxième Field Goal des Cardinals portant le score à 6-0, verra également la première passe longue complétée de Hoyer à destination de M. Floyd (34 yards) bien mal couvert par Chris Culliver qui décidément peine en cette fin d’année. Le visage qu’a montré l’attaque californienne lors de ce premier quart-temps fait peur à voir. Colin Kaepernick et ses coéquipiers n’arrivent pas à progresser, comme s’ils étaient toujours sous le choc du revers subit lors de la semaine précédente. Frank Gore, qui bénéficie de nombreuses portées de balle, n’avance pas et est bien souvent pris par le corps de Linebacker adverse. Paris Lenon et Daryl Washington descendent souvent dans les brèches offertes par la ligne offensive Niners, contraignant ainsi Gore à de faibles gains.

Tout va changer dès le début du deuxième quart-temps où Jim harbaugh va enfin décider de lâcher les chevaux… Les Niners vont alors réaliser ce qu’ils n’ont pas su faire contre les Seahawks : proposer un jeu équilibré efficace entre courses et passes. Devant l’inefficacité de Gore, le rookie Lamichael James prend sa chance et sa première course (26 yards) permettra de mettre son équipe sur les bons rails. Leur deuxième drive de ces 15 minutes sera le plus expéditif du match : 80 yards remontés en 40 secondes. Une première passe de Kaepernick pour Michal Crabtree qui prend le dessus (une nouvelle fois) sur Patrick Peterson pour 31 yards de gain. Puis, une seconde passe du même Kaepernick pour le même Crabtree oublié par le même Patrick Peterson pourhttp://media.sacbee.com/smedia/2012/12/30/19/25/977-11Hbwo.Em.55.jpeg un TD de 49 yards (6-7) ! Depuis l’arrivée de Kaepernick, Crabtree joue à son meilleur niveau et montre qu’il est à placer dans les tops WR1 de la ligue. En défense, les coéquipiers de Patrick Willis ont également resserré les boulons : Powell est neutralisé par les tackles Ricky Jean François (remplaçant de J. Smith) ainsi que Ray Mac Donald et les couvertures sont plus resserrées à l’image de Tarrell Brown qui empêchera Larry Fitzgerald de compléter le troisième down du drive suivant des Cardinals, obligeant Zastudil au punt avec 5 minutes restantes à jouer. Kaepernick réalisera par la suite un drive intéressant en se reposant à nouveau sur un Crabtree étincelant puis sur le TE Delanie Walker avec lequel il a visiblement plus d’affinités qu’avec Vernon Davis. En cette fin de première mi-temps, San Francisco aurait ainsi dû enfoncer le clou si David Akers n’avait pas manqué son deuxième Field Goal du match. Le kicker des Niners, annoncé comme fébrile depuis plusieurs semaines, a du souci à se faire, son poste étant clairement menacé désormais (on apprendra après le match que les Niners enregistrent l’arrivée de Cundiff pour le concurrencer).

S’ils n’ont pu le faire lors de la première mi-temps, les Niners prendront le large lors de la deuxième mi-temps, marquant à chaque fois lors de leur 4 drives suivants.  Le schéma reste inchangé et c’est à nouveau par Michael Crabtree et Delanie Walker (utilisé également pour les big plays) que viendront lehttp://www.artesianews.com/wp-content/uploads/2012/12/e8aafffbbb913724250f6a70670020e9-Cardinals%2049ers%20Football.JPEGs plus gros gains du troisième quart-temps. Après un premier drive conclut par un Field Goal, Michael Crabtree marquera son deuxième TD du match sur une passe latérale de Kaepernick qui aurait pu se transformer en interception (à quelques centimètres près) de la part de… Patrick Peterson dont ce n’était vraiment pas la soirée (6-17). De l’autre côté, le constat est catastrophique, les Cardinals ne parviendront pas à faire 10 yards en attaque lors de ce quart-temps… Leur premier drive y est certainement pour quelque chose. Commençant sur leur ligne des 26, ils termineront sur leur ligne des 5 yards après deux sacks de Ricky Jean Francois et Ahmad Brooks puis un plaquage terrible de Willis sur Powell ! Pourtant, Hoyer ne démérite pas et essaie sans paniquer de faire progresser son équipe…mais rien n’y fait, il faut dire qu’il n’est pas aidé par son corps de receveur relativement transparent en cette fin de match.

Cette fin de match ne changera d’ailleurs rien pour les Cardinals. Le TD tardif qu’ils marqueront par Michael Floyd (37 yards) est anecdotique, le score ayant permis aux Niners de faire tourner leur effectif afin d’éviter toute blessure en vue des play-offs. En effet, cette dernière manche avait à nouveau bien mal commencé pour eux. Sûrs de leur avance, les Niners avaient décidé d’avancer à la course par Frank Gore et Anthony Dixon dont le smash-mouth football a fini d’achever une défense des Cardinals déjà bien usée… Un TD par Gore puis un nouveau Field Goal par Akers porteront le score à 6-27. Avec 9 minutes restantes à jouer dans la partie, les Cardinals étaient pourtant parvenus à progresser de nouveau, mais leur premier drive sérieux depuis le début de match sera conclut par une interception de Tarrel Brown sur une passe destinée à Larry Fitzgerald. Ce dernier aura été bien pris pendant toute la partie par le corner californien.  Pour la petite histoire, c’est un Alex Smith souriant qui se verra offrir les dernières minutes de possession de son équipe, complétant une passe à destination Bruce Miller.

Il n’y a pas eu de surprise en Californie où l’équipe la plus forte a gagné. L’homme du match fut incontestablement le WR Michael Crabtree (8 réceptions pour 172 yards et 2 TDs) qui après plusieurs performances de bons niveaux a réellement explosé dimanche soir. Son entente – déjà excellente – avec Colin Kaepernick feront certainement les beaux jours des Niners prochainement. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, les Packers ont perdu contre les Vikings. Les Niners décrochent ainsi un billet qualificatif pour les demi-finales de conférence. La semaine de repos dont ils vont bénéficier leur sera du plus grand bien et devrait leur permettre de récupérer le defensive tackle Justin Smith si précieux pour leur défense, que ce soit contre la course ou pour le pass rush. Nul doute que tous les regards des fans rouge et or sont désormais tournés vers Washington.