Snippets : Matchs du Divisional Round

Snippets

Les snippets reviennent cette saison. Vous retrouverez tous les matchs de la semaine qui seront ajoutés au fur et à mesure des résultats, donc n’hésitez pas à revenir consulter l’article.

Légende :

  • c = courses, r = réceptions, t = touches (courses+réceptions), y = yards.
  • kr = retours de kick, pr = retours de punt.
  • fbl = fumble perdu.
  • tck = plaquage, TFL = plaquage à perte.
  • sk = sack, QBH = QB Hit, prs = pressions (sacks + QB Hits).
  • FF = fumble forcé, FR = fumble recouvré, PD = passe défendue.

NB : Les snippets se basent sur les données d’ESPN (c).

 

Sommaire

 

Cincinnati Bengals @ Tennessee Titans
San Francisco 49ers @ Green Bay Packers
Los Angeles Rams @ Tampa Bay Buccaneers
Buffalo Bills @ Kansas City Chiefs

 

Cincinnati Bengals 19 @ 16 Tennessee Titans

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Final
CINCINNATI BENGALS 6 3 7 3 19
Tennessee Titans 0 6 10 0 16

QT Tps Éq. Type Action Score
1 12:03 CIN FG Evan McPherson, 38y 3-0
1 2:11 CIN FG Evan McPherson, 45y 6-0
2 6:07 TEN TD Derrick Henry, 3y run (no 2pt) 6-6
2 1:35 CIN FG Evan McPherson, 54y 9-6
3 9:34 CIN TD Joe Mixon, 16y run (PAT) 16-6
3 1:36 TEN FG Randy Bullock, 34y 16-9
3 0:15 TEN TD A.J. Brown, 33y catch (PAT) 16-16
4 0:00 CIN FG Evan McPherson, 52y 19-16

Vous vous rappelez ce match improbable en Week 5 entre Cincinnati et Green Bay avec des kickers à la rue ? Evan McPherson (4/4 FG + 1/1 XP) se souvient, et le rookie a magistralement répondu : il devient le premier Kicker de l’histoire à réussir 4+ FGs dans plusieurs matchs de playoffs de la même saison. Après avoir largement contribué à la première victoire en playoffs des Bengals depuis 30 ans, il a largement contribué à la première victoire en playoffs à l’extérieur de l’histoire de Cincinnati.

Autre fait notable : Joe Burrow (28/37, 348y, 1INT) a égalé le records de sacks encaissés en playoffs par un QB vainqueur ; en effet, la ligne offensive a été martyrisée par un pass-rush qui a égalé le record de sacks dans un match de playoffs (9 sacks + 13 QB Hits), avec un Jeffery Simmons (8tcks + 3TFLs + 3sks + 3QBHs) totalement déchaîné. Mais Bureau a su rester calme et il a su profiter de l’explosivité de ses cibles : il a souvent visé court et ce sont elles qui ont créé les yards, telles Ja’Marr Chase (6t/111y) ou Tee Higgins (7r/96y) ; C.J. Uzomah (7r/71y) a été très précieux. Joe Mixon (20t/105y/1TD) n’a pas toujours été à la fête mais il a su se montrer à plusieurs moments.

Mais c’est bien la défense de Cincy qui a gagné le match : elle a frustré Tennessee sur 3e tentative (1/8), réalisé un stop, et surtout réussi plusieurs turnovers ; les stats de Mike Hilton (2tcks + 1PD + 1INT) ne sont pas impressionnantes, mais il a été le maître de la déviation donnant une INT : d’abord pour lui-même afin de stopper un drive menaçant des Titans en redzone, et surtout celle qui permet à Logan Wilson d’attraper le cuir et de redonner la balle à Burrow pour le drive de la victoire.

Ce fameux drive menaçant est survenu grâce à un big play à la course de… D’Onta Foreman (4c/66y) ; à part cela, Derrick Henry (20c/62y/1TD) et lui ont été bien contenus par les visiteurs. A.J. Brown (5r/142y/1TD) et Julio Jones (6r/62y) ont fait des apparitions, mais Ryan Tannehill (15/24, 220y, 1TD, 3INT) n’a jamais semblé confortable ; un manque général d’effacité et le turnover differential ont fini par être fatals aux locaux.

Cincinnati attend désormais sa destination : Buffalo (pas rencontré en saison régulière) ou Kansas City (victoire en Week 17).

 

San Francisco 49ers 13 @ 10 Green Bay Packers

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Final
SAN FRANCISCO 49ERS 0 0 3 10 13
Green Bay Packers 7 0 0 3 10

QT Tps Éq. Type Action Score
1 9:25 GB TD AJ Dillon, 6y run (PAT) 0-7
3 8:13 SF FG Robbie Gould, 29y 3-7
4 11:27 GB FG Mason Crosby, 33y 3-10
4 4:41 SF TD Talanoa Hufanga, blocked punt return (PAT) 10-10
4 0:00 SF FG Robbie Gould, 45y 13-10

Vous vous rappelez ce match improbable en Week 5 entre Cincinnati et Green Bay avec des kickers à la rue ? Apparemment Green Bay non, mais ce n’est pas une surprise puisque, toute la saison, les équipes spéciales ont été la tare de l’équipe ; aucune surprise qu’elles finissent par coûter la victoire en playoffs. Les 49ers n’ont pas été forcément inspirés en attaque, mais ils ont été plus complets et cela leur a suffi pour créer la surprise.

En effet, dans un autre match défensif, l’attaque californienne a eu du mal à trouver son rythme, ce qui pouvait promettre une défaite… jusqu’au dernier drive où tout est redevenu limpide : Jimmy Garoppolo (11/19, 131y, 1INT) a lancé une belle horreur en fin de 1e MT sauvée par un FG contré, et le stop en 4e QT a semblé être celui de trop avant d’être sauvé par le punt contré pour un TD.

Mais il a su mener le drive de la victoire bien aidé par George Kittle (4r/63y) et surtout l’inestimable Deebo Samuel (13t/83y), dont une 3e&7 culottée mais réussie. Pourtant la défense de Green Bay a fait un gros match, freinant les 49ers sur 3e tentative (4/11), réalisant un stop, et limitant les points en redzone (0/3). Le pass-rush a été actif (4 sacks + 7 QB Hits) avec en tête Rashan Gary (4tcks + 3TFLs + 2sks + 3QBHs).

La défense des 49ers a également livré un gros match : les Packers n’ont jamais vraiment trouvé la solution au sol (20c/67y/1TD) et la sortie d’A.J. Dillon n’a pas aidé. Aaron Jones (21t/170y) a surtout fait ses dégâts sur une réception, et Davante Adams (9r/90y) n’a pas été en reste, mais comme trop souvent cette saison, l’attaque des Packers est tombée dans un trou – ironiquement, après un de ses meilleurs premiers drives de la saison.

Elle n’en est jamais vraiment ressorti, Aaron Rodgers (20/29, 225y) étant chassé par la pression (5 sacks + 6 QB Hits). Si vous rajoutez le fumble de Marcedes Lewis, cela fait beaucoup trop pour un #1 à la maison après une semaine de repos ; les bourdes sur équipes spéciales sont responsables mais l’attaque a aussi sa part du blâme.

San Francisco attend désormais sa destination : Tampa Bay (pas rencontré en saison régulière) ou Los Angeles (victoires en Week 10 & 18).

 

Los Angeles Rams 30 @ 27 Tampa Bay Buccaneers

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Final
LOS ANGELES RAMS 10 10 7 3 30
Tampa Bay Buccaneers 3 0 10 14 27

QT Tps Éq. Type Action Score
1 8:01 LAR FG Matt Gay, 26y 3-0
1 3:28 LAR TD Kendall Blanton, 7y catch (PAT) 10-0
1 0:32 TB FG Ryan Succop, 45y 10-3
2 14:17 LAR TD Cooper Kupp, 70y catch (PAT) 17-3
2 2:19 LAR FG Matt Gay, 40y 20-3
3 7:07 LAR TD Matthew Stafford, 1y run (PAT) 27-3
3 3:02 TB FG Ryan Succop, 31y 27-6
3 0:12 TB TD Leonard Fournette, 1y run (PAT) 27-13
4 3:20 TB TD Mike Evans, 55y catch (PAT) 27-20
4 0:42 TB TD Leonard Fournette, 9y run (PAT) 27-27
4 0:00 LAR FG Matt Gay, 30y 30-27

Dans la suite de notre Upset Week End, les Rams ont fait tout bien jusqu’à faire tout mal jusqu’à se sauver à la dernière seconde sur un AUTRE FG de la victoire. Pour vous donner une idée du match, voici le 4e QT dans sa totalité en démarrant par les Bucs : fumble – fumble – stop – FG manqué – stop – punt – TD – fumble – TD – FG de la victoire.

Los Angeles a fait son maximum pour remettre Tampa Bay dans le match après un démarrage rappelant l’affrontement en saison régulière : Matthew Stafford (28/38, 366y, 2TD) a été efficace malgré une bonne pression des Bucs (2 sacks + 8 QB Hits). Il n’a pas pu s’appuyer sur le jeu au sol (30c/73y/1TD) à part un éclair de Van Jefferson, et surtout Cam Akers (27t/68y + 2fbls) a perdu deux ballons qui auraient pu coûter cher : le premier à quelques yards de l’endzone alors qu’un TD aurait tué le match, le deuxième redonnant la balle à Tampa pour le TD de l’égalisation.

Staffie a profité d’un Odell Beckham Jr. (6r/69y) présent et d’un autre éclair vers Cooper Kupp (9r/183y/1TD + 1fbl) pour faire très mal à une défense des locaux qui alignait enfin tous ses titulaires, mais qui a été trop poreuse ; il a réussi à mener 4 des 6 drives de la 1e MT aux points, dont deux dans l’endzone. Kupp a été à la fois le héros et le zéro : il a scoré ce TD longue distance, mais il a commis un fumble qui a permis aux Bucs de se remettre dans le match. Jusqu’à cette fameuse action…

Mais avant d’y venir, passons de l’autre côté. Le jeu au sol des locaux n’a pas beaucoup avancé non plus (14c/51y/2TD), mais il a néanmoins su réussir une ou deux actions cruciales, dont le TD de l’égalisation sur 4e&1 par Leonard Fournette (22t/107y/2TD). Avec l’absence de Tristan Wirfs, la ligne offensive a eu du mal à contenir la furia des Rams (3 sacks + 6 QB Hits) ; Tom Brady (30/54, 329y, 1TD, 1INT + 1fbl) n’a pas réussi à s’en sortir en 1e MT. C’est allé un peu mieux en 2e MT, mais avec les blessures chez les cibles il a surtout dû forcer vers Mike Evans (8r/119y/1TD) et Rob Gronkowski (4r/85y).

Cela aurait néanmoins pu suffire pour forcer la prolongation suite à un énième comeback du #12 bien aidé par sa défense… si une dernière cagade de cette dernière avec un Zero Blitz à moitié réalisé par la défense n’avait pas donné suffisamment de temps à Staffie pour envoyer un arc-en-ciel interminable vers Kupp, ce dernier se rachetant de son fumble coupable. Matt Gay n’a plus eu qu’à finir le travail face à l’équipe qui l’avait drafté.

Et voilà que les Rams, qui sont le seed #4, se retrouvent à recevoir la finale NFC dans leur propre stade afin d’accéder au Super Bowl… dans leur propre stade aussi. Seul problème : ils ont pris un sweep cette saison de leur adversaire de la finale, San Francisco.

 

Buffalo Bills 36 @ 42 Kansas City Chiefs

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 OT Final
Buffalo Bills 7 7 7 15 0 36
KANSAS CITY CHIEFS 7 7 9 13 6 42

QT Tps Éq. Type Action Score
1 8:03 BUF TD Devin Singletary, 1y run (PAT) 7-0
1 2:26 KC TD Patrick Mahomes, 8y run (PAT) 7-7
2 1:52 KC TD Byron Pringle, 2y catch (PAT) 7-14
2 0:37 BUF TD Gabriel Davis, 18y catch (PAT) 14-14
3 7:01 KC FG Harrison Butker, 39y 14-17
3 2:06 KC TD Mecole Hardman, 25y run (no PAT) 14-23
3 1:56 BUF TD Gabriel Davis, 75y catch (PAT) 21-23
4 8:55 KC FG Harrison Butker, 28y 21-26
4 1:54 BUF TD Gabriel Davis, 27y catch (2pt) 29-26
4 1:02 KC TD Tyreek Hill, 64y catch (PAT) 29-33
4 0:13 BUF TD Gabriel Davis, 19y catch (PAT) 36-33
4 0:00 KC FG Harrison Butker, 49y 36-36
OT 10:45 KC TD Travis Kelce, 8y catch (no 2pt) 36-42

Jamais dans l’histoire de la NFL les quatre équipes visiteuses lors d’un Divisional Round l’ont emporté ; jamais dans l’histoire de la NFL le dernier carré n’a eu au moins un seed #1 ou un seed #2. Cela s’est joué à 13 secondes près dans un 4e QT totalement délirant où 25 points ont été scorés après le temps mort des deux minutes, mais les deux séries continuent.

Cette période folle a commencé par un drive monstrueux de Buffalo de 17 actions, 75 yards et 7:01 avec à peu près 1987 4e tentatives converties, dont un laser de Josh Allen (27/37, 329y, 4TD + 11c/68y) vers un Gabriel Davis (8r/201y/4TD) tout seul dans l’endzone sur une 4e&13 pour le TD qui remet les visiteurs devant ; et avec une passe acrobatique pour Stefon Diggs pour la conversion à deux points. Mais les Chiefs ne s’en laissent pas compter, et Patrick Mahomes (33/44, 378y, 3TD + 7c/69y/1TD) trouve Tyreek Hill (12t/148y/1TD) sur un de ses crossing patterns qu’il est maître pour transformer en TD longue distance.

Buffalo démoralisé ? Des clous. Allen repart avec 1:02 restante et remonte le terrain en 6 actions grâce à son meilleur ami Davis, profitant de l’absence de Tyrann Mathieu sorti tôt dans le match ; jusqu’à attraper Kansas City en pleine communication défensive et à trouver encore une fois Davis dans l’endzone, le receveur établissant un record des playoffs avec 4 TDs à la réception. 13 secondes, game over ? DES CLOUS. Une prevent defense bien trop laxe permet à Mahomes de remonter 44 yards en 2 actions, plaçant Harrison Butker pour le FG de l’égalisation. Et une fois en prolongation, la défense des Bills, qui a passé du temps sur le terrain (36:38), finit par exploser pour de bon : un dernier drive et une dernière passe précise pour Travis Kelce (8r/96y/1TD) dans l’endzone closent l’affaire.

Quel match, quel duel entre deux QBs qui n’ont pas été aidés de la même manière : si les deux ont dû faire le travail avec leur bras et leurs jambes, Mahomes a eu plus de soutien des autres coureurs (27c/182y/2TD) qu’Allen (24c/109y/1TD) ; ce qui ne surprendra personne. Leur mobilité a permis de calmer les ardeurs des deux pass-rush – et dieu que ces derniers ont parcouru des kilomètres en essayant d’attraper les deux zébulons – rivalisant d’actions incroyables du début à la fin.

Alors qu’est-ce qui a fait la différence ? Comme lors du premier match de la journée, un call bizarre en défense sur le dernier drive de son adversaire (comment peut-on laisser Kelce ouvert quand les Chiefs ont encore des temps mort ?), et surtout une simple histoire comptable : sans aucune perte de balle dans ce match, les locaux ont été plus productifs (552 yards totaux) que les visiteurs (422 yards totaux).

Kansas City va recevoir Cincinnati pour sa 4e finale AFC consécutive à domicile.