Fiche SB : Super Bowl XLV

 

Présentation

 

Match Pittsburgh Steelers 2531 Green Bay Packers
Date 6 Février 2011
Lieu Cowboys Stadium, Arlington, Texas
MVP Aaron RODGERS, Quarterback, Green Bay Packers
Ligne Vegas Green Bay Packers, +3
Arbitre Walt ANDERSON

 

Le champion AFC : Pittsburgh Steelers

 

Head Coach Mike TOMLIN
Record 12-4 (1er AFC North)
Playoffs Divisional Playoff : vs. Baltimore Ravens, 31-24
Conference Championship : vs. New York Jets, 24-19

 

Pour la troisième fois en six saisons, les Steelers parviennent jusqu’au Super Bowl ; ils égalent ainsi le record de Dallas avec huit participations, et peuvent augmenter leur avance au palmarès avec sept trophées Lombardi. À l’instar des saisons 2005 et 2008, c’est d’abord la défense qui permet à Pittsburgh de se hisser jusqu’à la dernière marche : elle a terminé en tête de la ligue avec 48 sacks, 232 points encaissés et 1004 yards encaissés à la course. Elle contient toujours des éléments redoutables comme Casey Hampton, James Farrior, le duo Woodley-Harrison au pass-rush, Ike Taylor, Ryan Clark ou Troy Polamalu, et elle y a rajouté de nouveaux éléments importants comme le Linebacker Lawrence Timmons.

Troy Polamalu

L’attaque a dû se passer du Quarterback Ben Roethlisberger pour les quatre premiers matchs de la saison suite à une accusation pour agression sexuelle ; l’équipe a commencé 3-1 sans lui avant son retour pour le reste de la saison. Hines Ward et Heath Miller sont toujours là, et ils ont reçu l’aide de l’explosif receveur Mike Wallace (21 yards par réception !) ; le jeu au sol s’appuie désormais sur Rashard Mendenhall (13 touchdowns), alors que la ligne a vu l’émergence du rookie Centre Maurkice Pouncey, malheureusement blessé pour ce match.

Titulaires :

  • Quarterback : Ben ROETHLISBERGER.
  • Coureurs : Rashard MENDENHALL, David JOHNSON.
  • Receveur : Hines WARD.
  • Tight Ends : Heath MILLER, Matt SPAETH.
  • Centre : Doug LEGURSKY.
  • Guards : Chris KEMOEATU, Ramon FOSTER.
  • Offensive Tackles : Jonathan SCOTT, Flozell ADAMS.
  • Defensive Tackle : Casey HAMPTON.
  • Defensive End : Brett KEISEL.
  • Inside Linebackers : James FARRIOR, Lawrence TIMMONS.
  • Outside Linebackers : LaMarr WOODLEY, James HARRISON.
  • Cornerbacks : Ike TAYLOR, Bryant MCFADDEN, William GAY.
  • Safeties : Troy POLAMALU, Ryan CLARK.
  • Kicker : Shaun SUISHAM.
  • Punter : Jeremy KAPINOS.

 

Le champion NFC : Green Bay Packers

 

Head Coach Mike MCCARTHY
Record 10-6 (2e NFC North)
Playoffs Wild Card : @ Philadelphia Eagles, 21-16
Divisional Playoff : @ Atlanta Falcons, 48-21
Conference Championship : @ Chicago Bears, 21-14

 

Super Bowl XLV offre une affiche prestigieuse : Super Bowl Town vs. Titletown. En effet, l’équipe avec le plus de trophées Lombardi – Pittsburgh – affronte l’équipe avec le plus de titres NFL – Green Bay. Après une disette de 13 saisons, les Packers reviennent enfin à la grande finale, et il est peu dire que le chemin a été tortueux : décimés par les blessures, ils ont néanmoins réussi à arracher la dernière place qualificative en playoffs à 10-6, puis ont remporté trois victoires à l’extérieur. Les Packers rejoignent donc les Steelers de 2005 comme les deux seuls seed #6 à atteindre le Super Bowl ; mais leur véritable exploit, c’est d’être la première équipe de l’ère du Super Bowl à ne jamais avoir été menée de plus de 7 points pendant toute la saison.

http://www2.pictures.zimbio.com/gi/Aaron+Rodgers+Mike+McCarthy+New+Orleans+Saints+I_bnXKkeYAql.jpg
Aaron Rodgers et Mike McCarthy

C’est la réussite d’un double pari fait en 2005 et 2006 : prendre au premier tour de la draft 2005 le Quarterback Aaron Rodgers – alors que Brett Favre était toujours en place – puis faire venir en 2006 le Coordinateur Offensif des 49ers, Mike McCarthy, comme Head Coach (un natif de… Pittsburgh). Rodgers a fini par prendre la place du #4 (à la suite d’un divorce houleux) et a explosé à la face de la NFL. Il s’appuie sur une ligne offensive excellente et un corps de receveur mêlant jeunes et vétérans : Jennings – Nelson – Jones – Driver. Au sol, les blessures ont permis l’émergence de l’inconnu James Starks. De son côté, la défense qui a été exceptionnelle, n’encaissant que 240 points : les Defensive Linemen Cullen Jenkins et Ryan Pickett, les Linebackers Clay Matthews, A.J. Hawk et Desmond Bishop ou le quatuor arrière Williams – Shields – Collins – Woodson (l’ex-Raider) ont été redoutables. Cela promet donc un duel serré entre les attaques et les défenses.

Enfin, comme vous pouvez le voir tout en haut, Super Bowl XLV marque la fin des logos « uniques et stylisés » pour chaque finale ; ils vont se standardiser par la suite.

Titulaires :

  • Quarterback : Aaron RODGERS.
  • Coureur : James STARKS.
  • Receveurs : Greg JENNINGS, Jordy NELSON, James JONES, Donald DRIVER.
  • Tight End : .
  • Centre : Scott WELLS.
  • Guards : Daryn COLLEDGE, Josh SITTON.
  • Offensive Tackles : Chad CLIFTON, Bryan BULAGA.
  • Defensive Tackles : B.J. RAJI, C.J. WILSON.
  • Defensive Ends : Ryan PICKETT, Howard GREEN.
  • Inside Linebackers : A.J. HAWK, Desmond BISHOP.
  • Outside Linebackers : Clay MATTHEWS, Frank ZOMBO.
  • Cornerback : Tramon WILLIAMS.
  • Safeties : Charles WOODSON, Nick COLLINS.
  • Kicker : Mason CROSBY.
  • Punter : Tim MASTHAY.

 

1er Quart-Temps
Pittsburgh 0 – Green Bay 0

 

Mason Crosby de Green Bay donne le coup d’envoi qu’Antonio Brown remonte 38 yards jusqu’aux 36 yards de Pittsburgh ; un bon début.

 

Drive de Pittsburgh : 14:54, balle sur PIT 36

 

Ben Roethlisberger démarre à la passe en trouvant Hines Ward pour 4 yards sur un lancer rapide, mais c’est « annulé » par un plaquage à perte de 4 yards du Linebacker Frank Zombo sur le coureur Rashard Mendenhall. Un problème de communication provoque une passe incomplète vers Antonio Brown, et c’est un rapide 3&out pour Pittsburgh.

Le retourneur de Green Bay, Tramon Williams, se gêne avec son coéquipier Sam Shields et fumble la balle, mais il la récupère de justesse.

 

Drive de Green Bay : 13:13, balle sur GB 21

 

Après cet instant de panique, les Packers peuvent commencer en attaque ; le Linebacker LaMarr Woodley dévie une passe d’Aaron Rodgers vers le receveur Greg Jennings. Le coureur James Starks porte son premier ballon du match pour un petit yard, ce qui met à leur tour les champions NFC dans l’obligation de convertir une longue 3e tentative.

Ils y parviennent : Rodgers bat le blitz des Steelers et trouve le vétéran Donald Driver pour 24 yards. Sa passe suivante vers Jordy Nelson, sous la pression, est trop haute. Starks ajoute 3 yards au sol, mais une seconde tentative vers Nelson traverse les mains du jeune receveur. Cette fois, c’est Green Bay qui doit se dégager.

 

Drive de Pittsburgh : 11:05, balle sur PIT 20

 

Pittsburgh repart au sol avec un gros travail des bloqueurs : Mendenhall couvre 15 puis 9 yards. Malheureusement, le Fullback David Johnson commet un faux départ, ce qui place l’attaque en 2e&6. Roethlisberger se connecte avec le receveur Mike Wallace pour 5 yards, tout près du first down ; mais, au lieu de tenter une course en force, le Quarterback lance vers le Tight Heath Miller qui ne peut attraper le ballon.

Nouveau punt pour les Steelers dans un match qui, comme prévu, est un vrai duel attendu entre deux défenses féroces qui se ressemblent ; ce n’est pas étonnant puisqu’elles sont entraînées par deux anciens collègues qui se connaissent parfaitement, Dick LeBeau (Pittsburgh) et Dom Capers (Green Bay).

 

Drive de Green Bay : 8:17, balle sur GB 20

 

Rodgers essaie de suite de réussir un gain substantiel, mais Jennings est parfaitement couvert par Ike Taylor. Le Quarterback se tourne alors de nouveau vers Nelson, et cette fois le receveur attrape le cuir pour 9 yards ; Starks obtient le first down avec une course de 8 yards sur les extérieurs. Le trio remet le couvert : Rodgers vers Nelson pour 9 yards, Starks convertit en first down pour 2 yards.

Le premier drive construit du match passe dans le camp des Steelers : Rodgers, pressé par Woodley, parvient à éviter le sack grâce à sa mobilité et lance vers le coureur Brandon Jackson qui couvre 14 yards ; c’est un autre point commun entre les deux équipes : chacune possède un Quarterback parfaitement capable de prolonger les actions et de réussir des gains improbables avec son bras… ou ses jambes. Une course de Starks et une petite passe au Fullback Korey Hall gagnent 9 yards, plaçant les Packers en 3e&1 sur les 29 yards de Pittsburgh.

C’est alors que Rodgers décide de revenir vers le receveur qu’il a le plus cherché : il envoie une magnifique passe lobée sur la droite, vers Nelson qui a pris l’avantage en vitesse sur William Gay : le receveur marque un touchdown de 29 yards qui ouvre le score.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 0
Green Bay Packers 7 7

 

Green Bay réengage, et Pittsburgh se met dans l’embarras à cause d’une pénalité pour un block dans le dos qui repousse l’attaque sur ses 7 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 3:34, balle sur PIT 7

 

Petite pénalité, grosse conséquence : sur la première action, Roethlisberger recule pour tenter une passe longue afin de se sortir de ce pétrin. Mais cela demande du temps, et la protection craque : le Defensive End Howard Green parvient à poser sa main sur l’épaule du Quarterback, modifiant complètement la trajectoire de la passe. Bien trop courte, elle retombe 4-5 yards derrière Wallace, parti comme une fusée ; le Safety Nick Collins se mue en champ centre pour attraper le cuir, et il commence à remonter le terrain.

https://i.pinimg.com/originals/65/59/38/655938a1cbc6592a33b843698a96b615.jpgIl a de bons blocks de ses partenaires, effectue deux crochets et plonge dans l’en-but pour un touchdown de 37 yards ; en deux actions et 24 secondes, les Packers viennent déjà de créer un trou au tableau d’affichage.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 0
Green Bay Packers 14 14

 

Green Bay réengage à nouveau, et cette fois le retour est excellent, plaçant la balle sur les 36 yards de Pittsburgh.

 

Drive de Pittsburgh : 3:13, balle sur PIT 36

 

Après moins de 12 minutes de jeu, les Steelers savent déjà que, s’ils veulent leur septième trophée, ils vont devoir battre le record du plus grand retour au score au Super Bowl (-10). Cela démarre bien avec deux courses de Mendenhall pour 13 yards. Roethlisberger trouve ensuite le receveur Emmanuel Sanders, mais le Guard Chris Kemoeatu (déjà fautif sur l’interception car c’est lui qui était censé bloquer Green) est pénalisé pour un block illégal dans le dos.

Le Quarterback atteint Mendenhall pour 7 yards, mais n’arrive pas à se connecter avec Miller, créant une 3e&9. La situation semble compliquée, mais il ne faut jamais oublier la mobilité de Big Ben, même touché au genou et à la cheville : il court pour 18 yards et obtient un first down.

C’est sur cette démonstration de volonté que ce premier quart-temps idéal des Green&Gold se termine.

 

2e Quart-Temps
Pittsburgh 0 – Green Bay 14

 

Le deuxième quart-temps débute par une belle défense du polyvalent Charles Woodson qui plaque Mendenhall pour une perte de 3 yards, puis Williams détourne une passe vers Sanders. Cela place les Steelers en 3e&13, mais encore une fois Big Ben sort une action de son chapeau : bien protégé, il trouve Sanders pour 13 yards et un first down.

Un nouveau scramble du Quarterback est bien contenu (2 yards seulement), puis Mendenhall est stoppé rapidement pour un petit yard. Nouvelle 3e tentative corsée pour les champions AFC ; cette fois c’est celle de trop : Wallace est immédiatement plaqué par Collins après seulement 4 yards, ce qui stoppe le drive.

Shaun Suisham entre pour un Field Goal de 33 yards réussi ; au moins, les Steelers ont ouvert leur compteur, mais la défense va devoir faire le travail.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 3 3
Green Bay Packers 14 0 14

 

Pittsburgh tape le renvoi que Green Bay remonte jusqu’à ses 25 yards.

 

Drive de Green Bay : 11:08, balle sur GB 25

 

Les Packers décident d’activer le mode 100% passe : Rodgers essaie de viser Jennings pour battre le blitz, mais le receveur ne peut attraper le ballon. Le Quarterback se connecte ensuite avec James Jones rapidement stoppé par Taylor pour seulement 5 yards. Enfin, une tentative vers Driver ne gagne que 2 yards grâce à l’intervention du Linebacker James Farrior.

Belle réaction de la défense qui force Green Bay à un 3&out et à un punt.

 

Drive de Pittsburgh : 9:28, balle sur PIT 12

 

Mauvais début de drive pour les Steelers : une belle course de Mendenhall pour 7 yards est annulée par un holding de Miller. Roethlisberger rattrape cette erreur grâce à une passe de 16 yards pour Wallace, puis le coureur Mewelde Moore engrange 7 yards, assurant le first down. Big Ben scramble pour 5 yards, mais Moore est ensuite rapidement plaqué par le Linebacker Desmond Bishop pour une perte d’un yard.

En 3e&6, le Quarterback continue de faire avancer son équipe : il combine avec Antwaan Randle El pour 13 yards. Bishop se signale à nouveau en stoppant Mendenhall pour une perte d’un yard, avant que Roethlisberger ne revienne à l’assaut aérien : il vise Wallace qu’il croit ouvert au milieu du terrain, mais il n’a pas vu le Cornerback Jarrett Bush qui s’est situé comme un Linebacker au début de l’action ; l’arrière surgit d’un seul coup et attrape le ballon, signant la deuxième interception des Packers dans le match.

 

Drive de Green Bay : 4:28, balle sur GB 47

 

La défense des champions AFC doit absolument réagir de suite pour ne pas risquer de voir le score enfler ; Taylor montre la voie en plaquant Jennings après un gain de 4 yards. Cependant, Rodgers compte bien capitaliser sur ce ballon volé : il se connecte à nouveau avec un Nelson seul pour 16 yards. Starks passe par le périphérique et joue les boules de bowling pour gagner 12 yards supplémentaires, et le first down.

La puissance offensive des champions NFC commence vraiment à faire des dégâts, et personne ne la symbolise mieux que Rodgers : le #12 démontre une nouvelle fois sa précision chirurgicale en envoyant un laser juste au-dessus de la main du Safety Ryan Clark et juste avant l’intervention de l’autre Safety Troy Polamalu ; Jennings se saisit du cuir et survit au gros impact de ce dernier pour marquer un touchdown de 21 yards.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 3 3
Green Bay Packers 14 7 21

 

Green Bay rend la balle à Pittsburgh qui la remonte jusqu’à ses 23 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 2:18, balle sur PIT 23

 

Cette fois, un Field Goal ne peut pas suffire pour les Steelers : ils doivent rentrer au vestiaire en ayant réduit l’écart à 11 points. La mission connaît un premier succès quand Roethlisberger trouve Randle El ; le receveur sème Shields et évite le Safety Charles Peprah pour un gain de 37 yards qui place la balle dans le camp des Packers.

Big Ben tente de suite de porter l’estocade en visant Wallace près de l’en-but, mais Woodson se détend pour détourner le ballon ; malheureusement pour le vétéran, c’est également la fin de son match : il se fracture la clavicule sur l’action, ce qui poursuit une saison remplie de blessures pour les champions NFC (Driver est également sorti plus tôt). Les champions AFC ne sont pas épargnés non plus : ils ont perdu Sanders et le Right Tackle Flozell Adams dans un match qui laisse des traces.

Pittsburgh continue d’avancer : après une première tentative vers Ward déviée par le Linebacker A.J. Hawk qui manque l’interception de peu, Roethlisberger se reconnecte avec le meilleur joueur du SB XL pour 16 yards. Brown gagne un yard, puis Ward ajoute 17 yards pour amener la balle sur les 8 yards de Green Bay.

http://www4.pictures.zimbio.com/gi/Hines+Ward+Super+Bowl+XLV+G7PwH2mVusrl.jpgBig Ben bouge dans la poche pour gagner du temps, et il achève ce drive avec une passe parfaite de 8 yards pour Ward dans le coin de l’en-but ; les Steelers marquent le touchdown dont ils avaient tellement besoin juste avant la mi-temps.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 10 10
Green Bay Packers 14 7 21

 

Pittsburgh renvoie la balle en touchback.

 

Drive de Green Bay : 0:39, balle sur GB 20

 

Starks court pour 4 yards et les Packers ne demandent pas leur reste, rentrant au vestiaire avec un score très avantageux de 21-10. Ils ont su être froids et efficaces : 14 points marqués sur les deux pertes de balle des Steelers ; l’histoire principale de cette première mi-temps.

 

3e Quart-Temps
Pittsburgh 10 – Green Bay 21

 

Shaun Suisham donne le coup d’envoi de la deuxième mi-temps directement en touchback.

 

Drive de Green Bay : 15:00, balle sur GB 20

 

Les Steelers doivent absolument empêcher les Packers de reprendre leur rythme. Les pousser à commettre des pénalités est un bon moyen : le Tight End Donald Lee est sanctionné pour un holding puis Jennings pour un faux départ ; cela vicie complètement le drive de Green Bay. Rodgers ne s’avoue pas vaincu : deux complétions de 10 yards pour Jones et Nelson donnent une 3e&5.

Et un peu de chance ne fait pas de mal non plus : Rodgers délivre une passe parfaite pour un Jones lancé droit vers le touchdown, mais le receveur laisse tomber le cuir (un problème récurrent chez lui). C’est donc un punt des Green&Gold, et la mauvaise série continue : Tom Crabtree est pénalisé pour une saisie de grille faciale, ce qui permet à Pittsburgh de repartir du milieu du terrain.

 

Drive de Pittsburgh : 12:39, balle sur les 50

 

Avec cette série d’erreurs de l’adversaire et cette position idéale, Pittsburgh a toutes les armes pour marquer un deuxième touchdown et revenir définitivement dans la partie. Mendenhall met immédiatement la marche avant avec une course de 17 yards, à quoi Isaac Redman ajoute 3 yards.

http://www4.pictures.zimbio.com/gi/Super+Bowl+XLV+0oR1Zk_Tphxx.jpgRoethlisberger scramble pour 6 yards puis Redman passe par les extérieurs pour un gros gain de 16 yards. D’un seul coup, l’attaque terrestre des champions AFC est inarrêtable, et Mendenhall termine le travail avec un touchdown de 8 yards !

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 10 7 17
Green Bay Packers 14 7 0 21

 

Pittsburgh frappe le réengagement et Green Bay repart de ses 18 yards.

 

Drive de Green Bay : 10:19, balle sur GB 18

 

Cette fois, bien qu’étant toujours devant, c’est aux Packers de marquer pour stopper l’élan des Steelers. Mais, au contraire, la défense des hommes de Mike Tomlin se nourrit de ce succès offensif, et les champions NFC continuent de commettre des erreurs : le Defensive End Brett Keisel stoppe Starks pour un gain de 3 yards, Nelson laisse encore tomber une passe et James Harrison parvient enfin à sacker Rodgers pour une perte de 6 yards.

C’est exactement ce que Green Bay ne devait pas faire : un rapide 3&out qui rend la balle à Pittsburgh en excellente position.

 

Drive de Pittsburgh : 9:00, balle sur PIT 40

 

Les Black&Gold peuvent-il réussir l’exploit et prendre la tête pour la première fois après avoir été menés de 18 points ? Mendenhall est stoppé rapidement pour un yard, mais Wallace réussit une réception de 8 yards ; Moore convertit le first down avec une course de 7 yards. Roethlisberger continue par la passe et tente une nouvelle fois de trouver Wallace pour un touchdown longue distance ; elle est mal ajustée.

Big Ben vise ensuite Ward pour 15 yards dans une défense qui semble aux abois avec toutes les absences… mais elle va se rebiffer de suite : Clay Matthews manque de réussir une action magnifique en déviant une screen pass en l’air pour lui-même (le ballon retombe au sol), Bishop plaque Miller pour une perte de 3 yards, et Zombo sacke Roethlisberger pour une perte de 2 yards.

Le premier sack du match pour Green Bay force Shaun Suisham à rentrer pour un Field Goal de 52 yards ; le Kicker se rate complètement avec un ballon qui part nettement à gauche.

 

Drive de Green Bay : 4:29, balle sur GB 43

 

C’est un petit miracle pour l’équipe du Wisconsin qui a plus de yards de pénalité (30) que de yards gagnés (17) depuis la pause ; cette statistique est immédiatement effacée grâce à la connexion Rodgers-Nelson qui engrange 17 yards de plus. Starks est chassé par le Linebacker Lawrence Timmons qui le stoppe pour une perte de 3 yards ; un déficit que le Quarterback grignote à peine avec une complétion de 5 yards vers le Tight End Andrew Quarless.

Définitivement grippée dans ce troisième quart-temps cauchemar, l’attaque ne peut se sortir de cette 3e&8 : Rodgers ne trouve pas Brett Swain, et c’est encore un drive qui se finit rapidement ; au moins, le punt place Pittsburgh sur ses 13 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 2:23, balle sur PIT 13

 

Mendenhall repart au travail avec une course de 4 yards à droite. Roethlisberger combine avec Wallace sur une passe rapide pour 4 autres yards, mais la deuxième tentative du duo est à la fois un peu trop haute et mal jugée par Wallace ; elle lui passe entre les mains. C’est un 3&out et un punt pour Pittsburgh qui laisse passer les chances de donner un vrai coup sur la tête de leur adversaire en menant à la marque.

 

Drive de Green Bay : 0:47, balle sur GB 13

 

Fort heureusement pour les champions AFC, le troisième quart-temps cataclysmique de Green Bay continue : Williams est pénalisé pour brutalité sur le retour de punt puis Rodgers manque ses trois passes ; une vers Quarless mal lancée, une vers Jones jetée sous pression et une vers Swain avec un superbe plaquage de Gay qui donne une passe incomplète.

Malgré la révision vidéo demandée par McCarthy sur cette dernière, les arbitres entérinent la décision, ce qui donne un 3&out et un punt. Le dégagement part de tellement loin que Pittsburgh récupère la possession à seulement 41 yards de l’en-but.

 

Drive de Pittsburgh : 0:11, balle sur GB 41

 

C’est le moment pour les Steelers de faire enfin basculer le match en leur faveur avec un touchdown pour mener 24-21. Mendenhall effectue la dernière action du quart-temps avec une course de 8 yards qui résume bien cette période : 100% défense de Pittsburgh, et une attaque qui avance mais qui a laissé passer plusieurs opportunités.

 

4e Quart-Temps
Pittsburgh 17 – Green Bay 21

 

Et comme le dit la sagesse populaire : à laisser passer des opportunités, on finit toujours par le regretter. Sur la première action du dernier quart-temps, Matthews sent que cela va venir de son côté et il en avertit le Defensive End Ryan Pickett. Il a vu juste : Mendenhall porte le cuir et part dans leur direction ; les deux défenseurs fondent sur le coureur et le percutent en même temps, délogeant le cuir.

Bishop le récupère pour redonner la possession aux champions NFC.

 

Drive de Green Bay : 14:50, balle sur GB 45

 

Les Packers ont marqué deux touchdowns sur les deux premiers ballons perdus des Steelers, vont-ils faire la passe de trois ? Ou plutôt, vont-ils déjà parvenir à passer la première en attaque ? La pression continue de forcer Rodgers à bouger, voire sortir de la poche, et il ne peut trouver Jennings en profondeur. Il atteint Nelson pour 3 yards, ce qui donne une 3e&7 ; le genre d’actions que l’escouade ne sait plus convertir depuis le retour des vestiaires.

Jones doit utiliser tout son talent afin de réaliser une belle réception en plongeant près de la touche pour 12 yards ; le deuxième first down de Green Bay dans la seconde mi-temps. L’embellie est néanmoins de courte durée : Rodgers manque Jackson puis Nelson laisse encore tomber une passe ; comme Jones, il a eu ce problème toute la saison. Mais le #12 ne perd pas confiance : alors que la ligne fait un bien meilleur travail pour contenir les blitz, il cible à nouveau Nelson. Le #87 attrape le cuir et transperce la défense en utilisant un block de Jennings pour un gain de 38 yards ; il tente de plonger pour marquer mais il est un poil trop loin.

http://www2.pictures.zimbio.com/gi/Troy+Polamalu+Jordy+Nelson+Super+Bowl+XLV+cwCGq1JTxhBl.jpgGreen Bay est à 2 yards de l’en-but. La défense de Pittsburgh ne compte pas se laisser faire et Woodley sacke Rodgers pour une perte de 6 yards. Mais la machine est enfin remise en route : Polamalu perd Jennings en couverture et le receveur attrape tranquillement un touchdown de 8 yards pour recréer un écart de 11 points.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 10 7 0 17
Green Bay Packers 14 0 7 7 28

 

Green Bay redonne la balle à Pittsbugh qui démarre de ses 34 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 11:57, balle sur PIT 34

 

Bien protégé, Roethlisberger se met au travail : il trouve le Tight End Matt Spaeth pour 9 yards, puis Wallace pour 11. Le blitz force une passe manquée vers Brown, puis Wallace profite d’un superbe block de Ward pour gagner 14 yards sur une screen pass. Le Guard Ramon Foster est pénalisé pour un holding, et les deux passes suivantes de Big Ben accumulent 17 yards grâce à Wallace et Ward.

Pittsburgh se retrouve donc en 3e&3 sur les 25 yards des Packers. Roethlisberger choisit l’option « passe lobée pour le touchdown » : Wallace bat Shields et pénètre dans l’en-but pour un touchdown de 25 yards ! Dans la foulée, pour surfer sur le momentum, Tomlin décide de ramener l’écart à un Field Goal en tentant une conversion à deux points.

Roethlisberger garde la balle et joue une option, transmettant finalement le cuir à Randle El pour ramener l’écart à trois points !

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 10 7 8 25
Green Bay Packers 14 0 7 7 28

 

Pittsburgh donne le coup de réengagement, et Green Bay repart de ses 25 yards.

 

Drive de Green Bay : 7:29, balle sur GB 25

 

Les Packers pensaient à nouveau être à distance, mais ils voient les Steelers revenir juste derrière. Néanmoins, si l’attaque peut confirmer qu’elle a retrouvé l’embrayage, ils peuvent rester en tête. Le souci, c’est que le Quarterback continue quand même de subir la pression : il est sacké par le Defensive End Evander « Ziggy » Hood pour une perte de 4 yards.

Nelson réussit une réception de 9 yards, mais la situation empire quand le Guard Daryn Colledge est pénalisé pour un faux départ, plaçant l’attaque en 3e&10. C’est à ce moment que Rodgers décide de ressortir sa visée laser : dans cette situation difficile, il lance une passe millimétrée qui frise les doigts de Taylor pour arriver dans les bras de Jennings au milieu du terrain ; le receveur est plaqué de justesse par Polamalu après un gain de 31 yards.

Starks trouve la brèche à gauche de la ligne pour 14 yards, puis ajoute un yard sur la course suivante. Rodgers se tourne ensuite vers Jones pour une complétion de 21 yards le long de la touche droite, amenant le ballon à 8 yards de l’en-but. Cette fois, la défense des Steelers doit tenir pour ne pas laisser les Packers prendre 10 points d’écart : le #12 trouve Crabtree pour un yard, puis Jones pour 2.

En 3e&5, Rodgers essaie d’atteindre Nelson dans le coin de l’en-but, mais il s’en faut de quelques centimètres. Cela force Mason Crosby à rentrer sur le terrain pour tenter un Field Goal de 23 yards ; il est réussi. Bien que Green Bay ne s’en tire qu’avec trois points, le drive a pris 10 actions, 70 yards et 5:27, ce qui veut dire qu’il reste à peine plus de deux minutes à jouer.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 10 7 8 25
Green Bay Packers 14 0 7 10 31

 

Green Bay rend la balle à Pittsburgh, et c’est au tour des Steelers de commettre une erreur mentale coûteuse : une pénalité pour brutalité contre Kevaron Fox repousse les champions AFC sur leurs 13 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 1:59, balle sur PIT 13

 

La situation est simple : 119 secondes, 87 yards et un temps-mort pour scorer le touchdown de la victoire. Roethlisberger commence par se connecter avec Miller au milieu du terrain pour 15 yards, puis il combine avec Ward pour 5 yards. La deuxième tentative finit en touche à cause de la pression de Hawk. La troisième tentative vers Wallace est complètement manquée, alors que l’attaque des Steelers semble un peu désorganisée.

C’est donc une 4e&10 fatidique : Roethlisberger recule et tente une nouvelle fois de trouver Wallace, mais il est parfaitement marqué par Williams qui l’empêche de se saisir du ballon ; Bush manque même de l’attaper avant qu’elle ne touche le sol, mais cela n’a aucune importance : Green Bay récupère le cuir et entérine sa victoire.

 

Drive de Green Bay : 0:49, balle sur PIT 33

 

Aaron Rodgers met deux fois le genou à terre, et le trophée Lombardi rentre « à la maison » pour la quatrième fois de son histoire ; 14 ans après la dernière en date.

 

Boxscore finale

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 0 10 7 8 25
GREEN BAY PACKERS 14 0 7 10 31

QT Tps Éq. Type Action Score
1 3:44 GB TD Jordy Nelson, 29y catch (PAT) 07
1 3:20 GB TD Nick Collins, 37y INT return (PAT) 014
2 11:08 PIT FG Shaun Suisham, 33y 314
2 2:24 GB TD Greg Jennings, 21y catch (PAT) 321
2 0:39 PIT TD Hines Ward, 8y catch (PAT) 1021
3 10:19 PIT TD Rashard Mendenhall, 8y run (PAT) 1721
4 11:57 GB TD Greg Jennings, 8y catch (PAT) 1728
4 7:34 PIT TD Mike Wallace, 25y catch (2pt) 2528
4 2:07 GB FG Mason Crosby, 23y 2531

 

Titletown l’a donc emporté sur Super Bowl Town : les Packers augmentent leur record de titres NFL avec 13, alors que les Steelers portent leur bilan au Super Bowl à 6-2.

Green Bay devient le deuxième champion seed #6 (après Pittsburgh au SB XL) et le troisième champion avec « seulement » 10 victoires sur une saison régulière à 16 matchs (après San Francisco au SB XXIII et les Giants au SB XLII). Mais la vraie statistique hallucinante est celle citée en introduction et qui est confirmée à la fin du Super Bowl : Green Bay ayant fait toute la course en tête, l’équipe est bien la première de l’ère du Super Bowl à terminer la saison sans jamais avoir été menée de plus de 7 points (et avec le titre en plus) !

Pour la troisième année consécutive, on abaisse le record du plus petit nombre de courses cumulées (36), bien aidé par le record des Packers pour une équipe (13). Ben Roethlisberger termine à 25 passes réussies sur 40 tentées pour 263 yards, 2 touchdowns et 2 interceptions. Jordy Nelson aurait probablement pu battre le record de réceptions dans un Super Bowl (11) s’il n’en avait pas laissé tomber plusieurs en route : il poste quand même un beau match à 9 réceptions pour 140 yards et 1 touchdown.

Le meilleur joueur, sans surprise, est Aaron Rodgers qui a réussi plusieurs lancers magnifiques : il termine à 24 passes réussies sur 39 tentées pour 304 yards et 3 touchdowns.