Fiche SB : Super Bowl XL

 

Présentation

 

Match Seattle Seahawks 1021 Pittsburgh Steelers
Date 5 Février 2006
Lieu Ford Field, Detroit, Michigan
MVP Hines WARD, Wide Receiver, Pittsburgh Steelers
Ligne Vegas Pittsburgh Steelers, +4
Arbitre Bill LEAVY

 

Le champion AFC : Pittsburgh Steelers

 

Head Coach Bill COWHER
Record 11-5 (2e AFC North)
Playoffs Wild Card : @ Cincinnati Bengals, 31-17
Divisional Playoff : @ Indianapolis Colts, 21-18
Conference Championship : @ Denver Broncos, 34-17

 

En 2005, l’AFC a couronné un champion qui revient après une décennie d’absence : Pittsburgh atteint son sixième Super Bowl après avoir été la dynastie des années 1970. Et pourtant, la route a été très compliquée : les Steelers ont fini à 11-5 en sixième position ; ils ont dû disputer trois matchs à l’extérieur en playoffs, chez les trois équipes les mieux classées de la conférence (Cincinnati #3, Indianapolis #1, Denver, #2). C’est la deuxième fois qu’une équipe a eu un tel parcours après New England au SB XX, et la première fois que le seed #6 parvient jusqu’en finale.

Ben Roethlisberger

Ces difficultés viennent du fait que le Head Coach Bill Cowher a dû composer une partie de la saison sans son Quarterback titulaire, le sophomore sensationnel « Big » Ben Roethlisberger, ni son remplaçant, Charlie Batch. Cela a mis un peu plus de poids sur une ligne offensive compétente menée par le Guard Alan Faneca et un jeu de course très efficace constitué du duo Willie Parker – Jerome Bettis ; l’une des histoires de ce Super Bowl est le retour du « Bus » Bettis dans sa ville natale (Detroit) pour son dernier match en NFL. Le jeu aérien peut faire des dégâts avec Randle El, Ward et Miller. De plus, comme de tradition à Pittsburgh, la défense est intraitable avec des playmakers à tous les étages : Casey Hampton, Aaron Smith, Joey Porter, James Farrior, Larry Foote, Ike Taylor et Troy Polamalu.

Titulaires :

  • Quarterback : Ben ROETHLISBERGER.
  • Coureurs : Dan KREIDER, Willie PARKER.
  • Receveurs : Antwaan RANDLE EL, Hines WARD.
  • Tight End : Heath MILLER.
  • Centre : Jeff HARTINGS.
  • Guards : Alan FANECA, Kendall SIMMONS.
  • Offensive Tackles : Marvel SMITH, Max STARKS.
  • Nose Tackle : Casey HAMPTON.
  • Defensive Ends : Aaron SMITH, Kimo VON OELHOFFEN.
  • Inside Linebackers : James FARRIOR, Larry FOOTE.
  • Outside Linebackers : Clark HAGGANS, Joey PORTER.
  • Cornerbacks : Ike TAYLOR, Deshea TOWNSEND.
  • Safeties : Troy POLAMALU, Chris HOPE.
  • Kicker : Jeff REED.
  • Punter : Chris GARDOCKI.

 

Le champion NFC : Seattle Seahawks

 

Head Coach Mike HOLMGREN
Record 13-3 (1er NFC West)
Playoffs Divisional Playoff : vs. Washington Redskins, 20-10
Conference Championship : vs. Carolina Panthers, 34-14

 

Le Super Bowl XL joue la carte de l’opposition entre franchise expérimentée et franchise novice : les champions NFC sont les Seahawks, créés il y a 30 ans ; en même temps que les Buccaneers qui ont remporté le titre il y a trois ans. C’est la première participation de l’équipe à la grande finale, mais elle possède des éléments qui connaissent déjà cet événement : le Head Coach, Mike Holmgren, a ramené le trophée Lombardi à Green Bay en remportant le SB XXXI ; il y a également l’ex-Giant et Buc receveur Joe Jurevicius ou les ex-Rams Defensive End Grant Wistrom et Punter Tom Rouen.

Shaun Alexander

L’arrivée de Holmgren a d’ailleurs fait beaucoup de bien aux Seahawks qui ont passé la majeure partie des années 1990 à essayer, sans succès, de poster une saison positive. L’ex-Packer a utilisé ses connexions pour ramener le Quarterback Matt Hasselbeck, qui a solidifié le poste avec des armes comme Bobby Engram, Darrell Jackson ou Jurevicius. Cependant, c’est surtout le coureur Shaun Alexander qui est le point focal offensif : il vient d’établir un record NFL avec 28 touchdowns au sol, étant élu Most Valuable Player et Offensive Player Of The Year, profitant d’une ligne superbe avec le Guard Steve Hutchinson ou le Tackle Walter Jones. La défense a également fait le travail, menant la ligue avec 50 sacks grâce à la ligne composée de Wistrom, Rocky Bernard ou Bryce Fisher. Lofa Tatupu a fait un excellent travail au milieu pour un rookie non-drafté, alors que Marcus Trufant et Michael Boulware patrouillent dans l’arrière-garde.

Titulaires :

  • Quarterback : Matt HASSELBECK.
  • Coureurs : Mack STRONG, Shaun ALEXANDER.
  • Receveurs : Bobby ENGRAM, Darrell JACKSON, Joe JUREVICIUS.
  • Tight End : .
  • Centre : Robbie TOLBECK.
  • Guards : Steve HUTCHINSON, Chris GRAY.
  • Offensive Tackles : Walter JONES, Sean LOCKLEAR.
  • Defensive Tackles : Chartric DARBY, Rocky BERNARD.
  • Defensive Ends : Bryce FISHER, Grant WISTROM.
  • Middle Linebacker : Lofa TATUPU.
  • Outside Linebackers : Leroy HILL, D.D. LEWIS.
  • Cornerbacks : Andre DYSON, Marcus TRUFANT.
  • Safeties : Michael BOULWARE, Marquand MANUEL.
  • Kicker : Josh BROWN.
  • Punter : Tom ROUEN.

 

1er Quart-Temps
Seattle 0 – Pittsburgh 0

 

Jeff Reed de Pittsburgh donne le coup d’envoi que Josh Scobey remonte 15 yards jusqu’aux 18 yards de Seattle.

 

Drive de Seattle : 14:55, balle sur SEA 18

 

Matt Hasselbeck commence le match avec une passe courte pour Darrell Jackson de 7 yards ; le duo récidive pour 5 yards et le first down. Shaun Alexander se montre à son tour, gagnant 8 yards sur sa première course. La connexion Hasselbeck-Jackson fait encore des merveilles pour 8 yards et un autre first down.

Alexander ajoute un yard au sol, puis le Quarterback cherche pour la quatrième fois son receveur Jackson ; cette fois la passe est imprécise, plaçant Seattle en 3e&9. Hasselbeck est alors sacké par le Linebacker Clark Haggans pour une perte de 4 yards ; de plus le Tackle Sean Locklear est pénalisé pour un holding. La défense force donc un punt des Seahawks.

 

Drive de Pittsburgh : 12:09, balle sur PIT 20

 

Le moins qu’on puisse dire est que Pittsburgh ne démarre pas idéalement : le Tight End Heath Miller est pénalisé pour un faux départ, et le Linebacker Leroy Hill plaque le coureur Willie Parker pour un gain nul. Une screen pass pour Parker n’est pas plus réussie pour un petit yard, puis c’est au tour du Guard Alan Faneca de faire un faux départ, rendant le drive encore plus compliqué.

En 3e&19, Ben Roethlisberger se retrouve sans solution et scramble pour 10 yards ; ce n’est pas suffisant et les Steelers doivent se dégager à leur tour.

 

Drive de Seattle : 9:39, balle sur SEA 36

 

Le Defensive End Kimo Von Oelhoffen réussit une belle action en faisant tomber le coureur Mack Strong pour un gain nul par le bout de la chaussure, mais Hasselbeck prouve que lui aussi possède de bonnes jambes : il scramble pour 9 yards. Il revient à une méthode plus traditionnel, son bras, et trouve à nouveau Jackson pour 10 yards.

La screen pass pour Alexander n’est pas très précise et le coureur est plaqué pour une perte de 2 yards par le Defensive End Brett Keisel. Hasselbeck continue de bouger dans la poche afin d’éviter la pression et se connecte avec Bobby Engram pour 6 yards ; il poursuit avec une nouvelle complétion vers Jackson qui gagne 18 yards, mais un holding du Guard Chris Gray annule ce beau gain.

Seattle est en 3e&16 et le Quarterback tente à nouveau de viser Jackson ; la passe est très mauvaise et le Cornerback Ike Taylor rate une interception qui lui semblait promise. Les Seahawks doivent se dégager pour la deuxième fois du match.

 

Drive de Pittsburgh : 5:39, balle sur PIT 20

 

Superbe travail du Safety Marcus Trufant qui plaque Parker pour un gain nul, puis le coureur est stoppé après 6 yards par Hill. En 3e tentative, la passe de Roethlisberger pour Hines Ward est trop courte et touche le sol avant d’atteindre le receveur.

Toujours aucun first down pour Pittsburgh qui exécute son deuxième punt, et il n’est pas très bon ; il parcourt seulement 37 yards, et Peter Warrick le remonte 12 yards de plus, plaçant la balle quasiment au milieu du terrain.

 

Drive de Seattle : 4:01, balle sur SEA 49

 

Alexander commence par engranger 4 yards sur une course en puissance au milieu, puis Hasselbeck reprend les commandes et continue son bon début de match (si on excepte cette passe presque interceptée) : une énième passe rapide pour un parcours intérieur de Jackson est transformée en gain de 20 yards par le receveur ; un vrai classique de la West Coast Offense que Holmgren – assistant du légendaire 49er Bill Walsh – a importé à Green Bay puis à Seattle.

Le Quarterback trouve alors Joe Jurevicius pour 11 yards. Il décide ensuite de viser l’en-but : devinez le nom de sa cible ? Bien entendu, Darrell Jackson : après un nouveau déplacement malin pour éviter le pass-rush, Hasselbeck délivre un laser pour son receveur et le premier touchdown du match… du moins le croit-on. Le Safety Chris Hope se plaint d’avoir été poussé, et l’arbitre est du même avis, jetant son mouchoir jaune : le receveur est pénalisé pour une interférence de passe offensive, annulant le touchdown.

https://cdn-s3.si.com/s3fs-public/images/super-bowl-xl-pass-interference-3-screen_0.jpgSeattle est en 1e&20 et Alexander ne peut gagner que 3 yards en deux courses, avant que Hasselbeck ne tente le touchdown avec une passe lobée dans le coin de l’en-but pour D.J. Hackett ; gêné par le Cornerback Bryant McFadden, il ne peut se saisir de la balle. Les Seahawks doivent donc se contenter d’un Field Goal de 47 yards de Josh Brown pour les premiers points du match.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Seattle Seahawks 3 3
Pittsburgh Steelers 0 0

 

Seattle réengage directement en touchback.

 

Drive de Pittsburgh : 0:17, balle sur PIT 20

 

Roethlisberger essaie de gagner un first down avec son bras, mais les Steelers n’arrivent vraiment à rien : son premier lancer est relâché par le receveur Cedrick Wilson, le Cornerback Jordan Babineaux dévie la tentative vers Ward, et la passe longue vers Nate Washington est bien trop imprécise.

Le premier quart-temps se termine sur un duel défensif, mais l’attaque des Seahawks a au moins réussi à avancer pour marquer des points ; celle des Steelers n’a toujours pas le moindre first down.

 

2e Quart-Temps
Seattle 3 – Pittsburgh 0

 

Chris Gardocki dégage son équipe pour la troisième fois consécutive, et Peter Warrick fait un travail remarquable pour le remonter 34 yards. Malheureusement, comme souvent dans ces cas-là, c’est grâce à une pénalité : un holding fait reculer Seattle sur ses 25 yards.

 

Drive de Seattle : 14:44, balle sur SEA 25

 

Alexander gagne 5 yards pour démarrer le drive, avant une passe trop haute de Hasselbeck pour Engram. Le Quarterback règle la mire et atteint Jurevicius pour 15 yards et le first down ; encore une fois, il s’est déplacé dans la poche pour éviter la pression. Alexander ajoute 8 yards en deux courses, mais le Tight End Jerramy Stevens ne peut conserver le contrôle d’une passe de Hasselbeck sur l’impact de Hope.

Les arbitres décrètent que c’est une passe incomplète et non un fumble, ce qui peut prêter à discussion : Stevens a quand même eu le temps de se retourner avant de recevoir le plaquage du Safety. Quoi qu’il en soit, cela fait caler le drive et les champions NFC doivent punter.

 

Drive de Pittsburgh : 12:13, balle sur PIT 20

 

Roethlisberger est chassé par le Defensive End Bryce Fisher, forçant une passe ratée vers Ward. Le local de l’étape, Jerome Bettis, porte son premier ballon pour 2 yards. Il faut ensuite toute la dextérité du receveur Antwaan Randle El pour attraper le cuir et plonger derrière le mât ; un gain de 8 yards qui signifie le premier first down du match pour Pittsburgh !

Cela semble enfin débloquer l’attaque : l’action suivante est une end around pour Ward qui gagne 18 yards. Les champions AFC ont enfin trouvé le levier de vitesse offensif, mais ils vont rapidement retomber au point mort : Roethlisberger utilise la play-action et essaie une bombe vers Randle El ; Michael Boulware réussit un formidable bond pour intercepter la passe au vol.

 

Drive de Seattle : 10:09, balle sur SEA 17

 

Hasselbeck continue d’alterner entre passes rapides et déplacements dans la poche pour gêner un maximum le pass-rush : il complète une passe de 3 yards pour Strong, puis Alexander court pour 4 yards. Le Quarterback pense ensuite réussir une petite passe pour Strong qui doit gagner le first down, mais le Cornerback Deshea Townsend le stoppe pour seulement 2 yards.

En 4e&1, Holmgren ne prend aucun risque et punte ; Randle El réussit un retour sympathique de 12 yards (il fumble mais il était déjà déclaré down).

 

Drive de Pittsburgh : 8:15, balle sur PIT 41

 

Quand les Seahawks ont été placés dans une situation similaire en première période, ils ont marqué ; les Steelers vont chercher à en faire de même. Cela ne début pas de la meilleure des façons avec Parker qui ne gagne que 4 yards en deux courses, mais Roethlisberger échappe à la pression et envoie une shovel pass pour Ward qui engrange 12 yards. Parker a toujours du mal avec seulement un yard, donc le Quarterback revient à la passe : il se connecte avec Wilson pour 20 yards.

Ce drive bien parti va néanmoins tourner de plus en plus mal sur les actions suivantes : Ward manque le touchdown pour quelques centimètres, Miller est pénalisé pour une interférence de passe offensive, et Wistrom sacke Roethlisberger pour une perte de 8 yards. Cette série catastrophique laisse Pittsburgh en 3e&28 ; le moment que choisit le jeune lanceur pour faire des étincelles : il se débarrasse du pass-rush en sortant de la poche sur sa gauche, fait bien attention de ne pas dépasser la ligne de scrimmage pour ne pas être en faute, puis envoie une passe longue sur la droite du terrain jusqu’à Ward qui attrape la balle à 3 petits yards de l’en-but. C’est un gain de 37 yards sur une improvisation géniale de Ben Roethlisberger, le genre d’actions dont il est coutumier.

Mais la défense n’a pas dit son dernier mot : Bettis ne parcourt que 2 yards sur les deux premières tentatives, amenant une 3e&1. Roethlisberger décide de garder le ballon et de courir lui-même sur une feinte : il part sur la gauche et plonge vers l’en-but ; l’arbitre fait de suite le signe du touchdown. Le ralenti n’est pas si catégorique : D.D. Lewis vient percuter le Quarterback et repousse le bras qui porte la balle, et il est difficile de dire si le ballon (en partie caché par le bras de Big Ben) est entré dans le plan vertical formé par la ligne d’en-but avant que le #7 ne soit déclaré down.

https://cdn-s3.si.com/s3fs-public/images/ben-roethlisberger-super-bowl-xl-touchdown-airborne-hk_0.jpgHolmgren demande un arbitrage vidéo : l’arbitre principal Bill Leavy est incapable de prendre une décision tranchée suite aux images ; selon la règle, la décision sur le terrain est donc entérinée : touchdown pour Pittsburgh.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Seattle Seahawks 3 0 3
Pittsburgh Steelers 0 7 7

 

Pittsburgh renvoie la balle à Seattle qui la remonte jusqu’aux 37 yards, mais une nouvelle pénalité pour holding ramène le ballon sur les 27.

 

Drive de Seattle : 1:46, balle sur SEA 27

 

Assommés mais pas abattus, les Seahawks ont encore un peu de temps pour tenter de remonter le terrain et de marquer avant la mi-temps. Hasselbeck complète trois passes vers Jurevicius, Alexander et Engram pour un total de 33 yards. Il tente ensuite un magnifique coup de poker avec une passe longue dans le coin de l’en-but pour Jackson qui a disparu après son début de match tonitruant : le receveur perd de vue où il est sur le terrain et met malheureusement le pied en touche de peu.

Holmgren stupéfie alors tout le monde en appelant une course d’Alexander (!) qui ne gagne que 4 yards, surtout que Seattle n’a plus de temps-mort. Hasselbeck perd énormément de temps à appeler sa tactique ensuite, et une nouvelle passe longue pour Jackson termine en touche. Ce gaspillage de temps coûte quelques actions qui aurait pu rapprocher Josh Brown : le Kicker manque sa tentative de 54 yards sur la droite des poteaux, et Seattle termine ce drive sans point.

 

Drive de Pittsburgh : 0:02, balle sur PIT 44

 

Roethlisberger met un genou au sol et Pittsburgh part aux vestiaires avec un court avantage grâce avant tout à sa défense. Seattle aurait pu mener 10-7 en concrétisant ses occasions mais rien n’est perdu.

 

3e Quart-Temps
Seattle 3 – Pittsburgh 7

 

Josh Brown donne le coup d’envoi de la deuxième mi-temps que Ricardo Colclough remonte 21 yards jusqu’aux 25 yards de Pittsburgh.

 

Drive de Pittsburgh : 14:54, balle sur PIT 25

 

Rien n’est perdu pour Seattle… à moins de faire un retour de pause catastrophique. Après une passe ratée de Roethlisberger pour Ward, Parker améliore très nettement ses statistiques faméliques de 11 yards en 6 courses : Faneca réalise un sweep pour bloquer Hill, le Right Tackle Mike Starks bloque Lofa Tatupu, Boulware se met tout seul hors de position, et le Safety Eric Pruitt (qui a remplacé le titulaire Marquand Manuel blessé) se retrouve à essayer de rattraper sans succès un Parker parti comme une fusée.

https://imagesvc.timeincapp.com/v3/mm/image?url=https%3A%2F%2Fcdn-s3.si.com%2Fs3fs-public%2Fimages%2Fwillie-parker-super-bowl-xl-touchdown-run-front-view-ds_0.jpg&w=700&q=85Le coureur établit un nouveau record du Super Bowl avec un touchdown au sol de 75 yards, battant d’un petit yard celui du Raider Marcus Allen lors de sa fameuse course folle au SB XVIII.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Seattle Seahawks 3 0 0 3
Pittsburgh Steelers 0 7 7 14

 

Pittsburgh rend la balle à Seattle qui la remonte jusqu’à ses 29 yards.

 

Drive de Seattle : 14:31, balle sur SEA 29

 

Nouveau coup de bambou sur la tête des Seahawks qui doivent répondre le plus vite possible pour ne pas se laisser distancer plus avant. Haggans empêche Alexander de réussir une réception, alors Hasselbeck trouve l’autre coureur, Maurice Morris, pour 6 yards. Strong ajoute 7 yards au sol, puis le Most Valuable Player fait son show : il engrange 21 yards dans une course rageuse sur l’extérieur.

Hasselbeck tente à nouveau de se connecter avec Stevens, mais le Tight End ne peut conserver le contrôle du cuir, prenant un gros choc de la part du Safety Troy Polamalu. Alexander avance de 5 yards, mais la connexion Hasselbeck-Jackson est totalement grippée : le receveur ne s’attend même pas à la passe de son Quarterback, et le ballon tombe au sol.

Seattle doit tenter à nouveau un Field Goal, mais Josh Brown n’est vraiment pas dans un bon jour : il rate de 50 yards à gauche des poteaux.

 

Drive de Pittsburgh : 11:40, balle sur PIT 40

 

Au contraire, pour Pittsburgh, tout va bien : Roethlisberger complète une passe que Ward attrape du bout des doigts pour 15 yards. Bettis ajoute 6 yards, puis un nouvel échange entre Big Ben et Ward amène 16 yards. Le Bus a les pneus bien chaud, et il fait sa part du travail avec 12 yards ; il en accumule 4 de plus ensuite, ce qui place les Steelers à 7 yards de l’en-but.

Boulware décide de planter un gros signe stop devant le Bus pour un gain nul et forcer une 3e&7 capitale : un touchdown ici et le match pourrait devenir très compliqué pour les champions NFC. Ces derniers font donc la seule chose à faire : réussir une action d’éclat ; Roethlisberger vise Wilson, qui doit être libéré sur un petit parcours extérieur par des routes croisées, mais le Safety Kelly Herndon parvient à s’interposer et à intercepter une passe bien trop molle du Quarterback.

Commence alors une course folle pour aller jusqu’à l’en-but adverse ; c’est finalement Randle El qui fait un effort gigantesque en diagonal pour le plaquer sur les 20 yards des Steelers. Même s’il n’est pas allé au bout, Herndon établit un nouveau record du Super Bowl avec un retour d’interception de 76 yards ; de manière assez amusante, lui aussi bat l’ancien record d’un Raider d’un petit yard (75 yards de Willie Brown au SB XI).

 

Drive de Seattle : 7:38, balle sur PIT 20

 

C’est exactement le genre de choses dont les Seahawks ont besoin pour relancer le match, mais cette fois il faut vraiment aller dans l’en-but. Alexander se bat pour gagner 4 yards, puis la passe suivante est derrière Engram qui ne peut la contrôler. Sur la 3e tentative, Stevens parvient ENFIN à se libérer sur des parcours croisés et contrôle une passe sans prendre un gros impact derrière ; il score un touchdown de 16 yards.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Seattle Seahawks 3 0 7 10
Pittsburgh Steelers 0 7 7 14

 

Seattle tape le réengagement directement en touchback.

 

Drive de Pittsburgh : 6:45, balle sur PIT 20

 

Parker porte la balle pour 6 yards en deux courses, mais Verron Hayes est stoppé après un gain de 2 yards seulement ; l’élan a changé de camp et c’est un rapide 3&out pour les Steelers.

 

Drive de Seattle : 4:38, balle sur SEA 27

 

Malheureusement pour Stevens, ses mauvaises mains reviennent le hanter sur la première passe du drive ; il laisse tomber sa troisième réception du match. Alexander est pénalisé pour un faux départ ensuite, et cela n’augure rien de bon pour la suite de la possession. Une passe longue pour Jurevicius tombe au sol, puis une complétion pour Strong ne couvre que 13 yards ; la pénalité aura été coûteuse.

Seattle punte à son tour, et Randle El fait un retour intéressant de 20 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 3:39, balle sur PIT 36

 

Cependant, les Steelers n’en font rien de spécial : la passe pour Jerame Tuman est bien défendue par Tatupu, le scramble de Roethlisberger ne gagne que 8 yards, et son lancer pour Ward est précipité par le pass-rush. Nouveau 3&out et punt pour les champions AFC, mais c’est une merveille : Seattle se retrouve plaqué à 2 yards de son en-but.

 

Drive de Seattle : 2:41, balle sur SEA 2

 

Alexander donne un peu d’air à l’attaque avec un gain de 5 yards, puis Hasselbeck lui-même scramble pour 8 yards et un first down. Le Quarterback distribue alors les passes courtes : Ryan Hannam pour 3 yards, Hannam à nouveau pour 9 yards puis Engram lancé pour 21. Le Quarterback a le temps de faire une dernière tentative juste avant la fin du quart-temps, mais il ne trouve pas Jurevicius.

Seattle a frôlé la catastrophe, mais l’équipe est encore dans le match alors que l’on bascule dans les 15 dernières minutes de jeu (au moins).

 

4e Quart-Temps
Seattle 10 – Pittsburgh 14

 

Et le tempo offensif des champions NFC ne faiblit pas : Alexander court pour 5 yards, puis Hasselbeck se connecte avec Engram de nouveau pour 17 yards ; ce dernier a vraiment émergé pour remplacer un Jackson qui a disparu. Alexander ajoute 11 yards en deux courses, et le train de Seattle semble se diriger tout droit dans l’en-but à ce rythme.

Stevens choisit le meilleur moment pour retrouver ses mains avec une belle réception de 17 yards qui place la balle à un petit yard de l’en-but… mais la joie est de courte durée : Locklear est pénalisé pour un holding sur Haggans. Le ralenti semble néanmoins indiquer que le défenseur est hors-jeu, lui donnant un avantage et forçant le Tackle à faire faute pour contrebalancer.

Cette décision est lourde de conséquences : sur l’action suivante, Hasselbeck est sacké par le Nose Tackle Casey Hampton pour une perte de 5 yards. Bien qu’Alexander récupère 7 yards sur une course, le Quarterback est forcé de compléter une 3e&18 ; sa passe vers Jackson est complètement ratée et atterit tout droit sur Ike Taylor qui la remonte 24 yards.

Pour couronner le tout, Hasselbeck plaque lui-même Taylor et prend une pénalité de 15 yards pour block en-dessous de la ceinture ; ce qui est totalement contestable car il a plongé dans les genoux du porteur de balle, pas des bloqueurs à côté de lui.

 

Drive de Pittsburgh : 10:46, balle sur PIT 44

 

Cela fait beaucoup de points potentiels laissés en route par Seattle, et avec la pénalité, Pittsburgh est presque au milieu du terrain. Parker ne gagne qu’un yard, mais Roethlisberger trouve Randle El pour 7 yards puis scramble lui-même pour 5 yards et le first down.

C’est à ce moment que la franchise de Pennsylvanie décide de porter l’estocade : le Quarterback remet la balle à Parker, qui la transmet à Randle El sur une reverse. Le receveur ne semble pas pressé de faire le tour pour accélérer sur le côté, et pour une bonne raison : il arme son bras et délivre une merveille de passe lobée à Ward qui score un touchdown de 43 yards !

https://cdn-s3.si.com/s3fs-public/images/hines-ward-touchdown-leap-super-bowl-xl-jwm_0.jpgAncien Quarterback universitaire à Indiana, Randle El devient le premier receveur et le troisième non-Quarterback à lancer une passe de touchdown après les coureurs Robert Newhouse de Dallas (SB XII) et Lawrence McCutcheon des Los Angeles Rams (SB XIV).

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Seattle Seahawks 3 0 7 0 10
Pittsburgh Steelers 0 7 7 7 21

 

Pittsburgh frappe le renvoi que les Seahawks remontent jusqu’à leurs 16 yards.

 

Drive de Seattle : 8:48, balle sur SEA 16

 

La fin des deux précédents drives pèse lourd dans la balance, mais Seattle ne doit pas se démoraliser pour avoir une chance de revenir dans le match. Malheureusement, la connexion Hasselbeck-Jackson est vraiment éteinte avec une nouvelle tentative imprécise. Le Quarterback décide de faire le travail lui-même avec un scramble-slalom de 18 yards ; il fumble à la fin en plongeant en avant, mais il est clair que le Linebacker Larry Foote le touche avant, ce qui termine l’action avant la perte de balle.

Alexander ajoute 4 yards après cette grosse frayeur, et Hasselbeck trouve Jurevicius pour 13. Une nouvelle passe longue n’a pas plus de succès que la précédente, avant une autre course d’Alexander pour seulement 2 yards. En 3e&8, c’est le moment que choisit le Coordinateur Défensif Dick LeBeau pour appeler un parfait blitz : Hasselbeck ne voit pas Deshea Townsend arriver ; c’est une perte de 5 yards. Ce punt pourrait sceller le match si Pittsburgh peut conserver la balle.

 

Drive de Pittsburgh : 6:15, balle sur PIT 20

 

Bettis est stoppé pour une perte de 2 yards par le Defensive Tackle Chartric Darby, mais le Bus remet la marche avant et en gagne 6 sur la tentative suivante. La 3e&6 cruciale est convertie grâce à un superbe effort de Randle El sur une screen pass ; il engrange 7 yards. Bettis accumule 7 yards sur deux courses alors que les Seahawks commencent à utiliser leurs temps-morts, mais Big Ben joue de sa mobilité et de son gabarit pour obtenir un nouveau first down.

Bettis court 6 yards en trois tentatives et ne parvient pas à terminer le match, mais les dégâts sont déjà faits au niveau du chronomètre : les Seahawks vont avoir moins de deux minutes pour scorer deux fois, en démarrant de leurs 20 yards.

 

Drive de Seattle : 1:51, balle sur SEA 20

 

Hasselbeck ne s’avoue pas vaincu et trouve Stevens pour 6 yards puis Jurevicius pour 35, mais c’est une vraie course contre la montre. Après trois passes manquées, il convertit une 4e&10 avec une complétion de 13 yards pour Engram. La tâche est néanmoins devenue impossible, et il finit par rendre les armes à 3 secondes de la fin sur une 4e tentative manquée.

 

Drive de Pittsburgh : 0:03, balle sur PIT 23

 

Roethlisberger pose un genou au sol et Pittsburgh peut fêter son retour au sommet de la NFL ; les Steelers ont attendu 26 ans avant de soulever à nouveau le trophée Lombardi.

 

Boxscore finale

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Seattle Seahawks 3 0 7 0 10
PITTSBURGH STEELERS 0 7 7 7 21

QT Tps Éq. Type Action Score
1 0:22 SEA FG Josh Brown, 47y 30
2 1:55 PIT TD Ben Roethlisberger, 1y run (PAT) 37
3 14:38 PIT TD Willie Parker, 75y run (PAT) 314
3 6:45 SEA TD Jerramy Stevens, 16y catch (PAT) 1014
4 8:56 PIT TD Hines Ward, 43y catch (PAT) 1021

 

Avec cette victoire, les Steelers remportent leur cinquième Super Bowl ; ils rejoignent San Francisco et Dallas en tête du palmarès. Ils deviennent également le premier seed #6 à gagner le titre depuis son instauration en 1990. Bill Cowher et Jerome Bettis ont enfin obtenu leur bague après, respectivement, 14 ans et 10 ans dans la ville de l’acier : le premier a vengé sa défaite du SB XXX, le deuxième a gagné la finale dans la ville où il est né.

Un match avant tout gagné par la défense, les erreurs de Seahawks en attaque / sur équipes spéciales… et, selon certains, les arbitres. En effet, les critiques pleuvent de la part des médias sur l’arbitrage à sens unique qui a (selon eux) faussé le match. Bill Leavy n’aide en rien en déclarant, un peu plus tard, qu’il s’est trompé sur deux actions en dernier quart-temps ; nul doute que l’erreur la plus grossière – la pénalité sur Hasselbeck – en fait partie.

C’était vraiment un match bizarre offensivement, du début à la fin : Ben Roethlisberger devient à la fois le plus jeune Quarterback à remporter le titre (23 ans et 11 mois) et le plus « mauvais Quarterback vainqueur » avec un QB Rating de 22.6 (9 passes réussies sur 21 tentées pour 123 yards et 2 interceptions). Willie Parker termine avec 10 courses pour 93 yards mais un touchdown record de 75 yards. Darrell Jackson a démarré avec 5 réceptions pour 50 yards en 17 minutes avant de disparaître complètement ; Engram (70) et  Jurevicius (93) finissent devant lui). Et que dire d’Antwaan Randle El qui termine avec 3 réceptions pour 22 yards et une passe réussie pour 43 yards et un touchdown.

Il n’aurait pas été surfait de nommer un défenseur meilleur joueur du match, mais c’est finalement Hines Ward qui reçoit la récompense avec 5 réceptions pour 123 yards et le touchdown de la victoire (ainsi qu’une course pour 18 yards).