NFL Team Honors II : Tennessee

500-Titans

Il y avait toujours du scepticisme autour de l’équipe de Tennessee et sa capacité à sortir de l’ornière ; la volonté des Titans de revenir à un style de jeu un peu plus ancien mais à leur sauce, l’Exotic Smashmouth, avait fait sourire. Plus grand-monde ne sourit maintenant que les pièces sont en place : l’équipe possède une ribambelle de jeunes talents qui ne demandent qu’à continuer ensemble, bien soutenus par des vétérans importants ; certains historiques du club, d’autres intelligemment ajoutés en Free Agency. Il reste désormais à solidifier tout cela pour avoir des résultats plus constants et avoir un meilleur record dans la division.

A lire avec espoir en l’avenir (ça changera un peu).

 

TENNESSEE TITANS
2e AFC South ~ 9-7

 

Les prévisions de Madame Soleil 2016

 

La saison 2015 avait montré quelques améliorations mais insuffisantes, et on en attendait plus en 2016… La réponse du General Manager Jon Robinson et du nouveau Head Coach Mike Mularkey était pour le moins intéressante ; dans cette période de passe-à-tout-va en NFL, ils avaient décidé de retourner à un style un peu plus traditionnel et rappelant la belle période des Titans (celle qui les avait vus aller au Super Bowl XXXIV) : lignes puissantes des deux côtés du ballon, cheval de travail à la course et Quarterback qui complète. L’équipe avait donc continué d’investir dans les gros : du côté de la ligne offensive (qui en avait besoin), il y avait eu la signature de l’ex-Texan Ben Jones et la draft au premier tour du Tackle Jack Conklin ; du côté de la défense, deux des trois choix du deuxième tour de la draft étaient le Defensive End Kevin Dodd et le Defensive Tackle Austin Johnson. Et pour parfaire la métamorphose du jeu de course, non seulement Tennessee avait échangé pour récupérer DeMarco Murray, mais le dernier des trois choix du deuxième tour était Derrick Henry, le plus à même de devenir le successeur d’Eddie George et Chris Johnson.

Si on ajoute l’arrivée en attaque des receveurs Rishard Matthews (ex-Dolphin) et Andre Johnson (ex-AFC South), Marcus Mariota devait sentir qu’il avait un peu plus de talent autour de lui ; le Tackle Taylor Lewan et le Tight End Delanie Walker devaient également se sentir un peu mieux. Dans la défense, il restait cependant le problème de la couverture, et pour cela il y avait eu un petit ménage avec les départs de Coty Sensabaugh et Michael Griffin ; l’ex-Dolphin Brice McCain et l’ex-Cardinal Rashad Johnson étaient arrivés.

Les Titans avaient perdu plusieurs matchs de peu l’année dernière, et il fallait qu’ils démontrent avoir la possibilité de les gagner pour améliorer leur record ; une troisième année dans le top-3 de la draft ne serait pas encourageante pour le futur, mais un record équilibré était sans doute un peu trop tôt.

 

La saison

 

  • Week 1 : Minnesota, 16-25
  • Week 2 : @Detroit, 16-15
  • Week 3 : Oakland, 10-17
  • Week 4 : @Houston, 20-27
  • Week 5 : @Miami, 30-17
  • Week 6 : Cleveland, 28-26
  • Week 7 : Indianapolis, 26-34
  • Week 8 : Jacksonville, 36-22
  • Week 9 : @San Diego, 35-43
  • Week 10 : Green Bay, 47-25
  • Week 11 : @Indianapolis, 17-24
  • Week 12 : @Chicago, 27-21
  • Week 13 : BYE
  • Week 14 : Denver, 13-10
  • Week 15 : @Kansas City, 19-17
  • Week 16 : @Jacksonville, 17-38
  • Week 17 : Houston, 24-17

 

Le bilan

 

  • Global : 9-7.
    • Dans la division : 2-4.
    • Dans la conférence : 6-6.
    • Contre les équipes ayant terminé avec un bilan positif : 6-2.
    • Contre les équipes qualifiées en playoffs : 5-2.
  • Calendrier projeté (avec les bilans de 2015) : 121-135 (0.473, 23e).
  • Calendrier réel (avec les bilans de 2016) : 119-137 (0.465, 28e).
    • Écart entre les deux : -0.008 (21e).

Comme beaucoup nous n’avions pas espéré voir une saison positive de la part des Titans. D’aucuns vont néanmoins pointer vers le calendrier faible, et le fait que certaines victoires « de premier rang » sont arrivées contre des équipes d’ordinaire fortes qui étaient dans une vraie mauvaise passe (Denver, Green Bay, Miami). Critique valide qui tempère un peu l’enthousiasme, certes, mais cela ne remet pas totalement en cause le travail effectué par l’équipe cette saison.

 

La réalité

 

S’il faut trouver des choses qui n’ont pas évolué (ou empiré) cette saison, il faut regarder les pertes de balle encore trop nombreuses, un pass-rush moins efficace et une couverture qui a lâché plus de yards. Mais pour le reste, il y a eu de la progression à tous les points de vue : +82 points marqués (4e), -45 points encaissés (8e), +9 TDs marqués (7e), -8 TDs encaissés (6e), +46.2 yards gagnés par match (2e), +33 big plays réussis (1er), -14 big plays encaissés (8e), +14.2% de conversion de 3e tentative réussie (1er), -5.9% de conversion de 3e tentative autorisée (5e), +7% de voyages en redzone terminant en TD (8e), -9.5% de voyages adverses en redzone terminant en TD (6e) et enfin -15 ballons perdus (1er).

Il est vrai que Tennessee partait de loin sur certaines stats, ce qui fait qu’ils sont à l’équilibre en terme de différence de points (+3), de TDs (+3), de yards par match (+0.5) et de turnover differential (0), mais certaines stats ne mentent pas ; comme le fait d’être top-10 à la fois en conversion de 3e tentative réussie et autorisée. Dernière chose qui aide : les Titans ont bénéficié du plus grand total de fautes commises contre eux (137 pour 74.4 yards par match).

Voici les récompenses de la saison :

Sans faire injure à Marcus Mariota qui a montré une belle progression, il est vraiment difficile de ne pas citer la ligne offensive comme Most Valuable Player de la saison (et c’est encore plus net qu’à Washington). Ce n’est pas une surprise mais plutôt une grande satisfaction, car la franchise a investi dans les gros des deux côtés, et ils ont récupéré les lauriers en ce qui concerne ceux du côté offensif.

http://cdn.fansided.com/wp-content/blogs.dir/35/files/2016/12/8834994-marcus-mariota-nfl-tennessee-titans-cleveland-browns-850x560.jpgC’est d’autant plus fou quand on se rappelle que Tennessee a perdu son Right Guard titulaire Chance Warmack très rapidement dans la saison, mais l’unité a parfaitement tourné sans lui grâce à l’intérim de Josh Kline qui avait été pourtant signé quelques jours avant ; l’ex-Patriot a été extrêmement solide malgré un nouvel environnement. Le Left Guard, l’excellent Quinton Spain, a raté quatre matchs mais a été bien supplanté par Brian Schwenke. La signature du Centre Ben Jones a été une totale réussite et il a de suite pris en main la tête de l’unité tout en construisant un rapport préférentiel avec Mariota. Taylor Lewan a confirmé qu’il était très solide en Left Tackle, et le rookie Jack Conklin a fait une entrée fracassante dans la ligue en Right Tackle (même s’il lui arrive d’être encore assisté contre les meilleurs pass-rushers). Les Titans savent ce qu’ils veulent faire, et ils ont mis tout en oeuvre pour le réaliser ; la ligne offensive en est la preuve #1.

Avec le départ définitif de Zach Brown à Buffalo, l’Inside Linebacker Wesley Woodyard a eu les clés du camion pendant toute la saison, et encore une fois il a fait le travail. Mais il faut lui associer Avery Williamson qui a retrouvé un niveau plus proche de ce qu’il a déjà produit auparavant (avec plus de snaps). La défense au sol a été bien meilleure en 2016, et le duo d’Inside Linebackers a été plus efficace ; les Titans n’ont encaissé que 88.3 yards par match (2e), 10 TDs (9e) et 34 big plays (3e) à la course cette saison, à tel point qu’ils ont poussé les adversaires à jouer 75.3% à la passe !

http://cdn.fansided.com/wp-content/blogs.dir/35/files/2016/12/9741438-wesley-woodyard-avery-williamson-nfl-denver-broncos-tennessee-titans-847x560.jpgWilliamson a été le plus utilisé des deux, ce qui explique qu’il termine en tête de l’équipe avec 103 plaquages ; il a également totalisé 2 sacks, 8 hurries, 1 passe défendue, 1 INT et 1 fumble forcé, soit une bien meilleure saison qu’en 2015. Woodyard a joué son rôle habituel de solide vétéran avec 57 plaquages dont 6 à perte, 2 sacks, 6 hurries, 5 passes défendues et 1 INT. L’ex-Steeler Sean Spence a surtout été visible en couverture (3 passes défendues) et dans le pass-rush (3 sacks).

Puisqu’on parle du pass-rush, évoquons les autres Linebackers, les Outside : Brian Orakpo et Derrick Morgan semblent avoir enclenché la troisième vitesse par rapport à 2015, constituant un sacré duo avec 19.5 sacks et 34 hurries à eux deux ; ils ont également 5 passes défendues et 1 fumble forcé. C’est une bonne chose, mais relisez ce qui a été écrit juste au-dessus : les adversaires ont passé 75.3% du temps (2e NFL), ce qui veut dire que malgré le duo terrible, le taux de sack réussi par action de passe a chuté de 7.2% en 2015 (6e) à 5.9% en 2016 (13e). Il manque toujours un peu de soutien derrière eux (et un troisième homme dont nous allons reparler rapidement).

Quand les Titans ont décidé d’aller repêcher le coureur DeMarco Murray qui avait la tête dans la seau à Philadelphie, il y avait de l’interrogation à tour de bras chez les observateurs. Quelques mois plus tard, force est de constater que le coureur avait simplement besoin de changer d’air ; celui de Nashville lui a fait énormément de bien. Derrière une ligne offensive qui lui a ouvert les brèches, Murray a également su casser les plaquages pour chercher les yards supplémentaires avec une année de rédemption : 293 courses pour 1287 yards et 9 TDs ; son seul défaut est d’avoir commis 3 fumbles, même s’il n’en a perdu qu’un seul. Et ce n’est pas tout : le bonhomme a rajouté 53 réceptions pour 377 yards et 3 TDs (sans drop) ; il a donc été le meilleur scoreur de l’équipe avec 12 TDs, et un cheval de travail formidable pour Tennessee.

Quelle différence peut faire une année : les Titans sont passés de la 22e équipe au sol en terme de playcall (38%) à la 3e (47.2%) en une intersaison ! Rien d’étonnant quand on voit les stats finales : 136.7 yards par match (3e), 16 TDs (12e) et 59 big plays (4e). Derrière Murray, le rookie Derrick Henry a dû patienter pour trouver du temps de jeu, mais il s’est acclimaté au fur et à mesure pour terminer avec une ligne de stats très respectable : 110 courses pour 490 yards et 5 TDs ; n’oublions pas l’apport de Mariota avec 60 courses pour 349 yards et 2 TDs, et on comprend que l’Exotic Smashmouth n’était pas un vain mot.

Il va devenir un habitué de la récompense, mais c’est parce qu’il est d’une constance remarquable à un haut niveau ; le Defensive Tackle Jurrell Casey est toujours le meilleur défenseur de l’équipe. Il a été le fer de lance d’une ligne défensive qui a été la première à établir les fortifications contre la course (44 plaquages dont 3 à perte), il est toujours un pass-rusher redoutable (5 sacks et 17 hurries) et il peut dévier une passe de temps en temps (5).

A ses côtés, Da’Quan Jones confirme qu’il est une présence à redouter surtout contre la course où il gêne considérablement les Offensive Linemen ; il totalise 26 plaquages, 1.5 sack, 12 hurries et 1 fumble remonté pour un TD. Karl Klug a joué les troisièmes larrons de service avec 1.5 sack et 12 hurries lui aussi ; le reste de la rotation a été plus discret. Dans l’ensemble, c’était un meilleur travail de la part de l’unité cette saison.

Sans surprise, la récompense va directement dans la besace du premier tour Tackle Jack Conklin. Mais il n’a pas été le seul rookie à participer activement à la saison prometteuse des Titans : le deuxième tour Henry, le troisième tour Safety Keith Byard ou le cinquième tour receveur Tajae Sharpe ont tous apporté leur pierre à l’édifice ; les plus grandes contributions sont venues de Byard et Sharpe puisqu’ils ont joué le plus de snaps de leurs unités respectives (!). C’est une classe très solide qui a déjà amené quelques retours sur investissement, ce qui est très positif pour le futur.

Profitons donc de cette occasion pour parler de Sharpe et des receveurs. Le rookie a été le joueur ayant vu le plus de snaps de son unité et il a totalisé 41 réceptions pour 522 yards et 2 TDs ; il n’a pas réalisé un seul drop, mais son taux de réception est assez catastrophique à 49.4%, il devra travailler sa connexion avec Mariota. Le nouveau venu Rishard Matthews et Delanie Walker ont atteint le même nombre de réceptions (65) avec sensiblement le même nombre de ciblages (108 pour Matthews, 102 pour Walker) et le même nombre de drops (3) ; le receveur a fini avec 945 yards + 9 TDs et le Tight End 800 yards + 7 TDs, formant un bon duo pour le jeune Quarterback.

http://www1.pictures.zimbio.com/gi/Rishard+Matthews+Tennessee+Titans+v+Chicago+RJh17_X0-vyl.jpgC’est Kendall Wright qui a payé les pots cassés avec seulement 29 réceptions pour 416 yards et 3 TDs dans ce qui devrait être la dernière année de l’ancien premier tour chez les Titans. Andre Johnson a réussi 9 réceptions et 2 TDs avant de prendre sa retraite au milieu de la saison.

Au lieu de pointer du doigt un fautif à la saison de Tennessee (il serait dur de le faire vu la progression), pointons plutôt toutes les réactions à l’embauche de Mike Mularkey et à son projet de jeu. Certes, rien n’indique que les Titans ne heurteront pas un plafond rapidement ou, pire, régresseront, mais pour l’instant Jon Robinson et le frère jumeau caché de Kevin Costner appliquent leur vision avec un succès qui ne se dément pas.

Entre le jonglage de choix de draft du premier qui va donner encore DEUX choix de premier tour en 2017 (dont un dans le top-10 !), et les joueurs adhérant parfaitement au discours du second qui semble avoir appris de ses passages précédents à Buffalo ou Jacksonville, il y a une synergie intéressante que certains adversaires de leur propre division devraient envier. Tout cela demandera confirmation en 2017.

Vous allez être surpris ! C’est la ligne offensive. Au lieu de répéter ce qui a déjà été dit, profitons pour parler de l’impact qu’elle a eu sur le jeu de Marcus Mariota, mais également des progrès intrinsèques du jeune lanceur, car tout n’est pas grâce à sa protection.

Voici la ligne de stat de l’ancien Quarterback d’Oregon : 61.2%, 3426 yards (7.6), 26 TDs, 9 INTs, 5 fumbles, 23 sacks et 95.6 de QB Rating. Mariota n’a pas connu de baisse drastique de son taux de complétion malgré plus de passes tentées (451 vs 370), il est resté constant dans la moyenne de yards par passe tentée (bonne chose à 7.6) et son ratio TD-INT s’est amélioré (26-9 vs 19-10) ; encore un bon signe avec plus de passes lancées. On a également remarqué qu’il était plus enclin à lâcher le bras, plus précis sur longue distance, et qu’il a été plus efficace sur 3e tentative. Il n’a toujours pas été intercepté en redzone de sa carrière avec 33 TDs lancés (!!) et il a encore été efficace au sol. Le seul vrai point noir est le nombre de fumbles avec 9 dont 5 perdus ; il devra vraiment faire attention à cela à l’avenir.

Mais sinon c’est donc une excellente saison malheureusement terminée sur une mauvaise note avec cette blessure ; mais il en reviendra et il n’y a aucune raison qu’il ne fasse pas encore des étincelles.

Cela va sonner comme une rengaine, mais encore une fois un groupe de joueurs s’extirpe de la mêlée pour brandir fièrement l’étendard de la médiocrité : la couverture. Au moins son leader, Jason McCourty, a su rebondir après le fiasco 2015, mais derrière… certains vont d’ailleurs utiliser cela pour vous expliquer pourquoi les adversaires sont tellement passés par les airs : pas parce que la défense au sol est bonne, mais parce que la couverture était à la rue !

Ce n’est pas vrai : la défense contre la course a réellement progressé ; vous ne passez pas d’un taux de conversion de 3e tentative autorisée de 42.6% (25e) à 36.7% (7e) avec une défense au sol peu testée et une arrière-garde aux abois. Mais il est vrai que la dernière ligne a besoin d’aide, ce qui a bien été explicité par la libération de Perrish Cox en milieu de saison après une saison catastrophe du joueur malgré 11 passes défendues et 3 INTs. McCourty a « survécu » en étant « le meilleur d’entre eux » avec 69 plaquages, 12 passes défendues, 2 INTs et 1 fumble récupéré mais ce n’est clairement pas un exploit ; de plus, quand il a plongé, il n’y avait pas grand-monde pour récupérer l’affaire.

Valentino (ancien Antwon) Blake n’a pas apporté grand-chose, quelque soit le prénom qu’il porte. Brice McCain a probablement été la moins efficace des signatures en Free Agency malgré ses 10 passes défendues et 2 INTs. Chez les Safeties, Dick LeBeau a fait tourner ses titulaires entre Da’Norris Searcy, le rookie Keith Byard, Daimion Stafford et Rashad Johnson, et dans l’ensemble ils ont été meilleurs que les Corners. Le rookie Byard a été vraiment étonnant avec 58 plaquages, 1 sack et 4 passes défendues ; le vétéran Searcy et lui devraient être les titulaires en 2017. Stafford (2 passes défendues, 1 INT, 1 fumble récupéré) et Johnson (1 passe défendue) ont été un peu en retrait. On peut toujours trouver mieux, mais pour l’instant les besoins sont plus pressants sur les ailes.

Les Titans ont fait un carnage en Free Agency, ajoutant plusieurs joueurs qui ont joué un rôle intéressant voire important cette saison, surtout en attaque avec DeMarco Murray, Ben Jones et Rishard Matthews.

http://www4.pictures.zimbio.com/gi/Demarco+Murray+Minnesota+Vikings+v+Tennessee+8Sog8MeyV2nl.jpgLe coureur l’emporte pour sa production à mille lieues de la saison 2015.

Les ajouts ont été moins couronnés de succès du côté de la défense avec surtout Brice McCain et Rashad Johnson, mais rien de bien catastrophique quand on prend les contrats en compte.

Les victoires 13-10 contre Denver en Week 14 et 19-17 contre Kansas City en Week 15. Elles ont permis aux Titans de poster ENFIN un record positif pendant la saison, mais surtout elles sont arrivées contre deux équipes d’AFC West. Quel dommage que juste derrière…

La défaite 38-17 contre Jacksonville en Week 16. Bien évidemment, la blessure de Mariota est une des raisons de cet échec qui a mis fin aux rêves de playoffs, mais les Titans étaient très mal partis dans le match avant même la blessure de leur meneur.

Est-ce qu’on peut revenir une dernière fois sur la déclaration de Mularkey et son Exotic Smashmouth ? A l’époque où la NFL n’est que je-mets-cinq-receveurs-écartés-et-je-passe-passe-passe, c’était osé… et plutôt réussi pour l’instant.

 

Les besoins

 

La majorité des besoins sont défensifs avec en priorité Cornerback ; il ne serait pas surprenant que le premier tour récupéré dans l’échange avec Philadelphie, qui est dans le top-10, soit à ce poste. Ensuite, il faudrait ajouter du monde chez les receveurs (qui restent toujours un peu faiblards) et les pass-rushers. Le reste serait de la maintenance pour approfondir l’effectif.

 

Le futur

 

Domicile : Jacksonville, Indianapolis, Houston, Baltimore, Cincinnati, LA Rams, Seattle, Oakland.
Extérieur : Jacksonville, Indianapolis, Houston, Cleveland, Pittsburgh, Miami, Arizona, San Francisco.
Record cumulé en 2016 : 111-142-3 (0.439, 30e).

Les Titans vont d’abord devoir améliorer leur record dans la division (2-4) avant de regarder ailleurs, et ce même si le calendrier semble moins difficile que d’autres (attention néanmoins si l’AFC North et la NFC West se réveillent). A noter un alléchant Oakland@Tennessee dans le duel des jeunes Quarterbacks cruellement fauchés à la fin de cette saison entre Carr et Mariota.