Match de Légende : The Guarantee

NFL Historical Imagery

 

La présentation

 

Match New York Jets – Baltimore Colts
Lieu Orange Bowl, Miami
Date 12 Janvier 1969
Occasion Super Bowl III

 

La situation

 

En 1966, les deux ligues concurrentes de football professionnel, la NFL et l’AFL, ont décidé de fusionner quatre ans plus tard. Afin de préparer à cela, une finale entre les champions des deux ligues est instaurée; appelée au début AFL-NFL Championship Game, elle prend définitivement son nom de Super Bowl en 1969; en quelque sorte, Super Bowl III est le “premier” Super Bowl du nom.

SuperbowlIII-LogoMais les résultats ne sont pas encore équilibrés, car les deux premières éditions ont été remportées par les champions NFL, les Packers de Green Bay de Vince Lombardi. Autant dire que l’AFL, déjà perçue comme inférieure, n’arrive pas à se légitimer au yeux des observateurs.

Lombardi ayant pris sa retraite, les Packers ont perdu de leur superbe; les Colts de Baltimore du coach Don Shula en ont profité pour gagner aisément le titre NFL, et cela malgré une blessure de leur légendaire Quarterback Johnny Unitas. Le vétéran Earl Morrall a fait un intérim parfait en son absence, le jeu de course a bien tourné, la défense a été impériale, et l’équipe a terminé première de la Coastal Division à 13-1. Baltimore a ensuite battu Minnesota 24-14 en Divisional Playoffs avant d’écraser les Browns de Cleveland 34-0 en finale NFL.

Du côté de l’AFL, les Jets de New York sont entraînés par une vieille connaissance des Colts, Weeb Ewbank, l’ancien Head Coach de Baltimore entre 1954 et 1962. L’équipe est menée par le Quarterback Joe Namath, surnommé Broadway Joe par son partenaire Sherman Plunkett parce qu’il est apparu sur la couverture de Sports Illustrated (et qu’il est un vrai playboy). Les Jets ont remporté l’East Division de l’AFL à 11-3, puis ils ont battu les Raiders d’Oakland en finale AFL 27-24 dans un match au suspense aussi intense que le fameux Heidi Game entre les deux équipes en saison régulière.

Super Bowl III met donc en opposition deux équipes différentes : les sérieux Colts de Shula contre les fantasques Jets de Namath. Bien entendu, New York n’est pas du tout favorite : les Colts ont dominé la saison NFL, et vu les deux premiers Super Bowls, les Jets sont donnés perdant avec 18 points d’écart. Peu avant le match, Norm Van Brocklin, ancien grand Quarterback devenu coach des Falcons d’Atlanta, dit dans une interview qu’il jugera Namath après qu’il ait joué son premier match professionnel (sous entendu, l’AFL n’est pas une ligue pro).

Tout cela attire la colère des Jets, mais pas autant que celle de Broadway Joe.

Le Jeudi soir avant le match, Namath est reçu au Miami Touchdown Club pour recevoir le prix de meilleur joueur qu’il lui décerne. Alors qu’il est sur le podium, un fan des Colts s’écrie :

Hey, Namath, dimanche les Colts vont vous botter les fesses !

La phrase fait rire pas mal de gens, sauf un Namath exaspéré. Il répond alors :

Woah une minute. Vous n’avez pas arrêté de parler depuis deux semaines et j’en ai marre de vous écouter. Alors j’ai une nouvelle pour vous les gars. On va gagner ce match. Je vous le garantis.

Par ces mots, Namath attaque non seulement les fans des Colts, mais l’ensemble des média qui voient le match joué d’avance. Et il porte la colère d’une ligue entière qui est fatiguée d’être considérée comme inférieure.

 

Le match

 

QUART-TEMPS 1

 

Les Jets décident de commencer le match en se reposant surtout sur les courses de Matt Snell. Si la tactique marche un moment, le premier drive ne donne rien pour l’attaque de New York (mais présage de la suite du match). Sur le drive suivant, les Colts démontrent leur machine bien huilée en attaque, alternant entre passes et courses, mais la défense des Jets finit par les arrêter. Baltimore se retrouve en position pour tenter un Field Goal de 27 yards, mais il est clairement manqué à droite.

Sur le drive suivant, Namath (photo) vise son receveur Don Maynard sur une bombe, mais le lancé est trop long; Maynard était pourtant en avance sur son défenseur. Cette action, et les performances du receveur lors de la finale AFL, poussent la défense des Colts à se concentrer sur lui sans savoir qu’en réalité il joue le Super Bowl avec un ischio-jambier douloureux. Ce changement dans la couverture de passe libère son partenaire George Sauer; c’est d’autant plus important qu’il se retrouve en un-contre-un face au Cornerback Lenny Lyles, et les Jets savent qu’il est affaibli par une angine.

SuperbowlIII-NamathEt pourtant, malgré cela, le premier duel entre les deux tourne à l’avantage du défenseur : après un échange de punts, Sauer reçoit la passe de Namath et Lyles force un fumble récupéré par Baltimore. Cela donne la balle aux Colts sur les 12 yards des Jets, mais la défense répond immédiatement : une passe de Morall est déviée en l’air puis interceptée par le Cornerback Randy Beverly dans son propre en-but.

Le premier quart-temps se termine sans un seul point marqué.

 

QUART-TEMPS 2

 

C’est sur le premier drive du 2e quart-temps des Jets que l’avantage Sauer/Lyles va commencer à se faire sentir : une alternance efficace entre jeu au sol et jeu aérien permet à New York de marquer le premier touchdown du match sur une course de Snell. C’est un petit événement, car c’est la première fois que le champion AFL mène dans un Super Bowl.

New York 7 – Baltimore 0

Baltimore réagit de suite, du moins jusqu’à un point : ils ont une deuxième chance de Field Goal, mais Lou Michaels rate à nouveau sa tentative de 46 yards. Sur le drive suivant, Sauer se fait encore remarquer avec une réception de 35 yards, mais c’est autour des Jets de manquer un Field Goal de 41 yards, ce qui laisse le score à 7-0 pour New York.

Les deux défenses reprennent la main à la fin du quart-temps : les Colts stoppent le seul drive des Jets, alors que New York intercepte Morall à deux reprises par le Cornerback Johnny Sample et le Safety Jim Hudson; la seconde est particulièrement importante, car suite à un flea-flicker le receveur Jimmy Orr est totalement ouvert, mais Morall ne le voit pas et sa passe à un coureur est intercepté par Hudson.

C’est sur cette dernière perte de balle que se termine une première mi-temps dominée par les ratés successifs de l’attaque du champion NFL (dus en partie par l’agressivité de la défense du champion AFL).

 

QUART-TEMPS 3

 

Cet état de fait ne change pas au retour des vestiaires : sur la première action, le coureur des Colts Tom Matte commet un fumble récupéré par la défense des Jets. Après une alternance de courses de Snell et Emerson Boozer, Namath est finalement freiné puis sacké par Baltimore; New York s’en tire avec un Field Goal de 32 yards.

New York 10 – Baltimore 0

Les Colts doivent immédiatement marquer pour revenir dans le match, mais ils font un piteux 3&out, stoppés par la furia défensive des Jets. Baltimore commence alors à vraiment payer le fait de ne pas avoir changé leur schéma défensif (sous-estimant le champion AFL), car Namath utilise toutes les armes à sa disposition pour permettre à New York d’avancer et de marquer un nouveau Field Goal de 30 yards.

New York 13 – Baltimore 0

C’est peu dire que la plupart des observateurs sont totalement pris de court par l’évolution du match.

SuperbowlIII-SnellShula tente un électrochoc en sortant Morall pour le remplacer par Johnny Unitas, mais encore une fois la défense de la Grosse Pomme contient parfaitement l’offensive adverse qui fait un nouveau 3&out. Namath revient vers George Sauer pour le drive suivant, transperçant la défense à nouveau, alors que Snell (photo) apporte sa contribution.

 

QUART-TEMPS 4

 

Au début du dernier quart-temps, les Jets marquent un troisième Field Goal consécutif du kicker Jim Turner, celui-ci de 9 yards (n’oubliez pas que les poteaux étaient sur la ligne d’enbut à l’époque).

New York 16 – Baltimore 0

Cette fois c’est la stupéfaction la plus totale : le champion AFL est en train d’écraser sans contestation le champion NFL.

Le drive suivant scelle définitivement le sort du match quand Unitas est intercepté à nouveau par Beverly. Ewbank demande alors à Namath, blessé au pouce pendant le quart-temps précédent, de jouer de manière conservatrice en donnant la balle à ses coureurs, et la défense fera le reste. Malgré un dernier baroud d’honneur des Colts, avec un touchdown à la course de Jerry Hill et un onside kick réussi, c’est trop peu trop tard.

NEW YORK 16 – Baltimore 7

Les Jets l’emportent et renversent totalement l’ordre établi, offrant la première victoire de l’AFL dans la grande finale.

 

Les conséquences

 

Bien entendu, les gens se rappellent de la garantie de Namath et de l’image du Quarterback victorieux qui quitte le terrain en pointant le doigt en l’air, ce qui explique aussi pourquoi il est nommé Super Bowl MVP. Mais ce sont surtout Snell (30 courses pour 120 yards et 1 TD), Sauer (8 réceptions pour 133 yards) et la défense (4 interceptions et un fumble récupéré) qui ont été les grands bonhommes du match.

Les Colts prendront leur revanche lors du Super Bowl V contre les Cowboys de Dallas, alors que c’est la seule apparition des Jets dans la grande finale à ce jour.

Encore aujourd’hui, les gens considèrent Super Bowl III comme la plus grosse surprise de l’histoire de la finale (et probablement de l’histoire du football professionnel). Comme pour le Greatest Game Ever Played, c’est une combinaison du match en lui-même et surtout de l’impact qu’il a eu sur l’histoire du sport.

Rozelle-MergeEn effet, c’est la première victoire sur le terrain de l’AFL contre la NFL, chose que les Chiefs vont répéter l’année suivante contre les Vikings; de ce fait, lors des quatre Super Bowls avant la fusion, l’AFL égalise contre la NFL à deux partout. Les “petits” ont démontré qu’ils pouvaient rivaliser avec les gros, et plus personne n’a d’objection au projet de fusion porté par Pete Rozelle (photo). La NFL n’aurait sans doute pas la même physionomie aujourd’hui sans cela.

Et finalement, c’est tout à fait normal que ce soit Namath qui garantisse la victoire, qui aide à la délivrer et qui aide ainsi à l’acceptation de la fusion : c’est sa signature à New York en 1965 pour un contrat mirobolant à l’époque (427000$ sur trois ans) qui avait lancé la grande guerre des salaires entre les deux ligues… une guerre qui avait forcé l’AFL et la NFL à faire la paix pour ne pas sombrer, lançant ainsi l’idée de fusion et la création du Super Bowl.

 

La box score

 

Equipes QT1 QT2 QT3 QT4 Final
New York Jets 0 7 6 3 16
Baltimore Colts 0 0 0 7 7