Redskins – Seahawks (Kuro)


Fin de série pour tout le monde


“Sometimes he’s Gross, and sometimes he’s The Man… He is… GROSSMAN !!!”

Outre la nullité absolue de ce jeu de mots, je trouve qu’il reflète parfaitement Rex Grossman : ce gars est capable du meilleur comme du pire, mais ce qu’il a de différent avec les autres QB alternatifs comme Mark Sanchez, Tony Romo ou Joe Flacco c’est que lui connaît plusieurs phases pendant LE MÊME match.

Au 1er QT et 4e QT, c’était The Man, le QB qui bootleg/lance des passes précises, reste droit dans la poche/lance de belles passes en toucher, fait style et émoustille vos filles. Au milieu, c’était Gross, le QB qui court pour sa vie, lance des balles en triple couverture, allume les mouches, fait style et émoustille vos chiens. Les Seahawks en ont profité pour prendre la fuite et mené 17-7 au 4e QT, mais ça n’a pas suffi quand Rex The Man est revenu à l’assaut. Il a mené son équipe à 16 points consécutifs dans le dernier quart et une victoire à l’arrachée sur le terrain des Hawks, et il termine avec un bilan somme toute sympathique : 26/35, 314 yards, 2 TD et 2 INT. Et même pour être précis…

La stat du match qui dit tout :
– The Man (QT 1&4) : 19/22, 248 yards, 2 TD.
– Gross (QT 2&3) : 7/13, 66 yards, 2 INT.

L’autre bonhomme offensif des Reds a été Roy Helu. Le coureur a apporté sa grosse pierre à l’édifice en cumulant 162 yards à lui tout seul, dont 108 yards sur 23 portés à la course (première fois pour lui à 100+ yards). Il a démontré une belle présence physique et une grande capacité athlétique, comme en témoigne son saute-mouton sur le Hawk Roy Lewis et sa résistance au plaquage de Kam Chancellor qui s’en est suivi; il a terminé sa course folle de 28 yards dans l’enbut, le bougre. Du côté des receveurs, le vétéran Jabar Gaffney a été présent avec 72 yards en 5 catchs, et Santana Moss et Fred Davis ont aidé The Man à avancer avec chacun 4 catchs. Enfin, le bonhomme du match qu’on aura probablement oublié la semaine prochaine reste Anthony Armstrong, le receveur aux maigres stats mais qui attrape la bombe de 50 yards permettant aux Reds de passer devant 20-17.

La défense des Hawks a eu un grand mal à stopper les Reds et elle doit plus à l’incompétence de Gross d’avoir pu contenir Washington à 0 points pendant le 2e et 3e QT, preuve en est l’horreur de passe trop courte lancée en triple couverture que Richard Sherman intercepte. Brendan Browner a également fait une interception, mais il se rend coupable de plusieurs pénalités, dont une sur Armstrong sur la bombe (donc non seulement il fait faute, mais pas assez pour l’empêcher d’attraper la balle). Anthony Hargrove enregistre le seul sack.

Non si l’on devait trouver le meilleur joueur du match du côté de la défense des Hawks, il s’appelleraitRed Bryant. Il joue DE, mais ce n’est pas son cassage de QB, son humiliation d’OL ou son ramassage de RB qui lui offre cette honneur; c’est surtout son travail sur équipe spéciale. Le bonhomme nous a fait quelque chose d’assez bluffant dans ce match : il a contré un Field Goal et une transformation personnellement de lui-même ! Et encore plus fort, il n’en est pas à son premier coup : c’est déjà lui qui avait mis la misère au kicker des Browns en le contrant deux fois dans ce mémorable 6-3. Red Bryant, Kickers Personal Nightmare.

Du côté de l’attaque de Seattle, Tarvaris Jackson a fait un match moyen avec 14/30, 144 yards, 2 TD et 1 INT sur le dernier drive du match. On peut trouver des circonstances atténuantes pour Tarvaris car il joue avec un muscle pectoral déchiré, mais ce qui est complètement absurde, c’est que les Hawks ont tradé pour Charlie Whitehurst et que Pete Carroll lui préfère quand même un QB avec un pectoral en charpie. Marshawn Lynch a encore fait des siennes avec une grosse production : 24 portés et 111 yards pour le tractopelle de la côte Ouest qui a marqué sur sa seule réception de 20 yards. Doug Baldwin est le meilleur receveur avec 5 catchs pour 60 yards, et le 2e TD a été marqué par le sophomore Golden Tate à la fin d’un superbe drive de 88 yards en 4e QT, le plus long drive scoreur des Hawks cette saison.

La défense des Reds a réussi à tenir la baraque, presque comme d’habitude j’allais dire. Si Lynch a pu percé la défense avec son style de course tout en finesse, la défense contre la passe surtout a bien contré les assauts aériens. Sidney Rice et Mike Williams ont été tenu à 0 réceptions, et la seule grosse faute, une passe intérférence de Josh Wilson était du flan complet de la part des zèbres. DeAngelo Hall continue son chemin de pénitence pour ne pas s’auto-cuter de l’équipe, mais ce n’est pas en tentant de plaquer un TE par un coup d’épaule qu’il va remonter dans son estime (évidemment le TE n’a pas bougé et a gagné le first down); il se rattrape cependant avec le pick qui scelle la victoire. Gros match des LB Perry Riley et London Fletcher, 11 et 10 plaquages chacun. Encore une fois, il y a peu de chances que ce soit la défense qui perde les match pour Washington.

Les Redskins stoppent ainsi une série de 6 défaites, et les Hawks une série de deux victoires. Et demain tout le monde aura oublié le score. S’cruel, la NFL.