Ravens at Rams (Kuro)

Ce n’était pas une claque, c’était un coup de pied dans les noix.

“On peut légitimement se poser la question de savoir si les Ravens n’ont pas reçu à Tennessee la claque dont ils avaient besoin pour les ramener sur Terre. Oui, battre Pittsburgh était un événement, mais la saison n’est pas terminée. Et ce sont les Rams qui pourraient en faire les frais.”
C’était la question que je posais dans le gameday, et on a eu la réponse : non, ce n’était pas une claque, c’était un coup de pied dans les précieuses. Un peu la même chose que les Ravens ont infligé aux Rams dans ce match tout sauf équilibré. Car…
La stat du match qui dit tout : Les Ravens avaient 406 yards en attaque à la mi-temps. Les Rams 81.

Nommons donc de suite la star du match : le rookie Torrey Smith. Pour son premier match professionnel, il a passé le premier quart-temps à jouer les courants d’air dans l’arrière-garde très aérée des Rams, et il a établit un record avec 3 TD. A droite, à gauche, au centre, en un contre un, entre deux défenseurs, il s’est baladé sur des passes longues distances de Joe Flacco qui a réenclenché la marche en avant. Smith termine avec 5 catchs pour 152 yards et les fameux 3 TD. Flacco, quant à lui, a fait un match propre en finissant 27/48 pour 389 yards et 3 TD; il a par contre fait 2 fumbles et récupérer un. On peut remarquer cependant que Flacco est de plus en plus mobile dans sa poche, n’hésitant pas à faire des rollout pour trouver ses receveurs ou à scrambler.

Un autre élément qui a fait son match, c’est le coureur Ray Rice qui a travaillé avec ses mains et avec ses jambes pour engranger 162 yards cumulés. Enfin notons la bonne performance d’Anquan Boldin avec 74 yards qui a été énormément recherché par Flacco (7 catchs sur 15 passes tentées).
S’il fallait trouver une critique à faire, on pourrait choisir le kicker Billy Cundiff qui a raté deux Field Goal à cause de la malédiction des 51 yards. Dommage pour sa confiance… et pour les joueurs de fantasy qui l’ont dans leur équipe, je suppose.

En défense, après une première période menée d’une poigne de fer, la défense a un peu lâchée du lest mais n’en a pas moins continuer à mettre la pression sur les Rams. Ray Lewis a fait son match avec 10 plaquages, 1 sack et 1 fumble forcé et Terrell Suggs est toujours un monstre de pression au centre d’une défense qui a muselé totalement la voie aérienne (seulement 3 yards à la passe pour les Rams en première mi-temps !). Cerise sur le gâteau : sur le fumble forcé de Lewis, Haloti Ngata a récupéré la balle et a marqué le dernier TD de son équipe. Rien d’autre à dire sur une défense qui n’a autorisé que 244 yards net au total sur le match.

Sam Bradford aura eu un grand mal à gagner 154 de ces 244 yards net (166 + 22 à la course – 34 perdus sur 5 sacks). Les deux premiers quart-temps ont été atroces avec une pression constante et une couverture parfaite de ses receveurs. La seconde mi-temps a été un peu plus rose avec un certain rythme retrouvé (coïncidant avec une relâche des Ravens), mais le jeune QB a fait un mauvais match : 16/32, 166 yards, 1 TD et 1 INT assez horrible oùLardarius Webb s’est retrouvé tout seul pour capter le cuir. Mais rendons à César ce qui appartient à César : sa passe lobée en courant de 34 yards au font de l’enbut était une merveille.

Le jeu de course a quelque peu fonctionné, avec une proéminence de Cadillac Williams avec 18 courses pour 75 yards, Steven Jackson étant très peu utilisé. Au niveau des airs, Brandon Gibson est le meilleur receveur avec 55 yards et un TD, ce qui donne une idée de la production des receveurs ce soir, qui ont eu toutes les peines à se dépêtrer du marquage des Ravens.

Et on en arrive à la catastrophe de la soirée, la défense des Rams qui s’est fait laminer dans tous les sens, notamment dans cette fameuse première période. Entre le manque de pression sur Flacco, les courses/réceptions de Ray Rice/Ricky Williams et les bombes pour Smith, ça a été la journée portes ouvertes dans le Missouri. En seconde mi-temps elle s’est remise un peu à l’endroit avec quelques stops, 2 fumble forcés et 2 sacks, mais au final on constate que les Ravens terminent avec 553 yards au total, ce qui est un record de la franchise, et ils le doivent principalement à leur juste utilisation des différents trous d’air qu’ils avaient en face.

Pour finir, et ce qui n’arrange rien, les Rams ont commis 8 pénalités pour un total de 117 yards. C’est difficile d’avancer quand on se tire une balle dans le pied (même si les Rams ont commis moins de pénalités que chacune des deux équipes dans le match Packers/Bears :p.)

Bref, on a donc eu Docteur Baltimore ce soir (celui qui a battu Pittsburgh) et pas Mister Ravens (qui s’est fait marché dessus à Tennessee). Nous verrons ce qu’on aura la semaine prochaine. Et pour Saint-Louis, avec une telle défense c’est impossible pour eux d’espérer quoi que ce soit dans leur divi… oh pardon, j’avais oublié. On parle de la NFC West ! Pas de panique, tout est jouable !