NFL Team Honors IX : Los Angeles Rams

Nous attaquons les équipes de playoffs, et deux franchises ont suivi un peu la même trajectoire cette saison en NFC : la jeunesse et les blessures n’ont rien fait pour les aider en première partie de saison, mais elles ont pris feu (notamment offensivement) au bon moment pour enchaîner des séries qui leur ont permis d’accrocher une place dans le tournoi final ; elles y ont fait bonne figure avant de (logiquement) plier. La première est en Californie où Madame Soleil n’était pas optimiste, mais on dirait que les Rams sont en avance sur leur guérison de cuite post-Super Bowl ; tout n’est pas encore parfait, mais le sang neuf a fait énormément de bien. Néanmoins, le #99 va laisser un sacré vide.

À lire à bord d’un Dodge Ram (mais à l’arrêt si vous êtes le conducteur svp).

 

LOS ANGELES RAMS
2e NFC West ~ 10-7 / 0-1

 

Les prévisions de Madame Soleil 2023

 

Cela faisait plusieurs années que la menace planait sur les Rams : le prix de se débarrasser de choix premium à la draft finissait toujours par se payer ; certes les fans et l’organisation pouvaient se raccrocher au trophée Lombardi remporté en 2021, mais ils étaient rapidement passés à la caisse. D’aucuns diraient que c’était un faux argument car cette terrible gueule de bois post-Super Bowl avait surtout été causée par des blessures aux playmakers, mais ce n’était pas totalement vrai : d’autres avaient eu le même problème sans s’effondrer à ce point. À quel point les Rams étaient-ils malades ?

C’était assez drôle quand on y pensait : Matthew Stafford était parti de Detroit et remportait le Graal immédiatement, et la saison suivante il terminait avec moitié moins de victoires que les Lions ; une bonne décision sur le court-terme… pour le moyen-terme il fallait réserver notre avis car il n’était pas sûr que la tendance s’inverse en 2023. L’organisation avait pourtant envoyé un signal fort en restant relativement silencieuse en Free Agency : il n’y avait pas eu beaucoup d’arrivées et elles avaient majoritairement été en attaque. Les Rams avaient décidé de créer un groupe de Quarterbacks aux couleurs de l’Université de Georgia, Staffie ayant vu débarquer le quatrième tour Stetson Bennett, le rookie de 26 ans double champion avec les Bulldogs. Au sol, Cam Akers allait prendre définitivement le rôle de titulaire devant Kyren Williams et il devait encore être important ballon en main.

Le décevant Allen Robinson avait certes été échangé à Pittsburgh, ce qui ne devait pas impacter outre mesure le groupe des cibles, mais on restait circonspect : Cooper Kupp avait des soucis avec ses ischio-jambiers, Van Jefferson était trop discret, Ben Skowronek ne convainquait pas vraiment, Tyler Higbee faisait son maximum mais n’était pas un Tight End ultra-dominateur, l’arrivée de l’ex-Raven DeMarcus Robinson ne devait pas créer un électro-choc… le potentiel aérien reposait un peu trop sur un Kupp au futur proche incertain. La ligne offensive devait avant tout rester disponible : la blessure de Brian Allen avait fait du mal au Centre en 2022 et le Left Tackle Joe Noteboom n’avait pas encore pu s’installer pour de bon. Le Right Tackle Rob Havenstein restait le roc de l’unité, alors qu’il y avait du changement chez les Guards avec la promotion de Tremayne Anchrum Jr. à droite et la draft du deuxième tour Steve Avila à gauche. L’ex-Steeler Kevin Dotson était arrivé comme remplaçant de luxe et il n’était pas surprenant de voir que chaque poste était quasiment doublé pour parer à toute éventualité.

Bref, il n’était pas sûr que l’attaque des Rams soit meilleure que celle des Lions en 2023… mais le pire c’était que même en défense ce n’était plus sûr non plus. Los Angeles avait effectué une purge massive : 7 des 9 défenseurs les plus utilisés en 2022 (ceux qui avaient joué 50+% des snaps) étaient partis ! Les rescapés étaient le Defensive Tackle Aaron Donald (aucune surprise) et le solide Linebacker Ernest Jones. Sur la ligne, Greg Gaines s’en était allé et Marquise Copeland avait été placé sur Practice Squad : c’était l’avènement des juniors faux-frères Bobby Brown III et Earnest Brown IV qui devaient prouver leur valeur aux côtés du légendaire #99 ; le troisième tour Kobie Turner s’était notamment ajouté à une rotation qui serait surveillée. Derrière elle, Jones était le seul rescapé du carnage avec le pass-rusher Michael Hoecht, ce qui voulait dire que le secteur avait sacrément perdu en expérience via les départs de Leonard Floyd et Bobby Wagner, sans oublier David Long Jr. ; Christian Rozeboom (à ne pas confondre avec Joe Noteboom) se retrouvait bombardé titulaire, alors que le troisième tour Byron Young menait un groupe de trois rookies sur les ailes. Troy Reeder avait été ramené pour être placé sur Practice Squad au cas où.

Et que dire de la couverture qui avait perdu à la fois Jalen Ramsey, Troy Hill, Taylor Rapp et Nick Scott ; certes elle avait eu beaucoup de mal l’année dernière (Hill et Scott notamment), mais on ne perdait pas Ramsey et Rapp impunément. Tout n’était pas noir puisque le retour du témoin protégé John Johnson III ne pouvait qu’être bénéfique pour aider le sophomore Russ Yeast, le sophomore Cobie Durant avait été intéressant dans un temps de jeu réduit, et l’ex-Steeler Ahkello Witherspoon avait posé ses valises en Californie… mais l’ensemble n’inspirait pas forcément une confiance énorme, surtout si le pass-rush devant ramait (hormis Donald). Derion Kendrick et Jordan Fuller complétaient un quintet titulaire rempli de questions et d’incertitude.

En parlant de questions et d’incertitude, les équipes spéciales avaient été lessivées elles aussi : les Rams avaient signé en catastrophe l’ex-Cowboy Kicker Brett Maher pour accompagner le septième tour Punter Ethan Evans et le rookie non-drafté Long Snapper Alex Ward ; le cinquième tour receveur Puka Nacua aurait sa chance sur retour de punt, alors que Kyren Williams officierait sur retour de kickoff.

Quiz : quel était le dernier choix au premier tour de la draft pour les Rams ? Le top choix 2016, Jared Goff ; cela commençait à faire loin. Il était difficile d’avoir une grosse confiance du côté de la défense malgré la présence de Donald, alors que l’attaque s’en tirait un petit peu mieux si les blessures pouvaient épargner la ligne offensive. Néanmoins, les miracles n’arrivaient pas tous les jours : quand on regardait l’effectif, le calendrier et ce qui se trouvait autour, les Rams auraient du mal à s’approcher d’un bilan équilibré. Après tout, tant qu’à avoir un choix de premier tour depuis tout ce temps, autant qu’il soit top-10 non ?

 

La saison

 

Wk Loc. Adversaire Rés. Score Bilan Détails
1 @ Seattle W 30-13 1-0 dw
2 vs. San Francisco (1-0) L 23-30 1-1 dwpo
3 @ Cincinnati (0-2) L 16-19 1-2 wo
4 @ Indianapolis (2-1) W 29-23 (OT) 2-2 wo/TL
5 vs. Philadelphia (4-0) L 14-23 2-3 cwp
6 vs. Arizona (1-4) W 26-9 3-3 d
7 vs. Pittsburgh (3-2) L 17-24 3-4 wpo/L
8 @ Dallas (4-2) L 20-43 3-5 cwp
9 @ Green Bay (2-5) L 3-20 3-6 cwp
10 BYE
11 vs. Seattle (6-3) W 17-16 4-6 dwo/W
12 @ Arizona (2-9) W 37-14 5-6 d
13 vs. Cleveland (7-4) W 36-19 6-6 wp
14 @ Baltimore (9-3) L 31-37 (OT) 6-7 wpo/TL
15 vs. Washington (4-9) W 28-20 7-7 co
16 vs. New Orleans (7-7) W 30-22 8-7 cwo
17 @ NY Giants (5-10) W 26-25 9-7 co
18 @ San Francisco (12-4) W 21-20 10-7 dwpo/W
PLAYOFFS
WC @ #3 Detroit (12-5) L 23-24

 

Le bilan de saison régulière

 

Global Bilans
Saison 10-7
Demi-saison 3-6 7-1
Quart-saison 2-3 1-3 3-1 4-0
Détail Bilans
Domicile 5-3
Extérieur 5-4
Division (d) 5-1
Conférence (d+c) 8-4
Équipes > .500 (w) 6-7
Équipes en playoffs (p) 2-6
Matchs à une possession (o) 6-4
4e quart-temps (W-L-TT-TL) 2-1-0-2
Prolongations 1-1
Difficulté Bilans
Calendrier projeté (2022) 152-133-3 (0.533, 9e)
Calendrier réel (2023) 153-136 (0.529, 7e)
Écart entre les deux 0.000 (17e)

 

Los Angeles a gagné plus de matchs après sa bye week que sur toute la saison dernière. L’amélioration la plus notable est venue dans la division où les Rams ont renversé le bilan terrible de 2022, boostant de fait aussi le bilan dans la conférence. Le calendrier a été comme prévu (la NFC East a contrebalancé l’AFC North), donc bien plus compliqué que la saison dernière avec +5 matchs contre les équipes terminant en positif ; on note toujours une fragilité contre ces dernières, et davantage contre celles qualifiées en playoffs. Le bilan est meilleur mais on sent bien qu’il manque encore un peu de maîtrise (ce qui est normal) : +3 matchs à une possession et presque autant de matchs remportés sans avoir été menés (4 vs. 3) ; les Rams ont surtout été bien plus bagarreurs pour accrocher plus de succès.

 

La réalité

 

Attaque Rams Rang Adversaire Rang
Points par match 23.8 8 22.2 19
+5.7 4 -0.4 17
TDs 44 8 41 17
+12 4 +2 19
Yards par match 359.3 7 337.9 20
+78.8 1 -3.2 18
First Downs par match 20.6 8 19.4 17
+3.4 1 -0.1 21
Third Down % 42.035 8 38.596 18
+2.698 8 -1.788 11
Redzone Drive % 31.351 14 27.568 8
+1.415 9 -10.590 4
Redzone TD % 63.636 4 54.167 15
+8.080 5 +9.723 28
Big plays 73 5 63 22
+23 1 +6 26
Pass/Run ratio 1.293 14 1.490 8
-0.143 8 +0.185 9
QB/Cover Rating 90.0 16 88.0 12
+7.7 6 -2.8 14
Turnovers 18 6 15 30
-5 7 -7 29
Défense Rams Rang Adversaire Rang
Stop % 32.216 22
+3.704 13
Pressions 309 16 202 18
+104 4 -52 7
Sacks 41 23 34 6
+3 20 -25 1
Équipes Spéciales Rams Rang Adversaire Rang
Field Goal % 74.419 30 78.947 4
-18.914 30 -11.053 3
Extra Point % 86.487 31 87.879 2
-10.388 32 -12.121 1
Punt Net Yards 39.1 31 41.7 14
-2.9 30 -0.8 13
Autres Rams Rang Adversaire Rang
Pénalités par match 5.2 8 6.2 5
+0.6 25 +1.1 4
TOP moyen 30:28 12
+0:40 9
Extra Stat Rams Rang Adversaire Rang
Points Sur Premier Drive 60 2 56 29
+31 2 +13 23

 

La preuve par les stats : l’attaque a bien été le moteur principal derrière cette saison au résultat un peu inattendu ; et quand elle n’a pas été capable de scorer par elle-même, elle a mis les équipes spéciales à distance… qu’elles en aient profité est une autre histoire. Si l’offensive a bien mieux démarré comme le prouve l’Extra Stat, c’est surtout en deuxième mi-temps qu’elle a été plus efficace avec +4.3 points marqués à 11.5 (11e). Elle n’a pourtant pas été beaucoup plus aidée par les équipes spéciales sur les retours ni par sa défense qui a connu une décrue de ballons volés ; elle a seulement démarré 13 drives dans le terrain adverse (27e).

Cette dernière a certes été un peu plus hermétique pour empêcher les adversaires d’arriver en redzone, mais une fois à l’intérieur les attaques adverses ont eu bien trop de libertés. Elle a notamment été catastrophique en dernier quart-temps avec 7.4 points encaissés (27e) soit 33.1% du total (30e) ce qui explique aussi pourquoi les Rams ont eu deux matchs où ils ont été repris au score et poussés en prolongation ; l’Extra Stat rappelle qu’elle a aussi eu du mal au début.

Voici les récompenses de la saison :

 


(2021 : Cooper Kupp)
(2022 : Bobby Wagner)

Matthew Stafford – QB
Passe 62.6%, 3965 yards, 24 TDs, 11 INTs, 30 sacks
QB Rating 92.5
Course 21 courses, 65 yards
Moyennes 7.6 yards par passe tentée (9e)
12.2 yards par complétion (6e)
3.1 yards par course

 

Le passage de Brett Rypien a été suffisant pour rappeler que Staffie est le leader incontesté de l’attaque – encore heureux que l’équipe ait signé Carson Wentz au cas où.

https://www.sbsun.com/wp-content/uploads/2023/10/AP23274626228913.jpg?w=525

Il a été parfait durant la dernière ligne droite pour aider la franchise à compléter son comeback et décrocher cette place de playoffs, il a été précis en redzone, ses receveurs lui ont fait quelques misères (33 des 36 drops totalisés – 29e), il a su être létal sur passes longues (120.5 de QB Rating – 4e), et il n’a pas plié face à la pression.

 


(2021 : Jordan Fuller & Taylor Rapp)
(2022 : Taylor Rapp)

Ernest Jones – LB
Plaquages 145, avec 74 solo, 2 manqués
Stops 51 dont 35 contre la course
Pass-Rush 127 snaps, 30.5 pressions dont 4.5 sacks, 2 hits et 24 hurries
Couverture 48 ciblages, 70.8%, 294 yards, 1 TD, 6 PDs
Cover Rating 93.6
Moyennes 6.1 yards par ciblage
8.6 yards par complétion
Pénalités Aucune

 

Aura-t-il le droit au NFL Team Honors Defensive Player Of The Year en 2024 avec la retraite du #99 ? La suite au prochain épisode. En attendant, Jones avait un sacré costume à endosser avec le départ de Bobby Wagner, celui de capitaine de la défense. Il a répondu présent dans tous les secteurs, semblant progresser davantage dans chacun d’entre eux (notamment en couverture, son point faible de 2022). Le troisième année est officiellement le nouveau patron.

https://cdn.vox-cdn.com/thumbor/be3oOvjJ0-fjraD_uiRJ38Tc_eA=/0x0:5058x3372/1200x800/filters:focal(2297x448:3105x1256)/cdn.vox-cdn.com/uploads/chorus_image/image/72262880/1245859762.0.jpg

Par rebond, Christian Rozeboom a lui aussi reçu plus de snaps à l’intérieur, mais il a eu un peu plus de mal à suivre avec 32 stops dont 13 run stops, 12 plaquages manqués, 79.6%, 1 TD, 1 INT, 4 passes défendues et 90.1 de Cover Rating ; c’est surtout au sol qu’il a manqué d’impact.

 


(2021 : Matthew Stafford)
(2022 : Cooper Kupp)

Kyren Williams – RB
Course 228 courses, 1144 yards (3e), 12 TDs (7e), 7 big plays (6e), 22 BTKs (6e)
Réception 32 réceptions, 206 yards, 3 TDs, 2 big plays, 1 BTK
Avancé 66.7%, 4 drops, 87.7 de Target Rating
Cumulé 260 touches, 1350 yards, 15 TDs (3e), 9 big plays, 23 BTKs
Moyennes 5.0 yards par course (9e)
6.4 yards par réception
4.9 yards par occasion
Fumbles Off. 3 commis, 2 perdus

 

Un autre point positif pour Staffie, c’est qu’il n’a pas eu à tout faire : il a pu se reposer sur une attaque terrestre active via 120.3 yards par match (11e), 4.3 yards par course (12e), 18 TDs (8e) et 11 big plays (15e).

https://bloximages.newyork1.vip.townnews.com/stltoday.com/content/tncms/assets/v3/editorial/b/de/bdecefc5-816a-55ab-8ea4-05780cea42f2/652ff42e96325.image.jpg

Oubliés les atermoiements de 2022, elle s’est trouvée son leader pour le futur (à tel point qu’il a provoqué l’échange de Cam Akers à Minnesota en cours de saison). Attention cependant, il va devoir être un peu plus disponible : comme pour sa saison rookie, Williams a raté des matchs sur blessure ; c’est ce qui rend sa performance encore plus incroyable.

C’est le premier coureur NFL à terminer top-3 en yards en ayant raté 5+ matchs et il a terminé top NFL avec 95.3 yards au sol par match. Ah, et il a également terminé top team en points marqués avec 90, l’un des trois seuls joueurs de champ à l’avoir fait avec Saquon Barkley et Christian McCaffrey.

Royce Freeman (332 yards cumulés et 2 TDs) et Darnell Henderson Jr. (215 yards et 2 TDs) l’ont remplacé quand il était à l’infirmerie.

 


(2021 : Aaron Donald)
(2022 : Jalen Ramsey)

Aaron Donald – DT
Plaquages 53, avec 28 solo, 5 manqués
Stops 34 dont 26 contre la course
Pass-Rush 529 snaps (7e), 81 pressions (9e) dont 8 sacks, 13 hits et 60 hurries (4e)
Couverture 3 PDs
Pénalités Aucune

 

Rendez-vous en 2029 pour la veste jaune Aaron. Le triple Defensive Player Of The Year, octuple All-Pro et décuple Pro-Bowler s’en va sur une dernière saison de haute volée, ce qui est d’autant plus beau ; il aurait probablement pu terrifier encore bon nombre de Quarterbacks.

https://theramswire.usatoday.com/wp-content/uploads/sites/64/2023/09/1341545007.jpg?w=1000&h=600&crop=1

Au sujet du pass-rush, si Donald a évidemment terminé top team en pressions, la révolution jeune est en marche : les troisième tour Kobie Turner et Byron Young ont montré qu’ils en voulaient aussi. Le premier suit dans les traces de Donald à l’intérieur, terminant top team en sacks via 46 pressions dont 9 sacks ; le deuxième, posté sur l’extérieur, n’est pas loin avec 50 pressions dont 8 sacks. Et ce qui ne gâche rien, ils ne sont pas contre le fait de fermer les extérieurs au sol avec 44 run stops cumulés. Michael Hoecht complète avec 39 pressions dont 6 sacks, mais on attend désormais que l’un d’entre eux atteigne la dizaine.

La défense contre la course a été présente sans faire tomber personne de la chaise ; elle a notamment mieux limiter les big plays : 106.8 yards par match (12e), 4.2 yards par course (17e), 14 TDs (11e) et 9 big plays (11e).

 


(2021 : Ernest Jones)
(2022 : Cobie Durant)

Puka Nacua – WR
Course 12 courses, 89 yards, 1 big play, 2 BTKs
Réception 105 réceptions (9e), 1486 yards (4e), 6 TDs, 25 big plays (4e), 7 BTKs
Avancé 65.6%, 13 drops (pire), 100.2 de Target Rating
Cumulé 117 touches, 1575 yards (5e), 6 TDs, 26 big plays (4e), 9 BTKs
Moyennes 7.4 yards par course
14.2 yards par réception
Fumbles Off. 1 commis

 

On a souvent tapé sur les Rams pour leurs drafts manquant de premier tour et de talent, mais celle de 2023 a toutes les chances de laisser sa marque ; et qui d’autre placer en tête que le recordman NFL rookie en réceptions et en yards à la réception sur une saison régulière + recordman NFL rookie en yards à la réception sur un match de playoffs.

https://www.si.com/.image/t_share/MjAzMDc4NjMwNDkyODczOTEw/usatsi_22156749.jpg

On pensait que l’offensive des Rams était condamnée après la blessure de Cooper Kupp, mais Nacua a explosé dès le départ ; après une petite période d’adaptation quand le #10 est revenu, il a retrouvé son peps, a poussé Van Jefferson dehors (échangé à Atlanta pendant la saison) et il a brillé en playoffs. Il ne lui reste plus qu’à faire un long stage personnel avec la machine JUGS pour diminuer ce nombre de drops.

 


(2021 : Les points encaissés sur perte de balle)
(2022 : Les blessures sur le terrain et la stratégie en dehors)

Les équipes spéciales
FG 32/43 soit 74.4% (30e)
XP 32/37 soit 86.5% (31e)
Touchback 87.0% (4e)
Punt 49.2 yards bruts (8e) et 39.1 yards nets (31e)
Taux dans les 20y adverses 31.7% (25e)
Moyenne sur retours 16.1 yards par retour de kick (pire)
26.9 yards par retour adverse de kick (28e)
7.3 yards par retour de punt (28e)
15.5 yards par retour adverse de punt (pire)
TD marqués aucun TD sur retour de kick
aucun TD sur retour de punt
TD encaissés aucun TD sur retour de kick
2 TDs sur retour de punt

 

Quand votre coureur termine top team en points marqués dans votre équipe, c’est que vous avez eu des soucis au poste de Kicker… mais si ce n’était que cela ; regardez un peu ce carnage.

Les stats parlent d’elles-mêmes, mais cela vaut le coup de s’attarder un peu sur le poste de Kicker : l’arrivée en catastrophe de Brett Maher n’a pas eu l’effet escompté (73.9% de FGs – 3e pire + 86.7% de XPs – 3e pire) menant à sa libération et à la signature de Lucas Havrisik qui n’a pas été mieux (75.0% de FGs – 4e pire + 86.4% de XPs – 2e pire), tout ça pour faire revenir Maher au final.

 


(2021 : La ligne offensive)
(2022 : La défense contre la course)

L’attaque aérienne
Stats 61.9% (26e), 239.0 yards (10e), 26 TDs (15e), 13 INTs (18e)
Moyennes 7.4 yards par passe tentée (9e)
11.3 yards par complétion (3e)
YAC 50.4% (17e)
QB Rating 90.0 (16e)
Explosivité 62 big plays (6e) dont 8 homeruns (15e)
Matchs marquants 5 matchs d’un QB à 300+ yards (5e)
12 matchs d’une cible à 100+ yards (2e)

 

Avec Staffie et Nacua, la décision est assez facile. Kupp est revenu de sa blessure et n’a forcément pas eu le même volume final que les saisons précédentes, mais le plus important c’est qu’il sait désormais qu’il n’a pas à faire de miracles avec Nacua (sans oublier Kyren Williams présent au sol) ; il a tout de même totalisé 60 touches pour 734 yards et 5 TDs. Tutu Atwell, Tyler Higbee et Demarcus Robinson ont joué leur rôle de soutien avec sérieux, les trois terminant avec 118 touches cumulées pour 1403 yards et 9 TDs ; le Tight End doit néanmoins faire attention avec 7 drops.

 


(2021 : L’attaque terrestre)
(2022 : La ligne offensive)

La couverture
Stats 60.8% (7e), 231.1 yards (20e), 24 TDs (22e), 10 INTs (23e)
Moyennes 6.5 yards par passe tentée (13e)
10.7 yards par complétion (27e)
YAC 44.3% (3e)
QB Rating 88.0 (12e)
Explosivité 54 big plays (22e) dont 11 homeruns (28e)
Matchs marquants 5 matchs d’un QB à 300+ yards (22e)
8 matchs d’une cible à 100+ yards (25e)

 

Les équipes spéciales ont vraiment fait tâche, mais la couverture n’a pas été sans reproche, à commencer par une sacrée collection de bras en mousse : Russ Yeast a manqué 21.8% de ses tentatives de plaquages (4e pire taux), Derion Kendrick 16.9%, Ahkello Witherspoon 14.8% et Cobie Durant 13.3%.

Néanmoins, malgré une charge de travail bien supérieure à celle qu’il a connue à Pittsburgh, Witherspoon a été important pour stabiliser le poste après l’échange de Jalen Ramsey avec 48.1% (8e), 14.8 yards par complétion, 5 TDs, 3 INTs, 14 passes défendues et 75.7 de Cover Rating. Kendrick a été un peu moins en réussite sans être affreux (57.1%, 3 TDs, 1 INT, 10 passes défendues et 89.7 de Cover Rating), alors que Quentin Lake a été encore un cran en-dessous dans le slot (3 TDs, 6 passes défendues et 93.4 de Cover Rating). Durant a aussi lâché des yards (15.8 yards par réception).

Chez les Safeties, Jordan Fuller a été présent avec 3 TDs, 3 INTs, 8 passes défendues et 86.0 de Cover Rating, mais Yeast a souffert (68.3%, 14.2 yards par complétion, 2 TDs, 5 passes défendues et 115.7 de Cover Rating). Le retour du témoin protégé John Johnson III serait presque passé inaperçu sans ses 2 INTs.

 


(2021 : Matthew Stafford)
(2022 : Bobby Wagner)

Kevin Dotson – OG
Protection 520 snaps, 20 pressions dont 4 sacks, 7 hits, 9 hurries
Pénalités 2 total, 2 acceptées, 15 yards

 

Bonne nouvelle, la ligne offensive a été moins massacrée par les blessures que l’année dernière, même s’il y a eu quelques indisponibilités ici ou là. Dotson a été de ceux-là, ratant trois matchs, mais l’ex-Steeler, arrivé sur échange avant la saison, s’est bien rattrapé avec une excellente prestation.

Au Centre, Coleman Shelton a pris la place de Brian Allen et il a été parfois maltraité en protection (34 pressions dont 2 sacks) mais il a été plus solide au sol. Aux côtés de Dotson, le deuxième tour Steve Avila est le seul offensif Ram à avoir joué tous les snaps et sa prestation est encourageante. Sur les ailes, Rob Havenstein a également manqué quelques matchs dans une saison toujours aussi solide, alors qu’Alaric Jackson est devenu bien plus polyvalent ; les deux ont autorisé seulement 3 sacks à eux deux. Joe Noteboom continue de dépanner si besoin, même si on l’a connu plus en réussite.

 


(2021 : Aucun)
(2022 : Allen Robinson II)

Aucun.

 


(2021 : Le Super Bowl)
(2022 : La tôle 51-14 contre Denver en Week 16)

La victoire 36-19 contre Cleveland en Week 13. Les Rams reviennent à l’équilibre, rattrapent Seattle dans la division et confirment qu’ils sont de retour avec un match complet des deux côtés du ballon ; et surtout impressionnant offensivement face à cette défense intransigeante.

 


(2021 : La défaite 31-10 à San Francisco en Week 10)
(2022 : Pas câblé pour suivre les gros)

La défaite 40-23 à Dallas en Week 8. La blessure de Staffie, une première mi-temps cauchemar où les trois escouades des Cowboys s’amusent, et l’impression que la saison va être longue pour les Rams.

 

Le futur

 

Wk Type Loc. Adversaire Bilan Statut JNR
1 SNF @ Detroit 12-5 DivChamp 0
2 @ Arizona 4-13 Négatif 0
3 vs. San Francisco 12-5 DivChamp 0
4 @ Chicago 7-10 Négatif 0
5 vs. Green Bay 9-8 Positif 0
6 BYE
7 vs. Las Vegas 8-9 Négatif 7
8 TNF vs. Minnesota 7-10 Négatif 0
9 @ Seattle 9-8 Positif 3
10 MNF vs. Miami 11-6 Positif 0
11 @ New England 4-13 Négatif -1
12 SNF vs. Philadelphia 11-6 Positif -3
13 @ New Orleans 9-8 Positif -7
14 vs. Buffalo 11-6 DivChamp 0
15 TNF @ San Francisco 12-5 DivChamp 0
16 @ NY Jets 7-10 Négatif 3
17 vs. Arizona 4-13 Négatif 0
18 vs. Seattle 9-8 Positif -3

 

Matchs Nombre Rang
Vs. équipes avec un bilan positif en 2023 10 15
Vs. équipes qualifiées en playoffs en 2023 7 17
Bilans Bilan Rang
Cumulé total 146-143 (0.505) 12
Cumulé à domicile 82-71 (0.536) 8
Cumulé à l’extérieur 64-72 (0.471) 24
Écart domicile/extérieur 0.065 5
Stats additionnelles Valeur Rang
Kilométrage total théorique 19462 28
Total jours nets de repos entre les matchs -1 20

 

Difficile de voir un vrai moment de répit dans ce calendrier bien dense avec une bonne partie du Divisional Round NFC avant une bye week très tôt, quelques pièges juste après, et évidemment ce passage délirant avec deux matchs où l’adversaire aura plus de repos puis cet enchaînement Buffalo – San Francisco à quatre jours d’intervalle.