NFL Team Honors IX : Indianapolis

500-Colts

« Les deux équipes peuvent être fières de ce qu’elles ont fait cette saison étant donné les circonstances, mais une seule pouvait le valider par une accession en playoffs » ; c’était l’introduction du Snippet de la finale d’AFC South, ce match de Week 18 entre Houston et Indianapolis. Et en effet, malgré la déception de ne pas avoir atteint les playoffs, Indianapolis a des raisons d’être optimiste pour le futur : un rookie Head Coach, un rookie Quarterback qui finit (trop) rapidement sur IR, des blessures, des suspensions, des disputes contractuelles, des libérations surprises, des erreurs arbitrales… et vous doublez quand même votre nombre de victoires. Intéressant pour l’avenir, mais il va falloir un peu plus de stabilité.

À lire avec la tête qui tourne.

 

INDIANAPOLIS COLTS
3e AFC South ~ 9-8

 

Les prévisions de Madame Soleil 2023

 

Vous aviez sûrement dû voir passer la stat, d’autant plus qu’elle tournait depuis un moment, s’incrémentant à chaque saison : les Colts allaient voir leur septième Quarterback titulaire en Week 1 en autant de saisons ; mais cette fois il FALLAIT que ce soit la bonne car la franchise avait choisi son capitaine offensif du futur, et il était temps que le carrousel s’achève. Cependant, il ne pourrait pas tout faire tout seul, et il y avait un certain nombre de fessiers qui avaient intérêt à se remuer un peu plus en 2023.

Le premier tour Anthony Richardson possédait un potentiel hors-normes mais une expérience de titulaire universitaire très courte. Les Colts n’en avaient cure et le nouveau Head Coach Shane Steichen n’avait aucun souci à l’envoyer au feu de suite ; il serait soutenu par quelqu’un que l’ex-Coordinateur Offensif de Philadelphia connaissait bien, Gardner Minshew. Richardson aurait besoin de toute l’aide possible, et malheureusement pour lui il arrivait un peu tard pour connaître la gloire du jadis légendaire Murtopelle : ces derniers temps, il piquait du nez à l’image du Guard Quenton Nelson, du Centre Ryan Kelly ou du Right Tackle Braden Smith. Sans surprise, le Left Tackle Matt Pryor n’avait pas été conservé et nous allions pouvoir vérifier l’hypothèse selon laquelle le sophomore Bernhard Raimann était l’héritier au poste, pendant que Will Fries aurait lui aussi sa chance de devenir le titulaire long terme en Right Guard. Il fallait espérer pour Richardson une reprise en main de l’unité, sinon il risquait de courir.

À propos de courir, le Grand Débat des Coureurs 2023 avait frappé de plein fouet l’Indiana avec le mélodrame autour de Jonathan Taylor qui, pour l’instant, était sur PUP. Le Quarterback n’était pas contre avoir le Tayminator dans le coin… s’il pouvait rester sur le terrain ; Zack Moss était toujours là en embuscade alors que Deon Jackson était une menace en réception. Le secteur chargé d’attraper les passes du #4 de la draft avait ajouté l’ex-Bill Isaiah McKenzie (très intéressant dans le slot) et le troisième tour Josh Downs ; le premier devait faire du bien pour complémenter le Stud Michael Pittman Jr. et le sophomore Alec Pierce qui s’était montré en 2022. Malheureusement, Parris Campbell avait juste eu le temps de faire une saison complète et il n’avait pas été resigné. L’Ent Jelani Woods avait des soucis aux racines et avait été placé sur IR avec retour, ce qui propulsait Mo Alie-Cox comme leader du groupe des Tight Ends devant Kylen Granson.

L’attaque avait un mot d’ordre : protéger le cuir afin de ne pas mettre la défense en mauvaise posture. En effet, la première avait été bien trop dispendieuse en 2022, ce qui avait fait peser un poids trop grand sur les épaules de la deuxième. C’était d’autant plus vrai qu’un secteur en particulier allait attirer les regards : la couverture avait perdu Stephon Gilmore et Rodney McLeod sans signer aucun joueur pour compenser. Autrement dit, le mouvement jeune frappait aussi les arrières : le deuxième tour Cornerback Juju Brents ainsi que les sophomores Safety Rodney Thomas II et non-drafté Dallis Flowers allaient se retrouver en première ligne, sans oublier le septième tour Cornerback Jaylon Jones en soutien ; pour les accompagner, Kenny Moore II avait prouvé que sa vraie position était dans le slot, et Julian Blackmon sortait d’une saison compliquée. Thomas avait été une bonne surprise la saison dernière, mais les pertes de Gilmore et de McLeod auraient un prix…

… surtout si la défense contre la course continuait sur sa belle lancée de 2022 : le front-7 avait été actif, et en plus il allait récupérer son Maniac après blessure. Quand on voyait la saison fantastique de Zaire-Qui-Devrait-Se-Renommer-RDC Franklin en son absence et la participation d’E.J. Speed, on se disait que même avec la perte de Bobby Okereke, Shaq Leonard menait une sacrée ligne de Linebackers. Leur travail était bien facilité par les Defensive Tackles DeForest Buckner et Grover Stewart, le premier ultra-connu et l’autre qui méritait de l’être davantage ; ils menaient la rotation à l’intérieur d’une ligne qui avait vu le retour d’Al-Quadin Muhammad, signé sur Practice Squad. Toutefois, le meilleur ami de la couverture serait le pass-rush, et sur ce point il restait des questions : Yannick Ngakoue était déjà reparti et son remplacement par l’ex-49er Samson Ebukam ne déchaînait pas les passions ; Kwity Paye ou Dayo Odenigbo devaient passer la vitesse supérieure dans leur développement.

McKenzie devait aussi officier sur les retours, alors que l’ex-Ram Kicker Matt Gay avait été signé avec moult dollars pour remplacer Chase McLaughlin ; le Punter Rigoberto Sanchez revenait de blessure.

Le couplet était connu : top-5 de draft, nouveau duo Head Coach – Quarterback, on ne pouvait pas attendre des miracles, etc etc. L’arrière-garde allait être un point de contention toute la saison, et il n’était pas sûr que Indy ait les armes pour l’aider – une attaque méthodique avalant le chrono et un pass-rush destructeur. On aimerait ne pas avoir la même mansuétude avec Indy qu’avec Houston par exemple car les Colts avaient plus de talent dans leur effectif, et ils avaient trop souvent botté en touche en tentant des solutions à court-terme plutôt que de régler une bonne fois pour toutes leur problème principal… mais vu la situation avec Taylor, il était dur de voir Indy viser plus que 5-6 victoires.

 

La saison

 

Wk Loc. Adversaire Rés. Score Bilan Détails
1 vs. Jacksonville L 21-31 0-1 dw/L
2 @ Houston (0-1) W 31-20 1-1 dwp
3 @ Baltimore (2-0) W 22-19 (OT) 2-1 cwpo/TT
4 vs. LA Rams (1-2) L 23-29 (OT) 2-2 wpo/TT
5 vs. Tennessee (2-2) W 23-16 3-2 do
6 @ Jacksonville (3-2) L 20-37 3-3 dw
7 vs. Cleveland (3-2) L 38-39 3-4 cwpo
8 vs. New Orleans (3-4) L 27-38 3-5 w
9 @ Carolina (1-6) W 27-13 4-5
10 @ New England (2-7) W 10-6 5-5 co
11 BYE
12 vs. Tampa Bay (4-6) W 27-20 6-5 wpo
13 @ Tennessee (4-7) W 31-28 (OT) 7-5 do/TL
14 @ Cincinnati (6-6) L 14-34 7-6 cw
15 vs. Pittsburgh (7-6) W 30-13 8-6 cwp
16 @ Atlanta (6-8) L 10-29 8-7
17 vs. Las Vegas (7-8) W 23-20 9-7 co
18 vs. Houston (9-7) L 19-23 9-8 dwpo

 

Le bilan de saison régulière

 

Global Bilans
Saison 9-8
Demi-saison 4-5 5-3
Quart-saison 3-2 1-3 3-1 2-2
Détail Bilans
Domicile 4-5
Extérieur 5-3
Division (d) 3-3
Conférence (d+c) 7-5
Équipes > .500 (w) 4-7
Équipes en playoffs (p) 4-3
Matchs à une possession (o) 6-3
4e quart-temps (W-L-TT-TL) 0-1-2-1
Prolongations 2-1
Difficulté Bilans
Calendrier projeté (2022) 124-162-2 (0.434, 29e)
Calendrier réel (2023) 142-147 (0.491, 18e)
Écart entre les deux 0.051 (25e)

 

Il y a toujours quelques difficultés à domicile, c’est surtout à l’extérieur que les Colts ont été bien plus incisifs. C’est assez fou (et très probablement une coïncidence) de voir que les succès contre les équipes terminant en positif ont en fait eu lieu contre des équipes qualifiées en playoffs : Indy a posté un 0-4 contre les équipes positives ayant raté les playoffs (Jacksonville, Cleveland et Cincinnati). Il y a eu moins de matchs à une possession et une bien meilleure réussite, mais les dernières périodes manquent encore de maîtrise même si les prolongations ont plutôt été favorables. Enfin, le calendrier a été plus compliqué que prévu à cause de Houston et de l’AFC North.

 

La réalité

 

Attaque Colts Rang Adversaire Rang
Points par match 23.3 10 24.4 28
+6.3 2 -0.7 15
TDs 42 11 44 19
+14 3 -6 8
Yards par match 336.8 15 349.8 24
+25.2 6 +15.8 26
First Downs par match 19.1 19 20.4 25
+0.9 11 +0.2 22
Third Down % 35.345 26 37.083 11
+2.450 11 -0.863 15
Redzone Drive % 30.612 16 26.601 5
+1.960 7 -5.399 12
Redzone TD % 49.123 23 55.769 18
+3.290 10 -12.155 4
Big plays 57 18 62 19
+7 9 -2 16
Pass/Run ratio 1.284 12 1.195 27
-0.229 6 +0.058 16
QB/Cover Rating 85.0 20 88.2 14
+5.8 9 -8.0 5
Turnovers 22 17 24 16
-12 2 +3 11
Défense Colts Rang Adversaire Rang
Stop % 32.137 24
-0.144 30
Pressions 266 27 174 5
+38 18 -94 2
Sacks 51 5 41 16
+7 11 -19 2
Équipes Spéciales Colts Rang Adversaire Rang
Field Goal % 80.488 27 87.805 21
-1.563 20 -5.052 11
Extra Point % 97.222 14 92.857 8
-2.778 24 -2.492 7
Punt Net Yards 43.0 9 40.9 9
+1.8 6 -0.8 13
Autres Colts Rang Adversaire Rang
Pénalités par match 5.6 12 5.9 12
+0.4 20 +0.7 6
TOP moyen 28:58 27
-0:34 21
Extra Stat Colts Rang Adversaire Rang
3e Short Sticked 29 32 16 9
+19 32 +5 16

 

Malgré la blessure du jeune lanceur, l’attaque a fait un joli bond alors que la défense a soufflé le chaud et le froid ; au moins elle continue d’aider sa consoeur en scorant (4 TDs défensifs) tout comme les équipes spéciales (1 TD sur punt contré). Les Colts ont été plus actifs en première mi-temps avec +5.1 points à 12.6 (8e) grâce notamment à +38 points sur premier drive à 51 (6e) et +32 points dans les deux dernières minutes à 50 (7e). Il reste néanmoins des difficultés sur 3e tentatives, et l’une des raisons est exposée par l’Extra Stat : une 3e short sticked est une 3e tentative qui se transforme en 4e & 1 yard ou moins ; en gros, vous avez échoué tout près du but. Pas étonnant que la franchise ait été parmi les plus fréquentes à jouer les 4e tentatives avec 32.

Indy encaisse encore bien trop de points en défense : si on a un peu moins de TDs, il y a eu bien plus de FGs adverses (+13 tentés dont +10 de réussis), ce qui contrebalance. Elle a systématiquement annihilé les améliorations offensives avec par exemple 12.7 points encaissés en première mi-temps (26e) et 61 points sur premier drive adverse (31e) dont 7 TDs (29e) ; au moins elle s’est améliorée en dernier quart-temps avec -9 TDs encaissés à 9 (8e), mais les FGs concédés ont atténué cela. Comme nous l’avons dit, il reste du travail.

Voici les récompenses de la saison :

 


(2021 : Jonathan Taylor)
(2022 : Zaire Franklin)

DeForest Buckner – DT
Plaquages 81, avec 45 solo, 4 manqués
Stops 43 dont 33 contre la course
Fumbles Déf. 2 forcés, 1 récupéré, 1 TD
Pass-Rush 474 snaps, 51 pressions dont 8 sacks, 13 hits et 30 hurries
Couverture 7 PDs
Pénalités 5 total, 5 acceptées, 35 yards

 

C’est le moment où il faut trouver quelque chose de nouveau à dire sur l’Agence LaForêt… ses mains ont été mesurées au Combine à 29.8 cms, ce qui veut dire qu’elles couvrent une feuille A4 en hauteur ! C’était le message à caractère informatif, nous reprenons le cours normal du Season Review.

https://www.si.com/.image/t_share/MjAwODA2NDMwOTI3MTAzMzYy/defo.jpg

Notons qu’il n’a pas eu son lieutenant favori Grover Stewart toute la saison à cause de sa suspension, ce qui est dommage puisqu’il a encore été une force notamment contre la course avec 22 run stops ; Taven Bryan a fait un intérim… à la Taven Bryan.

 


(2021 : Isaiah Rodgers)
(2022 : Bobby Okereke & E.J. Speed)

E.J. Speed – LB
Plaquages 102, avec 78 solo, 14 manqués
Stops 50 dont 31 contre la course
Fumbles Déf. 3 forcés
Pass-Rush 40 snaps, 7 pressions dont 1 sack, 1 hit et 5 hurries
Couverture 59 ciblages, 64.4%, 285 yards, 4 PDs
Cover Rating 75.9
Moyennes 4.8 yards par ciblage
7.5 yards par complétion
Pénalités 5 total, 5 acceptées, 55 yards

 

Avec les départs de Bobby Okereke et Shaquille Leonard, les Colts ont fait confiance à Speed pour gagner du temps de jeu et confirmer les belles choses entrevues en 2022. S’il a logiquement été un peu moins en réussite vu la charge de travail, il a néanmoins fait une saison quasi-pleine où il a été présent dans tous les secteurs. Il a raté quelques snaps sur blessure (ce n’est pas le seul en défense), et il a aussi raté un peu trop de plaquages, mais vu son abattage cela n’enlève rien à sa performance.

 


(2021 : Michael Pittman Jr.)
(2022 : Michael Pittman Jr.)

Michael Pittman Jr. – WR
Réception 109 réceptions (5e), 1152 yards, 4 TDs, 10 big plays, 3 BTKs
Avancé 69.9%, 3 drops, 83.6 de Target Rating
Moyennes 10.6 yards par réception
Fumbles Off. 1 commis

 

Stud au rapport pour réussir le triplé malgré les soucis de Quarterbacks (et encore, d’autres franchises en ont eu de bien pires, Indy n’a pas été trop mal loti non plus). Fun fact : il est aussi top team en… pénalités avec 8.

https://cdn.vox-cdn.com/thumbor/6SV3pyMllO1cAglrwAkSRhZKz-E=/0x0:2783x1752/1200x800/filters:focal(918x169:1362x613)/cdn.vox-cdn.com/uploads/chorus_image/image/72442623/1443961604.0.jpg

Nous reviendrons sur le rookie qui a aidé Pittman à se sentir moins seul, mais on peut noter que le reste des cibles a été plus en retrait. Alec Pierce est toujours un dragster dangereux avec 32 réceptions pour 514 yards à 16.1 yards par réception et 2 TDs, mais son taux de réception continue d’être affreux à 49.2 (3e pire) ; de plus comment expliquer ce faible total de réceptions alors qu’il a été le receveur écarté le plus utilisé de NFL avec 1090 snaps (!). Les Tight Ends ont également eu des difficultés à avoir un vrai impact en réception avec la saison ratée par l’Ent Jelani Woods : Kyler Granson a posté 368 yards (et 1 TD) et Mo Alie-Cox 3 TDs.

 


(2021 : Darius Leonard)
(2022 : DeForest Buckner)

Zaire Franklin – LB
Plaquages 179 (2e), avec 107 solo (2e), 15 manqués
Stops 54 dont 35 contre la course
Fumbles Déf. 2 forcés
Pass-Rush 42 snaps, 5.5 pressions dont 1.5 sacks et 4 hurries
Couverture 84 ciblages, 77.4%, 663 yards, 1 TD, 6 PDs
Cover Rating 103.4
Moyennes 7.9 yards par ciblage
10.2 yards par complétion
Pénalités 2 total, 2 acceptées, 15 yards

 

Celui-Qui-Devrait-Se-Renommer-RDC redescend « d’un cran » pour laisser le Most Valuable Player à DeForest parce que ce dernier le vaut bien.

https://cdn.vox-cdn.com/thumbor/hsMB6EnrZdrJD2mFN0t8yLF0l7M=/1400x1050/filters:format(jpeg)/cdn.vox-cdn.com/uploads/chorus_asset/file/24922402/1659526526.jpg

Évidemment ce « déclassement » n’est en rien causé par une chute de qualité du #44 : il a définitivement pris le leadership défensif et a de nouveau rendu une copie presque remarquable (la couverture n’est toujours pas son fort, ce qui est dommage car il a été le Colt le plus ciblé).

 


(2021 : Kwity Paye)
(2022 : Rodney Thomas II)

Josh Downs – WR
Réception 68 réceptions, 771 yards, 2 TDs, 10 big plays, 2 BTKs
Avancé 69.4%, 5 drops, 95.2 de Target Rating
Kick Return 2 retours, 24 yards
Punt Return 6 retours, 63 yards
Moyennes 11.3 yards par réception
12.0 yards par retour de kick
10.5 yards par retour de punt

 

Le troisième tour a été drafté pour être une bouffée d’air frais : c’est plutôt réussi. Attention aux mains (surtout quand on joue dans le slot), mais c’est une bonne première année.

Cela nous permet de parler de l’attaque dans son ensemble. Les blessures d’Anthony Richardson ont rapidement planté le décor de son futur (prometteur mais protège-toi gamin sinon tu ne vas pas durer longtemps) avant qu’il ne soit forcé de laisser la place à Gardner Minshew ; Fu Minshew a fait ce qu’on attendait de lui : servir de remplaçant solide en laissant les Colts en vie via 62.2%, 3305 yards, 6.7 yards par passe tentée, 15 TDs, 9 INTs, 5 fumbles, 34 sacks et 84.6 de QB Rating.

Sinon… est-ce qu’on ne retrouverait pas un peu le Murtopelle(tm) ? Ryan Kelly continue d’être solide au milieu (notamment en protection avec 7 pressions dont un sack !). Quenton Nelson semble avoir laissé les soucis physiques derrière lui (21 pressions dont un sack). Braden Smith est toujours un roc et le talent de Bernhard Raimann ne semble plus une hypothèse mais bien une réalité : leur principal souci a surtout été de passer à travers les blessures, notamment Smith qui a raté la moitié de l’année ; on a très rapidement vu la différence avec le quatrième tour Blake Freeland (45 pressions dont 4 sacks), ce qui a causé quelques horreurs en protection. Will Fries est un ton en-dessous des autres mais il progresse petit à petit.

L’unité a été bonne en protection et a aidé le jeu au sol : 121.1 yards par match (10e), 4.3 yards par course (10e), 19 TDs (7e) et 13 big plays (9e).

Le duo de coureurs a encore été actif : malgré ses soucis contractuels et ses passages à l’infirmerie, Jonathan Taylor a quand même eu le temps de faire une année à 188 touches pour 894 yards et 8 TDs. Zack Moss a été comme toujours un peu plus polyvalent à hauteur de 210 touches pour 986 yards, 4.5 yards par occasion et 7 TDs.

 


(2021 : Le poste de Quarterback)
(2022 : Les turnovers)

Le fantôme de Shaquille Leonard. Étant donné la saison un peu miracle d’Indy vu les circonstances, c’est difficile de pointer vers une chose si horrible qu’elle a plombé la franchise ; de plus, la chute vertigineuse et rapide des performances du Maniac n’a pas été si impactante grâce au duo Franklin – Speed. C’est plus le fait de voir un joueur si talentueux devenir d’un seul coup l’ombre de lui-même à cause notamment de ce problème nerveux au dos. Sa libération a été un crève-coeur et même si son passage à Philadelphie a montré des flashs de ce qu’il était, il est clair que ce n’est plus le même joueur.

 


(2021 : L’attaque terrestre)
(2022 : La défense contre la course)

Le pass-rush
Pressions 266 pressions (27e) soit 46.8% par action de passe (27e)
Sacks 51 sacks (5e) soit 8.2% par action de passe (8e)
Taux de conversion 19.2% (top)
Sackeurs 15 (5e) soit 3.4 par joueur (14e)

 

Les Colts ont établi leur record de franchise en sacks ; d’aucuns diront que c’est plus facile avec 17 matchs (ce qui est vrai), mais cela reste remarquable. À noter qu’il est arrivé avec le plus bas taux de blitz (16.5%) et vous voyez le taux de conversion à l’image du bilan de la saison (improbable).

Comparez Kwity Paye et Tyquan Lewis : 28.5 pressions en 393 snaps dont 8.5 sacks pour le premier, 43 pressions en 248 snaps dont 4 sacks pour le deuxième ; Paye a plus de sacks, mais il a également plus souvent disparu des rencontres que Lewis (il a néanmoins eu plus d’impact par ailleurs avec 18 run stops, 2 fumbles forcés et 2 fumbles récupérés). Dayo Odenigbo continue de progresser mais il est un peu dans le même cas que Paye avec 25 pressions dont 8 sacks : il est le roi de la conversion (32% – 6e) mais cela ne durera pas forcément.

Et si vous cherchez le top team en sacks… il arrive un peu plus loin.

 


(2021 : Le pass-rush)
(2022 : L’attaque aérienne)

Les équipes spéciales
FG 33/41 soit 80.5% (27e)
XP 35/36 soit 97.2% (14e)
Touchback 77.4% (14e)
Punt 48.2 yards bruts (11e) et 43.0 yards nets (9e)
Taux dans les 20y adverses 30.9% (27e)
Moyenne sur retours 22.2 yards par retour de kick (18e)
26.1 yards par retour adverse de kick (26e)
9.2 yards par retour de punt (17e)
9.5 yards par retour adverse de punt (15e)
TD marqués aucun TD sur retour de kick
aucun TD sur retour de punt
TD encaissés aucun TD sur retour de kick
aucun TD sur retour de punt

 

Matt Gay a été important sur certaines victoires mais pas assez constant et les kickoffs n’ont pas été une franche réussite. Le Punter Rigoberto Sanchez a toujours une bonne patate mais regardez la stat de punts dans les 20 yards adverses. Le TD sur retour de punt contré est bien, les deux blocks subis sur punt moins bien et n’oublions pas le retour de PAT encaissé contre Tennessee.

Mention à la couverture même si les stats ne sont pas si moches que cela : 65.1% (15e), 226.0 yards par match (16e), 6.8 yards par passe tentée (22e), 21 TDs (10e), 15 INTs (14e), un QB Rating adverse de 88.2 (14e), 49 big plays (17e) et 3 matchs d’un Quarterback à 300+ yards (12e).

Nous avons évoqué Franklin, et Kenny Moore a été un peu plus permissif (73.8%, 5 TDs, 3 INTs dont 2 picks-6, 6 passes défendues et 96.6 de Cover Rating) ; ses picks-6 masquent un peu le taux trop élevé. Jaylon Jones a été aussi en difficulté avec 56.5%, 5 TDs, 5 passes défendues et 99.8 de Cover Rating, mais il a au moins limité les yards et les réceptions. On ne peut pas en dire autant de Rodney Thomas II (19.3 yards par réception – 3e pire, 3 TDs, 2 INTs, 110.7 de Cover Rating) et Darrel Baker Jr. (15.5 yards par réception, 2 TDs, 113.2 de Cover Rating).

Le deuxième tour JuJu Brents est prometteur mais n’a fait qu’une moitié de saison, alors que Julian Blackmon a été assez formidable : 19 run stops, 2 fumbles récupérés, 46 ciblages, 60.9%, 4 INTs, 8 passes défendues et 46.6 de Cover Rating.

 


(2021 : Eric Fisher)
(2022 : Stephon Gilmore – CB & Rodney McLeod Jr. – S)

Samson Ebukam – LB
Plaquages 57, avec 39 solo, 6 manqués
Stops 38 dont 22 contre la course
Fumbles Déf. 3 forcés
Pass-Rush 427 snaps, 46.5 pressions dont 9.5 sacks, 8 hits et 29 hurries
Pénalités 2 total, 2 acceptées, 5 yards

 

Voilà le meilleur sackeur des Colts cette saison, et il n’a pas fait que cela : l’ex-49er a été une force sur l’aile, que ce soit contre la course ou dans le pass-rush.

https://cdn.vox-cdn.com/thumbor/gFw7FR-_XikJE-tjx8rqbag3ZTY=/1400x1050/filters:format(jpeg)/cdn.vox-cdn.com/uploads/chorus_asset/file/25447759/1692260299.jpg

Lui qui n’a jamais été plus qu’un sympathique lieutenant depuis le début de sa carrière a sorti sa meilleure saison.

 


(2021 : Eric Fisher)
(2022 : Matt Ryan)

Aucun.

 


(2021 : La tôle 41-15 mise à Buffalo en Week 11)
(2022 : La victoire 20-17 contre Kansas City en Week 3)

La victoire 22-19 à Baltimore en Week 3. Quand nous parlions de l’importance de Matt Gay sur certaines victoires : premier Kicker avec 4 FGs de 50+ yards dans le même match face à Justin Tucker, ça le fait. Dommage qu’il n’ait pas eu la même régularité.

 


(2021 : Les clowns ne sont pas ceux qu’on croit)
(2022 : The Comeback)

La défaite 29-10 à Atlanta en Week 16. Vous voulez savoir à quel moment les Colts ont perdu leur place en playoffs ? En posant un oeuf pourri à domicile contre les Falcons.

 

Le futur

 

Wk Type Loc. Adversaire Bilan Statut JNR
1 vs. Houston 10-7 DivChamp 0
2 @ Green Bay 9-8 Playoffs -2
3 vs. Chicago 7-10 Négatif 0
4 vs. Pittsburgh 10-7 Playoffs 0
5 @ Jacksonville 9-8 Positif 0
6 @ Tennessee 6-11 Négatif -6
7 vs. Miami 11-6 Playoffs -7
8 @ Houston 10-7 DivChamp 0
9 @ Minnesota 7-10 Négatif -3
10 vs. Buffalo 11-6 DivChamp 0
11 SNF @ NY Jets 7-10 Négatif 0
12 vs. Detroit 12-5 DivChamp 0
13 @ New England 4-13 Négatif 0
14 BYE
15 @ Denver 8-9 Négatif 1
16 vs. Tennessee 6-11 Négatif 0
17 @ NY Giants 6-11 Négatif 0
18 vs. Jacksonville 9-8 Positif 0

 

Matchs Nombre Rang
Vs. équipes avec un bilan positif en 2023 9 24
Vs. équipes qualifiées en playoffs en 2023 7 17
Bilans Bilan Rang
Cumulé total 142-147 (0.491) 21
Cumulé à domicile 76-60 (0.559) 3
Cumulé à l’extérieur 66-87 (0.431) 30
Écart domicile/extérieur 0.128 1
Stats additionnelles Valeur Rang
Kilométrage total théorique 9261 3
Total jours nets de repos entre les matchs -17 30

 

Indy a été un peu trop tendre à domicile en 2023 ? Pas de chance, ça se corse en 2024 avec, en plus de l’AFC South, les frères tapedur d’AFC East, Detroit et Pittsburgh. Ajoutez cette bye week la plus tardive de la saison, ce différentiel affreux de jours de repos, les bêtes noires Jacksonville en dernière semaine avec peut-être une place de playoffs en jeu (bon au moins c’est chez les Colts) et ça commence à faire beaucoup. Point positif : le kilométrage est limité.