Gameday : Wild Card Round de Dimanche

Gameday 2015

 

#7 Miami Dolphins @ #2 Buffalo Bills

 

Date et Heure Française Dimanche 15 Janvier, 19:00
Lieu Highmark Stadium
Titre Plus rien à perdre
Prévision Météo Quelques nuages, < 0°C
Saison régulière Week 3 : Miami 21-19
Week 15 : Buffalo 32-29

 

Buffalo a aidé Miami à se qualifier en battant les Patriots, et les Dolphins ont gagné une troisième manche contre des Bills avec lesquels ils ont partagé la série en saison régulière… mais la tâche va être encore plus ardue vu les blessés.

Stats MIA Attaque BUF Défense
Points par match 23.4 11 17.9 2
Yards par match 364.5 6 319.1 6
Yards par passe tentée 8.2 1 6.0 5
Yards par course 4.3 19 4.3 14
Third Down % 36.224 24 37.500 7
Redzone TD % 60.000 10 44.898 2
Turnovers 21 8 27 4
Pressions 133 17 138 17
Sacks 35 9 40 14
Field Goal % 81.250 24 75.000 4
Extra Point % 93.182 24 96.429 22

Ne nous mentons pas, on a du mal à voir comment Miami va pouvoir se battre contre Buffalo quand on voit la liste des blessés, notamment en attaque.

https://cdn.vox-cdn.com/thumbor/bTWv6-Mevd3bcw2aAE1cbWNl0eE=/0x0:4871x2903/1200x800/filters:focal(1282x0:2060x778)/cdn.vox-cdn.com/uploads/chorus_image/image/71242236/1414703779.0.jpgLa saison de Tua Tagovailoa aurait dû être déclarée terminée dès sa troisième commotion, Teddy Bridgewater a plusieurs blessures et ne sera pas titulaire, le coureur Raheem Mostert est sera indisponible, alors que sur la ligne vous avez un Guard très incertain et trois Tackles qui forment un Dr. Maboul à eux seuls avec leurs blessures.

C’est donc le rookie Skylar Thompson qui va devoir mener l’attaque avec une ligne décimée et Jeff Wilson en coureur #1 ; l’ex-49er a été échangé en cours de saison. Bien sûr, il reste le trio offensif destructeur : Tyreek Hill, Jaylen Waddle et Mike Gesicki seront eux bien présents – sans oublier Trent Sherfield – mais ce n’est clairement pas la même mécanique avec Thompson qu’avec Tua, et on ne peut pas en vouloir au rookie ; c’est aussi la preuve encourageante que Tua avait progressé. Mais pour ce match, il faudra donc faire sans lui, ce qui n’est pas forcément rassurant quand on se rappelle la “performance” de la semaine dernière contre les Jets.

https://www.gannett-cdn.com/presto/2022/09/09/PROC/405b14d0-570d-4dcb-9e26-a961aaba0b19-AP22252109739863.jpg?crop=4745,2670,x0,y240&width=3200&height=1801&format=pjpg&auto=webpEt nous n’avons évidemment pas abordé le plus gros problème : la défense de Buffalo n’a pas besoin qu’il manque une valise de titulaires en face pour faire mal. Contre une ligne offensive façon patchwork, même si Von Miller a fini sur IR, un Greg Rousseau n’aura aucun scrupule à en profiter ; et que dire de la présence d’un Ed Oliver au milieu, aussi actif contre la course (6.5 run stuffs) que contre la passe (16.5 pressions). A.J. Epenesa et Shaq Lawson devront hausser le curseur pour faire l’équilibre et ne pas laisser une seconde de répit au lanceur rookie.

Ce dernier risque d’avoir du travail car avec un duo comme Tremaine Edmunds – Matt Milano au milieu de l’escouade, c’est aussi difficile de passer par la terre (15.5 run stuffs) que par les airs (18 passes défendues, 4 INTs). Le duo continue d’être criminellement sous-coté et d’apporter un coeur robuste à la défense. L’arrière-garde n’est pas en reste même si Micah Hyde est parti sur IR… mais on va surveiller le remplaçant de Damar Hamlin, Dean Marlowe, dans un groupe redoutable : sera-t-il le maillon faible ? Contre les feux follets en face, il ne faudra pas laisser beaucoup d’espaces.

Stats BUF Attaque MIA Défense
Points par match 28.4 2 23.5 24
Yards par match 397.6 2 337.8 18
Yards par passe tentée 7.5 7 6.4 12
Yards par course 5.2 2 4.1 6
Third Down % 50.259 1 41.631 24
Redzone TD % 60.345 9 59.322 23
Turnovers 27 30 14 30
Pressions 107 7 140 14
Sacks 33 8 40 14
Field Goal % 87.097 12 93.103 29
Extra Point % 96.000 15 95.000 18

Buffalo arrive donc en archi-favori vu la situation, néanmoins même si la victoire est acquise, il faudra corriger quelques soucis.

https://images2.minutemediacdn.com/image/fetch/w_2000,h_2000,c_fit/https%3A%2F%2Ffansided.com%2Fwp-content%2Fuploads%2Fgetty-images%2F2021%2F08%2F1295688707.jpegPar exemple, si Josh Allen a encore fait une saison remarquable avec 42 TDs au total (35 à la passe + 7 à la course) et qu’il est le fer de lance offensif, il a eu plus de sautes de concentration que d’habitude, notamment dans la zone de vérité : 14 INTs (4e pire marque) dont 5 dans la redzone (pire marque). Une erreur de ce genre va coûter de plus en plus cher au fur et à mesure que les playoffs vont avancer. Sa ligne offensive fait plutôt un bon travail en protection mais elle est aidée par la mobilité du Quarterback et l’absence d’un Rodger Saffold (qui ne s’est pas entraîné) ne sera pas une bonne chose.

Au niveau des cibles, rien de bien surprenant : Stefon Diggs a encore brillé (1429 yards et 11 TDs) alors que Gabe Davis est le dragster de service et Dawson Knox le Tight End toujours précieux ; Isaiah McKenzie termine un quatuor qui devrait poser des soucis à la couverture des visiteurs. Devin Singletary et James Cook forment le duo de coureurs qui sait progresser avec une belle moyenne, sans parler d’Allen lui-même, même s’ils vont devoir faire attention aux fumbles (4 à eux deux, tous perdus).

https://dolphinswire.usatoday.com/wp-content/uploads/sites/53/2021/12/USATSI_17385588.jpg?w=1000&h=600&crop=1La ligne offensive aura d’autant plus de travail qu’en face, la ligne défensive des Fins ne va pas venir pour enfiler des perles : le coeur de l’unité est redoutable avec le monstrueux Christian Wilkins (12.5 run stuffs et 10.5 pressions) et Zach Sieler, alors qu’il y a de la qualité sur les ailes avec Jaelan Phillips, Bradley Chubb, Melvin Ingram et Andrew Van Ginkel ; aucun n’a dépassé les 10 sacks, mais ils forment un groupe homogène qui empêche de se concentrer sur l’un particulièrement.

Ceci dit, ce manque de punch devant n’aide pas une couverture qui a perdu Byron Jones en cours de saison et qui a dû se reposer sur Keian Crossen et le rookie Kader Kohou dans le slot ; même Xavien Howard n’a pas forcément eu son rendement habituel. Cela a parfois été compliqué, et quand on y oppose les playmakers des Bills, il y a du souci à se faire. La défense contre la course est plus solide grâce à la ligne défensive et au duo polyvalent de Linebackers Elandon RobertsJerome Baker, donc Buffalo devrait préférer la voie des airs.

https://www.gannett-cdn.com/presto/2022/12/19/USAT/cd167612-bf16-48a1-be2f-e96355675ddd-USATSI_19645121.jpg?crop=4832,2809,x0,y296La défense de Miami pourrait limiter l’avancée de l’attaque de Buffalo, mais pour réaliser un petit exploit il va probablement falloir gommer cette horrible manque de turnovers afin de redonner des possessions à une attaque qui va en avoir bien besoin. Et pour avancer, cette dernière va devoir se mettre dans des 3e tentatives plus faciles que d’ordinaire : en moyenne, les Fins ont reculé de 0.1 yard sur 2e tentative (pire marque) pour être à 7.8 yards sur 3e (pire marque aussi). Le souci ? Buffalo positionne ses adversaires en moyenne à 7.8 yards sur 3e tentative aussi (top NFL).

 

#6 New York Giants @ #3 Minnesota Vikings

 

Date et Heure Française Dimanche 15 Janvier, 22:30
Lieu U.S. Bank Stadium
Titre Match piège à Minnesota
Prévision Météo Stade couvert
Saison régulière Week 16 : Minnesota 27-24

 

Quand on regarde les bilans on pourrait penser que ce match est à l’avantage de Minnesota, mais 1) on sait que les Giants, historiquement, adorent être les outsiders, 2) la victoire de Minnesota contre Chicago n’efface pas le souvenir du rotoplaf contre Green Bay et 3) le match de saison régulière avait été serré.

Stats NYG Attaque MIN Défense
Points par match 21.5 15 25.1 28
Yards par match 333.9 18 388.7 31
Yards par passe tentée 6.6 25 7.3 30
Yards par course 4.8 5 4.5 22
Third Down % 36.792 22 38.139 12
Redzone TD % 63.265 7 57.143 21
Turnovers 16 2 25 8
Pressions 165 27 126 21
Sacks 49 27 38 21
Field Goal % 90.625 8 86.364 17
Extra Point % 94.118 22 100.000 29

Les Giants ont réussi à assurer leur place de playoffs avant la dernière semaine, et ils ont reposé plusieurs titulaires avant de se déplacer à Minnesota.

https://cdn.vox-cdn.com/thumbor/1E5LCc-YoK_yxWwPbwZDarxl16Q=/0x0:2797x1865/1400x933/filters:focal(1176x710:1622x1156):no_upscale()/cdn.vox-cdn.com/uploads/chorus_image/image/71574286/usa_today_19288404.0.jpgL’attaque est loin d’être monstrueuse – elle est la moins explosive de la ligue avec 44 big plays – mais elle s’est améliorée par rapport à l’année dernière sur plusieurs points : le premier étant les pertes de balle. C’est à mettre au crédit de Daniel Jones qui, pourtant, a encore pris pas mal de pression cette saison ; cependant il a été bien plus protecteur du cuir avec seulement 8 ballons perdus (INT et fumbles confondus), et il a encore été précieux avec ses jambes (7 TDs). Il a également été très efficace en redzone, un fait partagé par toute l’équipe (le souci c’est de ne pas y aller si souvent avec 50 voyages – 23e).

Ce n’est pas si mal quand on voit une ligne offensive où Andrew Thomas fait figure de seul vrai talent, et un groupe de receveurs dans lequel Darius Slayton mène avec… 724 yards. Richie James, Isaiah Hodgins et Daniel Bellinger ont scoré mais personne ne va trembler devant eux. Fort heureusement, Saquon Barkley est revenu de sa blessure en pleine santé, et il a porté l’attaque des G-men en 2022 avec 362 touches, 1650 yards et 10 TDs ; sans lui on aurait eu une répétition de l’année précédente.

https://ca-times.brightspotcdn.com/dims4/default/e805ca5/2147483647/strip/true/crop/5447x3632+0+0/resize/1200x800!/quality/80/?url=https%3A%2F%2Fcalifornia-times-brightspot.s3.amazonaws.com%2F50%2F13%2Ff294bbc8d7ce7e7235cb5b05e532%2F0c9e4a364165451eb2f0a0e399419a41Les Vikings le savent, et ils vont s’évertuer à stopper Saquon avant tout : une tâche qui ne va pas être facile pour une défense qui a autorisé bien trop de yards et de big plays ; il est interdit de laisser Barkley prendre l’espace sinon les locaux ne le reverront plus. Pour tout dire les stats de la défense sont surprenantes vu le talent présent : la ligne défensive contient Dalvin Tomlinson et Harrison Phillips au milieu, et le duo Danielle HunterZa’Darius Smith sur les extérieurs ; cependant, on les a plus souvent vus dans le pass-rush que contre la course. Ils vont avoir un matchup favorable dans cette rencontre, à eux d’en profiter pour fermer le milieu et écrouler la poche sur Jones.

Derrière on trouve l’increvable Eric Kendricks et Jordan Hicks qui forment un duo dynamique dont le travail sera de surveiller Saquon au sol mais également en réception pour le stopper de suite ; les deux ont été ciblés en couverture. L’arrière-garde a récupéré Cameron Dantzler il n’y a pas longtemps dans un groupe où Patrick Peterson reste un vétéran dangereux (5 INTs), Chandon Sullivan est peut-être un élément moins fort et l’ex-Bear Duke Shelley a brillé quand il a été sur le terrain. Avec les voleurs de cuir Harrison Smith et Camryn Bynum (9 à eux deux), c’est un ensemble qui a des forces et des faiblesses qui mais devrait être moins testé par le jeu aérien de New York que face à d’autres franchises.

Stats MIN Attaque NYG Défense
Points par match 24.9 8 21.8 17
Yards par match 361.5 7 358.2 25
Yards par passe tentée 7.2 10 6.4 13
Yards par course 4.1 26 5.2 31
Third Down % 41.150 12 35.122 5
Redzone TD % 62.500 8 49.206 5
Turnovers 23 17 19 25
Pressions 183 30 147 8
Sacks 47 25 41 13
Field Goal % 78.788 27 86.047 16
Extra Point % 86.957 30 94.444 15

Les rois du match serré (11-0) arrivent en playoffs en espérant que la série continue ; Minnesota a eu un parcours plutôt tranquille dans la division mais désormais les choses sérieuses commencent.

https://cdn.theathletic.com/app/uploads/2022/10/31092745/USATSI_19204463-scaled.jpegLe fait d’avoir été dans tant de situations compliquées vient en partie d’une stat : 64.0% de passes (3e). Kirk Cousins s’est retrouvé à lancer 643 passes (4e NFL), ce qui déteint forcément sur ses stats : 4547 yards à 7.1 yards par passe tentée, 29 TDs, 14 INTs, 46 sacks. On pourrait croire que la protection est toujours catastrophique, mais s’il est vrai qu’il y a un ou deux éléments problématiques (les blessures récemment n’ayant rien fait pour arranger cela), la performance n’est pas si mauvaise que par le passé.

Il faut dire que quand on a Justin Jefferson, leader NFL avec 128 réceptions pour 1809 yards et 28 big plays, c’est difficile de ne pas lancer le cuir ; il a tout ratiboisé et il sera évidemment un joueur crucial dans ces playoffs. Il ne faut cependant pas oublier K.J. Osborn ou le Tight End T.J. Hockenson dont l’arrivée a apporté jeunesse et stabilité au poste ; Adam Thielen a été un peu plus discret mais il est toujours là. Minnesota a donc bien plus passé que couru, mais pour autant Dalvin Cook a fait une saison très efficace à 1468 yards et 10 TDs ; son lieutenant Alexander Mattison a été un peu moins en verve (3.8 yards par course). Les deux restent un danger si jamais vous décidez de jouer dans une Cover-2 pour limiter les big plays et que le coeur de la défense est exposé.

https://a.espncdn.com/photo/2019/1107/r624789_1296x729_16-9.jpgEt justement, les Giants vont devoir se méfier de Cook et Mattison, car leur défense a eu du mal à stopper les coureurs cette saison. La ligne défensive aura une opposition moins forte que prévue avec les absents comme Garrett Bradbury ou Brian O’Neill, mais encore faut-il capitaliser. Dexter Lawrence est la menace #1 au coeur de l’unité avec 7.5 sacks, flanqué de Leonard Williams, mais c’est derrière que les choses se compliquent un peu au niveau qualité. Sur les ailes, Kayvon Thibodeaux a mis un peu de temps à démarrer mais il commence à se montrer de plus en plus, ce qui est une bonne chose car, là aussi, la suite peine à se montrer – d’où le playcall (41.1% de blitz – top NFL).

La première unité va devoir en faire plus pour contrôler la ligne de scrimmage et dicter sa loi, car au deuxième niveau le duo Jaylon SmithMicah McFadden pose plus de questions qu’il ne propose de réponses. La couverture est moins problématique, son seul défaut étant de manquer de ballons volés (6 INTs – pire) : Adoree Jackson et Julian Love sont les leaders du groupe, et il est à parier que le premier va tirer Jefferson en couverture très souvent, mais les autres vont être importants vu le nombre de cibles de qualité chez les locaux ; Fabian Moreau notamment.

https://gmenhq.com/wp-content/uploads/getty-images/2018/08/1452208919.jpegLes deux Quarterbacks s’étaient défoulés dans le match de saison régulière, se répondant du tac au tac ; les détails étaient néanmoins tous contre New York (pénalités, occasions ratées de voler le cuir, ballons perdus, punt contré). Les visiteurs ne peuvent pas l’emporter sans être plus propres dans toutes les phases, et une ou deux INTs ne feront pas de mal. Sans surprise, ces deux équipes adorent scorer en 2e mi-temps et surtout en 4e quart-temps, donc cela pourrait encore être un match serré.

 

#6 Baltimore Ravens @ #3 Cincinnati Bengals

 

Date et Heure Française Lundi 16 Janvier, 02:15
Lieu Paycor Stadium
Titre La vie sans Lamar continue
Prévision Météo Nuageux, 0-5°C
Saison régulière Week 5 : Baltimore 19-17
Week 18 : Cincinnati 27-16

 

Les Ravens retournent à Cincinnati pour le Wild Card Round avec, encore une fois, leur Quarterback titulaire indisponible ; le flou reste sur le nom du remplaçant titulaire (on parle même d’utiliser les deux) pour essayer de ne pas lancer des Bengals confiants sur une nouvelle aventure en playoffs.

Stats BAL Attaque CIN Défense
Points par match 20.6 19 20.1 6
Yards par match 338.8 16 335.7 16
Yards par passe tentée 6.6 26 6.6 15
Yards par course 5.2 3 4.2 9
Third Down % 41.743 11 39.623 20
Redzone TD % 45.763 30 52.000 9
Turnovers 21 8 24 11
Pressions 100 2 131 20
Sacks 38 13 30 29
Field Goal % 86.047 16 85.000 13
Extra Point % 96.875 10 89.655 2

Arrêtez-nous si vous avez déjà entendu cette histoire : les Ravens sont en tête de la division, les blessures les rattrapent, ils finissent sur la jante et se font dépasser par les Bengals qui terminent champions de division. 2022 a furieusement ressemblé à 2021, sauf que cette fois les Ravens sont quand même parvenus à se qualifier en playoffs.

https://static.www.nfl.com/image/private/t_editorial_landscape_12_desktop/league/d8i8ou05jpht9mqsjscuIls doivent néanmoins repartir au combat avec Tyler Huntley et Anthony Brown. C’est un peu le revers de la médaille de la philosophie de Baltimore qui, peut-être plus que toute autre franchise, a construit son attaque et son gameplan autour de la dualité de son Quarterback ; sans lui, ce n’est plus la même chose. Cela se voit dans le jeu aérien : Mark Andrews est sans surprise le leader avec 847 yards, et derrière lui c’est Demarcus Robinson avec… 458 yards ; Rashod Bateman est sur IR alors que Devin Duvernay et le rookie Isaiah Likely font ce qu’ils peuvent.

Il n’est pas étonnant de voir l’offensive patiner autant en redzone (45.8% de TDs – 30e) quand le jeu au sol ne parvient pas à finir les actions. Et encore : ledit jeu au sol marche aussi parce que Lamar est une menace constante ; enlevez-le, ajoutez des blessures au trio J.K. Dobbins – Gus Edwards – Kenyan Drake, et le Corbacdozer a perdu un peu de sa puissance, surtout quand les adversaires l’attendaient au tournant.

https://lastwordonsports.com/nfl/wp-content/uploads/sites/5/2022/01/gettyimages-1362275705-594x594-1.jpgEt vous pouvez être sûrs que les Bengals vont l’attendre : la défense de Cincinnati continue d’être une escouade relativement sous-cotée, dans l’ombre des playmakers offensifs, mais elle fait un bon travail. Cela commence devant avec, justement, les maousses qui bloquent la voie terrestre : D.J. Reader et B.J. Hill forment un duo difficile à bouger, permettant à leurs partenaires de faire leur office. Le pass-rush, comme vous le voyez, manque un peu de mordant malgré la présence de Trey Hendrickson ; même Sam Hubbard est un peu juste (plus à l’aise contre la course), et derrière eux il y a du déficit – cependant cela pourrait ne pas être un problème vu les difficultés à la passe des Ravens.

Stopper la course est plus important, et il y a du talent chez les Linebackers avec Germaine Pratt et Logan Wilson qui sont montés d’un cran au coeur de la défense ; le premier est de plus un moulin à vent de qualité qui n’est pas facile à prendre à défaut en couverture. Dans l’arrière-garde, la mise sur IR de Chidobe Awuzie avec un pass-rush un peu faiblard aurait dû créer une couverture à la ramasse… mais elle limite les complétions (58.9% – top NFL). Le trio Jessie Bates – Mike Hilton – Vonn Bell offre une solidité que ce soit dans les airs ou au sol, ce qui est nécessaire avec Eli Apple et le rookie Cam Taylor-Britt ; contre toute autre équipe on pourrait se demander si cette fragilité serait rédhibitoire mais encore une fois, est-ce que Baltimore a les armes pour l’attaquer ?

Stats CIN Attaque BAL Défense
Points par match 26.1 7 18.5 3
Yards par match 360.5 8 324.3 9
Yards par passe tentée 7.4 9 6.7 19
Yards par course 3.8 29 3.9 3
Third Down % 46.117 3 34.928 4
Redzone TD % 64.912 5 46.429 3
Turnovers 18 4 25 8
Pressions 134 18 144 11
Sacks 44 20 48 5
Field Goal % 82.759 21 81.579 10
Extra Point % 90.909 27 96.552 23

Les Bengals ont donc encore une fois démarré doucement avant de monter en puissance et d’être parfaits après la bye week à mi-saison ; à l’exception de ce match annulé contre les Bills. Cincinnati profite également d’un injury report très léger, ce qui est un avantage encore plus conséquent quand on connaît les déboires de Baltimore sur le sujet.

https://www.si.com/.image/ar_16:9%2Cc_fill%2Ccs_srgb%2Cfl_progressive%2Cq_auto:good%2Cw_1200/MTg1NDYyOTQzMTkyNzIwOTEx/jamarr-chase-tee-higgins-joe-mixon.jpgJoe Burrow est toujours à la tête de l’attaque et constitue une des raisons de sa bonne santé : l’ex-Tiger a encore fait une saison remarquable et on ne peut que lui reprocher ses 12 INTs ; pour le reste c’est notamment 68.3% de complétion (2e) et 35 TDs (2e) + 5 TDs à la course. Pas grand-chose à dire à son sujet, il est plus intéressant de se pencher sur sa protection : la ligne offensive a mal démarré la saison dans la lignée de l’exercice précédent, mais elle a progressé au fur et à mesure avec les différentes additions ; malheureusement La’el Collins est parti sur IR, et de fait ce sera de nouveau un point à surveiller.

Mais on sait que si jamais elle parvient à tenir, alors le Bureau a des tiroirs remplis de playmakers : une Chaise, un Tee, et Tyler Boyd ; les deux premiers ont dépassé 1000 yards cette saison. Derrière eux est apparu le surprenant Trenton Irwin, alors que l’ex-Raven Tight End Hayden Hurst est en retrait mais sait se montrer si besoin. La puissance de feu aérienne des Bengals est telle que le meilleur moyen de la freiner est de s’asseoir sur le Bureau directement. À l’instar des Vikes, le jeu au sol pourrait étonner par son utilisation (40.9% de courses – 24e) et ses stats générales, mais ne vous y trompez pas : le Mixeur a encore fait une saison pleine avec 1255 yards et 9 TDs, même s’il est vrai que la ligne a parfois du mal à lui ouvrir les brèches (3.9 yards par course). Il peut faire mal au sol et il est toujours utile sur les passes courtes, comme son lieutenant Samaje Perine (6 TDs) ; sans oublier Burrow qui peut s’y mettre si besoin.

https://images2.minutemediacdn.com/image/fetch/w_2000,h_2000,c_fit/https%3A%2F%2Febonybird.com%2Fwp-content%2Fuploads%2Fgetty-images%2F2022%2F11%2F1443087885.jpegVoilà donc l’équation compliquée qui se présente une troisième fois à une défense de Baltimore qui a soutenu une grosse charge de travail récemment avec une attaque en difficulté. Fort heureusement elle continue de tenir la baraque, même si elle a toujours des soucis de bras (6.4% de plaquages manqués – 31e), qu’elle autorise un peu trop de passes (66.4% de complétion – 26e) et de monde en redzone (60 voyages adverses – 25e). Devant, la blessure rapide de Michael Pierce n’a pas été idéale, mais dans l’ensemble les gros font le travail : Calais Campbell mène un ensemble sympathique où les jeunes Broderick Washington et Justin Madibuike aident contre la course, dans le pass-rush, et parfois contre la passe en déviant le cuir. C’est plus sur les extérieurs qu’on aurait aimé en voir plus, notamment dans la pression : si Papy Justin Houston est encore là, Odafe Oweh a été un poil en retrait cette saison, comme JPP ou Tyus Bowser. Alors certes les totaux du pass-rush sont sympathiques et il y aura quelque chose à exploiter, mais il faudra finir plus souvent le travail en sackant Burrow.

L’acquisition majeure cette saison pour les Ravens a été l’échange pour Roquan Smith : l’ex-Bear a été une vraie force dans tous les compartiments, prenant le leadership de l’escouade ; cela, par rebond, a libéré Patrick Queen qui a fait une saison bien plus complète que les précédentes, notamment en couverture. Cette dernière a surtout pâti d’un Marcus Peters un peu trop souvent pris à défaut, et le vétéran devra se reprendre vu l’armada des locaux. Pour le reste, il y a du talent avec Marlon Humphrey, Brandon Stephens, Chuck Clark, le rookie Kyle Hamilton, Marcus Williams ou Geno Stone ; Humphrey et Clark sont le ciment “historique” d’une unité qui va avoir fort à faire avec le talent en face.

https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/4mTKB1GedS_Cd4zPvm3VTA--/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTY0MDtoPTQyNw--/https://media.zenfs.com/en/cincinnati-com-the-enquirer/a41512a417e92889248c0108107775c5On aurait aimé rajouté “et bien entendu les Ravens ont l’arme fatale Justin Tucker à disposition”, mais ce dernier a connu quelques soucis cette saison avec des tentatives ratées et/ou contrées. L’issue du match n’est pas compliquée à deviner : est-ce que les Ravens peuvent s’en sortir au sol sans Lamar ? Le jeu aérien va forcément pâtir de l’absence du #8, et on a vu la semaine dernière le souci dès qu’il faut trouver une cible autre que Andrews. Le Corbacdozer a avancé mais n’a pas dominé contre Cincy, et il faudra bien lancer à un moment, car la défense ne tiendra pas tout le match. Ce ne sera pas plus simple pour les locaux de courir, mais Burrow a ce qu’il faut pour réussir les quelques actions nécessaires à la victoire si besoin, même si le match sera probablement serré.