Redskins : La raison grave du holdout de Trent Williams

Ce n’est décidément pas la saison des casques, ni des Offensive Linemen et de leur staff médical.

C’est au tour de l’Offensive Tackle des Redskins Trent Williams d’avoir des griefs contre les médecins de son équipe, la vraie raison de son holdout.

Au début, cela a donc commencé par un holdout qui s’est prolongé pendant la saison ; les raisons invoquées étaient des inquiétudes sur sa santé (ce qui n’est pas anormal car le joueur de 31 ans a connu pas mal de soucis).

Il a accepté de revenir mercredi, mais il a raté son test physique suite à « une incapacité à supporter le port d’un casque ». Avant que vous ne conjuriez des images d’Antonio Brown, la raison de cette gêne est bien plus grave.

Pendant six ans, il a demandé à l’équipe médicale de regarder une grosseur qui lui poussait sur la tête. Il déclare que pendant six ans les docteurs des Redskins lui ont répondu que ce n’était rien.

Ce n’est que la dernière intersaison où il les a vraiment forcés à regarder, et il a dû passer des tests à Chicago dont les résultats ont été très sérieux : le joueur était atteint d’un « Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand » (DFSP en anglais), un cancer extrêmement rare des couches profondes de la peau. Il a été opéré à Chicago, et il soutient qu’on lui a dit que la tumeur était à quelques semaines de métastaser et d’atteindre son cerveau. Comme on a dû lui retirer 30% du cuir chevelu pour l’opération, on comprend qu’il ait eu du mal à supporter un casque.

Tout cela fait très froid dans le dos, et même en gardant un oeil objectif, on ne peut que s’interroger sur un nouvel incident concernant un joueur de Washington et une question médicale : pour ne prendre que le passé récent, Alex Smith, Colt McCoy et Derrius Guice ont tous subi des complications lors de leurs convalescences suite à des opérations.

Les Redskins ont répondu rapidement par un communiqué, et cette histoire ne va pas s’arrêter là. Quoi qu’il en soit, 1) il est heureux que Williams ait évité le pire, même s’il devra être suivi médicalement de près et 2) il est très difficile de le voir rejouer à Washington.