Fiche SB : Super Bowl XLIII

 

Présentation

 

Match Pittsburgh Steelers 2723 Arizona Cardinals
Date 1er Février 2009
Lieu Raymond James Stadium, Tampa, Floride
MVP Santonio HOLMES, Wide Receiver, Pittsburgh Steelers
Ligne Vegas Pittsburgh Steelers, +7
Arbitre Terry MCAULAY

 

Le champion AFC : Pittsburgh Steelers

 

Head Coach Mike TOMLIN
Record 12-4 (1er AFC North)
Playoffs Divisional Playoff : vs. San Diego Chargers, 35-24
Conference Championship : vs. Baltimore Ravens, 23-14

 

Trois ans après la victoire au Super Bowl XL, c’est la septième participation de Pittsburgh – à une marche de Dallas – et les Steelers peuvent prendre la tête seuls au tableau des trophées Lombardi avec six. L’équipe a connu un changement majeur depuis 2005 : le Head Coach Bill Cowher est parti en retraite après la saison 2006 ; la franchise avait plusieurs candidats, notamment en interne et c’est finalement le Coordinateur Défensif des Vikings, Mike Tomlin, qui a été choisi.

Mike Tomlin

Comme toujours, c’est la défense qui mène la danse : elle a mené la ligue en points (223) et yards (3795) encaissés. Casey Hampton, Aaron Smith, le duo Farrior – Foote, Ike Taylor et Troy Polamalu sont toujours là ; ils ont été assistés par Brett Keisel, les pass-rushers LaMarr Woodley et James Harrison (Defensive Player Of The Year) ainsi que le Safety Ryan Clark. En attaque, Ben Roethlisberger a eu une saison un peu compliquée, comme toute l’escouade ; il peut néanmoins compter sur ses fidèles cibles Hines Ward et Heath Miller, ainsi que sur l’émergence de Santonio Holmes. Au sol, Willie Parker a connu des blessures, mais Mewelde Moore a été un bon soutien.

Titulaires :

  • Quarterback : Ben ROETHLISBERGER.
  • Coureurs : Willie PARKER, Carey DAVIS.
  • Receveurs : Hines WARD, Santonio HOLMES.
  • Tight End : Heath MILLER.
  • Centre : Justin HARTWIG.
  • Guards : Chris KEMOEATU, Darnell STAPLETON.
  • Offensive Tackles : Max STARKS, Willie COLON.
  • Nose Tackle : Casey HAMPTON.
  • Defensive Ends : Aaron SMITH, Brett KEISEL.
  • Inside Linebackers : James FARRIOR, Larry FOOTE.
  • Outside Linebackers : LaMarr WOODLEY, James HARRISON.
  • Cornerbacks : Ike TAYLOR, Bryant MCFADDEN.
  • Safeties : Troy POLAMALU, Ryan CLARK.
  • Kicker : Jeff REED.
  • Punter : Mitch BERGER.

 

Le champion NFC : Arizona Cardinals

 

Head Coach Ken WHISENHUNT
Record 9-7 (1er NFC West)
Playoffs Wild Card : vs. Atlanta Falcons, 30-24
Divisional Playoff : @ Carolina Panthers, 33-13
Conference Championship : vs. Philadelphia Eagles, 32-25

 

Les belles histoires sont multiples à l’orée du Super Bowl XLIII. C’est la première accession à la grande finale de la plus ancienne franchise de NFL, les Cardinals (1898) ; il aura fallu attendre la 43e édition, et pas moins de 61 ans après son dernier titre en 1947 pour qu’elle soit en position d’en gagner un autre. L’ironie veut qu’elle y retrouve des visages « familiers » : en 1944, à cause de la Seconde Guerre Mondiale, certains joueurs et exécutifs NFL sont partis au combat ; les Cardinals et les Steelers ont vu leur effectif se réduire à tel point qu’ils ont dû fusionner pendant un an pour donner le club improbable « Card-Pitt ». Enfin, le Head Coach actuel des Cards n’est autre que l’ancien Coordinateur Offensif des Steelers, pressenti un temps pour remplacer Cowher, Ken Whisenhunt.

Kurt Warner et Ken Whisenhunt

Il a réussi à amener l’équipe à ce stade de la compétition principalement grâce à une des meilleures attaques de NFL, avec à sa tête la renaissance du Quarterback Kurt Warner. L’ancien artificier du Greatest Show On Turf et double MVP s’était perdu, notamment à cause des blessures ; à 37 ans, il a trouvé un nouveau souffle dans le désert. Il a pu s’appuyer sur un corps de receveurs excellents mené par le trio Larry Fitzgerald – Anquan Boldin – Steve Breaston, et sur le duo vétéran-jeune au sol, Edgerrin James – Tim Hightower. La défense, cependant, est plus suspecte malgré les présences de talents comme le Defensive Tackle Darnell Dockett, le Linebacker Karlos Dansby ou les arrières Dominique Rodgers-Cromartie et Adrian Wilson. Cela ne les a pas empêchés de prendre feu en playoffs (en écartant – encore une fois pour eux – les Eagles en finale NFC), mais Arizona n’est que le deuxième participant au Super Bowl à s’être qualifié avec moins de 10 victoires en saison régulière après les Rams en 1979 ; mauvaise nouvelle pour les Cards, Los Angeles avait perdu.

Titulaires :

  • Quarterback : Kurt WARNER.
  • Coureurs : Edgerrin JAMES, Terrelle SMITH.
  • Receveurs : Larry FITZGERALD, Anquan BOLDIN.
  • Tight End : Leonard POPE.
  • Centre : Lyle SENDLEIN.
  • Guards : Reggie WELLS, Deuce LUTUI.
  • Offensive Tackles : Mike GANDY, Levi BROWN.
  • Defensive Tackles : Bryan ROBINSON, Darnell DOCKETT.
  • Defensive Ends : Antonio SMITH, Gabe WATSON.
  • Middle Linebacker : Gerald HAYES.
  • Outside Linebackers : Chike OKEAFOR, Karlos DANSBY.
  • Cornerbacks : Roderick HOOD, Dominique RODGERS-CROMARTIE.
  • Safeties : Adrian WILSON, Antrel ROLLE.
  • Kicker : Neil RACKERS.
  • Punter : Ben GRAHAM.

 

1er Quart-Temps
Pittsburgh 0 – Arizona 0

 

Neil Rackers d’Arizona donne le coup d’envoi que Gary Russell remonte 24 yards jusqu’aux 28 de Pittsburgh.

 

Drive de Pittsburgh : 14:52, balle sur PIT 28

 

Les Steelers démarrent par une course de Willie Parker qui gagne 3 yards, puis « Big » Ben Roethlisberger allume la première mèche : il utilise la play-action pour feinter la défense et trouve Hines Ward, seul ; un gain de 38 yards. Parker ajoute 9 yards sur les extérieurs, puis il obtient un first down en puissance au milieu. Big Ben continue dans la foulée en trouvant son Tight End Heath Miller qui traîne un défenseur derrière lui jusqu’à un petit yard de l’en-but.

La défense des Cardinals se rebiffe quand le Defensive End Antonio Smith plaque Russell pour une perte de 4 yards, mais Parker regagne ce terrain perdu. En 3e&1, Roethlisberger essaie de trouver un receveur mais il n’a pas de solutions. Il pense alors pouvoir marquer le touchdown lui-même ; Darnell Dockett est le premier à le confronter et à tenter de l’arrêter, mais le Quarterback tourne sur lui-même et semble tomber dans l’en-but.

L’histoire n’est qu’un éternel recommencement : comme il y a trois ans, les arbitres accordent le touchdown, et Ken Whisenhunt demande un arbitrage vidéo, pensant qu’il y a matière à revenir sur la décision. Fort heureusement, cette fois, pas de polémique possible : les ralentis montrent clairement 1) Big Ben avec le genou au sol et 2) la balle à quelques centimètres de l’en-but ; c’est donc une 4e tentative.

Mike Tomlin ne prend aucun risque et appelle Jeff Reed pour un Field Goal réussi de 18 yards.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 3 3
Arizona Cardinals 0 0

 

Après toutes ces émotions, Pittsburgh réengage, et Arizona remonte la balle jusqu’à ses 27 yards.

 

Drive d’Arizona : 9:39, balle sur ARI 27

 

Les Cardinals essayent de répondre, mais le coureur Edgerrin James est plaqué pour un gain nul. Kurt Warner décide de passer par les airs, trouvant Steve Breaston pour 10 yards et un first down. Tim Hightower a ensuite la chance d’avancer au sol, mais une pénalité pour holding du Tackle Mike Gandy fait reculer l’attaque.

http://www1.pictures.gi.zimbio.com/Kurt+Warner+Super+Bowl+XLIII+B0Msnq_96ual.jpgWarner et James fumblent la remise ensuite ; le coureur récupère la balle et revient sur la ligne de scrimmage. Il ajoute 3 yards juste derrière, mais la pénalité a vraiment mis l’escouade dans l’embarras contre une telle défense : sous la pression du blitz, Warner ne peut se connecter avec Anquan Boldin, et c’est le premier punt du match.

 

Drive de Pittsburgh : 6:13, balle sur PIT 31

 

En face, l’attaque continue d’engranger des yards : sur une screen pass, le receveur Santonio Holmes profite de son agilité et d’un excellent block du spécialiste Ward pour en gagner 25, plaçant déjà la balle dans le camp d’Arizona. Roethlisberger maintient la pression sur la défense en visant Nate Washington dans l’en-but, mais la passe est un peu trop courte et le Cornerback Dominique Rodgers-Cromartie a le temps de revenir pour dévier le ballon.

Nouvelle passe rapide pour Holmes, mais cette fois « DRC » le plaque après 5 yards ; un gain que le Guard Darnell Stapleton perd sur un faux départ. En 3e&10, Big Ben sort sa spéciale : en face du blitz, il bouge dans la poche, fait des tours et des détours, résiste à une tentative de sack puis délivre le ballon à Miller pour 11 yards et le first down.

L’élan est définitivement du côté des champions AFC, et même un plaquage sur Parker pour un gain nul ne freine pas cela ; Roethlisberger et Miller combinent de nouveau pour 11 yards sur une screen pass. Parker trouve ensuite de l’espace pour 8 yards à droite de la ligne, puis Big Ben complète avec une passe rapide de 7 yards pour Holmes.

Parker ajoute 2 yards sur la dernière action d’un premier quart-temps totalement dominé par l’attaque des Steelers : 11:38-3:32 en temps de possession et 140-13 en yards.

 

2e Quart-Temps
Pittsburgh 3 – Arizona 0

 

La connexion Roethlisberger-Miller fonctionne encore et ce dernier pense entrer dans l’en-but, mais les Linebackers Gerald Hayes et Karlos Dansby le bloquent à un yard et le repoussent. Peu importe : Pittsburgh ne laisse pas passer l’opportunité et Russell score le premier touchdown du match de près.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 3 7 10
Arizona Cardinals 0 0 0

 

Pittsburgh tape le renvoi et Arizona repart de ses 17 yards.

 

Drive d’Arizona : 13:54, balle sur ARI 17

 

Il était prévisible que la défense des Cardinals subisse, mais les fans comptaient sur son attaque pour suivre la cadence ; ce n’est pas le cas et il faut vite que cela le devienne. Le drive ne démarre pas bien avec une passe imprécise vers le Tight End Leonard Pope, mais Warner règle la mire en s’appuyant sur James : deux passes pour 15 yards cumulés pour le coureur.

Il se tourne ensuite vers Breaston pour 7 yards et le first down, avant que James ne soit de nouveau le point focal ; une course d’un yard et une réception de 11 pour enfin trouver un semblant de rythme offensif. Néanmoins, encore une fois, une pénalité menace cette avancée : le Tight End Ben Patrick fait reculer l’escouade de 10 yards sur un holding.

Warner trouve les solutions et passe outre : il se connecte avec Breaston pour 13 yards, puis il a enfin la protection suffisante lui permettant de lire la défense ; il atteint un Boldin tout seul qui sprinte avant d’être stoppé à un petit yard de l’en-but après un gain de 45 yards. Les Cardinals n’attendent pas pour capitaliser : Warner utilise la play-action et lobe une passe pour Patrick qui se rachète de sa pénalité avec un touchdown.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 3 7 10
Arizona Cardinals 0 7 7

 

Arizona rend la balle à Pittsburgh qui la remonte jusqu’à ses 22 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 8:26, balle sur PIT 22

 

Roethlisberger passe au coureur Corey Davis pour 6 yards, puis Parker continue son excellent Super Bowl en évitant le Safety Adrian Wilson et en accumulant 8 yards au sol. Big Ben tente ensuite de viser Holmes, mais DRC ne mord pas dans les feintes et reste bien en couverture, déviant encore le ballon. La défense fait une autre action importante quand Dansby plaque Parker sur une screen pass pour une perte de 2 yards ; les premières actions négatives consécutives de l’attaque de Pittsburgh.

Big Ben sort alors un tour de son sac à malice : il sort de la poche et trouve Holmes pour 22 yards, mais un holding du Guard Chris Kemoeatu annule cela et ajoute 10 yards à faire. Dockett en redonne 6 sur une pénalité, mais cela ne change pas grand-chose : Roethlisberger fait une petite passe au coureur Mewelde Moore qui ne peut gagner que 4 yards en 3e&17.

C’est donc le premier dégagement des champions AFC, et les champions NFC leur font payer : Breaston fait un superbe retour de 34 yards, plaçant la balle dans le camp des Steelers.

 

Drive d’Arizona : 4:16, balle sur PIT 43

 

Malheureusement, Arizona ne va rien faire de probant avec cette position : après une course de James pour 6 yards, le coureur est pénalisé 15 yards pour un chop block, puis Warner est sacké par le Linebacker LaMarr Woodley pour une perte de 3 yards. Pour finir, James laisse tomber une passe, ce qui précipite un rapide 3&out des Cardinals.

Au moins ils parviennent, avec le punt, à laisser Pittsburgh à l’intérieur de leurs propres 20 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 2:46, balle sur PIT 16

 

Moore remplace Parker à la course et gagne 6 yards alors qu’on approche lentement de la fin de la première mi-temps. Roethlisberger essaye ensuite d’avancer par les airs, mais sa passe est déviée sur la ligne de scrimmage par le Defensive Tackle Bryan Robinson ; elle part en cloche où elle est récupérée par Dansby qui est immédiatement plaqué.

 

Drive d’Arizona : 2:00, balle sur PIT 34

 

Arizona se retrouve en excellente position pour, au minimum, égaliser avant la mi-temps. Le touchdown semble plus compliqué à obtenir quand les deux premières passes de Warner sont infructueuses : la premier part en touche et la seconde, trop haute pour Larry Fitzgerald, manque d’être interceptée par le Cornerback Ike Taylor.

Le vétéran ne panique pas et complète une petite passe pour Hightower ; le coureur évite Taylor et couvre 10 yards pour le first down. Il est ensuite stoppé pour un gain nul au sol, mais Warner trouve enfin Fitzgerald pour la première fois du match ; 12 yards et un nouveau first down. Boldin est la cible utilisée par le Quarterback ensuite, avec deux réceptions pour un total de 11 yards. C’est la quatrième fois du match qu’une des deux attaques se trouve à un petit yard de l’en-but adverse : jusque là, ces situations ont donné un touchdown annulé + Field Goal (Pittsburgh), un touchdown (Pittsburgh) et un touchdown (Arizona).

Celle-ci va donner… une des actions les plus improbables de l’histoire du Super Bowl. Warner recule et voit Boldin faire un parcours intérieur, la stratégie offensive parfaite pour ce genre de situation. Mais le légendaire Coordinateur Défensif de Pittsburgh, Dick LeBeau, le sait aussi, et il a appelé la stratégie défensive parfaite en contre : sa propre création, le Zone Blitz ; il envoie la pression par l’intérieur, et fait reculer l’Outside Linebacker James Harrison dans la ligne de passe pour surprendre le lanceur : Warner ne le voit pas et le défenseur intercepte la passe.

C’est alors le début de l’équipée sauvage : Harrison a quelques bloqueurs devant lui et se dirige le long de la touche droite. Il passe Warner bloqué par le Cornerback Deshea Townsend, résiste au retour de Pope, utilise les blocks de Brett Keisel et Lawrence Timmons, feinte Hightower poussé par Woodley, repart de plus belle alors qu’il arrive sur les 20 yards d’Arizona, résiste au retour de Gandy, est finalement rattrapé sur les 5 yards par un Fitzgerald qui a fait tout le trajet en touche pour éviter le trafic, subit le choc de Breaston qui arrive en même temps… et plonge dans l’en-but pour le touchdown le plus rocambolesque de l’histoire du Super Bowl !

http://www1.pictures.gi.zimbio.com/Super+Bowl+XLIII+Q6b0o-BMBNCl.jpgHistoire de rajouter encore un peu plus de suspense à l’affaire, les arbitres vérifient si Harrison n’est pas stoppé à un yard de l’en-but, alors que l’horloge indique 0:00. Terry McAuley décrète finalement que la révision vidéo n’apporte aucune conclusion définitive, et il entérine le touchdown. Il va sans dire que cette action de 100 yards établit plusieurs records : plus long retour d’interception et plus long touchdown de l’histoire de la grande finale.

Plus important à court terme : cette action a été un tournant de 14 points ; non seulement elle a privé Arizona d’un touchdown, mais elle a permis à Pittsburgh d’en scorer un et de prendre 10 points d’avance.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 3 14 17
Arizona Cardinals 0 7 7

 

C’est la fin d’une première mi-temps où les Steelers ont totalement dominé avant que les Cardinals ne trouvent enfin de l’efficacité des deux côtés du ballon. Cependant, ce retournement de situation totalement hallucinant à la fin pourrait bien couper les jambes des champions NFC en seconde mi-temps.

 

3e Quart-Temps
Pittsburgh 17 – Arizona 7

 

Jeff Reed donne le coup d’envoi de la deuxième mi-temps que J.J. Arrington retourne 23 yards jusqu’aux 24 d’Arizona.

 

Drive d’Arizona : 14:54, balle sur ARI 24

 

Le meilleur moyen de se remettre de ce coup de théâtre avant la mi-temps est de marquer au retour des vestiaires. Cela démarre plutôt bien : après une complétion de Warner pour Boldin de 4 yards, James avance au sol avec 19 yards en trois courses, rapportant deux first downs.

Le Quarterback trouve ensuite Boldin et James sur des petites passes qui engrangent 4 yards, mais le drive cale quand le Linebacker James Farrior sacke Warner ; les arbitres décrètent au début qu’il commet un fumble sur l’impact et que le ballon est récupéré par Harrison, mais la révision vidéo demandée par Whisenhunt transforme cela en passe incomplète (le bras est allé vers l’avant avant la perte de balle).

Arizona l’a échappé belle, mais doit quand même se dégager.

 

Drive de Pittsburgh : 10:50, balle sur PIT 18

 

La défense des Cardinals réussit une première bonne action en plaquant Parker qui glisse pour un perte de 3 yards. Mais, sur l’action suivante, DRC est pénalisé pour une saisie de la grille faciale, ce qui coûte 15 yards. L’attaque de Pittsburgh peut repartir à son rythme : le Tight End Matt Spaeth réussit une réception de 6 yards, puis Parker court 3 yards, et Ward gagne le first down avec une réception de 5 yards.

Arizona continue de se tirer des balles dans le pied : Dansby commet une brutalité tardive sur Roethlisberger, ce qui coûte encore 15 yards à l’escouade défensive. Le Defensive End Chike Okeafor plaque Parker pour une perte d’un yard, puis Big Ben trouve Holmes pour 15 yards et un autre first down. Le coureur prend sa revanche avec 15 yards au sol, amenant la balle à 5 yards de l’en-but, mais il perd à nouveau 4 yards sur la tentative suivante.

http://www2.pictures.gi.zimbio.com/Ben+Roethlisberger+Gerald+Hayes+Super+Bowl+-3g6oo5Z4myl.jpgMiller laisse tomber la balle sur la 2e tentative, puis Roethlisberger envoie la balle en touche sous la pression. La défense des Cards a réussi à tenir malgré quelques erreurs, et Jeff Reed est appelé pour un Field Goal de 21 yards ; il est réussi… mais Adrian Wilson commet une nouvelle brutalité stupide en venant percuter le Punter et Holder Mitch Berger. Cela redonne un first down à Pittsburgh à 4 yards de l’en-but.

Les Cardinals sont à deux doigts d’imploser en ce début de quart-temps. Après une course de Parker pour 2 yards, Okeafor n’est pas trompé par la feinte de remise au coureur et poursuit Roethlisberger, déviant sa passe ; la balle part en cloche et retombe au sol un peu par miracle, le coureur Carey Davis et le Safety Antrel Rolle s’empêchant mutuellement de la rattraper.

Sur 3e tentative, les Steelers essaient une tactique surprise avec un QB draw de Roethlisberger qui va encore utiliser son gabarit pour passer en force ; mais la défense veille au grain : le Defensive Tackle Gabe Watson l’attrape par la jambe et le fait tomber. Jeff Reed revient sur le terrain pour un Field Goal de 21 yards, et cette fois il n’y a pas de pénalité : Pittsburgh prend 13 points d’avance au bout d’un drive de 16 actions, 79 yards et 8:39.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 3 14 3 20
Arizona Cardinals 0 7 0 7

 

Le renvoi suivant finit en touchback pour Arizona.

 

Drive d’Arizona : 2:11, balle sur ARI 20

 

Malgré plusieurs erreurs mentales coûteuses, la défense a quand même réussi à limiter la casse avec un Field Goal, mais il faut absolument que l’attaque aille dans l’en-but adverse pour réduire l’écart. Le drive démarre plutôt bien : Warner trouve Breaston et Boldin pour 8 yards cumulés, et James ajoute 4 yards au sol pour termine un troisième quart-temps dominé par le long drive de Pittsburgh.

 

4e Quart-Temps
Pittsburgh 20 – Arizona 7

 

Comme souvent dans ce match, les Cardinals se compliquent la tâche avec des pénalités, qu’elles soient offensives ou défensives : Gandy est à nouveau pénalisé pour un holding, et la réception de Boldin pour 13 yards est annulée. Arizona ne peut se remettre de ce contre-temps : Warner trouve Boldin pour 6 yards puis sa passe pour Hightower est incomplète (il n’aurait pas été très loin avec le Safety Troy Polamalu juste derrière).

C’est un punt pour des Cardinals dont les espoirs commencent vraiment à s’amenuiser ; pour ne rien arranger, le punt est terrible et Pittsburgh récupère la possession sur ses 43 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 13:41, balle sur PIT 43

 

Les erreurs continuent dans la défense des champions NFC : le Cornerback Roderick Hood est pénalisé pour un holding défensif sur Ward ; cela fait déjà 96 yards de pénalité contre Arizona dans le match. Néanmoins, Dockett en a assez et décide de se révolter : après un gain de 6 yards de Parker, il plaque le coureur pour une perte de 4 yards, et surtout il sacke Big Ben pour une perte de 12 yards.

Cela pousse les Steelers à se dégager rapidement, redonnant la balle aux Cardinals.

 

Drive d’Arizona : 11:30, balle sur ARI 13

 

La couverture de punt est excellente : si les hommes de Ken Whisenhunt veulent revenir avec un touchdown, il faut parcourir 87 yards. Warner active le mode 100% passe : il trouve Breaston pour 13 yards, puis le Tight End Jerheme Urban seul au milieu pour 18 yards. Fitzgerald fait une apparition (seulement sa deuxième réception) avec 6 yards, alors que Warner tient malgré la pression grandissante sur lui.

Il se connecte ensuite avec Arrington sur une petite passe que le coureur-retourneur transforme en gain substantiel par sa vitesse et son agilité ; 22 yards, et d’un coup une des meilleures attaques de la ligue retrouve des couleurs. C’est le cas aussi de Fitzgerald qui réussit une autre réception, et il utilise toutes ses qualités pour gagner le first down avec 18 yards ; les Cardinals se retrouvent à 10 yards de l’en-but avec la possibilité de relancer complètement le match.

Warner se connecte à nouveau avec Fitzgerald via une passe rapide sur l’extérieur pour 6 yards, puis il combine avec Hightower pour 3 yards, amenant pour une cinquième fois du match la balle à un yard de la terre promise. Cette fois, hors de question de répéter la catastrophe de la fin de la première mi-temps : Warner lobe une passe à « Fitz » dans le coin de l’en-but ; la taille du receveur est suffisante pour battre Taylor et compléter un drive vintage Warner : 8 passes réussies sur 8 tentées pour 87 yards et seulement 3:57 de temps écoulé.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 3 14 3 0 20
Arizona Cardinals 0 7 0 7 14

 

Arizona renvoie la balle à Pittsburgh qui repart de ses 24 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 7:25, balle sur PIT 24

 

Faut-il encore que la défense des Cardinals continue de stopper l’attaque des champions AFC. C’est à nouveau Dockett qui endosse le costume du leader défensif : il sacke Roethlisberger pour une perte de 10 yards qui est rédhibitoire malgré une course de Parker de 6 yards et une réception de 10 yards de Miller.

C’est un rapide 3&out et un dégagement qui confirment que le momentum a changé de camp.

 

Drive d’Arizona : 5:28, balle sur ARI 25

 

Le drive débute de la meilleure façon pour Arizona : une réception de 11 yards de Boldin et une pénalité pour brutalité de Taylor rapportent 26 yards en tout. Après une course pour un gain nul d’Arrington, Warner se connecte avec Breaston pour 23 yards, continuant la belle embellie.

Cependant, devinez ce qui vient pourrir à nouveau la mécanique offensive ? Un holding de Gandy qui passe vraiment une sale soirée contre l’intenable Harrison ; la troisième contre le Left Tackle et 10 yards de plus à faire. Warner tente de combler ce déficit à la passe, mais cela ne marche pas : sa première passe est défendue par Polamalu, sa deuxième est presque interceptée par le Safety Tyrone Carter, et sa troisième est avortée par la pression de Woodley.

Dernier effet pervers de cette pénalité : les Cardinals sont forcés de punter, hors d’atteinte d’un Field Goal. Au moins, la couverture fait un excellent travail et stoppe la balle à 2 yards de l’en-but, et une brutalité de Harrison fait reculer encore la balle d’un yard.

 

Drive de Pittsburgh : 3:26, balle sur PIT 1

 

Ce match aura été une histoire récurrente de ballons placés à un yard de l’en-but ; à la différence que, cette fois, une équipe se retrouve acculé contre le SIEN. Roethlisberger n’arrive pas à trouver Ward, puis on pense un instant que le Defensive End Travis LaBoy a plaqué Parker à l’intérieur de l’en-but, mais le coureur est parvenu, dans un dernier effort, à faire sortir le ballon pour éviter le safety.

Ce n’est que partie remise : sur la 3e tentative, Big Ben atteint Holmes pour un gain 12 yards et un first down, mais le Centre Justin Hartwig est pénalisé pour un holding dans l’en-but ; c’est un safety de la défense d’Arizona. C’est le sixième dans l’histoire du Super Bowl, après Pittsburgh (SB IX & X), Chicago (SB XX), les Giants (SB XXI) et Buffalo (SB XXV), mais le tout premier obtenu sur une pénalité.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 3 14 3 0 20
Arizona Cardinals 0 7 0 9 16

 

Et surtout, comme le veut la règle, Pittsburgh doit rendre la possession à Arizona par un safety punt qui place Arizona sur ses 36 yards.

 

Drive d’Arizona : 2:53, balle sur ARI 36

 

Lentement mais sûrement, les champions NFC sont revenus : au bord du précipice au milieu du 3e quart-temps, ils ont maintenant la possibilité de repasser devant avec un touchdown.

Warner tente une passe vers Boldin qui ne donne rien, mais la suivante va être plus fructueuse : Fitzgerald fait un parcours intérieur, attrape le cuir puis accélère pour laisser Taylor et le reste de la défense dans son sillage jusqu’à l’en-but ! Le plus long gain offensif du match, 64 yards, arrive au meilleur des moments pour donner aux Cardinals ce qu’ils n’ont jamais eu : l’avantage au score.

http://www2.pictures.gi.zimbio.com/Larry+Fitzgerald+Super+Bowl+XLIII+-p_sHH7u0LEl.jpgArizona complète un retour d’un déficit de 13 points qui pourrait devenir un record du Super Bowl si Pittsburgh ne l’emporte pas.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 3 14 3 0 20
Arizona Cardinals 0 7 0 16 23

 

Arizona frappe le réengagement que Pittsburgh remonte jusqu’à ses 22 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 2:30, balle sur PIT 22

 

Si cette action explosive n’est pas sans rappeler la fin du Super Bowl XXXIV remporté par les Rams de… Warner, la situation n’est pas exactement la même : les Steelers ont 150 secondes et n’ont besoin que d’un Field Goal pour égaliser ; Tennessee avait 114 secondes pour marquer absolument un touchdown.

Le drive démarre mal quand Kemoeatu est à nouveau pénalisé pour un holding, plaçant Pittsburgh en 1e&20 sur leurs 12 yards. Il en faut plus pour effrayer Big Ben : il continue de réaliser des petits miracles en résistant à la pression puis en s’échappant de la poche pour trouver Holmes (14 yards). Le Quarterback parvient à presser ses partenaires pour avoir une action supplémentaire avant le temps-mort automatique des deux minutes, mais sa passe longue vers Washington échoue grâce à une superbe défense de Aaron Francisco.

La connexion Roethlisberger-Holmes fonctionne à nouveau pour 13 yards, puis c’est Washington qui engrange 11 yards mais ne peut sortir en touche pour arrêter l’horloge. Big Ben replace son attaque et transmet la tactique : il est forcé de courir 4 yards et Tomlin doit prendre son deuxième temps-mort ; la balle est sur la ligne médiane alors qu’il ne reste que 62 secondes à jouer. Déjà très important sur ce drive, Holmes réussit une nouvelle réception : il profite de la glissade de Francisco pour gagner 40 yards. Cette fois, ce n’est plus simplement le Field Goal et la prolongation que visent Pittsburgh, mais le touchdown et la victoire.

Roethlisberger a bien compris que Holmes était sur un nuage, mais sa tentative suivante vers le #10 dans le coin gauche de l’en-but passe entre les mains du receveur. Pittsburgh est en 2e&6 avec 42 secondes restantes ; le duo va créer un instant mémorable de la grande finale : Big Ben patiente, fait un geste, puis délivre un laser dans le coin profond droit de l’en-but. La balle passe au-dessus de Ralph Brown et se dirige vers la touche, mais Holmes se détend, l’attrape avec les pointes des deux pieds au sol juste avant la sortie et s’écroule avec Francisco au marquage.

http://www1.pictures.gi.zimbio.com/Santonio+Holmes+Super+Bowl+XLIII+wUPP-sFWed5l.jpgLes arbitres n’hésitent pas une seconde et accorde ce touchdown exceptionnel de technique qui replace les Steelers devant à la marque.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Pittsburgh Steelers 3 14 3 7 27
Arizona Cardinals 0 7 0 16 23

 

Pittsburgh rend la balle à Arizona qui se retrouve sur ses 23 yards.

 

Drive d’Arizona : 0:29, balle sur ARI 23

 

29 secondes, 77 yards à faire et 2 temps-morts dans une fin de match absolument folle qui a vu les Cardinals revenir de nulle part pour voir leur avantage réduit à néant en quelques minutes.

Face à une défense qui veut avant tout limiter le gros gain, Warner parvient à trouver Fitzgerald pour 20 yards puis Arrington pour 13, mais cela force Arizona à prendre ses deux derniers temps-morts. En 1e&10 sur les 44 yards de Pittsburgh avec 15 secondes à jouer, Warner attend que ses receveurs se démarquent, mais il tarde trop : quand il recule son bras pour lancer, Woodley lui arrache la balle et Keisel la récupère. Les arbitres confirment cela à la vidéo, et le suspense prend fin.

 

Drive de Pittsburgh : 0:05, balle sur PIT 29

 

Ben Roethlisberger pose un genou au sol : les Steelers gagnent deux titres dans la décennie et deviennent la première équipe à remporter six Super Bowls. Mike Tomlin devient le plus jeune Head Coach à remporter le trophée Lombardi à 36 ans.

 

Boxscore finale

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
PITTSBURGH STEELERS 3 14 3 7 27
Arizona Cardinals 0 7 0 16 23

QT Tps Éq. Type Action Score
1 9:45 PIT FG Jeff Reed, 18y 30
2 14:01 PIT TD Gary Russell, 1y run (PAT) 100
2 8:34 ARI TD Ben Patrick, 1y catch (PAT) 107
2 0:00 PIT TD James Harrison, 100y INT return (PAT) 177
3 2:11 PIT FG Jeff Reed, 21y 207
4 7:33 ARI TD Larry Fitzgerald, 1y catch (PAT) 2014
4 2:58 ARI SAF Holding in the end zone 2016
4 2:37 ARI TD Larry Fitzgerald, 64y catch (PAT) 2023
4 0:35 PIT TD Santonio Holmes, 6y catch (PAT) 2723

 

Ce Super Bowl a encore été la démonstration que la domination statistique n’est pas tout : Arizona l’a « emporté » 23-20 en first downs et 407-292 en yards, mais ils ont perdu un ballon de plus et surtout ils ont commis beaucoup trop de pénalités (11 pour 106 yards).

On savait que les deux attaques terrestres étaient en difficulté avant le match, cela s’est vérifié : 38 courses pour 91 yards représentent les plus faibles totaux cumulés de la grande finale. Kurt Warner continue sa domination statistique : il termine avec 377 yards, la deuxième meilleure marque du Super Bowl juste derrière… lui-même (414 au SB XXXIV) et juste devant… lui-même aussi (365 au SB XXXVI). Ben Roethlisberger avait des statistiques assez indigentes avant le dernier drive, mais il finit plutôt bien avec 21 passes réussies sur 30 tentées pour 256 yards, 1 touchdown et 1 interception.

En défense, Darnell Dockett égale le record de Reggie White des Packers (SB XXXI) avec 3 sacks, alors que LaMarr Woodley a réussi 2 sacks et 1 fumble forcé. Mais le titre de meilleur joueur, pour son travail tout le long du match et surtout sur ce dernier drive victorieux, revient au receveur Santonio Holmes : 9 réceptions pour 131 yards et ce touchdown inscrit dans les annales. Avec Larry Fitzgerald (7 réceptions pour 127 yards et 2 touchdowns), ils deviennent le quatrième duo de receveurs à terminer un Super Bowl à 100+ yards chacun (Irvin-Reed SB XXVII, Branch-Muhammad SB XXXVIII, Branch-Owens SB XXXIX).