Fiche SB : Super Bowl XLI

 

Présentation

 

Match Indianapolis Colts 2917 Chicago Bears
Date 4 Février 2007
Lieu Dolphin Stadium, Miami, Floride
MVP Peyton MANNING, Quarterback, Indianapolis Colts
Ligne Vegas Indianapolis Colts, +7
Arbitre Tony CORRENTE

 

Le champion AFC : Indianapolis Colts

 

Head Coach Tony DUNGY
Record 12-4 (1er AFC South)
Playoffs Wild Card : vs. Kansas City Chiefs, 23-8
Divisional Playoff : vs. Baltimore Ravens, 15-6
Conference Championship : vs. New England Patriots, 38-34

 

Le Super Bowl XLI a décidé de jouer la carte des anciennes gloires sur le retour : dans l’AFC, ce sont les Colts, mais sous un nom différent ; jadis situés à Baltimore quand ils ont perdu le SB III et gagné le SB V, ils ont déménagé avec moult controverse à Indianapolis en 1984. Ce match est important pour les deux figures de l’équipe : le Head Coach Tony Dungy, premier afro-américain à amener une équipe au Super Bowl, et le Quarterback Peyton Manning, joueur hors normes mais qui a toujours craqué dans les moments qui comptent. Depuis qu’il a été drafté #1 en 1998, les Colts sont allés en playoffs six fois en huit ans, mais pas une seule finale disputée ; avec souvent les Patriots (et Tom Brady) pour leur barrer la route.

Marvin Harrison et Tony Dungy

Le fils d’Archie Manning a souvent fait des performances indignes de son énorme talent en playoffs, mais 2006 est la bonne année : il vainc ses démons personnels, New England et Brady, dans une finale AFC palpitante. Il s’appuie sur une attaque explosive : l’excellente ligne offensive est menée par le Centre Jeff Saturday et le Tackle Tarik Glenn, le jeu de course est porté par le remuant Joseph Addai, et la réception est assurée par un trio difficile à couvrir : Reggie Wayne – Marvin Harrison – Dwight Clark. Les équipes spéciales, elles, ont récupéré un joueur qui s’y connaît en Super Bowls : l’ex-Kicker des Patriots Adam Vinatieri. C’est en défense que cela pêche : malgré le duo redoutable de Defensive Ends Robert Mathis – Dwight Freeney, le Linebacker Gary Brackett ou le Safety Bob Sanders, l’escouade lâche pas mal de yards, surtout au sol ; il est vrai aussi qu’elle s’est améliorée en playoffs.

Titulaires :

  • Quarterback : Peyton MANNING.
  • Coureur : Joseph ADDAI.
  • Receveurs : Reggie WAYNE, Marvin HARRISON.
  • Tight Ends : Dallas CLARK, Ben UTECHT.
  • Centre : Jeff SATURDAY.
  • Guards : Ryan LILJA, Jake SCOTT.
  • Offensive Tackles : Tarik GLENN, Ryan DIEM.
  • Defensive Tackles : Anthony MCFARLAND, Raheem BROCK.
  • Defensive Ends : Robert MATHIS, Dwight FREENEY.
  • Middle Linebacker : Gary BRACKETT.
  • Outside Linebackers : Cato JUNE, Rob MORRIS.
  • Cornerbacks : Nick HARPER, Jason DAVID.
  • Safeties : Antoine BETHEA, Bob SANDERS.
  • Kicker : Adam VINATIERI.
  • Punter : Hunter SMITH.

 

Le champion NFC : Chicago Bears

 

Head Coach Lovie SMITH
Record 13-3 (1er NFC North)
Playoffs Divisional Playoff : vs. Seattle Seahawks, 27-24 (OT)
Conference Championship : vs. New Orleans Saints, 39-14

 

En NFC, la gloire sur le retour est la franchise historique des Bears : il aura fallu attendre 31 ans après le souvenir victorieux du SB XX pour qu’ils reposent leurs pattes à proximité du trophée Vince Lombardi. Mais ce n’est pas tout : à l’instar de Dungy, le Head Coach Lovie Smith est également afro-américain, ce qui assure à l’un des deux d’écrire un peu plus l’histoire de la grande finale avec une victoire.

Lance Briggs (#55) et Brian Urlacher

La tradition étant sauvegardée, l’équipe de l’Illinois a d’abord gagné par la puissance de sa défense, top-5 dans plusieurs catégories. Avec une ligne défensive puissante menée par Tank Johnson (spécialement autorisé à jouer ce match malgré une suspension) et Adewale Ogunleye (mais sans Tommie Harris blessé), un duo de Linebackers tonitruant en Brian Urlacher et Lance Briggs, ou une arrière-garde intransigeante avec Charles « Peanut » Tillman et Danieal Manning, le talent est partout. Les équipes spéciales sont également terrifiantes avec le retourneur exceptionnel Devin Hester qui peut faire payer n’importe quel coup de pied lui arrivant dessus. L’attaque fait le travail mais est moins flamboyante : l’ancien premier tour Quarterback Rex Grossman perd un peu trop de ballons et se repose sur les coureurs Thomas Jones et Cedric Benson ainsi que les cibles Muhsin Muhammad (l’ex-Panther), Bernard Berrian et Desmond Clark.

Titulaires :

  • Quarterback : Rex GROSSMAN.
  • Coureurs : Thomas JONES, Jason MCKIE.
  • Receveurs : Muhsin MUHAMMAD, Bernard BERRIAN.
  • Tight End : Desmond CLARK.
  • Centre : Olin KREUTZ.
  • Guards : Ruben BROWN, Roberto GARZA.
  • Offensive Tackles : John TAIT, Fred MILLER.
  • Defensive Tackles : Tank JOHNSON, Ian SCOTT.
  • Defensive Ends : Adewale OGUNLEYE, Alex BROWN.
  • Middle Linebacker : Brian URLACHER.
  • Outside Linebackers : Lance BRIGGS, Hunter HILLENMEYER.
  • Cornerbacks : Charles TILLMAN, Nathan VASHER.
  • Safeties : Chris HARRIS, Danieal MANNING.
  • Kicker : Robbie GOULD.
  • Punter : Brad MAYNARD.

 

1er Quart-Temps
Indianapolis 0 – Chicago 0

 

Avant même le début du match, ce Super Bowl décide de n’en faire qu’à sa tête quand la pluie tombe sur le Dolphin Stadium. Premier Super Bowl sous la pluie, premier Head Coach afro-américain, premier duel entre Head Coaches afro-américains… pourquoi ne pas continuer d’innover ?

https://imagesvc.timeincapp.com/v3/mm/image?url=https%3A%2F%2Fcdn-s3.si.com%2Fs3fs-public%2Fsi%2Fmultimedia%2Fphoto_gallery%2F0702%2Fgallery.nfl.superbowlXLI%2Fimages%2F006827700.jpg&w=1100&q=85Et surtout, pourquoi est-ce qu’un Kicker aussi expérimenté que Adam Vinatieri, avec une couverture loin d’être reconnue pour sa qualité, envoie-t-il la balle sur Devin Hester qui a déjà remonté six coups de pied pour des touchdowns (trois punts, deux kickoffs et un Field Goal manqué) ?

La punition est immédiate : le retourneur commence par un petit slalom pour trouver la brèche, puis il accélère et remonte le ballon 92 yards pour le premier touchdown du match ! C’est le premier retour du coup de pied d’engagement pour un touchdown, et fatalement le touchdown le plus rapide de l’histoire du Super Bowl (14 secondes – il sera difficile de faire beaucoup mieux).

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Indianapolis Colts 0 0
Chicago Bears 7 7

 

Chicago réengage et Indianapolis démarre sur ses propres 30 yards.

 

Drive d’Indianapolis : 14:39, balle sur IND 30

 

La première passe de Peyton Manning est détournée par le Linebacker Brian Urlacher. Le Quarterback préfère remettre à Joseph Addai ensuite, et c’est une bonne idée : la ligne lui ouvre un énorme trou lui permettant de gagner 14 yards.

Malheureusement, l’attaque est très nerveuse et commet des erreurs par la suite : le Tackle Tarik Glenn puis le Guard Jake Scott font des faux départs, et le receveur Marvin Harrison heurte les jambes du Cornerback Nathan Vasher sur sa route, tombant par terre alors que Manning le vise ; le défenseur manque d’intercepter la passe. Le Quarterback essaie quand même de combler le retard pris en trouvant Addai pour 7 yards.

En 3e&13, il décide de tenter une passe longue au bord de la touche pour Harrison, qui a distancé Vasher ; le seul souci est que le Safety Chris Harris a parfaitement lu l’action et vient couvrir, réussissant l’interception.

 

Drive de Chicago : 12:48, balle sur CHI 35

 

Début de match conforme au reste de la saison de Chicago : les équipes spéciales et la défense font la majorité du travail ; à l’attaque de ne pas perdre la balle et de rajouter quelques points pour creuser un premier écart.

Rex Grossman démarre bien avec une passe de 6 yards pour Bernard Berrian, mais le coureur Thomas Jones est stoppé par le Linebacker Gary Brackett pour un gain de seulement un yard ; c’est encourageant pour une défense au sol d’Indianapolis qui a souffert toute l’année. À son tour, Grossman tente le gros gain avec une passe longue vers Berrian, mais il manque de peu de connaître le même sort que Manning : le Safety Antoine Bethea rate l’interception.

C’est donc un 3&out et un punt pour Chicago.

 

Drive d’Indianapolis : 11:20, balle sur IND 20

 

Les Colts ont su répondre en défense, il faut maintenant que l’attaque puisse aller marquer. Cela commence au sol avec deux courses d’Addai pour 8 yards ; Manning complète vers Harrison pour 7 yards, puis Addai pour 5. Une course d’un yard et une nouvelle passe courte de 6 yards pour le Tight End Dallas Clark gagnent le first down ; c’est là que le #18 est le plus dangereux : quand il peut lancer en rythme.

Néanmoins, ce rythme menace d’être freiné quand Addai est bien plaqué par un groupe de défenseurs pour un gain nul, puis quand l’autre Tight End Ben Utecht laisse tomber une passe. Mais la défense des Bears va d’elle-même remettre Manning dans le rythme : alors que le pass-rush est sur le point de sacker le Quarterback, une grosse erreur de couverture de Harris laisse Reggie Wayne tout seul en profondeur. Manning parvient à supporter le contact du Defensive Tackle Tank Johnson et envoie une passe sur le receveur isolé ; Wayne termine le travail pour un touchdown de 53 yards qui égalise la marque.

Ou, plutôt, qui aurait dû égaliser : les éléments jouent leur rôle d’empêcheur de transformer en rond quand le Punter Hunter Smith n’arrive pas à contrôler la balle sous la pluie, et la transformation est ratée.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Indianapolis Colts 6 6
Chicago Bears 7 7

 

Sans trop de surprise, les Colts ne prennent plus de risque avec Hester et tapent un réengagement court, sacrifiant quelques yards contre la possibilité d’encaisser un autre touchdown. De plus, cette décision peut être avantageuse quand un joueur qui n’a pas l’habitude de retourner des coups de pied se retrouve avec la balle dans les mains… surtout s’il pleut.

C’est exactement ce qui arrive : Gabe Reid de Chicago récupère la balle et la remonte quelques yards avant de recevoir un impact énorme de Robert Mathis ; cela force un fumble récupéré par le Colt Tyjuan Hagler.

 

Drive d’Indianapolis : 6:43, balle sur CHI 34

 

Le premier Super Bowl sous la pluie a déjà forcé une transformation ratée et un fumble ; il n’a pas fini : sur l’action suivante, alors que les Colts ont l’occasion d’inverser complètement la tendance, Manning et Addai fumblent l’échange, bien pressés par la montée du Defensive End Alex Brown ; c’est l’autre Defensive End, Mark Anderson, qui récupère le cuir et permet à Chicago de repartir en attaque.

 

Drive de Chicago : 6:43, balle sur CHI 43

 

Puisque ce Super Bowl a décidé d’être un peu fou, pourquoi ne pas continuer ? Thomas Jones prend la balle, commence à courir à gauche puis repique vers le centre, accélère entre trois défenseurs et part sur la droite pour une chevauchée fantastique. Il faut le retour de Bethea pour le stopper après 52 yards, à seulement 5 yards de l’en-but ; ce n’était qu’une question de temps avant que la défense au sol d’Indianapolis ne lâche un gros gain.

Elle se rebiffe avec deux courses de Thomas qui ne gagnent qu’un yard, mais Grossman passe par les airs sur la 3e tentative : il se connecte avec Muhsin Muhammad dans l’en-but pour un touchdown de 4 yards.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Indianapolis Colts 6 6
Chicago Bears 14 14

 

Chicago renvoie la balle et Indianapolis ne fait pas un bon retour ; les Colts doivent repartir de leurs 16 yards.

 

Drive d’Indianapolis : 4:27, balle sur IND 16

 

Dominic Rhodes rentre à la place d’Addai, et sa première course termine dans les bras du Linebacker Lance Briggs pour un gain nul. Manning trouve Bryan Fletcher pour 3 yards, mais le blitz le pousse ensuite à forcer une passe imprécise pour Aaron Moorehead. 3&out et punt d’Indianapolis.

 

Drive de Chicago : 3:05, balle sur CHI 35

 

Grossman débute très bien le drive avec un gain de 13 yards de Berrian juste avant de sortir en touche (les arbitres accordent un force-out car le Cornerback Nick Harper le pousse dehors avant qu’il ne pose le deuxième pied au sol).

Sur l’action suivante, le coureur Cedric Benson, rentré à la place de Thomas Jones, transforme son premier ballon en catastrophe : il fumble sous le plaquage du Safety Bob Sanders, et le Defensive End Dwight Freeney ramasse le cuir. Nous en sommes donc déjà à deux pertes de balle de chaque côté.

 

Drive d’Indianapolis : 2:34, balle sur CHI 43

 

Rhodes est bien contenu par le Cornerback Charles Tillman pour seulement 2 yards. Manning tente ensuite deux passes : la première est détournée sur la ligne de scrimmage, la deuxième est une tentative longue vers Harrison qui réussit presque une superbe réception du bout des doigts ; Vasher la déloge intelligemment.

C’est donc encore un 3&out pour une attaque des Colts qui est constamment sous la pression des blitz de la défense, et limitée par l’excellente couverture (dont la seule bourde a quand même coûté un touchdown). Le punt est excellent et les Bears vont devoir repartir de leurs 5 yards.

 

Drive de Chicago : 1:33, balle sur CHI 5

 

Il y a trois façons de donner de l’air à une attaque calée contre son en-but : la méthode très courte, la course – la méthode courte à intermédiaire, la passe rapide – la méthode longue mais dangereuse, la bombe. Benson apporte la première avec une course de 4 yards, puis Grossman tente la troisième vers Berrian, mais elle finit en touche.

La première est de nouveau utilisée avec Thomas Jones, mais Brackett et le Defensive Tackle Raheem Brock le stoppent après seulement 4 yards. C’est donc un 3&out et un dégagement qui donne une bonne position à l’attaque d’Indianapolis.

 

Drive d’Indianapolis : 0:09, balle sur IND 42

 

Manning clôt bien le quart-temps avec une complétion de 12 yards pour Addai, plaçant la balle dans le camp de Chicago.

C’est la fin d’une première période très mouvementée : quatre pertes de balle et trois touchdowns consécutifs (directement ou indirectement) à des exploits personnels.

 

2e Quart-Temps
Indianapolis 6 – Chicago 14

 

Manning démarre le deuxième quart-temps comme il a terminé le précédent : avec une passe réussie ; c’est un gain de 15 yards pour Harrison. Addai joue son rôle de perce-muraille avec 14 yards et un first down en deux courses, mais il est puni juste derrière : Briggs le pousse en touche pour une perte de 3 yards.

Le Quarterback reprend la main et atteint Harrison, mais l’autre Manning (le Safety des Bears Danieal) fait un excellent travail et plaque de suite le receveur pour seulement 4 yards. Sur la 3e tentative, c’est Briggs qui frustre de nouveau Addai avec seulement une réception de 5 yards, ce qui est trop court pour le first down.

Adam Vinatieri entre pour un Field Goal de 29 yards que le vétéran réussit.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Indianapolis Colts 6 3 9
Chicago Bears 14 0 14

 

Indianapolis rend la balle à Chicago qui démarre de ses 22 yards.

 

Drive de Chicago : 11:11, balle sur CHI 22

 

D’aucuns pourraient dire qu’à part la course de 52 yards de Thomas Jones, les Bears n’ont rien fait offensivement, et qu’ils doivent trouver la vitesse supérieure sous peine de voir les Colts revenir. Le duel entre Thomas Jones et le Linebacker Rob Morris occupe les deux actions suivantes : 4 yards puis gain nul (1-1, balle au centre).

Au final, c’est la défense toute entière qui gagne : Sanders plaque le receveur Rashied Davis pour seulement 2 yards. Chicago se contente d’un 3&out et d’un punt qui laisse Indianapolis bien placé sur le terrain.

 

Drive d’Indianapolis : 9:17, balle sur IND 42

 

Le drive précédent des Colts avait déjà démarré de leurs 42 yards pour un Field Goal, feront-ils mieux ? Malgré la pluie battante et la pression des Bears, Manning complète une passe de 22 yards pour Harrison, puis une de 17 pour Clark ; 39 yards en deux actions et la balle déjà sur les 19 yards de Chicago.

Le #18 trouve Clark à nouveau pour 5 yards ; une complétion prise en sandwich entre deux gains de 3 yards de Rhodes et un nouveau first down. Le deuxième coureur a la main chaude et le prouve derechef : il perce au centre pour 7 yards grâce à deux excellents blocks de Jeff Saturday et Ryan Lilja, puis il conclut lui-même le drive avec une course d’un yard. C’est le touchdown qui permet enfin à Indianapolis de passer devant au score.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Indianapolis Colts 6 10 16
Chicago Bears 14 0 14

 

Les Colts tapent le renvoi et les Bears repartent de leurs 36 yards.

 

Drive de Chicago : 6:03, balle sur CHI 36

 

Le but principal n’a pas changé pour l’attaque de Chicago, il gagne juste en importance : il faut avancer de manière consistante. Grossman enchaîne deux passes très courtes : 3 yards pour Thomas Jones et 4 yards pour le Fullback Jason McKie. Jones porte la balle pour gagner le first down, mais il est stoppé après 2 yards par la défense.

Chicago doit à nouveau se dégager après un 3&out, et la stat est assez terrible : Hester a parcouru quasiment autant de yards sur son touchdown (92) que toute l’attaque en six drives (94) – sans compter que 52 sont venus sur une seule course.

 

Drive d’Indianapolis : 3:57, balle sur IND 35

 

Addai est le point focal du drive suivant pour Indianapolis : course de 3 yards, réception de 8 (first down), course pour une perte d’un yard (Ian Scott au plaquage), réception de 10 (en cassant trois plaquages !) et course pour 2 (first down).

Manning pense alors que le coureur mérite de respirer… il aurait peut-être dû continuer à l’utiliser : sa passe pour Wayne est incomplète, puis Fletcher perd la balle sur le plaquage du spécialiste des fumbles forcés, Peanut Tillman ; il le récupère lui-même pour le cinquième ballon volé de la rencontre.

 

Drive de Chicago : 1:26, balle sur CHI 36

 

Et s’il était déjà fou d’avoir deux ballons mal contrôlés coup sur coup plus tôt dans le match (après le premier touchdown des Colts), on remet le couvert : Grossman et le Centre Olin Kreutz fumblent le snap sur lequel plonge Brock, rendant la possession immédiatement aux Colts.

 

Drive d’Indianapolis : 1:18, balle sur CHI 35

 

Rhodes est décidément en verve avec une course de 10 yards. Manning tente une passe trop haute pour Harrison, puis il se connecte avec Rhodes qui menace de gagner le first down ; Danieal Manning l’arrête pour un gain seulement de 8 yards. Addai revient sur le terrain et porte la balle pour tenter d’atteindre le first down, mais il est plaqué sans ménagement par Urlacher pour un gain nul.

Les Colts doivent donc se contenter d’un Field Goal de 36 yards de Vinatieri pour mettre 5 points d’écart entre eux et les Bears ; on sait à quel point le Kicker s’y connaît en coups de pied décisifs à la fin des mi-temps. Mais comme ce match a décidé de ne rien faire comme personne, le vétéran ne parvient pas à cadrer : sa tentative passe à gauche des poteaux.

C’est la fin de cette mi-temps rocambolesque à tous les niveaux. Le score de 16-14 pour les Colts pourrait être plus large : les champions AFC mènent 14-3 en first downs et 257-95 en yards, avec trois pertes de balle de chaque côté. Le consensus est donc qu’Indy a un avantage psychologique si la défense de Chicago a un coup de mou.

 

3e Quart-Temps
Indianapolis 16 – Chicago 14

 

Après un show de la mi-temps mythique qui a vu Prince jouer Purple Rain sous la pluie, Robbie Gould donne le coup d’envoi de la deuxième mi-temps ; Terrence Wilkins fait un joli retour de 26 yards jusqu’aux 38 yards d’Indianapolis.

 

Drive d’Indianapolis : 14:52, balle sur IND 38

 

Addai est de nouveau le cheval de travail dans ce premier drive du troisième quart-temps : réception de 6 yards, course de 8 yards (first down), puis réception d’un yard (bien défendue par Vasher). Une passe arrière rapide pour Clark se transforme en course d’un yard aussi, ce qui place les Colts en 3e&8 ; Utecht se montre au meilleur moment et joue les boules de bowling pour une réception de 8 yards qui offre le first down.

Addai revient sur le devant de la scène : trois courses pour 15 yards puis une réception pour 9 qui continuent de faire avancer l’attaque des champions AFC ; exactement le genre de drives que les champions NFC sont incapables de faire. Cependant, toute consistante qu’elle est, elle est toujours susceptible de se freiner elle-même avec les pénalités : Jake Scott commet un nouveau faux départ pour une perte de 5 yards, ce qui grippe toute la machine.

Addai gagne 5 yards, puis Clark réussit une réception pour 8, mais cela laisse Indianapolis en 4e&2. Vinatieri doit entrer sur le terrain, et cette fois il réussit son Field Goal de 24 yards alors que la pluie redouble d’intensité. C’est tout de même un énorme drive de 13 actions, 56 yards et 7:34 de la part des hommes de Dungy.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Indianapolis Colts 6 10 3 19
Chicago Bears 14 0 0 14

 

Indianapolis frappe le réengagement que Chicago remonte jusqu’à ses 32 yards.

 

Drive de Chicago : 7:21, balle sur CHI 32

 

Les Colts se retrouvent avec un avantage absurde au temps de possession : 25 minutes contre seulement 10 pour les Bears ; il serait à-propos de faire un long drive pour équilibrer cela. Cela commence plutôt bien avec une passe de Grossman pour Thomas Jones et un gain de 14 yards, suivie par une nouvelle complétion de 9 yards pour Muhammad.

La suite est moins reluisante : le Quarterback se sacke quasiment tout seul en essayant d’échapper au Defensive Tackle Anthony McFarland (perte de 11 yards), puis il fumble à nouveau le snap et perd 11 yards de plus pour le compte. La 2e&1 se transforme donc en 4e&23, et c’est encore un dégagement.

 

Drive d’Indianapolis : 5:23, balle sur IND 36

 

Pour ne rien arranger à la situation de la franchise de l’Illinois, le Linebacker Hunter Hillenmeyer et Harris ratent des plaquages sur Rhodes qui engrange 32 yards. Le coureur ajoute 8 yards au sol, plus 15 yards suite à une pénalité pour une prise de la grille faciale par Danieal Manning.

https://media.gettyimages.com/photos/football-super-bowl-xli-indianapolis-colts-dominic-rhodes-in-action-picture-id81450068?k=6&m=81450068&s=612x612&w=0&h=EDDiO2oq0kG3gh6zDZwJKnF6vy8pNSuB9flCloNJXYk=Manning-Quarterback tente de passer par les airs à 10 yards de l’en-but, mais il ne parvient à atteindre ni Wayne (en touche), ni Clark (bien couvert). Son troisième essai est une remise à Rhodes qui trouve de l’espace au milieu, mais l’omniprésent Manning-Safety lui interdit l’accès à l’en-but.

Vinatieri revient sur le terrain et ne manque pas le court Field Goal de 20 yards qui met un touchdown transformé à deux points d’écart.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Indianapolis Colts 6 10 6 22
Chicago Bears 14 0 0 14

 

Indianapolis renvoie la balle à Chicago mais Vinatieri fait vraiment un mauvais coup de pied, même s’il a peur de Hester ; il arrive sur les 35 yards des Bears. Il est retourné 9 yards, et en plus Mathis vient stupidement frapper le joueur alors qu’il est déjà hors du terrain ; une pénalité pour brutalité qui rajoute 15 yards et place les Bears sur les 40 yards des Colts.

 

Drive de Chicago : 3:11, balle sur IND 40

 

Malgré quelques gros gains encaissés, la défense de Chicago fait son maximum pour limiter Indianapolis à des Field Goals, et les équipes spéciales viennent de placer l’attaque dans une situation idéale ; il est donc temps qu’elle fasse enfin sa part du travail pour remettre de suite la pression sur les champions AFC.

Thomas Jones enchaîne deux courses pour 14 yards et un first down, ce qui est un bon début. Il ajoute 2 yards, mais entre deux passes où Grossman essaie avant tout de rester en vie face au pass-rush des Colts : sa première passe pour Davis est totalement manquée, et la deuxième en mouvement pour le Tight End Desmond Clark est parfaitement défendue… par le Tight End lui-même, empêchant l’interception du Cornerback Jason David.

Chicago doit se contenter d’un Field Goal de 44 yards de Robbie Gould qui a été un métronome cette saison : il ne faiblit pas et inscrit les premiers points des Bears depuis 33:30 de jeu effectif et la chevauchée de Thomas Jones !

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Indianapolis Colts 6 10 6 22
Chicago Bears 14 0 3 17

 

Chicago rend la possession à Indianapolis qui redémarre de ses 32 yards.

 

Drive d’Indianapolis : 1:08, balle sur IND 32

 

Excellente défense pénétrante des Bears, Tank Johnson finissant le travail en plaquant Rhodes pour une perte de 3 yards. Harrison réussit ensuite une magnifique réception en plongeant en touche de 11 yards ; d’abord jugée incomplète, Dungy demande avec succès une révision vidéo.

Manning trouve ensuite son autre receveur, Wayne, pour 8 yards et un first down alors que le troisième quart-temps se termine sur un match toujours aussi étrangement indécis… et toujours aussi humide (la pluie ne s’est pas arrêtée).

 

4e Quart-Temps
Indianapolis 22 – Chicago 17

 

Rhodes ajoute 3 yards au sol, mais encore une fois un faux départ d’un Offensive Lineman (Lilja) plombe le drive : Manning ne peut se connecter en profondeur avec Harrison grâce à une belle défense de Vasher. Indianapolis doit se dégager et la balle termine en touchback.

 

Drive de Chicago : 13:38, balle sur CHI 20

 

Malgré les énormes différences statistiques, l’attaque de Chicago a l’opportunité de reprendre l’avantage, ce qui prouve bien à quel point cette finale a décidé de ne pas suivre les codes. Thomas Jones gagne un first down avec une course de 12 yards, mais le Tackle John Tait est pénalisé pour un holding, repoussant les Bears en 2e&20 sur leurs propres 10 yards.

Le coureur parcourt 6 yards avant que Grossman ne lâche le bras efficacement et atteigne Muhammad pour un gain de 22 yards salvateur. Néanmoins, l’espoir va être rapidement éteint, et de manière brutale : Grossman essaie de tromper la défense avec une feinte de passe, mais son véritable lancer en cloche est bien trop imprécis ; Muhammad n’a aucune chance de l’attraper, et le Cornerback Kelvin Hayden s’en saisit.

https://cdn-s3.si.com/s3fs-public/si/multimedia/photo_gallery/1210/nfl-indianapolis-colts-epic-moments/images/indi-2007-hayden.jpgIl se débarrasse de l’emprise du receveur et sprinte le long de la touche, aidé de bloqueurs, pour marquer un touchdown de 56 yards. Lovie Smith tente une révision vidéo pour voir si l’arrière n’a pas mis le pied en touche au moment de l’interception ; il est vrai que c’est très limite, mais les arbitres décrètent qu’il n’a pas touché la ligne blanche. La décision est entérinée : touchdown.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Indianapolis Colts 6 10 6 7 29
Chicago Bears 14 0 3 0 17

 

Indianapolis réengage directement en touchback.

 

Drive de Chicago : 11:44, balle sur CHI 20

 

Le pire défaut de l’attaque de Chicago, les pertes de balle, vient de les hanter au pire moment, et le fait de devoir absolument marquer risque de ne rien arranger. Thomas Jones commence par une course de 4 yards, puis Grossman trouve McKie pour 4 yards et Clark pour 11.

Mais ce qui doit arriver arrive : en essayant d’aller trop vite, la passe longue du Quarterback sur Berrian n’est pas suffisamment précise ; elle permet à Bob Sanders de revenir sur le receveur et d’intercepter le cuir. Il remonte 38 yards jusqu’aux 41 yards de Chicago.

 

Drive d’Indianapolis : 9:55, balle sur CHI 41

 

Addai gagne un first down avec 12 yards, puis Manning essaie de scorer de suite avec une passe longue vers Harrison qui ne donne rien. Le Quarterback est ensuite sacké par Tank Johnson et Mark Anderson pour 8 yards. Addai ne peut courir que 2 yards sur la 3e tentative et les Colts sont trop loin pour un Field Goal ; ils doivent se dégager.

 

Drive de Chicago : 7:27, balle sur CHI 8

 

Malgré tous ses soucis dans ce match, Grossman est obligé de repartir à la passe pour gagner le plus de terrain possible en un minimum de temps. Il vise principalement Clark qui réussit 26 yards en trois réceptions, puis Thomas Jones court pour 12 yards.

Malheureusement, le drive cale : la passe vers Clark finit en touche, les deux pour Jones ne gagne qu’un yard en cumulé, et surtout celle en 4e tentative pour Clark est manquée grâce à l’impact du Safety Matt Giordano. La possession revient aux Colts dans ce qui ressemble bien à la fin du suspense… à moins que la défense de Chicago ne réussisse à voler un ballon.

 

Drive d’Indianapolis : 5:05, balle sur CHI 47

 

Rhodes et ses bloqueurs vont se charger de confirmer que le match est scellé : après une course pour un gain nul, il gagne 15 yards sur la deuxième et 11 yards sur les deux suivantes. La défense répond enfin par la suite, limitant le coureur à 5 yards et redonnant la balle à l’attaque, mais il ne reste déjà plus que 102 secondes à jouer.

 

Drive de Chicago : 1:42, balle sur CHI 16

 

Grossman trouve Clark et Berrian pour 23 yards, mais une pénalité pour holding du Guard Ruben Brown fait reculer l’attaque. Clark et Berrian rajoutent encore 23 yards à la passe et Jones 12 yards au sol, mais c’est trop peu trop tard et l’horloge atteint 0:00.

Les Colts gagnent leur deuxième Super Bowl (le premier à Indianapolis), alors que les Bears équilibrent leur bilan dans la grande finale (1-1).

 

Boxscore finale

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
INDIANAPOLIS COLTS 6 10 6 7 29
Chicago Bears 14 0 3 0 17

QT Tps Éq. Type Action Score
1 14:46 CHI TD Devin Hester, 92y kickoff return (PAT) 07
1 6:50 IND TD Reggie Wayne, 53y catch (no PAT) 67
1 4:34 CHI TD Muhsin Muhammad, 4y catch (PAT) 614
2 11:17 IND FG Adam Vinatieri, 29y 914
2 6:09 IND TD Dominic Rhodes, 1y run (PAT) 1614
3 7:26 IND FG Adam Vinatieri, 24y 1914
3 3:16 IND FG Adam Vinatieri, 20y 2214
3 1:14 CHI FG Robbie Gould, 44y 2217
4 11:44 IND TD Kelvin Hayden, 56y INT return (PAT) 2917

 

Tony Dungy devient le premier Head Coach afro-américain à remporter le Super Bowl, et le troisième homme à gagner le titre en tant que joueur (SB XIII avec Pittsburgh) et Head Coach ; il suit derrière Tom Flores et Mike Ditka. Difficile de dire que la victoire d’Indianapolis est imméritée avec un avantage de 24-11 en first downs, 430-265 en yards ou 38:04-21:56 en temps de possession ; les cinq pertes de balle de Chicago ont fait de gros dégâts.

Ce sont surtout les coureurs qui ont brillé dans ce match, que ce soit au sol ou en réception : Dominic Rhodes termine avec 22 touches pour 121 yards et 1 touchdown, Joseph Addai avec 29 touches pour 143 yards, et Thomas Jones avec 19 touches pour 130 yards. Plus spécifiquement, Rhodes (113) et Jones (112) forment le troisième duo de coureurs à 100+ yards au sol dans l’histoire de la finale après Matt Snell (121) – Tom Matte (116) au SB III et Thurman Thomas (135) – Ottis Anderson (102) au SB XXV. Quoi de plus normal que de rappeler l’époque révolue des « coureurs-rois » dans un match aussi étrange, mais la pluie a sans doute aussi joué sa part : quand les éléments s’en mêlent, on préfère toujours le jeu au sol.

https://cdn-s3.si.com/s3fs-public/styles/marquee_large_2x/public/2016/01/24/indianapolis-colts-peyton-manning-super-bowl.jpg?itok=cmvI01anChez les Quarterbacks, Rex Grossman finit avec 20 passes réussies sur 28 tentées pour 165 yards, 1 touchdown, 2 interceptions et 1 fumble perdu. De l’autre côté, Peyton Manning a été loin d’être parfait avec 25 passes réussies sur 38 tentées pour 247 yards, 1 touchdown et 1 interception, mais il reçoit le titre de meilleur joueur pour avoir enfin réussi à vaincre sa malédiction personnelle.