Fiche SB : Super Bowl XVI

 

Présentation

 

Match San Francisco 49ers 2621 Cincinnati Bengals
Date 24 Janvier 1982
Lieu Pontiac Silverdome, Pontiac, Michigan
MVP Joe MONTANA, Quarterback, San Francisco 49ers
Ligne Vegas San Francisco 49ers, +1
Arbitre Pat HAGGERTY

 

Le champion AFC : Cincinnati Bengals

 

Head Coach Forrest GREGG
Record 12-4 (1er AFC Central)
Playoffs Divisional Playoff : vs. Buffalo Bills, 28-21
Conference Championship : vs. San Diego Chargers, 27-7

 

Ken Anderson

Le Super Bowl XVI innove en devenant 1) le premier de l’ère moderne (après la fusion NFL/AFL) à opposer deux équipes novices en la matière et 2) le premier a avoir lieu dans une ville au climat froid (même si le stade est couvert). En AFC, ce sont les Cincinnati Bengals qui ont étonné tout le monde : si la franchise a connu quelques années en playoffs entre 1970 et 1975, elle avait surtout élu domicile au fond de l’AFC Central avec trois saisons négatives. Mais tout a changé en 1981 avec un Head Coach qui sait parfaitement ce qu’est la grande finale : Forrest Gregg a remporté les Super Bowls I & II en tant que joueur des Packers.

À la tête de cette attaque se trouve le Quarterback Ken Anderson, élu Most Valuable Player et Comeback Player Of The Year. Derrière une ligne dans laquelle officie l’excellent Tackle Anthony Muñoz, il peut trouver le receveur Cris Collinsworth (le futur commentateur) et le Tight End Dan Ross, alors que les coureurs Pete Johnson et Charles Alexander font des dégâts au sol. De l’autre côté du ballon, la défense n’est pas aussi bonne, mais elle fait le travail pour limiter les gains adverses. C’est également une petite revanche pour le propriétaire de la franchise, le légendaire Paul Brown : évincé de « sa » franchise de Cleveland par Art Modell, il parvient à qualifier sa nouvelle équipe pour la grande finale avant les Browns.

Titulaires :

  • Quarterback : Ken ANDERSON.
  • Coureurs : Pete JOHNSON, Charles ALEXANDER.
  • Receveurs : Isaac CURTIS, Cris COLLINSWORTH.
  • Tight End : Dan ROSS.
  • Centre : Blair BUSH.
  • Guards : Dave LAPHAM, Max MONTOYA.
  • Offensive Tackles : Anthony MUÑOZ, Mike WILSON.
  • Nose Tackle : Wilson WHITLEY.
  • Defensive Ends : Eddie EDWARDS, Ross BROWNER.
  • Inside Linebackers : Glenn CAMERON, Jim LECLAIR.
  • Outside Linebackers : Bo HARRIS, Reggie WILLIAMS.
  • Cornerbacks : Louis BREEDEN, Ken RILEY.
  • Safeties : Bobby KEMP, Bryan HICKS.
  • Kicker : Jim BREECH.
  • Punter : Pat MCINALLY.

 

Le champion NFC : San Francisco 49ers

 

Head Coach Bill WALSH
Record 13-3 (1er NFC West)
Playoffs Divisional Playoff : vs. New York Giants, 38-24
Conference Championship : vs. Dallas Cowboys, 28-27

 

Walsh et Brown à Cincinnati

À l’instar des Bengals en AFC, les San Francisco 49ers arrivent un peu de nulle part en NFC : ils ont également ciré le fin fond de la NFC West pendant quatre ans avec des records négatifs, avant de trouver la bonne formule en 1981. Et à l’instar des Bengals, c’est l’histoire d’une petite revanche : le Head Coach des 49ers, Bill Walsh, est un ancien assistant de Paul Brown à Cincinnati. Quand le légendaire Coach a décidé de se retirer en 1976, il a choisi un autre assistant, Bill « Tiger » Johnson comme remplaçant, ce qui a poussé Walsh à partir ; il a rejoint San Francisco en 1979. En 1981, il emmène une équipe qui poste le meilleur record de la saison (13-3) et surtout qui a vaincu l’équipe NFC des années 1970, les Cowboys, dans un match légendaire, The Catch, qui ressemblait beaucoup à une passation de pouvoir.

Si l’équipe a explosé cette saison, c’est grâce à l’émergence d’un style offensif, la West Coast Offense, que Walsh avait déjà commencé à mettre en place chez les Bengals, et la trouvaille du parfait Quarterback pour l’effectuer : Joe Montana. Bien protégé par une excellente ligne offensive, avec des cibles comme Freddie Solomon ou Dwight Clark et l’assistance d’un jeu au sol efficace avec Earl Cooper et Ricky Patton, Montana a démontré qu’il était capable de mener l’équipe vers les sommets. Il a aussi été bien aidé par une féroce défense dont les leaders se nomment Fred Dean, Jack « Hacksaw » Reynolds (son deuxième Super Bowl après SB XIV avec les Rams), Eric Wright ou la sensation rookie Ronnie Lott.

Titulaires :

  • Quarterback : Joe MONTANA.
  • Coureurs : Earl COOPER, Ricky PATTON.
  • Receveurs : Freddie SOLOMON, Dwight CLARK.
  • Tight End : Charle YOUNG.
  • Centre : Fred QUILAN.
  • Guards : John AYERS, Randy CROSS.
  • Offensive Tackles : Dan AUDICK, Keith FAHNHORST.
  • Defensive Tackles : Jim STUCKEY, Archie REESE.
  • Defensive Ends : Dwaine BOARD, Fred DEAN.
  • Middle Linebacker : Jack REYNOLDS.
  • Outside Linebackers : Bobby LEOPOLD, Keena TURNER.
  • Cornerbacks : Ronnie LOTT, Eric WRIGHT.
  • Safeties : Carlton WILLIAMSON, Dwight HICKS.
  • Kicker : Ray WERSCHING.
  • Punter : Jim MILLER.

 

1er Quart-Temps
San Francisco 0 – Cincinnati 0

 

Jim Breech des Bengals donne le coup d’envoi qui est remonté par Amos Lawrence. Ce Super Bowl XVI, déjà particulier par l’identité des deux équipes, le lieu du match et le fait d’être le premier commenté par le duo légendaire Pat Summerall – John Madden, décide de continuer à innover : c’est la première fois qu’un fumble a lieu sur l’engagement ; sur le plaquage de Guy Frazier, Lawrence perd la balle qui est récupérée par John Simmons de Cincinnati.

 

Drive de Cincinnati : 14:46, balle sur SF 26

 

Ken Anderson commence idéalement sa finale avec une passe pour Isaac Curtis de 8 yards ; Pete Johnson gagne le first down avec une course de 2 yards. Le Quarterback continue son excellent début de match en trouvant le Tight End Dan Ross sous pression ; le joueur casse le plaquage du Safety Carlton Williamson pour engranger 11 yards.

C’est à ce moment que la défense des 49ers décide d’arrêter l’hémorragie : Charles Alexander est stoppé pour un gain nul, le Defensive End Jim Stuckey sacke Anderson pour une perte de 6 yards, et surtout le Safety Dwight Hicks intercepte une passe mal avisée vers Curtis, rattrapant ainsi le fumble sur le coup d’envoi. Hicks remonte jusqu’aux 32 yards de San Francisco.

 

Drive de San Francisco : 11:50, balle sur SF 32

 

Cela permet à Joe Montana de prendre la main avec de l’espace derrière lui. Le Quarterback commence à développer cette tactique offensive si chère à Walsh, la West Coast Offense faite de passes courtes, précises et en rythme : il trouve Ricky Patton sur une screen pass pour 6 yards, puis Dwight Clark pour 6 yards à nouveau.

Le coureur Earl Cooper ne gagne aucun terrain, mais Montana continue d’avancer : 9 yards pour le receveur Freddie Solomon. Walsh sort alors un tour de son sac : Montana remet à Patton, qui transmet dans une reverse à Solomon, qui redonne la balle à Montana ; le Quarterback trouve le Tight End Charlie Young pour 16 yards. Ensuite, le #16 manque sa première passe, et elle est presque fatale ; le Cornerback Louis Breeden est à deux doigts de l’intercepter. Le jeu au sol prend la suite : Cooper puis Patton gagnent 18 yards en deux courses.

Montana se connecte ensuite avec un Solomon tout seul pour 14 yards, et il faut le retour de Breeden pour empêcher le touchdown. Ce n’est que partie remise, car le Quarterback garde la balle et court un yard pour scorer le premier touchdown du match à la fin d’un drive impressionnant : 11 actions, 68 yards et 5:58.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
San Francisco 49ers 7 7
Cincinnati Bengals 0 0

 

San Francisco donne le coup de renvoi, et Cincinnati le remonte jusqu’à ses 19 yards.

 

Drive de Cincinnati : 5:43, balle sur CIN 19

 

Anderson et son coureur Pete Johnson repartent à l’attaque : deux passes du premier pour le deuxième, deux courses du premier (qui a de bonnes jambes) et deux courses du deuxième permettent aux Bengals de gagner 22 yards et deux first downs en six actions. Le Quarterback décide ensuite que le jeu de gagne-petit a assez duré, et il tente une passe longue vers sa cible profonde, Cris Collinworth ; la passe est magnifiquement défendue en plein vol par le Cornerback Eric Wright.

Anderson cherche de nouveau Collinsworth le long de la touche, mais la passe est un peu trop à l’extérieur et le receveur ne peut mettre les deux pieds dans le terrain. Privé de solutions sur la 3e tentative, Anderson est sacké sur un blitz de Keena Turner, forçant un punt de Cincinnati. Pat McInally fait un beau travail et le ballon sort sur les 10 yards des 49ers.

 

Drive de San Francisco : 1:01, balle sur SF 10

 

Montana tente de trouver Clark sur une passe vers l’extérieur, mais le Cornerback Ken Riley sent bien le coup et plonge devant le receveur ; encore une fois, les Bengals sont à deux doigts de réussir une interception. C’est ensuite le Defensive End Ross Browner qui se distingue en plaquant Patton pour une perte de 7 yards, mais l’escouade fait une erreur en étant pénalisée pour 12 joueurs sur l’action suivante : une course de Patton sur laquelle le Bengal Tom Dinkle s’effondre et reste au sol sans bouger suite à un choc sur le côté du casque ; fort heureusement, il se relève et regagne la touche par lui-même.

De retour au jeu, Patton court à nouveau pour 4 yards, ce qui n’est pas suffisant pour un first down alors que le premier quart-temps s’achève sur ce petit avantage pour San Francisco.

 

2e Quart-Temps
San Francisco 7 – Cincinnati 0

 

Jim Miller, qui a la particularité de botter pied nu, dégage le ballon que les Bengals remontent jusqu’au milieu du terrain ; une bonne position de départ.

 

Drive de Cincinnati : 14:50, balle sur CIN 49

 

Pete Johnson joue les tractopelles pour gagner 5 yards, après quoi Anderson se connecte enfin avec Collinsworth pour 18 yards. Le Left Guard Dave Lapham est pénalisé pour un faux départ, puis le Quarterback tente une belle passe lobée pour Dan Ross qui attrape la balle d’un main, mais ne peut la contrôler totalement. Cela place Cincinnati en 3e&15 pour une nouvelle passe manquée, mais l’arrière Lynn Thomas est pénalisé pour contact illégal, ce qui offre un first down automatique aux champions AFC.

Le Linebacker Willie Harper mène la charge pour stopper Charles Alexander pour un petit yard, avant un nouveau tournant du match : Anderson trouve Collinsworth tout près de l’en-but, mais Wright vient le percuter et provoque le fumble qui est récupéré par Lynn Thomas sur les 8 yards des 49ers.

 

Drive de San Francisco : 12:22, balle sur SF 8

 

Le premier ballon perdu par l’attaque des champions AFC avait été converti en touchdown, et Walsh espère bien rééditer ce fait. Après deux courses pour des gains insignifiants, Montana lobe une belle passe en mouvement pour Solomon et un gain de 20 yards. Le Quarterback peut également utiliser ses jambes ; il échappe à la pression et engrange 8 yards sur un scramble. Earl Cooper casse deux plaquages ensuite pour gagner 14 yards, entrant dans la moitié de terrain de Cincinnati.

https://i.pinimg.com/originals/c9/b9/ff/c9b9ffcc550f2618bf4ce455ecdb4a1f.pngLes deux actions suivantes sont infructueuses, mais Montana ne panique pas : il prend son temps, bouge pour éviter le pass-rush et trouve Dwight Clark pour 12 yards et le first down ; ce n’est pas pour rien qu’il gagnera le surnom Joe Cool. Patton continue l’avancée inexorable des californiens avec 12 yards en deux courses. Une tentative de end around pour Clark n’est pas une réussite, Louis Breeden le plaquant pour une petite perte, mais le Linebacker Jim LeClair est pénalisé pour brutalité car il a frappé Clark qui était déjà au sol.

Cela rapproche Montana sur les 11 yards des Bengals, et il ne lui en faut pas plus pour terminer le travail avec une passe de touchdown pour Cooper au bout d’un autre drive monstrueux : 12 actions, 92 yards et 5:29. Résumé de ce Super Bowl jusque là : deux pertes de balle des Bengals, deux gros drives et deux touchdowns des 49ers.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
San Francisco 49ers 7 7 14
Cincinnati Bengals 0 0 0

 

San Francisco redonne la balle à Cincinnati avec un coup de pied rasant que les champions AFC ont toutes les peines du monde à contrôler ; David Verser est plaqué sur ses 4 yards, et en ajoutant une pénalité pour un block dans le dos, les Bengals doivent repartir à 2 yards de leur en-but.

 

Drive de Cincinnati : 6:42, balle sur CIN 2

 

Cincinnati se donne un peu d’air avec une course de Pete Johnson et une réception de Dan Ross, cumulant 14 yards, mais Anderson est sous pression et ne peut trouver ses receveurs sur les deux tentatives suivantes. Il complète une passe pour Ross sur 3e tentative, mais il est trop court d’un petit yard, ce qui provoque un punt.

 

Drive de San Francisco : 4:11, balle sur SF 34

 

Montana continue son show : sur une play-action qui gèle les Linebackers, il trouve Clark au milieu du terrain pour 17 yards. Patton ajoute 10 yards et un nouveau first down en deux courses, menaçant de démarrer une nouvelle longue marche des 49ers vers l’en-but adverse juste avant la mi-temps. Une petite passe pour Cooper et une autre complétion rapide pour Clark engrangent 14 yards supplémentaires.

Patton, Cooper et Montana lui-même gagnent un nouveau first down avec 11 yards en trois courses ; il ne reste que 14 yards jusqu’à la terre promise et un match qui pourrait perdre tout son suspense avant la mi-temps. Le Quarterback trouve Solomon le long de la touche pour 9 yards, stoppant l’horloge, puis il se déplace et tente de trouver Clark au niveau de la ligne d’en-but ; le Safety Bryan Hicks dévie la balle au dernier moment.

Sous pression, Montana doit se résigner à envoyer la balle dehors sur 3e tentative afin de permettre à son Kicker, Ray Wersching, de tenter un Field Goal de 22 yards. Il le réussit, donnant trois possessions d’avance à San Francisco.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
San Francisco 49ers 7 10 17
Cincinnati Bengals 0 0 0

 

Et les malheurs des Bengals ne sont pas terminés : sur le réengagement, un nouveau coup de pied rasant sème la panique à Cincinnati ; Archie Griffin fumble la balle qui est récupérée par Milt McCoil des 49ers sur les 4 yards avec 5 secondes restantes.

 

Drive de San Francisco : 0:05, balle sur CIN 4

 

Un faux départ des 49ers ne fait que reculer la tentative de 5 yards. Wersching réussit sans problème le Field Goal de 26 yards.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
San Francisco 49ers 7 13 20
Cincinnati Bengals 0 0 0

 

La première mi-temps se termine sur le coup de renvoi des 49ers ; 30 minutes largement dominées par les pertes de balle de Cincinnati et la capitalisation de San Francisco grâce à une attaque parfaitement huilée : 3 pertes de balle des champions AFC, 17 points pour les champions NFC. Cincinnati vient déjà de subir le plus gros écart à la mi-temps d’un Super Bowl (-20), battant le triste record des Vikings au SB VIII (-17) ; ils vont devoir essayer de ne pas battre celui de Kansas City à la fin du SB I (-25).

 

3e Quart-Temps
San Francisco 20 – Cincinnati 0

 

Ray Wersching donne le coup d’envoi de la deuxième mi-temps, et David Verser le remonte 16 yards jusqu’aux 17 yards des Bengals.

 

Drive de Cincinnati : 14:52, balle sur CIN 17

 

Cincinnati doit absolument marquer sur ce drive pour repartir du bon pied. Cela commence bien avec une course de 13 yards d’Alexander, auxquels s’ajoutent 5 yards de pénalité pour une saisie de la grille faciale par le 49er Dwight Hicks. Pete Johnson gagne 3 yards sur la course suivante, puis Anderson trouve Alexander pour 3 yards et le receveur Steve Kreider pour 19. Johnson parcourt 5 yards avant que les Bengals mettent en place un flea-flicker qui fonctionne ; Anderson atteint Curtis pour 13 yards + 15 yards quand Eric Wright frappe le receveur au sol.

Archie Griffin et Pete Johnson rapprochent Cincinnati de l’en-but avec 6 yards en deux courses ; Anderson ne trouve pas de solution sur l’action suivante et décide d’y aller tout seul, marquant un touchdown de 5 yards sur son scramble. C’est un beau drive de 83 yards qui redonne de l’intérêt au match.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
San Francisco 49ers 7 13 0 20
Cincinnati Bengals 0 0 7 7

 

Cincinnati renvoie la balle directement en touchback suite à une pénalité de San Francisco sur la première tentative d’engagement.

 

Drive de San Francisco : 11:13, balle sur SF 20

 

C’est au tour de la défense des Bengals de répondre présent : Ross Browner sacke Montana pour une perte de 9 yards. Le Quarterback tente de regagner cela – et plus encore – avec une passe longue pour Solomon qui se bat avec Louis Breeden et Bryan Hicks ; les arrières doivent s’y mettre à deux pour déloger ce qui aurait pu être une magnifique réception en jonglant du receveur. Patton court 4 yards sans conviction sur l’action suivante, et c’est un 3&out de San Francisco qui se dégage.

 

Drive de Cincinnati : 9:35, balle sur SF 49

 

Une nouvelle fois, les Bengals ont une excellente position de départ, légèrement dans le camp des champions NFC. Pete Johnson avance de 3 yards, après quoi Collinsworth laisse tomber une screen pass. C’est au tour de la défense des californiens de faire le travail : sans solution, Anderson scramble à nouveau mais ne peut que sortir en touche sans gagner aucun terrain. C’est donc aussi un 3&out pour Cincinnati et un punt ; au moins, les champions AFC gagnent la bataille de la position sur le terrain.

 

Drive de San Francisco : 8:34, balle sur SF 15

 

Cela n’est pas anodin, car la défense de Cincinnati a haussé son niveau de jeu depuis le début de la deuxième mi-temps ; elle le prouve avec un autre 3&out : Jim LeClair et Ross Browner stoppent Cooper pour une perte de 2 yards, le Defensive End Eddie Edwards plaque Bill Ring pour un gain d’un yard, et l’arrière Ray Griffin pousse Ring dehors après une réception de seulement 3 yards.

Si l’attaque de Forrest Gregg peut suivre la tendance de la défense, alors les Bengals peuvent revenir au score ; d’autant plus qu’encore une fois, la position sur le terrain leur est favorable : ils repartent de la ligne médiane.

 

Drive de Cincinnati : 6:53, balle sur les 50

 

Le drive ne commence pas très bien : Anderson scramble pour un seul yard, et Dan Ross est pénalisé 10 yards pour un holding, repoussant Cincinnati dans son propre camp. Le Tight End se rachète juste derrière avec une réception de 15 yards, mais c’est au tour du receveur Steve Kreider de perdre les pédales en heurtant violemment le Safety Ronnie Lott bien après la fin de l’action ; cela annule tout bonnement la réception avec perte de la tentative.

En 2e&19, le drive tourne au cauchemar quand Anderson est sacké par Fred Dean pour une perte de 4 yards. On semble se diriger vers un nouveau punt malgré une excellente position de départ, mais, en 3e&23, le Quarterback s’en remet à sa cible longue distance, le rookie Collinsworth : le #80 réussit une superbe réception par-dessus l’épaule de 49 yards. La balle est sur les 14 yards de San Francisco, mais le drive cale à nouveau : un sack de Hacksaw Reynolds pour une perte de 4 yards est en partie récupéré par une passe d’Anderson pour Ross de 10 yards, mais Cincinnati se retrouve en 4e&1. Gregg laisse son attaque sur le terrain, et Pete Johnson convertit la tentative à la course.

Les Bengals ont alors quatre tentatives pour faire 3 petits yards. La première voit Johnson courir 2 yards. La deuxième voit Reynolds repousser Johnson pour un gain nul. La troisième voit une passe d’Anderson pour Alexander qui est totalement stoppé par un magnifique plaquage du Linebacker Dan Bunz. Gregg retente le pari de la dernière tentative, conscient que les Bengals ne peuvent repartir de ce drive avec autre chose qu’un touchdown, mais cette fois il perd : la ligne défensive et Reynolds bouchent le passage ; Pete Johnson est stoppé pour un gain nul.

https://www.gannett-cdn.com/-mm-/13b61e14671050e28f4bc57fca89646c818aa01f/c=470-0-2598-1600/local/-/media/2017/06/19/Cincinnati/Cincinnati/636334856269552219-bengals-11.jpg?width=540&height=405&fit=cropAprès 12 actions, 49 yards et quasiment six minutes de temps écoulé, Cincinnati ne marque aucun point.

 

Drive de San Francisco : 1:17, balle sur SF 1

 

San Francisco tente de se dégager de cette situation précaire avec deux courses de Bill Ring qui gagne 7 yards alors que la fin du troisième quart-temps est sifflée sur cette grosse déception pour les fans des Bengals.

 

4e Quart-Temps
San Francisco 20 – Cincinnati 7

 

Cependant, la défense des champions AFC continue de résister sur la première action du dernier quart-temps, stoppant Ring pour un gain d’un seul yard. C’est un nouveau punt qui va mettre l’offensive en bonne position.

 

Drive de Cincinnati : 13:58, balle sur CIN 47

 

Cette fois, il faut concrétiser pour les Bengals s’ils veulent relancer le suspense du match, et l’espoir est permis : la franchise a marqué 136 points en quatrième quart-temps cette saison, le meilleur total de NFL. Le drive démarre bien : Pete Johnson court 3 yards, puis Anderson trouve Collinsworth pour 12 yards et Ross pour 9 yards, à chaque fois au centre du terrain sur des parcours intérieurs.

Le Quarterback vise ensuite Curtis et voit sa passe presque interceptée par Ronnie Lott qui surgit devant le receveur, mais le défenseur le percute bien avant que la balle n’arrive et se voit pénaliser d’une interférence de passe défensive ; cela donne un first down sur les 15 yards de San Francisco. Les arbitres sont généreux avec Anderson sur l’action suivante car il lance une passe à personne en particulier, ce qui aurait pu (dû ?) être considéré comme un intentional grounding, mais il n’est pas pénalisé. Juste derrière, il trouve Ross pour 9 yards, puis Alexander gagne un first down avec une course de 2 yards.

Cela donne, de nouveau, quatre tentatives pour parcourir 4 yards, mais cette fois hors de question de buter sur la défense : Anderson trouve son fidèle Tight End Dan Ross pour un touchdown qui relance complètement le match. Les Bengals ont enfin profité de leur meilleure position sur le terrain.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
San Francisco 49ers 7 13 0 0 20
Cincinnati Bengals 0 0 7 7 14

 

Cincinnati donne le coup de renvoi que San Francisco remonte jusqu’à ses 27 yards.

 

Drive de San Francisco : 9:57, balle sur SF 27

 

Nous touchons alors au souci des Bengals : ils ont la meilleure attaque de NFL en dernier quart-temps avec 136 points, mais ils ont aussi la pire défense de NFL dans la même période avec… 136 points aussi. De plus, les 49ers ne sont plus collés à leur en-but, ce qui pourrait les aider à être moins stressés. Cependant, cela semble mal partir pour les californiens : Patton laisse tomber une passe sous la pression du Linebacker Reggie Williams, puis le Tackle Dan Audick est pénalisé pour un faux départ.

https://i.pinimg.com/originals/29/66/76/296676ab6412b715388534636cc574cc.jpgMontana, encore une fois, démontre son calme en une telle situation : il se déplace sur sa droite pour se donner de l’air et envoie une magnifique passe en mouvement le long de la touche au receveur Mike Wilson pour 22 yards ; aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est le premier first down de San Francisco en deuxième mi-temps. La passe suivante est manquée, mais Ken Riley est pénalisé pour interférence de passe défensive, offrant un autre first down.

Les 49ers décident alors d’avancer exclusivement à la course pour manger le chronomètre : sept courses et 28 yards plus tard, Ray Wersching tape un Field Goal de 40 yards.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
San Francisco 49ers 7 13 0 3 23
Cincinnati Bengals 0 0 7 7 14

 

San Francisco remet le ballon en jeu, et Cincinnati le remonte jusqu’à ses 22 yards.

 

Drive de Cincinnati : 5:14, balle sur CIN 22

 

Le temps presse pour les Bengals après ce long drive des 49ers. Anderson le sait et tente de suite une passe pour un gain substantiel, visant sa menace longue Collinsworth ; son lancer est trop court et tombe dans les mains d’Eric Wright qui remonte la balle jusqu’aux 25 yards. Le match semble terminé, sauf que, de manière incompréhensible vu sa position et le score, il tente une passe latérale au Linebacker Willie Harper qui ne s’y attend pas du tout.

La balle tombe au sol, mais heureusement pour le rookie Cornerback de San Francisco, Harper se précipite et la récupère, entérinant le changement de possession. Wright devient le premier rookie Cornerback à intercepter une passe au Super Bowl, mais il a failli également devenir le premier intercepteur à rendre la balle à l’adversaire par la suite.

 

Drive de San Francisco : 4:57, balle sur CIN 22

 

Walsh ne surprend personne : il n’appelle que des courses pour continuer de faire défiler l’horloge. Six pour 16 yards et presque trois minutes plus tard, Ray Wersching ajoute trois points sur un Field Goal de 23 yards.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
San Francisco 49ers 7 13 0 6 26
Cincinnati Bengals 0 0 7 7 14

 

San Francisco fait le réengagement, et Cincinnati remonte jusqu’à ses 26 yards, devant marquer deux touchdowns en moins de deux minutes.

 

Drive de Cincinnati : 1:51, balle sur CIN 26

 

Anderson n’a plus le choix, il faut passer, passer, passer. Il échappe à un sack de Dwaine Board et trouve Curtis pour 21 yards, puis Ross pour 16, Ross pour 8, Collinsworth pour 9 et Kreider pour 17. Il ne reste plus que 20 secondes à jouer quand il se connecte avec Ross dans l’en-but pour un touchdown de 3 yards, ce qui risque de ne pas suffire.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
San Francisco 49ers 7 13 0 6 26
Cincinnati Bengals 0 0 7 14 21

 

Cincinnati tente bien évidemment un onside kick, mais Dwight Clark le récupère et scelle le résultat du match.

 

Drive de San Francisco : 0:14, balle sur SF 48

 

Joe Montana pose un genou au sol, et les 49ers peuvent célébrer : c’est le premier titre de leur histoire.

Bill Walsh prend sa revanche sur Paul Brown, San Francisco venge les Los Angeles Rams (SB XIV) en ramenant le trophée Lombardi en Californie, et la NFC redore un peu son blason après une décennie de domination de l’AFC (même s’il faudra attendre de voir sur la durée).

 

Boxscore finale

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
SAN FRANCISCO 49ERS 7 13 0 6 26
Cincinnati Bengals 0 0 7 14 21

QT Tps Éq. Type Action Score
1 5:52 SF TD Joe Montana, 1y run (PAT) 70
2 6:53 SF TD Earl Cooper, 11y catch (PAT) 140
2 0:15 SF FG Ray Wersching, 22y 170
2 0:02 SF FG Ray Wersching, 26y 200
3 11:25 CIN TD Ken Anderson, 5y run (PAT) 207
4 10:06 CIN TD Dan Ross, 4y catch (PAT) 2014
4 5:25 SF FG Ray Wersching, 40y 2314
4 1:57 SF FG Ray Wersching, 23y 2614
4 0:16 CIN TD Dan Ross, 3y catch (PAT) 2621

 

Personne ne le sait encore, mais c’est la naissance de la dynastie des années 1980 avec cette première victoire de San Francisco. Cincinnati peut avoir des regrets sur ce match, devenant la première équipe à perdre le Super Bowl en ayant gagné plus de yards que son adversaire (356 vs. 275). La défense des Bengals a haussé le ton au cours du match (notamment en deuxième mi-temps), mais son travail a été sapé par les pertes de balle offensives ; les champions AFC ont encaissé 20 points sur 26 à cause d’elles.

Bien que Dan Ross ait établi des records du Super Bowl pour un Tight End avec 11 réceptions pour 104 yards et 2 touchdowns, c’est Joe Montana qui est nommé meilleur joueur avec 14 passes réussies sur 22 tentées pour 157 yards et 1 touchdown, sans oublier son touchdown à la course. Il faut dire qu’il a démontré un calme et une sérénité impressionnants même en face du pass-rush adverse.