Fiche SB : Super Bowl X

 

Présentation

 

Match Dallas Cowboys 1721 Pittsburgh Steelers
Date 18 Janvier 1976
Lieu Orange Bowl, Miami, Floride
MVP Lynn SWANN, Wide Receiver, Pittsburgh Steelers
Ligne Vegas Pittsburgh Steelers, +7
Arbitre Norm SCHACHTER

 

Le champion AFC : Pittsburgh Steelers

 

Head Coach Chuck NOLL
Record 12-2 (1er AFC Central)
Playoffs Divisional Playoff : vs. Baltimore Colts, 28-10
Conference Championship : vs. Oakland Raiders, 16-10

 

Le Super Bowl IX a représenté l’avènement d’un nouveau poids lourd en AFC, le Super Bowl X en est la confirmation : les Steelers sont encore sortis vainqueurs de leur féroce rivalité avec les Oakland Raiders pour retourner en finale une deuxième année consécutive sous la férule de Chuck Noll.

Bradshaw & Noll

L’équipe est quasiment la même que l’année précédente : le jeu de course surpuissant et le terrible Steel Curtain (qui envoie pas moins de HUIT joueurs au Pro-Bowl !!!) sont les points forts de la franchise. La seule vraie différence est à remarquer dans le jeu aérien : rookies lors de la saison précédente, le fantastique duo de receveurs Lynn Swann – John Stallworth devient titulaire en 1975 et assiste parfaitement le Quarterback Terry Bradshaw. Pittsburgh vise le doublé, ce qui serait la troisième occurrence après Green Bay (SB I & II) et Miami (SB VII & VIII).

Titulaires :

  • Quarterback : Terry BRADSHAW.
  • Coureurs : Rocky BLEIER, Franco HARRIS.
  • Receveurs : John STALLWORTH, Lynn SWANN.
  • Tight End : Larry BROWN.
  • Centre : Ray MANSFIELD.
  • Guards : Jim CLACK, Gerry MULLINS.
  • Offensive Tackles : Jon KOLB, Gordon GRAVELLE.
  • Defensive Tackles : Joe GREENE, Ernie HOLMES.
  • Defensive Ends : L.C. GREENWOOD, Dwight WHITE.
  • Middle Linebacker : Jack LAMBERT.
  • Outside Linebackers : Jack HAM, Andy RUSSELL.
  • Cornerbacks : J.T. THOMAS, Mel BLOUNT.
  • Safeties : Mike WAGNER, Glen EDWARDS.
  • Kicker : Roy GERELA.
  • Punter : Bobby WALDEN.

 

Le champion NFC : Dallas Cowboys

 

Head Coach Tom LANDRY
Record 10-4 (2e NFC East)
Playoffs Divisional Playoff : @ Minnesota Vikings, 17-14
Conference Championship : @ Los Angeles Rams, 37-7

 

Après un hiatus de quatre ans, voici le retour des Cowboys dans la grande finale ; Dallas égale ainsi le record de Miami et Minnesota avec trois participations. Si les texans sont des habitués du match le plus important de l’année, c’est néanmoins une équipe profondément remaniée et un peu miraculée qui se présente à l’Orange Bowl ; en effet, depuis l’invention de la Wild Card en 1970, permettant à un non-champion de division d’aller en playoffs, les Cowboys sont les premiers bénéficiaires à atteindre le Super Bowl.

Drew Pearson et la Hail Mary

Dallas se base sur une attaque très bien huilée menée par Captain Comeback Roger Staubach, avec des receveurs talentueux comme Drew Pearson – le duo ayant réalisé un miracle en Divisional Round avec la fameuse Hail Mary victorieuse et controversée contre les Vikings – ou le jeu de course puissant derrière l’ancien Steeler Preston Pearson (aucun lien de parenté entre les deux Pearson). La défense, elle, continue de valoir son surnom de Doomsday Defense avec le remplacement de certains éléments par des joueurs d’impact comme Ed « Too Tall » Jones et Harvey Martin, ou la présence des immuables Lee Roy Jordan et Mel Renfro.

Titulaires :

  • Quarterback : Roger STAUBACH.
  • Coureurs : Preston PEARSON, Robert NEWHOUSE.
  • Receveurs : Golden RICHARDS, Drew PEARSON.
  • Tight End : Jean FUGETT.
  • Centre : John FITZGERALD.
  • Guards : Burton LAWLESS, Blaine NYE.
  • Offensive Tackles : Ralph NEELY, Rayfield WRIGHT.
  • Defensive Tackles : Jethro PUGH, Larry COLE.
  • Defensive Ends : Ed JONES, Harvey MARTIN.
  • Middle Linebacker : Lee Roy JORDAN.
  • Outside Linebackers : Dave EDWARDS, D.D. LEWIS.
  • Cornerbacks : Mark WASHINGTON, Mel RENFRO.
  • Safeties : Charlie WATERS, Cliff HARRIS.
  • Kicker : Toni FRITSCH.
  • Punter : Mitch HOOPES.

 

1er Quart-Temps
Dallas 0 – Pittsburgh 0

 

Roy Gerela des Steelers donne le coup d’envoi, et dès la première action du match, Tom Landry rappelle pourquoi il est un des esprits les plus innovants de NFL : Preston Pearson récupère la balle et la transmet sur une course renversée à Thomas Henderson qui remonte 48 yards avant d’être stoppé par Gerela lui-même ; le Kicker se blesse même aux côtes sur la plaquage.

 

Drive de Dallas : 14:39, balle sur PIT 44

 

S’il est facile de tromper les équipes spéciales de Pittsburgh, concernant le Steel Curtain c’est une autre histoire : l’attaque de Dallas commence presque de manière catastrophique quand Staubach, sacké par le Defensive End L.C. Greenwood, perd 5 yards et le ballon ; fort heureusement, le Centre John Fitzgerald le récupère. Mais cela plombe de suite le drive des Cowboys : une course pour un faible gain et une passe manquée vers Preston Pearson est trop haute. C’est un 3&out et le premier punt du match.

 

Drive de Pittsburgh : 13:12, balle sur PIT 17

 

Sans surprise, Franco Harris et Rocky Bleier portent sur leurs épaules le début de match de l’attaque de Pittsburgh. C’est une bonne décision, car chacun gagne 8 yards sur une course, avant que Harris n’engrange 9 yards de plus sur deux courses, approchant du first down. Mais le Cornerback Mark Washington fait un superbe travail et plaque Harris à perte sur 3e tentative pour empêcher les Steelers de continuer en attaque.

Les soucis du punter Bobby Wagner au Super Bowl continuent : après un snap de Field Goal fumblé et un punt contré converti en touchdown l’année précédente, il fumble le ballon sur son premier punt et se fait plaquer immédiatement sur les 29 yards de Pittsburgh, donnant une excellente position aux Cowboys.

 

Drive de Dallas : 10:32, balle sur PIT 29

 

Landry et Staubach envoient immédiatement le message à Pittsburgh : les Cowboys ne sont pas les Vikings et ils comptent bien leur faire payer leurs erreurs comptant. Suite à une play-action, le Quarterback trouve Drew Pearson sur un parcours croisé, et le receveur entre sans encombre dans l’en-but pour un touchdown de 29 yards. C’est un petit exploit, car c’est le premier touchdown encaissé par Pittsburgh au premier quart-temps… de la saison entière !

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Dallas Cowboys 7 7
Pittsburgh Steelers 0 0

 

Dallas remet la balle en jeu et Pittsburgh remonte jusqu’à ses 33 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 10:13, balle sur PIT 33

 

Les Cowboys ont envoyé un message, les Steelers vont prouver qu’ils l’ont reçu cinq sur cinq. Sans paniquer après ce premier coup de boutoir des texans, les Steelers repartent avec leur fidèle jeu au sol. Harris et Bleier alternent et avancent de 19 yards en quatre courses avec une belle régularité, que ce soit sur le côté ou au milieu ; à chaque fois, de bons blocks de la ligne offensive et de l’autre coureur ouvrent les brèches.

Mais Terry Bradshaw ne s’endort pas pour autant, et il utilise bientôt son action préférée : la passe longue. Il vise Lynn Swann le long de la touche, pourtant parfaitement couvert par Mark Washington, mais le receveur fait une réception de funambule ; il saute, attrape la balle et se resitue en l’air pour poser les deux pieds dans le terrain avant d’être percuté par le Safety Chris Harris.

https://cdn-s3.si.com/s3fs-public/steelers-cowboys-1976-super-bowl.jpgCe gain spectaculaire de 32 yards amène Pittsburgh à 16 yards de l’en-but, après quoi les porteurs de ballon reprennent leurs droits : Bleier gagne 5 yards et Harris en ajoute 4. De nouveau, la défense est trop focalisée sur la course : elle mord dans la feinte de remise de Bradshaw qui trouve le Tight End Randy Grossman tout seul dans l’en-but pour un touchdown de 7 yards.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Dallas Cowboys 7 7
Pittsburgh Steelers 7 7

 

Après cette rapide réponse, Pittsburgh botte le réengagement, et Dallas remonte jusqu’à ses 35 yards.

 

Drive de Dallas : 5:46, balle sur DAL 35

 

C’est au tour des Cowboys de prouver qu’ils ont aussi un jeu au sol compétent ; Robert Newhouse et Doug Dennison s’y collent avec 13 yards en deux courses. Après une petite passe de 7 yards de Staubach au Tight End Jean Fugett, la ligne offensive fait un énorme travail pour ouvrir un boulevard de 16 yards à Newhouse ; il rajoute 5 yards juste par la suite.

Vexé d’être ainsi manipulé, c’est à ce moment que le Steel Curtain décide de tirer le rideau : Dallas ne gagne qu’un seul first down sur le reste du drive avec notamment deux courses pour un gain nul face à un Jack Lambert impérial en défense. Les Cowboys se retrouvent en 3e&9 alors qu’un premier quart-temps équilibré se termine sur ce score de parité.

 

2e Quart-Temps
Dallas 7 – Pittsburgh 7

 

Le drive cale définitivement dès le début de la deuxième période : Dallas est pénalisé pour un faux départ, et Staubach peut remercier le Safety Glen Edwards de laisser tomber une interception quand il essaie de trouver Fugett. Cela permet au moins aux Cowboys de repartir de ce bon drive avec un Field Goal de 36 yards de Toni Fritsch.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Dallas Cowboys 7 3 10
Pittsburgh Steelers 7 0 7

 

Dallas frappe le renvoi qui est remonté par Pittsburgh jusqu’à ses 32 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 14:34, balle sur PIT 32

 

À l’instar de Staubach l’action précédente, Bradshaw frise la correctionnelle quand Ed « Too Tall » Jones se précipite sur lui et le frappe pile au moment où il essaie de trouver Stallworth ; la balle part très haut en cloche mais personne ne parvient à l’attraper avant qu’elle ne retombe au sol. Bleier gagne 6 yards ensuite, et Bradshaw improvise un scramble de 7 yards pour obtenir le first down. C’est au tour de Harris de transpercer la défense pour 11 yards, prouvant que le jeu au sol des Steelers marche vraiment bien ; le jeu de passe, lui, est plus inconstant avec une screen pass pour Stallworth qui perd 5 yards sur la plaquage agressif du Defensive End Harvey Martin.

La passe suivante est bien meilleure pour ce même Stallworth et un gain de 13 yards, mais Harris se fait stopper net par Martin pour un gain nul, ce qui place Pittsbugh en 4e&2. Chuck Noll décide de tenter le coup, et il semble que ce soit la bonne stratégie quand Bradshaw lance vers un Franco Harris complètement ouvert, mais son homonyme Cliff Harris arrive en même temps que la balle ; la bataille des Harris est remportée par le défenseur qui déloge le cuir des mains du coureur. La passe est incomplète, et Dallas récupère la possession.

 

Drive de Dallas : 10:51, balle sur DAL 36

 

Staubach décide de se reposer sur ses coureurs pour le drive suivant : Newhouse gagne 3 yards au sol et il trouve Dennison pour 6 yards. Néanmoins, sa passe suivante pour Newhouse est bien trop haute, provoquant un 3&out et un punt.

 

Drive de Pittsburgh : 9:05, balle sur PIT 23

 

Bradshaw n’a pas plus de réussite que son alter-ego : après une course de Bleier pour seulement 2 yards, sa passe pour Stallworth est déviée par le Linebacker D.D. Lewis et la pression finit enfin par l’atteindre avec un sack de Randy White. C’est un nouveau punt.

 

Drive de Dallas : 8:04, balle sur DAL 48

 

Bien protégé, Staubach démarre par une passe de 9 yards pour Preston Pearson. Le Quarterback manque une nouvelle fois de perdre la balle quand il fumble le snap et la remise à Dennison, mais il récupère le ballon lui-même. Il se reprend bien en trouvant de nouveau Preston Pearson pour 7 yards, puis réussit une improvisation géniale où il échappe à un sack de Greenwood et patiente jusqu’à trouver Charley Young pour 14 yards.

Cela met Dallas en position idéale, sur les 20 yards de Pittsburgh, pour au moins marquer trois points, mais le Steel Curtain en décide autrement : le Linebacker Andy Russell plaque Newhouse pour une perte de 2 yards, avant que le pass-rush ne déferle sur le Quarterback et enregistre deux sacks successifs de Greenwood puis Dwight White ; la perte totale de 22 yards empêche Fritsch de tenter le Field Goal. Au moins, Mitch Hoopes réussit un très beau punt qui place Pittsburgh sur ses 6 yards.

 

Drive de Pittsburgh : 3:47, balle sur PIT 6

 

Pour se sortir de cette situation, Bradshaw se repose de nouveau sur son arme favorite après le jeu de course : la bombe. Encore une fois, c’est Lynn Swann qui est visé, et encore une fois c’est une réception acrobatique exceptionnelle du #88 : alors qu’il est toujours collé par Mark Washington, Swann monte à une hauteur incroyable pour dévier la balle en l’air puis l’attraper tout en tombant sur le sol. Il se relève et gagne ainsi 53 yards sous le regard médusé des spectateurs qui se demandent jusqu’où cet artiste peut aller pour réussir une réception.

http://www.profootballhof.com/assets/1/17/1970s-Swann.jpg?54433Bleier et Harris prennent le relais pour gagner un nouveau first down, après quoi Bradshaw trouve Larry Brown alors que l’horloge s’approche de la mi-temps. Mais malgré les efforts de Swann et de Bradshaw pour échapper à la pression, le drive cale et les Steelers doivent s’en remettre à la botte de Gerela ; malheureusement, ce dernier manque sa tentative de 36 yards, se ressentant peut-être encore de sa douleur aux côtes suite au plaquage sur le coup d’envoi.

 

Drive de Dallas : 0:22, balle sur DAL 20

 

Dallas court pour épuiser le peu de temps qu’il reste, et c’est une première mi-temps très mouvementée qui se termine ; elle a été illuminée par la grâce de Lynn Swann alors que les Steelers dominent au niveau des first downs (8-4) et des yards (194-98), mais ce sont bien les Cowboys qui ont l’avantage au score, 10-7.

 

3e Quart-Temps
Dallas 10 – Pittsburgh 7

 

Toni Fritsch donne le coup d’envoi de la deuxième mi-temps, et Mel Blount remonte la balle 18 yards jusqu’aux 26 yards des Steelers.

 

Drive de Pittsburgh : 14:51, balle sur PIT 26

 

Comme toujours, Pittsburgh repart sur le même mode : au sol. Mais la Doomsday Defense décide de faire rapidement le mur : après un gain de 3 yards, Harris est plaqué pour une perte de 5 yards par « Too Tall » Jones et Harvey Martin qui font un gros travail. Bradshaw semble se connecter avec Larry Brown, mais le Tight End ne peut assurer sa réception et Pittsburgh doit punter.

 

Drive de Dallas : 13:45, balle sur DAL 42

 

Le premier drive de la deuxième mi-temps des Cowboys tourne vite au cauchemar : Dennison ne gagne aucun yard sur un gros plaquage de Blount, puis il trouve tout juste un peu d’espace avec 3 yards, mais surtout Staubach tente une passe trop compliquée pour le receveur Golden Richards qui est interceptée par le Cornerback J.T. Thomas ; le premier ballon perdu par Dallas dans le match.

 

Drive de Pittsburgh : 12:12, balle sur DAL 25

 

Franco Harris cherche à punir de suite cette erreur des champions NFC avec 11 yards en trois courses, ce qui approche l’attaque de la terre promise. Mais dès que les Steelers passent par les airs, c’est plus compliqué : Bradshaw semble confus sur l’action suivante et court avec la balle pour une perte de 2 yards ; ses deux passes suivantes pour Swann sont bien trop hautes (le receveur a certes fait des miracles, mais il n’est pas surhumain non plus).

C’est une belle réponse de la défense des Cowboys qui force un Field Goal de Gerela ; le Kicker confirme qu’il est vraiment dans un mauvais jour car il rate de 33 yards à gauche des poteaux. Il est nargué par Cliff Harris, ce qui amène une vive réaction de Jack Lambert qui l’attrape et le projette au sol pour lui faire passer l’envie de fanfaronner ; une action qui aurait pu amener l’exclusion du Steeler, mais les arbitres se contentent de calmer les esprits (c’était une autre époque).

 

Drive de Dallas : 9:29, balle sur DAL 20

 

Dallas repart au sol, ce qui marche un temps avec un premier first down, mais dès que Staubach essaie de passer, la pression le force à scrambler pour 3 yards, ce qui est trop court pour un first down. Le Steel Curtain force un punt.

 

Drive de Pittsburgh : 6:15, balle sur PIT 24

 

Le drive des Steelers démarre bien mieux avec une course de Harris pour 3 yards puis une passe le long de la touche de Bradshaw à Lynn pour 12 yards. Bleier et Harris engrangent 9 yards, mais la passe du Quarterback pour Brown est parfaitement défendue par le Safety Charlie Waters. La Doomsday Defense force un punt à son tour.

 

Drive de Dallas : 4:06, balle sur DAL 18

 

Les Cowboys relancent une haute dose de jeu au sol : Newhouse et Pearson gagnent 13 yards en quatre actions. Une passe de Staubach pour Newhouse suite à une play-action obtient un first down, après quoi le Quarterback scramble à nouveau, mais cette fois l’attaque est pénalisée pour clipping, ce qui la repousse en 1e&25.

https://i.pinimg.com/originals/87/9e/10/879e10a4691155f47ca3f7768801f84f.jpgStaubach ne se démoralise pas et commence par un scramble de 6 yards. Après une course pour un faible gain de Newhouse, il trouve Preston Pearson, mais Blount fait un excellent travail pour stopper le coureur dès sa réception, limitant le gain à 14 yards ; insuffisant pour un first down alors que le troisième quart-temps se termine sans point marqué.

 

4e Quart-Temps
Dallas 10 – Pittsburgh 7

 

Pittsburgh manque de redonner la balle à l’attaque de Dallas lorsque le punt de Mitch Hoopes est fumblé par Dave Brown, mais heureusement pour les champions AFC, J.T. Thomas est vigilant et plonge sur le cuir.

 

Drive de Pittsburgh : 14:46, balle sur PIT 17

 

Alors qu’on s’attend à ce que les Steelers recommencent à utiliser la course pour avancer, Bradshaw sort sa spéciale : il recule pour passer, ne voit personne d’ouvert, patiente, se déplace sur sa droite puis lobe une passe au-dessus du Linebacker Dave Edwards ; Franco Harris la réceptionne et fonce vers l’en-but, mais les arbitres le rappellent car il a posé le pied en touche après un gain de 26 yards.

Le Quarterback décide de viser la jugulaire de suite, mais sa bombe pour Stallworth est trop longue alors que le receveur avait un temps d’avance sur la couverture. Harris est plaqué à perte par Jethro Pugh, et Bradshaw est poursuivi puis sacké par Randy White, ce qui avorte le drive pour de bon. Malgré un bon départ, c’est encore la défense qui l’emporte, forçant un punt.

 

Drive de Dallas : 13:11, balle sur DAL 19

 

Qui va parvenir à casser ce status quo ? Les Cowboys tentent de forcer le destin avec une tactique surprise, un flea-flicker, mais la couverture est excellente et Staubach finit par garder la balle ; il est sacké par le Defensive Tackle Steve Furness. Même punition deux actions suivantes avec un sack grâce à la couverture : Greewood, Furness et Dwight White se rencontrent autour du Quarterback sans solution.

Et pour ne rien arranger, toutes ces pertes de terrain placent le punter Mitch Hoopes juste devant son en-but ; les équipes spéciales de Pittsburgh s’illustrent quand Reggie Harrison bloque le punt qui roule à travers l’en-but, donnant un safety pour les Steelers. Pittsburgh devient officiellement le maître du safety au Super Bowl (c’est le deuxième en deux ans).

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Dallas Cowboys 7 3 0 0 10
Pittsburgh Steelers 7 0 0 2 9

 

Cette action permet non seulement à Pittsburgh de revenir à un point, mais elle force Dallas à rendre la balle sur le safety kick ; les Steelers font un joli retour de 25 yards qui place la balle dans le camp des Cowboys.

 

Drive de Pittsburgh : 11:17, balle sur DAL 45

 

Pittsburgh repart exclusivement au sol grâce au duo Harris – Bleier qui court 17 yards en quatre actions. Bradshaw y ajoute 8 yards sur un scramble ; il fumble sur le plaquage de Mark Washington mais la balle roule en dehors du terrain. Cela freine les champions AFC qui ne parviennent pas à avancer sur la 3e tentative suivante, ce qui donne une troisième chance à Roy Gerela de réussir un Field Goal ; cette fois, le Kicker répond présent de 36 yards, et les Steelers passent devant pour la première fois du match, capitalisant sur le safety.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Dallas Cowboys 7 3 0 0 10
Pittsburgh Steelers 7 0 0 5 12

 

Pittsburgh donne un coup de renvoi haut et plutôt court ; Dallas frôle la catastrophe quand Preston Pearson fumble la balle, mais il la récupère. Inconvénient, cela place le début du drive seulement sur les 15 yards des texans.

En tout cas, pour les spectateurs, ce match est plus palpitant que les précédentes finales : il est toujours indécis alors qu’il reste moins de 9 minutes à jouer. De plus, les DEUX équipes ont enfin marqué au moins 10 points, contrairement aux quatre derniers Super Bowls.

 

Drive de Dallas : 8:32, balle sur DAL 15

 

Alors que les Cowboys ont mené une bonne partie du match, cette combinaison safety + Field Goal a remis les Steelers en tête, et ils comptent bien appuyer là où ça fait mal : sur la première action du drive de Dallas, Staubach vise Drew Pearson mais ne voit pas le Safety Mike Wagner qui surgit comme un boulet de canon sur la trajectoire. Il intercepte le ballon et le remonte 19 yards jusqu’aux 7 yards des champions NFC, ce qui pourrait clairement menacer le suspense de la fin de rencontre.

 

Drive de Pittsburgh : 8:22, balle sur DAL 7

 

Les Steelers cherchent à enfoncer le clou via leur jeu au sol, mais la Doomsday Defense résiste en n’encaissant que 6 yards avec une course de Bleier et un scramble de Bradshaw. Noll décide d’envoyer Harris finir le travail, mais Lee Roy Jordan réussit une action cruciale en plaquant le coureur pour un gain nul, forçant même un fumble ; malheureusement pour les Cowboys, Harris récupère le cuir lui-même, permettant à Roy Gerela de tenter et réussir un Field Goal de 18 yards. C’est tout de même un moindre mal pour Dallas vu la situation car cela laisse Pittsburgh à portée d’un touchdown.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Dallas Cowboys 7 3 0 0 10
Pittsburgh Steelers 7 0 0 8 15

 

Les Steelers remettent en jeu et les Cowboys remontent jusqu’à leurs 24 yards dans un match où ils sont encore en vie grâce à leur défense.

 

Drive de Dallas : 6:26, balle sur DAL 24

 

Dallas décide de passer par les airs pour remonter le terrain, mais la rencontre a prouvé que ce n’était pas aisé : une screen pass pour Newhouse est presque déviée et ne gagne que 4 yards ; Staubach est ensuite sacké par Greenwood pour une perte de 9 yards, et malgré une passe de 10 yards pour Charley Young, les texans sont forcés de punter à nouveau.

 

Drive de Pittsburgh : 4:25, balle sur PIT 30

 

La grande classique de Bradshaw va enfin porter ses fruits : après deux courses de Harris pour 6 yards, le Quarterback recule, échappe au blitz de D.D. Lewis et envoie une bombe vers Lynn Swann qui a un pas d’avance sur Mark Washington. Le receveur attrape la balle en pleine course et pénètre dans l’en-but pour un touchdown éclair de 64 yards.

Le Quarterback a payé un lourd tribut avec un choc monstrueux casque contre casque asséné par le Defensive Tackle Larry Cole ; il doit être aidé pour sortir du terrain. Néanmoins, même si Gerela continue d’avoir des problèmes en tapant le poteau sur la transformation (ratée), Pittsburgh a 11 points d’avance et il reste trois minutes à jouer ; Bradshaw semble avoir réussi l’essentiel.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Dallas Cowboys 7 3 0 0 10
Pittsburgh Steelers 7 0 0 14 21

 

Pittsburgh tape le coup de renvoi directement en touchback.

 

Drive de Dallas : 2:54, balle sur DAL 20

 

Mais on ne surnomme pas Roger Staubach Captain Comeback pour rien ; le futur Hall Of Famer ne connaît aucune situation totalement irréversible. Il orchestre une remontée du terrain rapide et agressive : après une première passe de 7 yards pour Young, il lobe une magnifique passe de 30 yards le long de la touche pour Drew Pearson. Il trouve ensuite Preston Pearson le long de l’autre touche pour 11 yards.

Il est sacké par Dwight White sur l’action suivante, mais cela ne le démoralise pas : il répond immédiatement par une merveille de passe longue de 36 yards pour Percy Howard, un illustre inconnu rookie qui score ainsi le touchdown de l’espoir pour Dallas. Pour l’anecdote, ce sera la seule réception de la carrière de Howard ; il y a pire qu’un touchdown au Super Bowl.

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Dallas Cowboys 7 3 0 7 17
Pittsburgh Steelers 7 0 0 14 21

 

Avec tout juste deux minutes à jouer, Dallas tente bien évidemment un onside kick, mais Gerry Mullins le récupère pour redonner la possession à Pittsburgh.

 

Drive de Pittsburgh : 1:47, balle sur DAL 42

 

Sans surprise, les Steelers courent pour forcer les Cowboys à épuiser tous leurs temps-morts, en espérant un first down qui mettrait un terme à la rencontre. Mais la Doomsday Defense répond présent et force un punt au bout de trois tentatives alors qu’il ne s’est écoulé qu’une vingtaine de secondes ; le miracle est encore possible pour Dallas, et ils ont le meilleur Quarterback pour le réaliser.

 

Drive de Dallas : 1:22, balle sur DAL 39

 

Staubach démarre le drive par une passe vers Preston Pearson qui gagne 11 yards, ce qui place la balle pile au milieu du terrain ; 50 yards à parcourir en moins d’une minute pour le finish le plus irrespirable depuis la création du Super Bowl. Sur l’action suivante, Staubach fumble le snap, récupère la balle, évite un sack et vise Drew Pearson, mais la passe est bien trop haute ; le seul avantage est que cela arrête l’horloge avec 12 secondes à jouer. Staubach tente ensuite une Hail Mary dans l’en-but pour Percy Howard, mais J.T. Thomas la dévie.

Il ne reste plus que trois secondes quand Staubach lance la dernière action, mais sa passe est bien trop longue pour Drew Pearson ; déviée par Jack Ham, elle est interceptée par Glen Edwards. Au terme du plus beau final de l’histoire du Super Bowl jusque là, Pittsburgh rejoint Green Bay et Miami comme la troisième franchise à remporter deux trophées Lombardi d’affilée.

 

Boxscore finale

 

Équipes QT1 QT2 QT3 QT4 Score
Dallas Cowboys 7 3 0 7 17
PITTSBURGH STEELERS 7 0 0 14 21

QT Tps Éq. Type Action Score
1 10:24 DAL TD Drew Pearson, 29y catch (PAT) 70
1 5:57 PIT TD Randy Grossman, 7y catch (PAT) 77
2 14:45 DAL FG Toni Fritsch, 36y 107
4 11:28 PIT SAF Reggie Harrison, blocked punt out of end zone
109
4 8:41 PIT FG Roy Gerela, 36y 1012
4 6:37 PIT FG Roy Gerela, 18y 1015
4 3:02 PIT TD Lynn Swann, 64y catch (no PAT) 1021
4 1:48 DAL TD Percy Howard, 34y catch (PAT) 1721

 

Pour la dixième édition du Super Bowl et la première entre deux anciens vainqueurs, ce match aura tout eu : des actions magistrales, des échauffourées et une fin haletante entre deux franchises qui n’ont jamais dévié de leur stratégie initiale. Et c’est justement celui qui symbolise le mieux ces actions d’anthologie qui va recevoir le titre de meilleur joueur : le receveur de Pittsburgh Lynn Swann a éclaboussé la rencontre de sa grâce et de ses talents athlétiques avec 4 réceptions, 161 yards, 1 touchdown et des photos magnifiques restées dans la postérité (grâce à lui, Terry Bradshaw termine avec 9 passes réussies sur 19 tentées, 209 yards et 2 touchdowns).