Super Bowl LII Gameday Series : J-1 ~ Gameday du Super Bowl

#1 Philadelphia Eagles vs #1 New England Patriots

 

Auteur K.C.
Date et Heure Française Lundi 5 Février, 00:30
Lieu U.S. Bank Stadium, Minneapolis
Titre Bataille de seeds #1
Prévision Météo Stade couvert

 

Cette saison 2017-2018 de NFL voit son dernier match arriver, avec un face-à-face entre les deux meilleures équipes de chaque conférence pour finir en apothéose. Si les New England Patriots sont habitués à être au Super Bowl, ce n’est pas le cas des Philadelphia Eagles qui y participeront pour la première fois depuis la saison 2004 et une défaite face aux… Patriots. Et si ces derniers ont l’occasion d’apporter un sixième trophée à leur palmarès, les Eagles attendent toujours de gagner le Graal après deux finales infructueuses. Ce Super Bowl s’annonce d’ores et déjà intense et sera, espérons-le, plein de suspense.

https://e3.365dm.com/18/02/1096x616/skysports-super-bowl-lii-super-bowl-52-philadelphia-eagles-new-england-patriots_4220097.jpg?20180201162732Tout au long de leur saison, les Eagles ont manqué de reconnaissance et, malgré leur seed #1, peu de monde les voyait arriver aussi loin. Et pourtant, l’équipe a montré une force de caractère indéniable (ainsi que beaucoup de talent) afin d’arriver au moment rêvé.

Si les champions NFC sont arrivés jusqu’ici, ils le doivent en partie à leur QB Carson Wentz qui a réalisé une saison de folie avant de se blesser et d’être mis sur IR. Depuis, c’est Nick Foles qui est aux commandes de l’attaque et s’il a eu du mal à rentrer dans le bain (56% de précision), il semblerait qu’il ait décidé d’essayer d’être à la hauteur de l’événement (77% de précision, 3 TDs, 0 INTs) depuis les playoffs. Et cela tombe au moment parfait pour des Eagles qui auront besoin d’avancer dans tous les secteurs du jeu.

Bien évidemment, Foles n’est pas le seul joueur en réussite. Le gros point fort offensif de Philadelphie, c’est son OL quasi-infranchissable. Pourquoi quasi ? Parce que depuis la blessure du LT Jason Peters, c’est Halapoulivaati Vaitai qui est chargé de protéger le blind side de son QB, et le jeune joueur a éprouvé beaucoup de difficultés à faire cela ; même s’il est vrai qu’il a démontré une progression récemment. S’il peut tenir le coup, cette OL fait partie des meilleures et le duo de pass-rushers Trey Flowers – Deatrich Wise (3 sacks en deux matchs de playoffs) aura du pain sur la planche s’il veut limiter l’attaque adverse.

http://www.nbcsports.com/philadelphia/sites/csnphilly/files/2017/10/06/usa-zach-ertz-alshon-jeffery.jpgLe QB peut également compter sur un corps de receveurs qui semble se surpasser depuis le début de la saison. Alors que le groupe était trop blessé ou trop mauvais les saisons passées, le voilà qui réussit quasiment tout ce qu’il veut. Alshon Jeffery confirme son statut de WR#1 (2 TDs en playoffs) et pourrait être le point d’ancrage aérien. Derrière lui, Torrey Smith continue de briller par intermittence, mais lorsqu’il brille, il ne fait pas les choses à moitié (gros gains/TDs). Le facteur X qui semble marquer un peu le pas dans ces playoffs, c’est Nelson Agholor ; il a montré durant la saison qu’il était enfin prêt à assumer son statut de deuxième tour, et il sera à surveiller de près. Cependant, en réalité, le meilleur receveur est l’excellent TE Zach Ertz, auteur d’une saison remarquable (leader de son équipe en yards et réceptions) et qui voudra montrer aux yeux du monde qu’il peut être considéré parmi les meilleurs TEs de NFL.

Pour essayer de contrer cette attaque aérienne en pleine réussite, les Patriots compteront sur le duo Stephon Gilmore – Malcolm Butler, impériaux depuis plusieurs matchs. Si Gilmore joue à un niveau incroyable en ce moment, Butler voudra reproduire sa finale d’il y a 3 ans contre Seattle, lui qui cherche à signer un contrat juteux pendant cette inter-saison. Si jamais les CBs éprouvaient quelques difficultés à rester au top, les Safeties Patrick Chung et Devin McCourty se feront un malin plaisir d’annihiler les offensives adverses. L’attaque aérienne des Eagles a certes de nombreuses options, mais les Patriots sont loin d’en être jaloux et ce face-à-face devrait tenir toutes ses promesses.

http://www1.pictures.zimbio.com/gi/Stephon+Gilmore+Malcolm+Butler+Miami+Dolphins+PBTxvYuRRUnl.jpgSi le jeu au sol des Eagles ne peut pas être considéré comme atout #1, il n’en reste pas moins dangereux de par les joueurs qui y participent. Jay Ajayi semble s’être fait une jolie place au sein de l’attaque, mais c’est bien l’ancien Patriot LeGarrette Blount qui tentera de jouer un mauvais tour à son ancienne équipe. Malcom Brown sera la principale force contre la course, mais c’est le jeune Elandon Roberts qui pourrait avoir un grand rôle à jouer, lui qui est capable de faire de très bons matchs mais également de rater beaucoup de plaquages. Face à deux des meilleurs RBs de NFL lorsqu’il s’agit de casser des plaquages, cela pourrait coûter rapidement cher.

De l’autre côté du terrain, on retrouve les habitués. Tom Brady est, une fois de plus, en feu et rien ni personne ne semble en mesure de l’arrêter (67%, 5 TDs, 0 INTs). Sa maturité et sa vision du jeu font de lui le danger #1 des Patriots. L’équipe pourrait avoir le talent pour réussir sans lui, mais il est clair que les victoires ne seraient pas aussi nombreuses avec un autre QB à leur tête. Voulant jouer encore quelques années, Brady n’a aucune raison d’arrêter puisqu’il se bonifie avec le temps.

Pour lui permettre de briller encore plus, les Patriots ont réussi des drafts quasi parfaites au niveau de l’OL. Quatre de ses cinq éléments ont 24 ans ou moins, ce qui veut dire que la domination des Patriots dans ce compartiment du jeu pourrait bien continuer un bon bout de temps. Malgré tout, et comme n’importe qui, il lui arrive d’être dans un jour moins bon, et il faudra éviter cela à tout prix face à un front-7 des Eagles parmi les meilleurs de NFL, avec notamment un duo Brandon Graham – Derek Barnett au sommet de son art.

http://images.performgroup.com/di/library/omnisport/24/f5/rob-gronkowski-danny-amendola_1w2fa9fg6z6ol1320miv5vbp85.jpg?t=-1421720674&w=960&quality=70Pour aider Brady à briller, les Patriots peuvent encore et toujours compter sur leur général Rob Gronkowski. Le TE a réalisé une nouvelle saison de folie (8 TDs en saison + 1 TD en playoffs), et il a eu 2 semaines pour se remettre parfaitement d’une commotion inquiétante. Avec Le Gronk’ disponible et en pleine forme, les Patriots ajoutent un poids offensif de plus à leur palette. Bien évidemment, l’attaque des Patriots ne se résume pas à un seul homme, et le duo de WRs Brandin Cooks – Danny Amendola sera sûrement la raison #2 (derrière Brady) de la réussite, ou non, de New England. De plus, la force des Patriots, c’est leur pléthore de joueurs pouvant briller d’un match à l’autre ; avec le duo de RBs Dion Lewis – James White (héros du dernier Super Bowl) présent pour attraper les balles courtes dans l’optique où Brady serait trop mis sous pression, les champions AFC ont de quoi voir venir.

Mais les Eagles ne sont pas arrivés là par hasard, et une des raisons de leur réussite est la férocité de leur défense ; la couverture, notamment, qui pourrait poser de gros soucis à leur adversaire. Déjà grâce à Patrick Robinson qui est un des meilleurs CBs dans le slot afin de contrer les passes courtes, mais également grâce à un Malcolm Jenkins en sentinelle et qui aime jouer face à Brady (interception retournée sur 99y pour un TD lors de leur dernier face à face). Avec d’autres joueurs comme Jalen Mills pour intercepter les mauvaises décisions adverses, New England va trouver à qui parler.

http://www.nbcsports.com/philadelphia/sites/csnphilly/files/2017/10/14/usa-patrick-robinson-eagles.jpgPour en revenir au duo de RBs Lewis-White, c’est bien le premier nommé qui devra être surveillé de près tant il semble être le seul en position de provoquer de jolis gains sur ses courses. S’il est encore loin d’être un top RB de NFL, Lewis est parfait dans son rôle aux Patriots. White n’est pas en reste puisque le RB semble avoir la préférence lors de ces playoffs lorsqu’il s’agit de marquer un TD à courte distance (2 TDs). Le mot d’ordre du côté de Bill Belichick est donc bien leur capacité à être « imprévisible ». Et une fois de plus, leur affrontement face à cette excellente défense des Eagles pourrait faire détincelles : le front-7 des Eagles fait partie des meilleurs, avec notamment Fletcher Cox et Timmy Jernigan parfaits dans ce rôle de danger couteau suisse (aussi bons contre la course que pour mettre la pression).

Si les équipes spéciales n’ont pas forcément brillé dans tout ce qui est retour de kickoff ou punt, les Kickers de chacune des équipes est capable de les faire gagner au dernier moment si nécessaire. Stephen Gostkowski est toujours régulier mais il lui arrive encore de connaître quelques moments de fébrilités. De l’autre côté, Jake Elliott a montré durant ces playoffs que les Eagles pouvaient compter en grande partie sur lui si les score est serré (comme face aux Falcons). Quand on sait que tous les Super Bowls des Patriots depuis l’ère Brady-Belichick se sont joués à une possession d’écart, un coup de pied pourrait faire toute la différence.

Les Patriots ont l’expérience, l’habitude du Super Bowl, ainsi que la confiance des experts ; imaginez si en plus ils parviennent à scorer en premier quart-temps, ce qu’ils n’ont encore jamais fait au Super Bowl sous Brady-Belichick (comme vous voyez ça ne les a pas trop gênés). Mais les Eagles ne sont jamais aussi dangereux que lorsqu’ils sont considérés comme outsiders ; comme on l’a vu depuis le début de ces playoffs, cela leur réussit plutôt bien. Si la défense de Philadelphie continue d’impressionner et parvient à limiter un peu Brady, ils ont toutes les chances de leur côté pour l’emporter. Mais pour cela, il faudra surtout ne rien lâcher, ne pas se relâcher, et peut-être même avoir 4 TDs d’avance (puisqu’on l’a vu l’an passé, 3 TDs ne suffisent pas forcément).

Les Patriots ont une chance unique de confirmer encore et toujours leur dynastie du nouveau millénaire afin de rester un peu plus comme une des meilleures équipes de l’histoire de la NFL.