Draft Flashback : 2014

Draft Flashback 2015

Il est de notoriété publique qu’il faut environ trois ans pour évaluer la qualité et l’impact d’une draft. C’est pourquoi chaque année avant la draft, LatestHuddle vous propose de faire un petit flashback de trois ans en arrière pour voir si les équipes ont fait les bons choix. Nous allons donc étudier la draft 2014.

La formule est simple, chaque équipe étant évaluée par rapport à quatre critères : le nombre de choix et le nombre de joueurs encore sous contrat dans l’effectif (donc sans compter les Free Agents), le ou les choix de premier tour, la mauvaise pioche (BUST !) et la bonne pioche (un joueur pris hors des premiers tours qui a brillé). Comme nous parlons ici uniquement de la draft, les bonnes pioches non draftées ne sont pas prises en considération mais regroupées à la fin, et évidemment la mauvaise pioche peut très bien être le premier tour.

 

ARIZONA CARDINALS

500-Cardinals

Nombre de choix sélectionnés : 7 – DB Deone Bucannon (1er), TE Troy Niklas (2e), DE Kareem Martin (3e), WR John Brown (3e), QB Logan Thomas (4e), DE Ed Stinson (5e), WR Walt Powell (6e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 5 (71.4%) – Deone Bucannon, Troy Niklas, Kareem Martin, John Brown, Ed Stinson.

Premier tour : les Cardinals avaient fait un pari en sélectionnant le Defensive Back Deone Bucannon pour le faire jouer comme un hybride Safety/Inside Linebacker. Il est sûr que Bucannon a répondu présent depuis son arrivée dans la ligue et n’a pas déçu, que ce soit contre la course ou en couverture, mais il est également vrai qu’il a fait une saison 2016 un peu moins bonne que la précédente. Il reste également la question de son gabarit par rapport à l’impact physique du poste, mais pour l’instant le retour sur investissement est satisfaisant.

http://www.thenewstribune.com/sports/nfl/seattle-seahawks/d2xxjy/picture52695920/ALTERNATES/FREE_640/Deone_Bucannon(2)Mauvaise pioche : le deuxième tour Tight End Troy Niklas est très loin d’être la réponse au problème qui traîne depuis si longtemps à Arizona (seuls deux TEs ont dépassé 500 yards depuis 2000) : 3 saisons, 26 matchs, 8 réceptions, 71 yards, 2 TDs.

Bonne pioche : le troisième tour receveur John Brown n’a aucun scrupule à venir batailler avec Bucannon pour le titre de meilleur joueur drafté par Arizona en 2014. Il a raté la saison passée à cause de sa drépanocytose, et il a clairement manqué pour étirer le jeu aérien : il a amassé 152 réceptions pour 2216 yards et 14 TDs, ce qui fait 14.6 yards par réception.

 

ATLANTA FALCONS

500-Falcons

Nombre de choix sélectionnés : 9 – T Jake Matthews (1er), DT Ra’Shede Hageman (2e), DB Dezmen Southward (3e), RB Devonta Freeman (4e), LB Prince Shembo (4e), DB Ricardo Allen (5e), LB Marquis Spruill (5e), LB Yawin Smallwood (7e), LB Tyler Starr (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 5 (55.6%) – Jake Matthews, Ra’Shede Hageman, Devonta Freeman, Ricardo Allen, Tyler Starr.

Premier tour : les débuts du dernier arrivé de la lignée des Matthews en NFL ont été très compliqués : il a dû jouer blessé sa saison rookie et a souffert. Mais Jake Matthews a très bien remonté la pente par la suite pour devenir un membre important de la ligne offensive des Falcons qui a permis à l’attaque d’atteindre des niveaux impressionnants en 2016. Il n’est pas au niveau de son Hall Of Famer de père Bruce, mais il se débrouille très bien et devrait continuer dans les années à venir pour Atlanta.

http://img.bleacherreport.net/img/images/photos/003/227/262/hi-res-dda6d38b0840249ba201e2c996d48cc9_crop_north.jpg?w=630&h=420&q=75Mauvaise pioche : voilà pourquoi il faut attendre trois ans pour évaluer une draft, sinon le deuxième tour Defensive Tackle Ra’Shede Hageman aurait un bon gros bust placardé au milieu du front. Hard Knocks 2014 avait montré que la route risquait d’être longue pour lui, mais en 2016 il a enfin semblé trouver la solution pour faire de bonnes performances, aidant à la progression de la défense en cours de saison. Encourageant.

Bonne pioche : la logique voudrait que nous choisissions sans réfléchir le quatrième tour coureur Devonta Freeman qui est devenu un véritable feu follet ; avec 714 touches pour 3648 yards (top coureur dans la draft) et 29 TDs, le double Pro-Bowler est monté en puissance depuis son arrivée. Mais il faut lui associer le cinquième tour Cornerback Ricardo Allen qui a trouvé sa place à l’opposé de Desmond Trufant pour former un bon duo en couverture.

 

BALTIMORE RAVENS

500-Ravens

Nombre de choix sélectionnés : 9 – LB C.J. Mosley (1er), DT Timmy Jernigan (2e), DB Terrence Brooks (3e), TE Crockett Gillmore (3e), DT Brent Urban (4e), RB Lorenzo Taliaferro (4e), G John Urschel (5e), QB Keith Wenning (6e), WR Michael Campanaro (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 6 (66.7%) – C.J. Mosley, Crockett Gillmore, Brent Urban, Lorenzo Taliaferro, John Urschel, Michael Campanaro.

Premier tour : il fallait une nouvelle figure de proue de la défense pour remplacer Ray Lewis, et les Ravens ne se sont pas trompés en sélectionnant C.J. Mosley. Il n’a pas perdu de temps pour s’intégrer au coeur de la défense et plaquer à tout va tel le playmaker qu’il était à Alabama. Le double Pro-Bowler devrait continuer pendant de longues années dans le Maryland ; il aurait pu être accompagné d’un autre rookie non-drafté dont nous reparlerons à la fin, mais ce dernier a dû mettre fin à sa carrière sur blessure.

http://www1.pictures.zimbio.com/gi/C+J+Mosley+Baltimore+Ravens+v+Denver+Broncos+jJ1S7s9YWv2l.jpgMauvaise pioche : ce n’est pas que le deuxième tour Defensive Tackle Timmy Jernigan était un mauvais choix, c’est justement qu’il y a de quoi se gratter un peu la tête à propos de son échange à Philadelphie il y a quelques semaines ; l’équipe manque de poids sur la ligne défensive autour de Brandon Williams. D’ailleurs, à part Mosley, le haut de la draft n’a pas été fameux : Jernigan est parti, Terrence Brooks aussi et Crockett Gillmore s’est surtout montré en 2015.

Bonne pioche : le cinquième tour Guard et mathématicien extraordinaire John Urschel a été sympathique quand les Ravens ont fait appel à lui. Bonne pioche serait peut-être un peu exagéré, mais c’est mieux que rien.

 

BUFFALO BILLS

500-Bulls

Nombre de choix sélectionnés : 7 – WR Sammy Watkins (1er), T Cyrus Kouandjio (2e), LB Preston Brown (3e), DB Ross Cockrell (4e), G Cyril Richardson (5e), LB Randell Johnson (7e), OL Seantrel Henderson (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 4 (57.1%) – Sammy Watkins, Cyrus Kouandjio, Preston Brown, Seantrel Henderson.

Premier tour : au royaume des aveugles, les borgnes sont les rois. C’est un peu le résumé de la carrière de Sammy Watkins depuis son arrivée dans la ligue : il est le meilleur receveur de Buffalo et son explosivité est redoutable (153 réceptions pour 2459 yards et 17 TDs), mais la concurrence est loin d’être féroce et il n’arrive pas à se dépêtrer de problèmes au pied qui l’empêchent d’être disponible et constant dans sa production (37 matchs joués sur 48). S’il arrive enfin à être à 100%, il a la capacité d’être exactement ce dont les Bills rêvaient (surtout qu’ils ont payé cher pour trade up et le récupérer), mais pour l’instant c’est insuffisant.

http://www3.pictures.zimbio.com/gi/Buffalo+Bills+v+New+York+Jets+sbO3Mvju0Y3l.jpgMauvaise pioche : encore une fois, le souci n’est pas que le deuxième tour Tackle Cyrus Kouandjio soit mauvais, mais il n’a pas réussi à obtenir une place de titulaire. Il fait des intérims plutôt satisfaisants, s’améliorant d’année en année, mais il n’a démarré que sept matchs.

Bonne pioche : le troisième tour Linebacker Preston Brown est sans doute le plus régulier des éléments de la classe 2014 ; il n’a raté que deux matchs sa saison rookie. Il est devenu un élément important de la défense des Bills en tant qu’Inside Linebacker, même s’il est vrai qu’il a payé en même temps que l’escouade une mauvaise fin de saison 2016.

 

CAROLINA PANTHERS

500-Panthers

Nombre de choix sélectionnés : 6 – WR Kelvin Benjamin (1er), DE Kony Ealy (2e), OL Trai Turner (3e), DB Tre Boston (4e), DB Bene Benwikere (5e), RB Tyler Gaffney (6e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 3 (50.0%) – Kelvin Benjamin, Trai Turner, Tre Boston.

Premier tour : les Panthers ont fait 15-1 et une finale sans Kelvin Benjamin en 2015, et 6-10 avec lui en 2016. GROS BUST ! Blague à part, après une saison rookie très intéressante et la saison perdue à cause d’une rupture d’ACL, il était scruté en 2016 et les résultats sont… plutôt mitigés. Certains parlent de blessures le freinant, d’autres de fainéantise dans ses routes. Ce qui est sûr, c’est qu’il a les armes pour dominer en NFL, et que la saison 2017 sera importante pour savoir où il se trouve exactement.

Mauvaise pioche : le deuxième tour Defensive End Kony Ealy a fait illusion sur un match en égalant le record de sacks dans un Super Bowl (trois), mais il n’a pas vraiment réussi autre chose ; il n’est pas surprenant que l’équipe ait récupéré quelques billes en l’échangeant récemment avec New England.

https://cdn-s3.si.com/s3fs-public/2016/09/07/trai-turner-carolina-panthers-rising-stars.jpgBonne pioche : chez les arrières, le pari Bené Benwikere n’a pas marché au cinquième tour et le pari Tre Boston a été un peu plus couronné de succès, mais le meilleur reste le troisième tour Guard Trai Turner. Le double Pro-Bowler a immédiatement trouvé sa place pour former un intérieur de ligne très solide avec Ryan Kalil et un autre excellent Guard dont le nom arrivera dans la liste des non-draftés.

 

CHICAGO BEARS

500-Bears

Nombre de choix sélectionnés : 8 – DB Kyle Fuller (1er), DT Ego Ferguson (2e), DT Will Sutton (3e), RB Ka’Deem Carey (4e), DB Brock Vereen (4e), QB David Fales (6e), P Pat O’Donnell (6e), T Charles Leno (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 5 (62.5%) – Kyle Fuller, Will Sutton, Ka’Deem Carey, Pat O’Donnell, Charles Leno.

Premier tour : Kyle Fuller a fait juste assez pour rappeler pourquoi il a été pris au premier tour, mais il a également eu un énorme trou d’air entre la deuxième partie de 2014 et la première partie de 2015. Pour ne rien arranger, il a raté toute la saison 2016 suite à une mystérieuse blessure au genou, amenant des questions sur sa motivation. Il est clair que l’année à venir va être cruciale pour lui s’il veut continuer d’être le Cornerback #1 des Bears dans le futur… si l’organisation lui en laisse la chance.

Mauvaise pioche : est-il besoin de vous rappeler que la draft 2014 a été la dernière de Phil Emery ? Fuller est en grand danger de ne rien faire de probant et le deuxième tour Ego Ferguson vient d’être libéré.

http://www1.pictures.zimbio.com/gi/Charles+Leno+LydE_ecbjEOm.jpgBonne pioche : si nous étions de mauvaise foi, nous désignerions le Punter Pat O’Donnell ; c’est le seul qui a joué presque tous les matchs depuis sa draft. Plus sérieusement, le troisième tour Defensive Tackle Will Sutton a apporté quelques bonnes choses à la ligne défensive, mais c’est la progression du septième tour Tackle Charles Leno Jr qui est à signaler. Il a connu une saison 2015 compliquée, mais il a été meilleur et plus consistant en 2016, étant notamment le seul joueur offensif à jouer tous les snaps de l’équipe (un exploit quand on voit l’infirmerie de Chicago).

 

CINCINNATI BENGALS

500-Bengals

Nombre de choix sélectionnés : 8 – DB Darqueze Dennard (1er), RB Jeremy Hill (2e), DE Will Clarke (3e), C Russell Bodine (4e), QB A.J. McCarron (5e), LB Marquis Flowers (6e), WR James Wright (7e), DB Lavelle Westbrooks (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 6 (75.0%) – Darqueze Dennard, Jeremy Hill, Will Clarke, Russell Bodine, A.J. McCarron, Marquis Flowers.

Premier tour : trois ans après sa draft, les Bengals continuent de dire qu’ils croient en Darqueze Dennard, mais il n’a toujours pas gagné une place de titulaire ; il n’a démarré que quatre matchs. C’est d’autant plus troublant avec la draft de deux autres Cornerbacks, Dre Kirkpatrick et William Jackson III, au premier tour de 2012 et 2016 respectivement. Il est vrai que Cincy est rarement pressée de mettre ses jeunes arrières sur le terrain, mais il faudra qu’il trouve du temps de jeu en 2017 pour justifier son premier tour.

Mauvaise pioche : Dennard pourrait le devenir s’il n’arrive pas à s’imposer. Le troisième tour Defensive End Will Clarke n’a pas démarré un seul match même s’il a été sympathique ici ou là dans la rotation. Heureusement que le deuxième tour dragster Jeremy Hill a été redoutable avec déjà 730 touches pour 3225 yards et 30 TDs dont 29 à la course (top coureur dans la draft), sinon le haut de la sélection était vraiment un gros point d’interrogation.

http://www1.pictures.zimbio.com/gi/Cincinnati+Bengals+v+Houston+Texans+xebdk0VKadKl.jpgBonne pioche : le quatrième tour Centre Russell Bodine a été une vraie trouvaille ; il s’est de suite installé au centre de la ligne offensive et a monté une belle relation avec Andy Dalton. Il a joué tous les matchs, délivrant de belles performances. Il est vrai, aussi, qu’il a souffert en 2016 à l’instar de toute l’unité ; néanmoins, il a montré assez de qualités pour redresser la barre.

 

CLEVELAND BROWNS

Cleveland Browns New Logo-3 500-browns-2

Nombre de choix sélectionnés : 6 – DB Justin Gilbert (1er), QB Johnny Manziel (1er), G Joel Bitonio (2e), LB Christian Kirksey (3e), RB Terrance West (3e), DB Pierre Desir (4e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 2 (33.3%) – Joel Bitonio, Christian Kirksey.

Premier tour : oui, nous y voilà, le fameux combo intersidéral Justin Gabriel – Johnny Manziel, une merveille qui a donné 38 matchs cumulés dont 11 comme titulaires par deux joueurs hors de la franchise avant même le début de la saison 2016 et sans club à l’heure où vous lisez ces lignes. Ce qui est rageant, c’est qu’autant le coup était prévisible pour Manziel, autant Gilbert aurait pu marcher, mais apparemment le joueur n’était pas vraiment motivé.

Mauvaise pioche : s’il fallait faire un choix entre les deux, Manziel est le pire, ne serait-ce que parce que Cleveland avait trade up pour le récupérer… avec Derek Carr et Teddy Bridgewater encore disponibles. Il est heureux que le deuxième tour Guard Joel Bitonio soit devenu un excellent élément dans la ligne offensive des Browns pour sauver un peu le carnage ; son problème est plus au niveau des blessures (15 matchs joués en 2015 et 2016).

http://www2.pictures.zimbio.com/gi/Isaiah+Crowell+Joel+Bitonio+Cleveland+Browns+5xJt2wrbMull.jpgBonne pioche : Les choix du troisième tour, le Linebacker Christian Kirksey et le coureur Terrance West, ont apporté leurs contributions, mais West n’est plus là non plus.

 

DALLAS COWBOYS

500-Cowboys

Nombre de choix sélectionnés : 9 – G Zack Martin (1er), DE Demarcus Lawrence (2e), LB Anthony Hitchens (4e), WR Devin Street (5e), DE Ben Gardner (7e), LB Will Smith (7e), DB Ahmad Dixon (7e), DT Ken Bishop (7e), DB Terrance Mitchell (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 3 (33.3%) – Zack Martin, Demarcus Lawrence, Anthony Hitchens.

Premier tour : inutile de passer dix minutes sur le cas du Guard Zack Martin ; il a immédiatement intégré la ligne offensive des Cowboys et n’a pas raté un match depuis son arrivée, la renforçant pour en faire la meilleure de la ligue. Il a déjà remporté trois votes Pro-Bowl et deux votes All-Pro !

http://www3.pictures.zimbio.com/gi/Zack+Martin+41KgYnGTyF3m.jpgMauvaise pioche : les Boys ont certes eu beaucoup de pertes dans cette draft, mais ceux qui restent constituent le haut de la sélection, ce qui est la manière la moins dommageable d’élaguer. Martin et le troisième tour Linebacker Anthony Hitchens n’ont pas raté un match, mais le deuxième tour Defensive End Demarcus Lawrence a déçu en 2016 après une saison 2015 prometteuse à cause d’une suspension et des blessures ; à lui de mieux revenir en 2017.

Bonne pioche : Hitchens est sympathique mais ne fait pas lever les foules non plus, et tous les choix du troisième jour sont partis, donc il n’y en a pas vraiment.

 

DENVER BRONCOS

500-Broncos

Nombre de choix sélectionnés : 6 – DB Bradley Roby (1er), WR Cody Latimer (2e), OL Michael Schofield (3e), LB Lamin Barrow (5e), OL Matt Paradis (6e), LB Corey Nelson (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 5 (83.3%) – Bradley Roby, Cody Latimer, Michael Schofield, Matt Paradis, Corey Nelson.

Premier tour : il n’est pas facile d’exister quand on a deux monstres comme Chris Harris et Aqib Talib sur les ailes, mais Bradley Roby complète le trio de manière très efficace même s’il est forcément un peu moins mis en lumière. Avec 100+ plaquages et 5 INTs, Roby a pris sa place dans le slot et fait un très bon travail, étant un élément de la terrible défense aérienne de Denver.

Mauvaise pioche : sortez les cageots de tomates pourries, car la suite de la draft derrière Roby est loin d’être magnifique. Le deuxième tour receveur Cody Latimer a accumulé les totaux délirants de 16 réceptions pour 158 yards et 1 TD, alors que le troisième tour Offensive Tackle Michael Schofield a fait partie du grand naufrage en Right Tackle l’année dernière.

http://www2.pictures.zimbio.com/gi/Matt+Paradis+Super+Bowl+50+Carolina+Panthers+9blF9Q9MeXNl.jpgBonne pioche : il porte un nom qui fait rêver, et cela tombe bien car ses performances aussi. Le sixième tour Centre Matt Paradis a été une vraie découverte quand il a été titularisé après avoir passé la saison 2014 sur le Practice Squad. Il a aidé la franchise à gagner le titre en 2015, et il est le sauveur à lui tout seul d’une unité catastrophique en 2016 avec pourtant deux hanches en sale état. Un fantastique joueur qui a bien mérité son Tender en 2017, et qui méritera sûrement bien plus dans l’avenir.

 

DETROIT LIONS

500-Lions

Nombre de choix sélectionnés : 8 – TE Eric Ebron (1er), LB Kyle Van Noy (2e), C Travis Swanson (3e), DB Nevin Lawson (4e), DE Larry Webster (4e), DT Caraun Reid (5e), WR T.J. Jones (6e), K Nate Freese (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 4 (50.0%) – Eric Ebron, Travis Swanson, Nevin Lawson, T.J. Jones.

Premier tour : pour un joueur pris dans le top-10, Eric Ebron n’arrive pas encore à apporter l’impact attendu. Il a accumulé 133 réceptions pour 1496 yards et 7 TDs en trois saisons avec une inconstance notoire et des drops trop nombreux. Rien n’a vraiment changé depuis sa sélection : les avis étaient déjà très partagés sur le joueur en 2014, c’est encore le cas aujourd’hui.

Mauvaise pioche : Ebron n’est pas encore au niveau d’une mauvaise pioche, mais il va devoir être bien plus consistant. En comparaison, les Lions ont échangé le deuxième tour Linebacker Kyle Van Noy à New England au milieu de la saison 2016 pour un sandwich ou presque (échange entre un 6e tour et un 7e tour). Il y a une raison pour laquelle Martin Mayhew n’est plus le General Manager des Lions.

Minnesota Vikings v Detroit LionsBonne pioche : après un début de draft aussi mitigé, il était essentiel de réussir un choix. Heureusement, le troisième tour Centre Travis Swanson arrive pour sauver l’affaire : il a pris les rênes du poste vers la fin de la saison 2014 et a cimenté sa place comme le leader de la ligne offensive. Les blessures constituent son plus gros problème car il n’a pas encore fait une saison complète, mais la qualité est là.

 

GREEN BAY PACKERS

500-Packers

Nombre de choix sélectionnés : 9 – DB Ha Ha Clinton-Dix (1er), WR Davante Adams (2e), DT Khyri Thornton (3e), TE Richard Rodgers (3e), LB Carl Bradford (4e), C Corey Linsley (5e), WR Jared Abbrederis (5e), DB Demetri Goodson (6e), WR Jeff Janis (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 6 (66.7%) – Ha Ha Clinton-Dix, Davante Adams, Richard Rodgers, Corey Linsley, Demetri Goodson, Jeff Janis.

Premier tour : Ted Thompson n’a pas toujours touché le gros lot avec ses choix de premier tour en défense les années précédentes, mais il s’est repris en 2014. Non seulement le Safety Ha Ha Clinton-Dix est devenu titulaire dès le début de sa carrière et n’a cessé de progresser durant ses trois années, mais il n’a raté aucun match et même aucun snap défensif en 2016. Le Pro-Bowler 2016 forme un des meilleurs duos de Safeties de la ligue avec Morgan Burnett.

Indianapolis Colts v Green Bay PackersMauvaise pioche : le troisième tour n’a pas forcément été très réussi pour Green Bay avec le Defensive Tackle Khyri Thornton qui est déjà parti et le Tight End Richard Rodgers qui est sympathique mais qui n’a pas les armes pour ouvrir la défense (malgré 1006 yards et 12 TDs).

Bonne pioche : les Packers ont eu le luxe, pendant trois ans, d’avoir deux Centres titulaires avec J.C. Tretter (drafté en 2013) et le cinquième tour Corey Linsley, alternant en cas de blessures. Avec le départ de Tretter, Linsley devient le titulaire indiscutable, mais il n’y a aucun souci tant il a prouvé ses capacités. Avec le receveur Davante Adams (163 réceptions pour 1926 yards et 16 TDs), qui a très bien rebondi en 2016 après une saison 2015 ravagée par les blessures, ils ont rappelé les deux constantes chez Thompson : le receveur de qualité pris au deuxième tour, et le joueur de ligne offensive de qualité pris au cinquième tour.

 

HOUSTON TEXANS

500-Texans

Nombre de choix sélectionnés : 10 – DE Jadeveon Clowney (1er), G Xavier Su’a-Filo (2e), TE C.J. Fiedorowicz (3e), DT Louis Nix (3e), QB Tom Savage (4e), DE Jeoffrey Pagan (6e), RB Alfred Blue (6e), FB Jay Prosch (6e), DB Andre Hal (7e), DB Lonnie Ballentine (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 8 (80.0%) – Jadeveon Clowney, Xavier Su’a-Filo, C.J. Fiedorowicz, Tom Savage, Alfred Blue, Jay Prosch, Andre Hal, Lonnie Ballentine.

Premier tour : après une première saison complètement tronquée par les blessures, l’exercice 2015 avait été prometteur pour le premier choix de la draft. Jadeveon Clowney a encore monté le volume d’un cran en 2016, devenant bien plus constant dans sa capacité à impacter les attaques adverses, que ce soit contre la course ou dans le pass-rush. Libéré des pépins physiques et peut-être motivé par l’absence de J.J. Watt l’année passée, il a enfin montré des flashs du monstre entrevu à South Carolina. Il va désormais falloir surveiller s’il peut maintenir ce niveau année après année, et augmenter encore un peu plus la pression.

http://www3.pictures.zimbio.com/gi/Tom+Brady+Jadeveon+Clowney+New+England+Patriots+Uxr14gBs6h5l.jpgMauvaise pioche : le haut de la draft de Houston évoque un peu le même sentiment – les joueurs ont mis du temps à s’intégrer. Le deuxième tour Guard Xavier Su’a-Filo est sympathique mais vraiment sans plus, alors que le Tight End C.J. Fiedorowicz a seulement commencé à percer en 2016. Le Defensive Tackle Louis Nix n’a même pas joué un seul match pour Houston. Si on part du principe que Clowney avait intérêt à performer pour un #1, alors en le retirant… c’est quand même insuffisant, mais pas totalement rédhibitoire.

Bonne pioche : Le sixième tour coureur Alfred Blue et le septième tour Defensive Back Andre Hal ont apporté bien plus qu’attendu étant donné leur tour. Ils font partie de ces joueurs qui ne vont pas forcément vous changer la vie du tout au tout, mais vous êtes très contents de les avoir quand vous en avez besoin ; Blue a posté 494 touches pour 1908 yards et 7 TDs et Hal a réussi 6 INTs.

 

INDIANAPOLIS COLTS

500-Colts

Nombre de choix sélectionnés : 5 – T Jack Mewhort (2e), WR Donte Moncrief (3e), LB Jonathan Newsome (5e), LB Andrew Jackson (6e), OL Ulrick John (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 2 (40.0%) – Jack Mewhort, Donte Moncrief.

Premier tour : sautez un paragraphe, fans des Colts. Indianapolis a perdu son premier tour dans l’échange mythique pour Trent Richardson pendant la saison 2013.

Tennessee Titans v Indianapolis ColtsMauvaise pioche : aucune, et fort heureusement avec une draft aussi réduite. Le deuxième tour Guard Jack Mewhort et le troisième tour receveur Donte Moncrief ont été des additions très précieuses, mais les Colts n’ont vraiment pas eu de chance en 2016 puisqu’ils ont perdu les deux sur blessure. On a vu le résultat en leur absence, surtout chez les receveurs (Moncrief est à 126 réceptions pour 1484 yards et 16 TDs).

Bonne pioche : comme vous le voyez, aucun des joueurs pris le troisième jour n’est encore là, avec notamment la tentative ratée de Jonathan Newsome pour booster le pass-rush.

 

JACKSONVILLE JAGUARS

500-Jaguars-2

Nombre de choix sélectionnés : 9 – QB Blake Bortles (1er), WR Marqise Lee (2e), WR Allen Robinson (2e), OL Brandon Linder (3e), DB Aaron Colvin (4e), LB Telvin Smith (5e), DE Chris Smith (5e), C Luke Bowanko (6e), RB Storm Johnson (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 7 (77.8%) – Blake Bortles, Marqise Lee, Allen Robinson, Brandon Linder, Aaron Colvin, Telvin Smith, Luke Bowanko.

Premier tour : Choisi en #3 pour être le franchise Quarterback, il est peu dire que Blake Bortles provoque une bonne fournée de grattage de tête. Après une saison 2014 compliquée, il a fait quelques progrès en 2015 avant de redescendre brutalement sur terre en 2016. Il est vrai qu’il n’a pas toujours été bien protégé, et que le Coordinateur Offensif a été viré pendant la dernière saison, ce qui n’est pas anodin. Mais Bortles continue de faire pas mal d’erreurs assez frappantes (69 TDs pour 51 INTs et 29 fumbles commis), sa mécanique de lancer est largement insuffisante et il n’a pas encore réussi à franchir les 60% de complétion sur une saison (au moins il est constant à 58.9, 58.6 et 58.9). Il compte bien travailler sur sa technique, ce qui lui fera le plus grand bien ; la seule fois où il l’a vraiment fait, c’était avant 2015, sa meilleure saison… mais il reste la question de son processus mental de décision.

Mauvaise pioche : en fonction de la saison 2017, Bortles pourrait bien le devenir. Mais sinon, regardez un peu ce début de draft derrière lui : le deuxième tour a été fantastique avec les receveurs Allen Robinson et Marqise Lee qui sont devenus les #1 et #3 autour d’un certain non-drafté dont nous reparlerons à la fin ; 316 réceptions, 4295 yards et 27 TDs à eux deux, avec un vote Pro-Bowl pour Robinson. Le troisième tour Guard Brandon Linder est probablement le meilleur Offensive Lineman actuel de l’équipe. Le problème à Jacksonville ne vient pas des drafts, c’est pourquoi le General Manager est toujours en place mais le Head Coach a changé.

http://www4.pictures.zimbio.com/gi/Jacksonville+Jaguars+v+Buffalo+Bills+tMbBFDrtXNyl.jpgBonne pioche : s’il fallait écrire le nom du cinquième tour Linebacker Telvin Smith à hauteur de son rapport qualité/prix, on déborderait largement. Il n’est pas exclu de penser qu’il est le meilleur joueur de la draft des Jags, ce qui est à la fois une très bonne chose car cette draft est vraiment très intéressante qualitativement, et une très mauvaise quand le premier choix est censé être le franchise Quarterback. Quoi qu’il en soit, Smith est un zébulon infatigable qui est à l’aise en Outside Linebacker, que ce soit contre la course ou contre la passe. Un vrai steal.

 

KANSAS CITY CHIEFS

500-Chiefs

Nombre de choix sélectionnés : 6 – LB Dee Ford (1er), DB Phillip Gaines (3e), RB De’Anthony Thomas (4e), QB Aaron Murray (5e), G Zach Fulton (6e), OL Laurent Duvernay-Tardif (6e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 5 (83.3%) – Dee Ford, Phillip Gaines, De’Anthony Thomas, Zach Fulton, Laurent Duvernay-Tardif.

http://www1.pictures.zimbio.com/gi/Dee+Ford+Jacksonville+Jaguars+v+Kansas+City+qkX_Gfj8m48l.jpgPremier tour : les Chiefs offrent une nouvelle preuve qu’il faut bien attendre trois ans pour évaluer une draft. Dee Ford a lentement gagné du temps de jeu, ne démarrant aucun match en 2014 puis cinq en 2015. La blessure de Justin Houston l’a définitivement poussé dans la lumière, et il a démarré la quasi-totalité de 2016 ; là encore, après un début assez lent, il est monté en puissance pour terminer avec 10 sacks. L’équipe va maintenant lui demander d’être plus consistant dans sa production et de monter encore le niveau.

Mauvaise pioche : Kansas City n’avait que deux choix dans les trois premiers tours, et Ford a mis un peu de temps mais commence à se montrer. L’équipe aimerait probablement que le troisième tour Cornerback Phillip Gaines en fasse de même, mais il a beaucoup de mal à percer et va devoir faire bien mieux en 2017.

Bonne pioche : l’équipe a trouvé deux Guards sympathiques au sixième tour avec Zach Fulton et Laurent Duvernay-Tardif. Le second a clairement le meilleur potentiel, ayant signé une extension alors que le premier n’a joué en 2016 qu’à cause de la blessure de Parker Ehinger. Pas de quoi tomber de sa chaise, mais pour des choix du sixième tour ce n’est pas mal.

 

MIAMI DOLPHINS

500-Dolphins-2

Nombre de choix sélectionnés : 8 – T Ja’Wuan James (1er), WR Jarvis Landry (2e), T Billy Turner (3e), DB Walt Aikens (4e), TE Arthur Lynch (5e), LB Jordan Tripp (5e), WR Matt Hazel (6e), DE Terrence Fede (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 4 (50.0%) – Ja’Wuan James, Jarvis Landry, Walt Aikens, Terrence Fede.

Premier tour : les Dolphins ont continué la reconstruction de leur ligne offensive amorcée par Mike Pouncey avec un Ja’Wuan James qui s’est ancré à droite, mis à part quelques piges pour remplacer les absences à gauche. Il a connu une blessure qui lui a fait rater une partie de la saison 2015 et a été mis sur le banc début 2016, mais il a semblé bien se reprendre. Il n’a pas encore répondu aux attentes qui viennent avec un premier tour, mais il n’est pas un bust non plus ; il fait partie des joueurs qui devront passer un palier en 2017.

Mauvaise pioche : Miami n’a pas encore touché le jackpot avec son premier choix en ligne offensive, mais au moins James a montré de belles choses et doit juste devenir plus constant dans son effort. Il pourra tenter de le faire puisqu’il est toujours dans l’équipe ; le troisième tour Billy Turner a été libéré en plein milieu de la saison 2016 pour son niveau insuffisant.http://www4.pictures.zimbio.com/gi/Oakland+Raiders+v+Miami+Dolphins+jXesCU26f9cl.jpg

Bonne pioche : techniquement aucun, mais il serait injuste d’évoquer cette draft sans parler du deuxième tour receveur Jarvis Landry qui est devenu la cible #1 de Ryan Tannehill. Sa sûreté (très peu de drops) et sa disponibilité en ont fait le premier receveur de Miami à accumuler 100+ réceptions dans l’histoire de la franchise en 2015. Il en est déjà à 288 réceptions pour 3051 yards et 13 TDs en carrière ; il mène les rookies 2014 en réceptions, à égalité avec devinez qui ? Son ancien partenaire de LSU, Odell Beckham.

 

MINNESOTA VIKINGS

500-Vikings

Nombre de choix sélectionnés : 10 – LB Anthony Barr (1er), QB Teddy Bridgewater (1er), DE Scott Crichton (3e), RB Jerick McKinnon (3e), OL David Yankey (5e), DB Antone Exum (6e), DB Kendall James (6e), DT Shamar Stephen (7e), LB Brandon Watts (7e), DB Jabari Price (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 6 (60.0%) – Anthony Barr, Teddy Bridgewater, Jerick McKinnon, Antone Exum, Shamar Stephen, Jabari Price.

Premier tour : en 2014, ce premier tour a été prometteur. Certes, Teddy Bridgewater n’allait pas devenir un bombardier fou de suite (il n’avait pas forcément les armes non plus), et Anthony Barr a connu une petite période d’adaptation, mais les deux choix semblaient sur la bonne voie. Ils ont non seulement confirmé en 2015 mais ils se sont améliorés, faisant de ce premier tour une réussite et menant l’équipe à un titre de division ; Barr a réellement pris son envol dans la défense alors que Bridgewater était plus précis, faisant moins d’erreurs. Et la saison 2016 est arrivée : le Quarterback a subi une horrible dislocation au genou, mettant la suite de sa carrière en péril, et Barr a eu une année un peu plus compliquée. Il faudra attendre 2017 pour voir si Barr rebondit un peu, et surtout la situation pour Bridgewater.

http://www2.pictures.zimbio.com/gi/Minnesota+Vikings+v+Chicago+Bears+4U5j3QT6pFvl.jpgMauvaise pioche : le troisième tour Defensive End Scott Crichton n’a pas encore réussi un seul sack en 21 matchs (une seule titularisation).

Bonne pioche : fort heureusement pour Minnesota, ils n’ont pas tout perdu au troisième tour car le coureur Jerick McKinnon s’est avéré un élément précieux, surtout avec les récents problèmes au poste de coureur (Adrian Peterson n’a joué que quatre matchs en 2014 et 2016 cumulés). Petite mention également au septième tour Defensive Tackle Shamar Stephen qui fait sa part du travail.

 

NEW ENGLAND PATRIOTS

500-Patriots

Nombre de choix sélectionnés : 9 – DT Dominique Easley (1er), QB Jimmy Garoppolo (2e), C Bryan Stork (4e), RB James White (4e), T Cameron Fleming (4e), OL Jon Halapio (6e), DE Zach Moore (6e), DB Jemea Thomas (6e), WR Jeremy Gallon (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 3 (33.3%) – Jimmy Garoppolo, James White, Cameron Fleming.

Premier tour : Dominique Easley n’a jamais réussi à s’imposer dans la ligne défensive des Patriots et a été échangé avec les Rams avant la saison 2016, où il a fait une saison sympathique. Si cela reste une erreur de casting, l’équipe n’hésite jamais très longtemps avant de couper le cordon.

Mauvaise pioche : Easley bien évidemment… surtout quand on voit la suite.

http://www3.pictures.zimbio.com/gi/James+White+Baltimore+Ravens+v+New+England+6utDofP2N-rl.jpgBonne pioche : les médias nous envoient déjà le deuxième tour Quarterback Jimmy Garoppolo ailleurs contre une valise de choix ; pas sûr que New England le laisse partir car il a montré de belles capacités lors de la suspension de Tom Brady en 2016. Le quatrième tour a apporté le trio formé par le Centre Bryan Stork (sympathique mais qui a été échangé lui aussi en 2016), le coureur James White (qui aurait mérité d’être MVP du Super Bowl LI) et le Tackle Cameron Fleming (qui a fait des intérims intéressants pour pallier les blessures). Solide.

 

NEW ORLEANS SAINTS

500-Saints

Nombre de choix sélectionnés : 6 – WR Brandin Cooks (1er), DB Stanley Jean-Baptiste (2e), LB Khairi Fortt (4e), DB Vinnie Sunseri (5e), LB Ronald Powell (5e), OL Tavon Rooks (6e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : Aucun.

Premier tour : vous avez bien lu – il ne reste plus un seul joueur de la draft 2014 des Saints. Brandin Cooks est celui qui a tenu le plus longtemps puisqu’il a fait partie d’un échange fracassant à New England il y a quelques semaines. 215 réceptions, 2861 yards et 20 TDs pour l’ancien d’Oregon State qui formait un terrible trio de receveurs en 2016 avec le rookie de cette année Michael Thomas, et un non-drafté de 2014 qui a émergé et dont nous reparlerons plus bas.

http://www1.pictures.zimbio.com/gi/Brandin+Cooks+New+Orleans+Saints+v+Kansas+nG4JardADpvl.jpgMauvaise pioche : le deuxième tour Cornerback Stanley Jean-Baptiste n’a joué qu’un an à New Orleans avec QUATRE matchs, tous sur équipes spéciales. Il a écumé les Practice Squads par la suite et se retrouve Free Agent aujourd’hui.

Bonne pioche : il est possible que Mickey Loomis ait réussi une bonne pioche au 8 américain ou au pouilleux pendant l’année 2014, mais sûrement pas pendant la draft.

 

NEW YORK GIANTS

500-Giants

Nombre de choix sélectionnés : 7 – WR Odell Beckham (1er), OL Weston Richburg (2e), DT Jay Bromley (3e), RB Andre Williams (4e), DB Nat Berhe (5e), DE Devon Kennard (5e), DB Bennett Jackson (6e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 5 (71.4%) – Odell Beckham, Weston Richburg, Jay Bromley, Nat Berhe, Devon Kennard.

Premier tour : déjà évoqué en parlant de Landry, confirmons donc ce que vous savez probablement déjà – Odell Beckham est ridicule dans tous les sens du terme, que ce soit par ses capacités athlétiques ou son comportement. OBJ est le meilleur receveur de la classe après trois ans avec des stats hallucinantes (288 réceptions pour 4122 yards et 35 TDs), trois votes Pro-Bowl, un titre d’Offensive Rookie Of The Year et des réceptions qui défient la loi de la pesanteur, mais il est également son élément le plus turbulent avec des « pétages de plomb » plus ou moins drôles. Autant l’histoire avec le filet de kicker était sympathique (quoiqu’un peu éculée à la fin), autant sa terrible réaction contre Josh Norman en 2015 a créé une règle nommée officieusement d’après lui au sujet des conduites antisportives.

Detroit Lions v New York GiantsMauvaise pioche : derrière OBJ se trouve le deuxième tour Centre Weston Richburg qui complète un très solide début de draft ; il est de suite devenu un élément important de la ligne offensive et n’a raté qu’un match. La mauvaise pioche serait donc plutôt le troisième tour Defensive Tackle Jay Bromley qui est discret.

Bonne pioche : le cinquième tour Linebacker Devon Kennard a eu un début de carrière complètement pourri par les blessures, mais il a émergé en 2016 pour devenir un membre actif de l’unité des Linebackers ; peut-être même son meilleur élément pendant cette saison. S’il peut enfin rester en bonne santé et construire sur cette belle année, il cimentera sa place de contributeur dans une escouade déjà impressionnante.

 

NEW YORK JETS

500-Jets

Nombre de choix sélectionnés : 12 – DB Calvin Pryor (1er), TE Jace Amaro (2e), DB Dexter McDougle (3e), WR Jalen Saunders (4e), WR Shaquelle Evans (4e), OL Dakota Dozier (4e), LB Jeremiah George (5e), DB Brandon Dixon (6e), WR Quincy Enunwa (6e), DT IK Enemkpali (6e), QB Tajh Boyd (6e), LB Trevor Reilly (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 4 (33.3%) – Calvin Pryor, Dexter McDougle, Dakota Dozier, Quincy Enunwa.

Premier tour : en 2014, le Safety Calvin Pryor a joué hors de position (en Free) à cause de blessures autour de lui. Il a été remis à son vrai poste de cogneur généralisé (en Strong) en 2015 et a logiquement bien progressé, donnant de l’espoir pour le futur. Mais tout s’est écroulé en 2016 avec une année très décevante (comme le reste de l’arrière-garde des Jets), et son futur avec l’équipe est en sursis.

Mauvaise pioche : on savait déjà que l’équipe avait de gros problèmes récents pour drafter des receveurs dans les premiers tours (vous vous souvenez de Stephen Hill ?), mais en 2014 ils ont rajouté le poste de Tight End ; le deuxième tour Jace Amaro n’est déjà plus dans l’équipe. Encore heureux que la blessure d’Eric Decker ait poussé dans la lumière le joueur qui suit.

New York Jets v Cleveland BrownsBonne pioche : le sixième tour receveur Quincy Enunwa a fait une saison 2016 vraiment surprenante, et il va être intéressant de voir s’il peut construire dessus. C’est dire si la draft 2014 est fragile avec Pryor et Enunwa devant prouver en 2017 (Dozier et McDougle n’ont pas d’impact particulier). Et puisque nous en sommes à parler du sixième tour, nous vous laissons devinez l’avis de Geno Smith sur la draft d’IK Enemkpali.

 

OAKLAND RAIDERS

500-Raiders

Nombre de choix sélectionnés : 8 – LB Khalil Mack (1er), QB Derek Carr (2e), G Gabe Jackson (3e), DT Justin Ellis (4e), DB Keith McGill (4e), DB T.J. Carrie (7e), DE Shelby Harris (7e), DB Jonathan Dowling (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 6 (75.0%) – Khalil Mack, Derek Carr, Gabe Jackson, Justin Ellis, Keith McGill, T.J. Carrie.

Premier tour : double Pro-Bowl et All-Pro, 2016 Defensive Player Of The Year. Khalil Mack, un cauchemar d’attaque à lui tout seul avec zéro match raté et 30 sacks ; il mène les rookies 2014 devant Aaron Donald avec 28, et de très loin puisque le troisième est Dee Ford avec 15.5.

http://www3.pictures.zimbio.com/gi/Derek+Carr+Buffalo+Bills+v+Oakland+Raiders+vj9DpbMgvTLl.jpgMauvaise pioche : au premier tour, le franchise pass-rusher Khalil Mack, meilleur sackeur de la classe. Au deuxième tour, le franchise Quarterback Derek Carr qui a totalement endossé le rôle de nouveau visage des Raiders et qui gagne en qualité chaque année avec notamment 81 TDs et 31 INTs. Au troisième tour, l’excellent Guard Gabe Jackson, le seul drafté par Oakland dans la superbe ligne actuelle des Raiders. Si vous trouvez une mauvaise pioche, vous avez un seuil de qualité qui se situe autour du Hall Of Fame.

Bonne pioche : le fait même que les Raiders aient pu choisir Derek Carr en #36 est à la fois un cadeau du ciel et une bonne pioche quand on voit que Blake Bortles, Johnny Manziel et Teddy Bridgewater ont été choisis avant. Ne jamais oublier que la draft est aussi une question de chance parfois. Sinon, le reste de la draft a été moins solide ; Justin Ellis ou T.J. Carrie ont besoin d’élever un peu leur niveau.

 

PHILADELPHIA EAGLES

500-Eagles

Nombre de choix sélectionnés : 7 – LB Marcus Smith (1er), WR Jordan Matthews (2e), WR Josh Huff (3e), DB Jaylen Watkins (4e), DE Taylor Hart (5e), DB Ed Reynolds (5e), DT Beau Allen (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 5 (71.4%) – Marcus Smith, Jordan Matthews, Jaylen Watkins, Taylor Hart, Beau Allen.

Premier tour : « Les Eagles avaient trade down de leur position en #22, car ils voulaient probablement Ha Ha Clinton-Dix. Du coup, ils se retrouvaient en #26 à sélectionner Marcus Smith. Certes, Connor Barwin n’était pas un monstre, Trent Cole se faisait vieux, et la défense avait besoin de mettre du sang neuf bien plus que l’attaque, mais on ne pouvait pas ne pas avoir un gros REACH clignotant en rouge. » C’est l’introduction de l’entrée du Boom Or Bust 2014 sur Smith, et le sentiment est confirmé : c’est le plus gros raté dont personne ne parle ; il n’a toujours pas démarré un seul match en NFL pour 12 plaquages et 4 sacks.

Mauvaise pioche : Smith sans hésiter, mais il est rejoint par le troisième tour receveur Josh Huff qui n’a pas dépassé les 50 réceptions à Philly avant d’être libéré suite à une arrestation pour possession de marijuana et d’une arme courant 2016. Il est actuellement à Tampa Bay.

http://www4.pictures.zimbio.com/gi/St+Louis+Rams+v+Philadelphia+Eagles+3aMPFC-CsJOl.jpgBonne pioche : le constat terrible de la draft 2014 des Eagles, c’est que la seule vraie bonne pioche est au deuxième tour (donc ça n’en est pas une au final). Le receveur Jordan Matthews est devenu le #1 de fait après le passage de Chip Kelly qui a fait le « ménage » au poste, et il a plutôt bien figuré avec 225 réceptions pour 2673 yards et 19 TDs, mais il gagnerait clairement à être mieux soutenu. Petite mention au septième tour Defensive Tackle Beau Allen qui ne paye pas de mine mais fait le travail.

 

PITTSBURGH STEELERS

500-Steelers

Nombre de choix sélectionnés : 9 – LB Ryan Shazier (1er), DE Stephon Tuitt (2e), WR Dri Archer (3e), WR Martavis Bryant (4e), DB Shaquille Richardson (5e), OL Wesley Johnson (5e), LB Jordan Zumwalt (6e), DT Daniel McCullers-Sanders (6e), TE Rob Blanchflower (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 4 (44.4%) – Ryan Shazier, Stephon Tuitt, Martavis Bryant, Daniel McCullers-Sanders.

Premier tour : certains avaient déjà sorti le label de bust concernant Ryan Shazier, ce qui n’était pas complètement faux car l’Inside Linebacker n’avait pas vraiment convaincu en 2014 et 2015. L’ancien d’Ohio State a enfin explosé dans sa troisième année avec une saison complète qui justifie son choix au premier tour. Shazier va devoir continuer sur cette voie et ancrer la défense des Steelers pour les années à venir.

Mauvaise pioche : Pittsburgh n’aura pas eu de chance avec ses receveurs – le troisième tour Dri Archer n’a totalisé que sept réceptions et n’est plus dans l’équipe, alors que le quatrième tour Martavis Bryant a eu bien plus de succès (14 TDs) mais a accumulé les suspensions jusqu’à rater toute la saison dernière. Attention à lui de ne pas tourner cela en gâchis complet.

Pittsburgh Steelers v Cincinnati BengalsBonne pioche : il est drafté bien trop haut pour être considéré comme une bonne pioche, mais il est impossible de ne pas parler du meilleur joueur drafté en 2014 par Pittsburgh, le deuxième tour Defensive End Stephon Tuitt. Il est devenu l’alter-ego de Cameron Heyward sur la ligne défensive, montant en puissance chaque saison et totalisant notamment 11.5 sacks.

 

SAINT-LOUIS RAMS

500-Rams

Nombre de choix sélectionnés : 11 – T Greg Robinson (1er), DT Aaron Donald (1er), DB Lamarcus Joyner (2e), RB Tre Mason (3e), DB Maurice Alexander (4e), DB E.J. Gaines (6e), QB Garrett Gilbert (6e), OL Mitchell Van Dyk (7e), DB Christian Bryant (7e), DE Michael Sam (7e), OL Demetrius Rhaney (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 6 (54.5%) – Greg Robinson, Aaron Donald, Lamarcus Joyner, Maurice Alexander, E.J. Gaines, Demetrius Rhaney.

Premier tour : échauffez-vous bien les adducteurs, car est venu le moment de faire le grand écart. C’est assez incroyable quand on y repense, mais les Rams avaient bien sélectionné Greg Robinson AVANT Aaron Donald. Le premier tutoie largement l’étiquette de bust en étant incapable de hausser son niveau de jeu, alors que le second est devenu un monstre absolu, un double All-Pro / triple Pro-Bowler / Defensive Rookie Of The Year qui a la malchance de jouer à un poste où il aura très peu de possibilités de remporter les récompenses suprêmes comme, disons, Defensive Player Of The Year. Donald, en étant Defensive Tackle, en est déjà à VINGT-HUIT (28) SACKS EN TROIS (3) SAISONS. Greg Robinson en est encore à se demander de quel côté le Defensive End adverse va le déborder.

http://www3.pictures.zimbio.com/gi/Daniel+Herron+Aaron+Donald+Indianapolis+Colts+2bvAqo0eD3Vl.jpgMauvaise pioche : vous le voulez en combien d’exemplaires ? Greg Robinson. Mais il n’est pas le seul : le troisième tour coureur Tre Mason a fait partie de la tentative ratée de renouveler le jeu de course avant que Todd Gurley n’arrive en 2015, et le deuxième tour Cornerback Lamarcus Joyner a soufflé le chaud et le froid avant de tenter sa chance en Safety la saison prochaine.

Bonne pioche : les Rams avaient vraiment cherché à remplir leur arrière-garde avec Joyner, le quatrième tour Maurice Alexander et le sixième tour E.J. Gaines. Des trois, c’est probablement Alexander qui s’en tire le mieux ; il a mis un peu de temps à prendre la place de titulaire en Safety, mais il la tient et fait de bonnes performances. Et, vous l’aviez peut-être oublié, mais c’est l’année où les médias nous ont servi Michael Sam à toutes les sauces (pour zéro match en NFL, un an en CFL et il fait autre chose aujourd’hui).

 

SAN DIEGO CHARGERS

500-Chargers

Nombre de choix sélectionnés : 6 – DB Jason Verrett (1er), LB Jeremiah Attaochu (2e), G Chris Watt (3e), DT Ryan Carrethers (5e), RB Marion Grice (6e), WR Tevin Reese (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 3 (50.0%) – Jason Verrett, Jeremiah Attaochu, Ryan Carrethers.

Premier tour : aucun souci pour les Bolts, ils ont eu ce qu’ils attendaient avec Jason Verrett qui est un Cornerback dynamique totalement capable de maintenir la position de #1. Il faut maintenant qu’il reste sur le terrain ; il a raté la majeure partie de la saison 2016 à cause d’une rupture d’ACL. Avant cela, il avait déjà pris sa place de titulaire en démontrant toutes ses qualités.

http://www2.pictures.zimbio.com/gi/San+Diego+Chargers+v+Kansas+City+Chiefs+8LXW8fduf4pl.jpgMauvaise pioche : malheureusement pour la franchise, Verrett est le seul choix qui a vraiment donné satisfaction dans toute la draft. Avec 10 sacks en trois saisons, le deuxième tour Linebacker Jeremiah Attaochu est loin d’avoir apporté ce que l’équipe espérait dans le pass-rush, et le troisième tour Guard Chris Watt n’est plus avec l’équipe.

Bonne pioche : aucune. Une draft sauvée uniquement par Verrett… et c’est à peu près tout ce qu’on peut en dire.

 

SAN FRANCISCO 49ERS

500-49ers

Nombre de choix sélectionnés : 12 – DB Jimmie Ward (1er), RB Carlos Hyde (2e), C Marcus Martin (3e), LB Chris Borland (3e), OL Brandon Thomas (3e), WR Bruce Ellington (4e), DB Dontae Johnson (4e), DE Aaron Lynch (5e), DB Keith Reaser (5e), DB Kenneth Acker (6e), DE Kaleb Ramsey (7e), FB Trey Millard (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 6 (50.0%) – Jimmie Ward, Carlos Hyde, Bruce Ellington, Dontae Johnson, Aaron Lynch, Keith Reaser.

Premier tour : les 49ers ont eu du mal à se mettre d’accord sur une position pour Jimmie Ward qui a fait la navette entre Cornerback sur les ailes, slot Cornerback et Safety (son poste en université). Il n’est pas étonnant que le joueur ait mis un peu de temps à s’acclimater à la NFL, mais la saison dernière, une fois placé en Cornerback sur un côté, il a été intéressant ; malheureusement cette fois ce sont les blessures qui l’ont gêné (il a fini sur IR). L’équipe pondère la possibilité de le remettre en Safety pour 2017, ce qui n’est peut-être pas une mauvaise idée ; quoi qu’il arrive elle doit se décider pour permettre à Ward de donner son maximum.

Mauvaise pioche : le troisième tour a été brutal pour les 49ers en 2014 – le très prometteur Linebacker Chris Borland a pris une retraite totalement inattendue dès la fin de sa première saison, alors que les deux Offensive Linemen Marcus Martin et Brandon Thomas ne sont déjà plus dans l’équipe ; Martin ne s’est jamais imposé, et Thomas n’a pas joué un seul match. Si nous ajoutons les hésitations pour Ward (malgré le talent montré ici ou là), il est heureux que la franchise ait choisi le deuxième tour coureur Carlos Hyde qui est le meilleur joueur de leur sélection avec 415 courses pour 1791 yards et 13 TDs.

http://www2.pictures.zimbio.com/gi/San+Francisco+49ers+v+Arizona+Cardinals+2cHuuQ_2cN0l.jpgBonne pioche : Hyde est le meilleur, mais pas le seul bon joueur – le cinquième tour Defensive End Aaron Lynch est devenu un pass-rusher sur lequel la franchise peut compter avec 14 sacks… du moins quand il n’est pas suspendu comme au début de 2016 (et San Francisco ne peut pas se le permettre vu le niveau de l’équipe en ce moment).

 

SEATTLE SEAHAWKS

500-Seahawks

Nombre de choix sélectionnés : 9 – WR Paul Richardson (2e), T Justin Britt (2e), DE Cassius Marsh (4e), WR Kevin Norwood (4e), LB Kevin Pierre-Louis (4e), DT Jimmy Staten (5e), OL Garrett Scott (6e), DB Eric Pinkins (6e), RB Kiero Small (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 4 (44.4%) – Paul Richardson, Justin Britt, Cassius Marsh, Kevin Pierre-Louis.

Premier tour : aucun, les Seahawks ayant échangé leur #32 avec les Vikings qui ont choisi Teddy Bridgewater.

Mauvaise pioche : non seulement les Hawks avaient échangé leur premier tour avec Minnesota, mais ils avaient aussi échangé leur troisième avec les Vikings pour récupérer Percy Harvin. De fait, ils n’avaient plus que les deux choix du deuxième tour, et le premier, le receveur Paul Richardson, peine à trouver sa place avec notamment une grave blessure en 2015 ; il n’a aucune titularisation et seulement 51 réceptions pour 2 TDs. Il est heureux que l’équipe se soit reprise avec le choix suivant : Justin Britt a voyagé sur la ligne offensive, de l’extérieur vers l’intérieur, mais il est leur seul Offensive Lineman compétent aujourd’hui (ce qui en dit long sur l’état de l’unité).

http://www1.pictures.zimbio.com/gi/Seattle+Seahawks+v+Denver+Broncos+e47xJbzFUD8l.jpgBonne pioche : autant les drafts précédentes ont créé l’équipe championne en 2013, autant cette draft-là a été bien moins réussie.

 

TAMPA BAY BUCCANEERS

500-Buccaneers

Nombre de choix sélectionnés : 6 – WR Mike Evans (1er), TE Austin Seferian-Jenkins (2e), RB Charles Sims (3e), OL Kadeem Edwards (5e), T Kevin Pamphile (5e), WR Robert Herron (6e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 3 (50.0%) – Mike Evans, Charles Sims, Kevin Pamphile.

Premier tour : 238 réceptions, 3578 yards et 27 TDs plus tard, nous pouvons dire sans réserve que le choix de Mike Evans était le bon pour les Bucs, surtout avec la blessure de Vincent Jackson la saison dernière qui a transformé le jeune receveur en cible #1 et #2. Evans avait toutes les qualités pour devenir le meilleur ami de Jameis Winston, et il n’y a aucune raison que cela ne continue pas.

http://www4.pictures.zimbio.com/gi/New+Orleans+Saints+v+Tampa+Bay+Buccaneers+94oXZ9BUkHYx.jpgMauvaise pioche : le deuxième tour Austin Seferian-Jenkins n’a jamais réussi à trouver sa place dans l’attaque et a été libéré suite à une arrestation pour conduite sous influence avant la saison 2016. Le plus terrible est probablement qu’il ait été supplanté par un non-drafté de la même année dont nous reparlerons à la fin.

Bonne pioche : il est probable que les deux autres rescapés de la draft, Charles Sims et Kevin Pamphile, combinent pour en faire une ; le Lineman est meilleur en protection que dans le jeu au sol, alors que Sims est précieux dans un rôle de menace double puisqu’il a plus de yards en réception (941) qu’à la course (863) pour 7 TDs.

 

TENNESSEE TITANS

500-Titans

Nombre de choix sélectionnés : 6 – T Taylor Lewan (1er), RB Bishop Sankey (2e), DT DaQuan Jones (4e), DB Marqueston Huff (4e), LB Avery Williamson (5e), QB Zach Mettenberger (6e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 3 (50.0%) – Taylor Lewan, DaQuan Jones, Avery Williamson.

Premier tour : Taylor Lewan a marqué le début de la reconstruction de la ligne offensive des Titans en l’excellente unité que l’on a vue en 2016. Le Tackle a été titularisé au cours de sa saison rookie suite aux blessures et a de suite prouvé ses qualités. Il n’a fait que progresser depuis et a été voté au Pro-Bowl l’année dernière.

http://www4.pictures.zimbio.com/gi/Green+Bay+Packers+v+Tennessee+Titans+bTAyYooeH-Ol.jpgMauvaise pioche : l’équipe espérait que le deuxième tour coureur Bishop Sankey prépare l’après Chris Johnson, mais cela n’a pas été concluant du tout : il n’a pas atteint 200 courses et n’est déjà plus dans l’équipe.

Bonne pioche : les Titans ont fait une solide draft défensive dans les derniers tours avec les ajouts du quatrième tour Defensive Tackle DaQuan Jones et du cinquième tour Linebacker Avery Williamson. Les deux sont devenus titulaires indiscutables et ont renforcé le front-7 de Tennessee qui possède beaucoup de qualités désormais.

 

WASHINGTON REDSKINS

500-Redskins

Nombre de choix sélectionnés : 8 – LB Trent Murphy (2e), OL Morgan Moses (3e), G Spencer Long (3e), DB Bashaud Breeland (4e), WR Ryan Grant (5e), RB Lache Seastrunk (6e), TE Ted Bolser (7e), K Zach Hocker (7e).

Nombre de choix encore dans l’équipe : 5 (62.5%) – Trent Murphy, Morgan Moses, Spencer Long, Bashaud Breeland, Ryan Grant.

Premier tour : aucun, les Redskins l’ont perdu dans l’échange pour aller chercher Robert Griffin III en 2012 (oui, encore lui). Promis, c’est la dernière année où c’était le cas.

Mauvaise pioche : aucune. Les Reds ont certes perdu leur premier tour, mais le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne se sont pas beaucoup trompés par la suite. Le deuxième tour Trent Murphy était un choix risqué, mais une nette progression en 2015 et 2016 a donné bien plus de poids à sa sélection. Et que dire des deux Offensive Linemen du troisième tour, Morgan Moses et Spencer Long ; ils ont aidé à former une excellente ligne offensive en 2016 avec Moses bien ancré en Right Tackle et Long qui s’est déplacé en Centre suite aux blessures. Même sans premier tour, un haut de draft solide voire très solide.

Wild Card Round - Green Bay Packers v Washington RedskinsBonne pioche : si ce Draft Flashback était paru avant la saison 2016, le quatrième tour Cornerback Bashaud Breeland serait sans conteste la bonne pioche réussie après les trois premiers tours. Mais il a vraiment connu un début de saison dernière très compliqué qu’il a juste eu le temps d’atténuer vers la fin, mais il n’aura pas été aussi efficace. Une moitié de bonne pioche pour lui avec un oeil très appuyé vers 2017. Le cinquième tour receveur Ryan Grant aura une chance de vraiment se montrer maintenant que le depth chart a perdu ses deux têtes d’affiche.

 

LES MEILLEURS NON-DRAFTÉS

 

Pour être totalement complet sur la draft, voici certains joueurs non-draftés qui s’en sont très bien sortis :

  • Browns coureur Isaiah Crowell : un coureur très sympathique sur lequel les Browns peuvent toujours compter, il totalise 531 courses pour 2265 yards (4.3) et 19 TDs.
  • Browns receveur Willie Snead : cette saison, nous avons eu l’histoire de Taylor Gabriel, receveur libéré par les Browns en début de saison et devenu X-Factor des champions NFC. Ce n’est pas la première fois que Cleveland laisse partir un bon receveur ; en 2014, ils ont signé Willie Snead qui a été libéré avant la saison. A leur décharge, les Giants et les Panthers l’ont également laissé partir, après quoi il a atterri à New Orleans ; en 2016, il a été une machine à first downs pour les Saints (70.8% de ses réceptions).

New Orleans Saints v New England Patriots

  • Buccaneers Tight End Cameron Brate : lui aussi a véritablement explosé en 2016, après avoir été signé par Tampa en 2014 et fait un passage par New Orleans pendant l’offseason 2015. Avec la blessure de Vincent Jackson et la libération d’Austin Seferian-Jenkins, Brate est devenu une cible privilégiée de Jameis Winston aux côtés de Mike Evans. En une saison, il a scoré plus de TDs (8) que ASJ dans toute sa carrière à Tampa (7).
  • Jaguars receveur Allen Hurns : autre cible de passe qui a pris la NFL par surprise, la moitié des fameux Allen Receveurs de Jacksonville totalise 150 réceptions pour 2185 yards et 19 TDs. Il est dommage qu’il ait connu une année 2016 assez indigente par rapport à 2015, mais il a encore le temps de se refaire.
  • Panthers Guard Andrew Norwell : avec Trai Turner et le vétéran Ryan Kalil, Norwell forme un des meilleurs intérieurs de ligne offensive de la NFL qui a bien aidé les Panthers à atteindre le Super Bowl 50.

Image result for andrew norwell zimbio

  • Patriots Cornerback Malcolm Butler : non seulement il a réussi l’action cruciale de Super Bowl XLIX, mais il est la cible de toutes les attentions aujourd’hui car il a réussi à gagner sa place de titulaire et a fait des saisons remarquables à l’opposé de Logan Ryan ; il a été élu au Pro-Bowl en 2016.

http://www3.pictures.zimbio.com/gi/Malcolm+Butler+Super+Bowl+XLIX+New+England+meAYV-TTMtel.jpg

  • Ravens Linebacker Zach Orr : il avait tout juste gagné sa place de titulaire en 2016 en faisant une belle saison très prometteuse qu’il a dû prendre sa retraite suite à une blessure au cou. Très dommageable pour lui et les Ravens.