RIP : Dennis Green

Dennis GreenIl est l’auteur d’une des plus mémorables conférences de presse de l’histoire de la NFL, mais c’était également un très bon Head Coach.

Nous venons d’apprendre la disparition de Dennis Green d’une crise cardiaque à l’âge de 67 ans.

Green a évolué au poste de coureur à l’Université d’Iowa, mais cela n’a jamais débouché sur une carrière professionnelle en NFL ; il a tout juste fait un rapide passage en CFL chez les British Columbia Lions. Il a démarré alors son parcours d’entraîneur à son alma mater en tant que coach des coureurs en 1974.

Il occupe le même poste à Stanford en 1977, après quoi il fait une première expérience NFL d’un an en 1979 comme coach d’équipes spéciales des 49ers. Il retourne à Stanford en 1980 comme Coordinateur Offensif, puis décroche son premier poste de Head Coach à l’Université de Northwestern en 1981. Il y reste jusqu’en 1986 avant de retourner chez les 49ers comme coach des receveurs.

Nouveau retour à Stanford en 1989 dont il prend la direction de l’équipe, avant que son travail ne finisse par payer dans la grande ligue : il devient le Head Coach des Minnesota Vikings de la NFL en 1992. Grâce à Green, l’équipe retrouve l’aura qu’elle avait de l’époque de Bud Grant : en dix saisons, elle ne poste qu’une seule saison négative (la dernière en 2001) et se qualifie huit fois en playoffs avec quatre titres de la division NFC Central.

Néanmoins, cette réussite n’est jamais couronnée d’un titre, ni même d’un voyage au Super Bowl. L’équipe laisse passer sa chance en 1998, lorsqu’elle domine outrageusement la NFL en terminant à 15-1, grâce entre autres à une attaque record comprenant le QB Randall Cunningham, le coureur Robert Smith, les receveurs Cris Carter et Randy Moss. Les Vikes perdent une finale NFC rocambolesque 30-27 en prolongations contre Atlanta avec notamment le seul raté de la saison du Kicker Gary Anderson sur un Field Goal pourtant à sa portée.

Suite à son éviction en 2001, Green devient analyste, mais il revient sur les bords de touche à Arizona en 2004. Il ne connaît pas la même réussite, restant seulement trois ans avec un record total de 16-32 (même s’il a acquis des joueurs qui seront importants par la suite). Son passage chez les Cardinals est surtout devenu mémorable par la conférence de presse suivant le Monday Night Football contre Chicago en octobre 2006 où Arizona perd le match 24-23 après avoir mené 20-0 et sans encaisser un seul touchdown offensif.

Green fera ensuite quelques piges dans l’United Football League avant de partir en 2011. Il a compilé un record global de 113-94 en saison régulière et 4-8 en playoffs. Il a notamment lancé Tony Dungy qui vient d’être nommé au HOFer, ou l’ancien Head Coach des Ravens Brian Billick.