Football Kombat : Baltimore

500-Ravens

Ce n’est pas peu dire que la saison des Ravens a été mouvementée entre les scandales extra-sportifs, les suspensions, les blessures, les décisions arbitrales controversées contre eux, les coups de pouce des autres équipes à la dernière journée, les résurrections de carrière inattendues, la schizophrénie du Quarterback, etc. Mais malgré tout ça, ils ont survécu comme la dernière équipe d’AFC North en playoffs, et ont été à deux doigts de filer en finale AFC pour la troisième fois en quatre saisons. On ne peut jamais compter Baltimore hors du coup très longtemps, une qualité qu’ils partagent avec leurs rivaux intra-divisions (non, pas Cincinnati).

A lire en faisant croa croa.

 

BALTIMORE RAVENS
3e AFC North ~ 10-6 / 1-1

 

http://img15.hostingpics.net/pics/685076FKProfileRavens.jpg

 

Les prévisions de Madame Soleil 2014

 

Un meilleur jeu au sol qui, couplé à une meilleure ligne offensive, permettrait de booster toute l’attaque… ou du moins c’est ce qu’on devait espérer dans la ville du Maryland pour ne pas rééditer cette saison 2013 mi-figue mi-raisin. Autant dire que c’était plutôt mal parti avec le feuilleton Ray Rice pendant l’offseason, le coureur faisant les choux gras pour toutes les mauvaises raisons. Mais on avait bien senti qu’Ozzie Newsome avait décidé de renforcer son attaque puisque toutes les arrivées en Free Agency ont été de ce côté du ballon : le Centre Jeremy Zuttah pour remplacer le catastrophique Gino Gradkowski, le receveur Steve Smith pour mentorer le jeune groupe mené par Torrey Smith et Marlon Brown ainsi que le Tight End Owen Daniels pour remplacer Ed Dickson derrière Dennis Pitta. Ce dernier avait d’ailleurs cruellement manqué pour son Quarterback Joe Flacco, et son simple retour était une bonne chose. Néanmoins, il fallait encore voir comment le mix entre Bernard Pierce, le nouvel arrivant Justin Forsett, la perte du Fullback Vonta Leach et une ligne avec le Tackle Eugene Monroe mais sans Michael Oher allait se faire… surtout avec l’arrivée d’un nouveau Coordinateur Offensif, Gary Kubiak.

Et la défense vous allez me demander ? Ozzie et John Harbaugh s’étaient attaqués à son renouvellement par la draft, avec surtout les choix du Linebacker C.J. Mosley et du Defensive Tackle Timmy Jernigan dans les deux premiers tours. Pour le reste, le départ du Defensive End Arthur Jones était plus une histoire de gros sous qu’autre chose, Baltimore ne pouvant résister avec des Haloti Ngata et des Elvis Dumervil à payer. Les deux McClain, Jameel et Rolando, avaient été libérés au poste de Linebackers, la franchise pouvant se le permettre avec la draft de Mosley et la présence de Daryl Smith aux côtés de Terrell Suggs. Enfin, chez les arrières, même si Jimmy Smith avait surpassé Lardarius Webb en qualité de Cornerback #1, le retour de ce dernier faisait grand bien, alors que Matt Elam devait continuer sa progression au poste de Safety. Enfin, aucun problème sur équipes spéciales avec le héros local Justin Tucker.

Bref, des certitudes mais aussi quelques questions encore en suspens au début de la saison. Pour changer, les certitudes étaient en défense, et les questions en attaque, Baltimore-style. Tout reposait principalement sur la capacité de l’attaque à produire autre chose que l’indigence au sol de l’année dernière, et à ce moment-là tout était possible.

 

La saison

 

Cincinnati 16-23, Pittsburgh 26-6, @Cleveland 23-21, Carolina 38-10, @Indianapolis 13-20, @Tampa Bay 48-17, Atlanta 29-7, @Cincinnati 24-27, @Pittsburgh 23-43, Tennessee 21-7, @New Orleans 34-27, San Diego 33-34, @Miami 28-13, Jacksonville 20-12, @Houston 13-25, Cleveland 20-10.

Record cumulé projeté (avec les records de 2013) : 118-138 (0.461, 28e).
Record cumulé réel (avec les records de 2014) : 120-133-3 (0.475, 27e).
Écart entre les deux records : 0.014 (11e).

Le piètre niveau de la NFC South a englouti l’amélioration des Browns depuis l’année dernière (qui pourtant a compté double). De ce fait, le calendrier des Ravens n’a pas été insurmontable cette année, comme on s’y attendait, et n’a « gagné » que deux victoires de différence.

 

Les playoffs

 

@Pittsburgh 30-17, @New England 31-35.

 

La réalité

 

A un moment, on s’est demandé si les Dieux du Football allaient permettre aux Ravens d’aller en playoffs, puis on s’est demandé si les Ravens eux-mêmes voulaient aller en playoffs, et finalement on s’est demandé si les Ravens n’allaient pas encore nous faire un petit hold-up style 2012. En effet, quand on revoit la fin de match contre Cincinnati puis la victoire des Bengals contre les Buccaneers, on s’est dit que ce n’était pas l’année de Baltimore. Puis ils ont perdu sur le fil contre San Diego et ont déjoué complètement à Houston. Puis ils ont arraché cette Wild Card dont personne ne voulait apparemment entre Miami, San Diego ou Kansas City, et ils ont atteint les playoffs avec une assistance de Kansas City, avant de presque renverser les futurs champions chez eux (encore une fois). Il faudrait penser à faire un jumelage inter-conférence entre les Ravens et les Giants parce qu’ils sont les rois des saisons régulières montagnes russes avant que leur QB ne se transforme en Joe Montana une fois en Janvier.

http://www2.pictures.zimbio.com/gi/Joe+Flacco+San+Diego+Chargers+v+Baltimore+l5In4Hjn5H_l.jpgCar, en effet, si Joe Flacco nous a refait quelques fois son numéro de Double-Face cette saison, il y a quand même eu plus de Flaccash que de Flacnouille; seuls les matchs contre Cincinnati et Houston ont vraiment été atroces (celui d’Indy n’est pas entièrement de sa faute, l’OL ne l’a pas aidé). C’est vraiment dommage que le Coordinateur Offensif Gary Kubiak soit déjà reparti vers d’autres horizons après juste une année à Baltimore, parce qu’il a permis à Flacco de sortir une de ses meilleures saisons de sa carrière : 62.1%, 3986 yards, 7.2 yards par passe tentée, 27 TDs, 12 INTs, 19 sacks et 91 de QB Rating; à plusieurs égards, cette saison rivalise avec 2010 qui a été sa meilleure. La plus grande différence entre cette année et l’année dernière, c’est bien évidemment le jeu long : en 2013 il a posté un abominable 17/88 (+6 drops) pour 1 TD/8 INTs sur les passes de 20+ yards, alors qu’en 2014 il est à 21/56 (+7 drops) et 11 TDs/2 INTs, ce qui est déjà bien mieux. Il continue également de montrer son absence de peur dans la poche en étant régulièrement un des QBs à lancer le plus de passes en étant frappé (11, à égalité avec Tom Brady), et il pourrait être un peu plus aidé par ses receveurs (37 drops, 2e pire total de la ligue). La seule chose qu’on peut demander à Flacco, c’est qu’il montre un peu plus régulièrement son visage de Janvier dans les mois qui précèdent, mais sinon le #5 est revenu aux affaires.

Si vous suivez un peu le père Flacco, il y a d’ailleurs un chiffre qui a dû vous faire lever un sourcil interrogateur dans sa ligne de stat : 19 sacks… soit 40% du total de l’année dernière (48) ! Il faut dire que contrairement à d’autres équipes (genre celle qui précède Baltimore dans ce Season Review), l’organisation a décidé de prendre le problème à bras le corps en dégageant Michael Oher et Gino Gradkowski. Jeremy Zuttah et le sophomore Ricky Wagner ont pris les commandes à la place, et avec la science de Kubiak dans le zone-blocking à la course, c’est toute l’unité (et toute l’attaque) qui a bénéficié d’un spectaculaire retournement de situation. Zuttah n’a pas été époustouflant, mais après Gradkowski on lui demandait juste d’être compétent (ce qu’il est), alors que Wagner, lui, a totalement crevé l’écran en protection. Marshal Yanda (photo, #73) a eu une saison bien plus conforme à son immense talent (Pro-Bowl et All-Pro mérité) et avec Kelechi Osemele (photo, #72) ils forment peut-être la meilleure paire de Guards de la ligue; et même le rookie John Urschel, qui a dû dépanner, s’est très bien comporté. Eugene Monroe n’a pas forcément fait une saison tonitruante, mais il a été solide.

Kelechi Osemele Marshal YandaEt bien évidemment, tout cela a rejailli également sur le jeu au sol, où nous avons eu droit à une résurrection. C’est peu dire que Justin Forsett (photo ci-dessous) a voyagé, faisant l’aller-retour Seattle/Indy en 2008 avant d’être de nouveau libéré en 2012 pour faire des passages à Houston et Jacksonville sans jamais briller. Il est arrivé pendant l’offseason à Baltimore en renfort de Bernard Pierce et Lorenzo Taliaferro suite au pataquès Ray Rice, probablement content qu’on lui donne une petite chance de plus. Et puis tout d’un coup, on a eu des flashs du zone-blocking des Broncos, celui qui faisait des stars dans les années 2000s avec Orlandis Gary et Mike Anderson; devinez donc qui était le Coordinateur Offensif à cette période (indice : Arian Foster lui dit aussi merci). Alors que Pierce a ramé pour être efficace (3.9 yards de moyenne), Forsett est arrivé sur le terrain et il n’a pas seulement cassé la baraque, il l’a réduite en poussière : 235 courses, 1266 yards (5e NFL) et 8 TDs; il est leader chez les joueurs à 100+ courses avec une moyenne de 5.4 yards et 17 courses de 20+ yards. En plus, il a participé à l’effort de protection de Flacco (1 petit sack lâché). Taliaferro a fait quelques apparitions sympathiques avec 4.3 yards par course et 4 TDs, par contre il doit travailler les fumbles. Si on rajoute 2 TDs pour Pierce et Flacco, cela fait donc 16 TDs au total pour le jeu de course, avec une moyenne de 126.2 yards par match (8e NFL)… on est bien loin de l’horreur de l’année dernière (c’est fou comme une OL potable ça fait du bien hein ?).

http://www3.pictures.zimbio.com/gi/Justin+Forsett+Tennessee+Titans+v+Baltimore+ZWSzcwAVM10l.jpgPuisque je parlais des Panthers dans le passage sur l’OL, les Ravens ont appris ce que Carolina savait déjà : il vaut mieux avoir Steve Smith Sr. dans son équipe que dans celle d’en face. Il n’est peut-être plus aussi dominateur à 35 ans (il a semblé s’essouffler en cours de saison) mais quand il décide de jouer il est toujours difficile de l’arrêter : il est devenu la cible #1 de Flacco avec 79 réceptions, 1065 yards et 6 TDs. Il a fait une saison classique selon ses standards : quelques drops ici ou là, mais aussi pas mal de plaquages ratés forcés (il est d’ailleurs en tête de la NFL chez les receveurs avec 20 cette année). Concernant Torrey Smith… on pourrait dire que 49 réceptions pour 767 yards et 11 TDs sont des totaux excellents, mais son habituel problème de drops a vraiment pris des proportions aberrantes cette années avec 11 sur 60 passes attrapables. Alors certes il est très important comme menace longue pour étirer la défense (et attirer les pénalités défensives), mais on ne peut s’empêcher de penser qu’il n’a pas l’étoffe d’un receveur #1. OK Steve Smith est là, mais il a 35 ans et n’est pas immortel. En tout cas, la relève est prête, car Kamar Aiken et Michael Campanaro ont montré de belles choses quand on a fait appel à eux : Aiken a marqué 3 TDs et Campanaro est explosif. Chez les Tight Ends, l’unité a encore dû faire sans Dennis Pitta qui ne se sort pas de ses problèmes de blessures, mais Owen Daniels a fait un intérim sympathique à 48 réceptions pour 527 yards et 4 TDs.

Le moins que l’on puisse dire est que les choix de l’organisation plus le passage de Kubiak ont fait énormément de bien : 364.9 yards (12e) dont 238.7 à la passe (13e) et 126.2 au sol avec 19 sacks concédés et seulement 20 ballons perdus (6e). Et c’était bien le côté du ballon qui était le plus inquiétant l’année dernière, car pour changer, la défense des Ravens a encore fait du petit bois des adversaires cette saison… enfin tant qu’on ne parle pas des arrières, LE talon d’Achille de l’escouade.

Brandon WilliamsMais commençons par la partie qui tape dur, le front-7. L’entreprise de démolition a commencé devant, où même l’absence de Haloti Ngata, suspendu en fin de saison, s’est faite moins sentir que d’habitude… sûrement parce que le sophomore Brandon Williams (photo) a été une révélation cette année : il a parfaitement joué son rôle d’énorme bouchon au milieu de la ligne défensive avec 10.6% de run stops (seul Damon Harrison aux Jets a fait mieux chez les Defensive/Nose Tackles) ainsi que 2 fumbles forcés. A côté de lui, un autre jeunot, le rookie Timmy Jernigan, a également percé quand il a eu du temps de jeu, que ce soit contre la course (10+% de run stops lui aussi) ou dans le pass-rush (23 pressions dont 4 sacks). Chris Canty a eu un apport beaucoup plus discret dans la pression du QB, mais il a également été solide dans la défense au sol. Enfin l’ami Ngata a fait une saison à la hauteur de son talent : présent à tous les niveaux, il a aimé tout faire par deux – 2 sacks, 2 fumbles forcés, 2 INTs (!)… Bref, si la défense des Ravens n’a pas autorisé un coureur à 100+ yards de la saison, c’est d’abord par là qu’il faut regarder (même si derrière aussi ça a été excellent). Ce qui est vraiment sympa sur cette unité c’est de voir que les jeunes prennent le pouvoir derrière « Papy » Ngata, ce qui est bon pour la suite.

Et puisqu’on en est aux jeunes qui prennent le pouvoir, parlons du premier tour Linebacker C.J. Mosley qui a été un candidat légitime au poste de Defensive Rookie Of The Year; d’ailleurs pour être honnête je le voyais gagnant devant Aaron Donald vu que le Ram joue Defensive Tackle, une position moins « sexy ». Mais Mosley (photo) l’aurait tout aussi mérité car il a démontré dès sa première saison qu’il allait coller parfaitement au moule des Inside Linebackers comme les aime Baltimore : un impact énorme au sol (le gars est déjà en tête de l’équipe avec 133 plaquages et 61 stops) et la possibilité de venir apporter le surnombre en pass-rush (25 pressions dont 3 sacks). Il peut probablement améliorer un peu le nombre de plaquages manqués (14) et il a, comme souvent chez les rookies à ce poste, un problème de couverture (83%, 4 TDs, 2 INTs et 1 passe défendue), mais qu’on ne s’y trompe pas : c’est un tout bon pour les années à venir. A ses côtés, Daryl Smith continue d’être sous-côté, merci pour lui. Le vétéran a fait une saison complète, étant présent dans tous les compartiments du jeu : 9% de run stops, 1 sack, 2 fumbles forcés, 1 INT. Et sur les côtés allez-vous me dire ? On a eu un trio infernal. Les Ravens pensent amener le fameux fax foireux (dites-ça dix fois très vite) dans leur Hall Of Fame personnel : Elvis Dumervil a explosé le record de sacks de la franchise sur une saison avec 17 (parmi 55 pressions), créant la désolation dans les OLs adverses. Terrell Suggs a réussi 56 pressions dont 12 sacks. Pernell McPhee a été le plus productif avec 69 pressions dont 7.5 sacks, de plus il a été bon au sol, et il n’a été qu’un remplaçant cette année ! Pas étonnant que Baltimore termine 2e de la ligue avec 49 sacks sur la saison, les trois ont été des terreurs dans leur exercice. Le front-7 des Ravens est clairement un des meilleurs de la ligue actuellement.

http://www2.pictures.zimbio.com/gi/C+J+Mosley+Baltimore+Ravens+v+Cincinnati+Bengals+-CpWaoSV3Uvl.jpgNéanmoins, c’est là qu’on arrête le cirage et qu’on sort le tromblon, car nous arrivons à la séquence « envoyez vos enfants au lit ». Vous vous rappelez du nombre d’interceptions de Mosley et Ngata ? 2 chacun. Eh bien ils sont tous les deux… en tête des intercepteurs des Ravens. Quand aucun de vos arrières n’arrive à intercepter plus de passes que votre 3-4 DEFENSIVE LINEMAN, vous avez un certain problème sur les bras. Alors certes, l’unité n’a pas été gâtée puisque parmi les 19 joueurs sur IR, une bonne plâtrée venait de là : il n’y a pas moins de TREIZE (13) arrières qui ont joué 140+ snaps, ce qui est énorme. Aaron Ross ? Le tendon d’Achille avant même le début de la saison. Asa Jackson ? Entorse. Danny Gorrer ? ACL. Chykie Brown et Dominique Franks ? Libérés. Tramain Jacobs ? ACL. Jimmy Smith ? Cheville. Et dans la liste, ce qui a fait le plus mal est sans conteste le dernier : Smith est clairement le meilleur Cornerback des Ravens – dans son temps de jeu limité, il n’a encaissé aucun TD avec 1 INT et 4 passes défendues. Du côté des Safeties, Will Smith est la lumière au bout du tunnel en n’ayant autorisé qu’un nombre très limité de passes (moins de 43%), et en ayant réussi un pick-6 sur son interception; il a également été solide au sol. Mais tout le reste n’est que plaquages manqués (16 pour Matt Elam), problèmes de communication et manque d’impact criant (15 TDs contre 4 INTs seulement). Puisqu’on parle d’Elam, le rookie ressemble à un bust mais c’est un peu trompeur : c’est plus un Strong Safety, mais depuis qu’il est en NFL il a surtout joué en Free Safety; il a même fait des piges dans le slot cette année à cause des blessures. Et la couverture n’est vraiment pas son fort, ce qui explique qu’il ait autant de mal.

Chez les équipes spéciales, Justin Tucker rulez (sans surprise), Sam Koch est solide, mais le reste est plutôt moyen, Jacoby Jones n’ayant pas forcément eu le même impact sur les retours. Au moins Baltimore n’a encaissé aucun TD.

Bref, on peut dire que les Ravens réussissent leur renouvellement défensif dans le front-7, mais chez les arrières il y a beaucoup de soucis à se faire parce que le retour des blessés n’est pas sûr de suffire. En attaque, il va falloir regarder si le départ de Kubiak va impacter la productivité au sol et dans le jeu aérien, et si le duo Forsett/Flacco peut recommencer une telle saison. Néanmoins, s’il fallait encore le prouver, il faut toujours compter avec eux : même avec autant de blessures, ils ont failli retourner en finale AFC.

 

Les besoins

 

Je pense, mais ce n’est que mon avis, que ça devrait se situer au niveau des gars qui zieutent les receveurs adverses (si !). Cornerback/Safety est un must. Ensuite, il y a plusieurs vétérans qui vont poser la question de leur remplacement : Ngata, Smitty, Forsett (qui a bientôt 30 ans) donc il ne serait pas surprenant de voir Ozzie Newsome chercher des 3-4 DL, receveurs, coureurs.

 

Le futur

 

Domicile : Cincinnati, Cleveland, Pittsburgh, Kansas City, San Diego, Jacksonville, Saint-Louis, Seattle.
Extérieur : Cincinnati, Cleveland, Pittsburgh, Denver, Oakland, Miami, Arizona, San Francisco.
Record cumulé en 2014 : 137-117-2 (0.539, 11e).

« AFC North vs NFC West : Blood, Guts & Manly Tears » sur vos écrans à partir de Septembre 2015.

  • Supychou

    C’est bien, Kuro. Bon boulot ! 😀
    Brandon Williams est tellement sous-côté (un peu comme beaucoup de NT d’ailleurs), ça fait plaisir qu’on reconnaisse son talent.
    Mon joueur préféré avec Jimmy.