Débat : Pour ou contre l’expansion des playoffs ?

389px-NFL_playoffs_logo_new.svg

EDIT : Les résultats sont serrés mais le CONTRE l’emporte légèrement – 53% contre 46%.

Comme dit dans une news précédente, si la décision d’ouvrir les playoffs à 14 équipes n’a pas été actée pendant la réunion des propriétaires de Mai 2014, elle le sera très probablement avant la saison 2015.

Néanmoins, rien ne nous empêche d’avoir un débat/sondage sur le sujet pour connaître l’avis des lecteurs.

Dans un petit exercice de style imposé, j’ai essayé de monter un « pour ou contre » avec les arguments des différentes parties, pour que chacun se fasse une opinion. Vous pourrez ensuite aller voter dans le sondage sur la droite du site.

POUR

Il faut ouvrir les playoffs à 14 équipes. Et je vais même aller plus loin : il faudra rapidement arriver à 16 équipes. C’est le format actuel utilisé par deux des trois autres championnats sportifs majeurs, la NBA et la NHL, qui ont pourtant chacun deux équipes de moins que la NFL (30). D’autant plus qu’ici, on ne parle pas de tour au meilleur des 5/7 matchs, mais seulement d’un ou deux matchs en plus par conférence.

Il est urgent d’étendre les playoffs à 14 voire à 16 équipes pour une principale raison – et non, elle n’est pas liée aux contrats télé ou à la recette du stade, car c’est une raison d’équité sportive : il est temps qu’on en finisse avec les divisions/conférences fortes qui excluent automatiquement une équipe à 10+ victoires au profit d’un champion de division faible. Il y a deux exemples implacables de cette aberration : les Patriots de 2008 sortis à 11-5 alors que les Chargers passent à 8-8, et les Bucs/Giants de 2010 sortis à 10-6 alors que les Seahawks passent à 7-9 en étant le premier champion de division au record négatif.

Quel intérêt d’inventer la Free Agency, le Salary Cap et de limiter les contrats des rookies pour essayer de niveler les équipes autant que possible si c’est pour finir par accorder une place de playoffs à un champion qui a gagné deux/trois matchs de moins qu’une autre équipe ? Et là, je n’ai cité que les cas les plus extrêmes, car on en soulève régulièrement d’autres.

Ensuite, étendre les playoffs veut dire mathématiquement plus de matchs de playoffs. Qui ne signerait pas de suite pour cela ? Le parfum du Superbowl qui se rapproche, le match couperet, la moindre action qui peut changer le cours d’une saison ? C’est cette soudaineté en NFL que les autres ligues, avec des tours au meilleur des 5/7 matchs, n’ont pas. Un match de playoffs NFL c’est une dramaturgie constante, et parfois ce n’est pas toujours la meilleure équipe qui l’emporte, mais c’est justement ce qui en fait le sel.

Ces dernières années, on a vu les Giants ou les Ravens faire une saison moyenne, prendre feu et gagner le Superbowl. On a vu les Steelers et les Packers remporter le titre en étant seed #6 avec trois matchs de playoffs à l’extérieur. Ce dont les défenseurs du système actuel ont peur, c’est de dévaluer les playoffs en intégrant moult équipes à 8-8 qui auraient une chance de devenir champion NFL. Déjà c’est une idée complètement fausse : si on se base uniquement sur une Wild Card en plus par conférence sur les 10 dernières saisons, on aurait rajouté une équipe à 11-5, cinq à 10-6, huit à 9-7 et six à 8-8. Soit autant d’équipes à 10+ victoires que d’équipes avec un record équilibré, et aucune avec un record négatif.

De plus, si une équipe à 8-8 termine championne NFL, so what ? On a bien vu les Hawks à 7-9 battre les Saints à 11-5 en Wild Card 2010 ! On dit toujours que les playoffs sont une nouvelle saison qui commence – pourquoi ces équipes-là n’auraient-elles pas la possibilité de faire l’exploit ? Et quand on y réfléchit bien, au final, une équipe qualifiée en seed #7 ou #8 et championne NFL aura dû remporter trois matchs à l’extérieur contre des équipes (bien) supérieures. Elle aura même plus de « mérite » de remporter le titre qu’une équipe à 14-2 qui a écrabouillé la ligue et a joué deux matchs de playoffs à domicile.

Autre bénéfice non négligeable si on rajoute une ou deux équipes en playoffs, on diminue le nombre d’équipes avec une bye week en Wild Card, et on n’aura plus (ou moins) à entendre le sempiternel débat pour savoir si ne pas jouer une semaine est une bonne chose parce que ça permet de se reposer ou une mauvaise chose parce que ça casse le rythme (newsflash : ça dépend des équipes). D’autant plus que la brièveté du calendrier NFL fait que les équipes n’empruntent pas la même route, surtout question difficulté : est-ce une bonne idée de récompenser une équipe qui fait 13-3 avec un calendrier en mousse, alors qu’on éjecte une équipe qui a réussi 10-6 dans une division de fous furieux au profit d’un champion à 9-7 dans une division en bois ?

Enfin, parce que je vois l’argument arriver, bien sûr que c’est également une rentrée d’argent supplémentaire pour la NFL, les propriétaires et rétroactivement les joueurs, avec des matchs télévisés et des recettes dans les stades en plus; il faudrait être incroyablement naïf pour ne pas le reconnaître. Mais c’est exactement pourquoi le foot US est aussi le sport le plus populaire, parce qu’il brasse le plus d’argent, et jusqu’à preuve du contraire personne ne met de flingue sur la tempe de personne. Si cela vous choque, je vous rappelle qu’au final, on parle de milliardaires qui payent des millionnaires pour faire joujou avec un ballon.

Élargissons les playoffs pour nous mettre dans le contexte d’un tournoi classique avec quarts/demi/finale de conférence et Superbowl. En 1978 et 1990 les ajouts des Wild Cards n’étaient pas non plus du goût de tout le monde, mais aujourd’hui ça ne dérange plus personne.

CONTRE

Il ne faut pas ouvrir les playoffs à d’autres équipes. Quelle importance si la NHL ou la NBA font différemment ? Est-ce qu’il faut rappeler, malgré ce format de playoffs apparemment trop réducteur, QUEL sport est le #1 aux Etats-Unis ? Et pourquoi l’est-il justement ? En partie parce qu’il est sélectif et sans merci, que ce soit sur le terrain ou dans son organisation. Et tant qu’à parler des autres ligues, citons-les toutes : la MLB (baseball) qualifie 10 équipes sur 30 pour ses playoffs, et la MLS (soccer) 10 sur 29, soit environ un tiers. On est donc bien loin des 53.3% de la NHL ou la NBA.

Et surtout, si on veut vraiment pousser la comparaison avec les autres ligues, on se heurte à un problème majeur : le nombre de matchs, que ce soit en saison régulière ou en playoffs. En effet, chaque équipe de NBA/NHL joue 82 matchs dans une saison, alors qu’en MLB ça monte à 162 ! C’est un nombre de matchs astronomique qui permet ainsi, par une grande répétition, de faire le tri plus facilement parmi les équipes. En effet, plus vous répétez une expérience, plus vous tendez vers une moyenne logique qui élimine les résultats anormaux. Après 82 ou 162 matchs, vous vous retrouvez de facto avec les meilleurs.

Mais au bout de 16 matchs ? 16 petites rencontres seulement ? Chaque résultat devient décisif, chaque match compte bien plus que dans les autres championnats, chaque action peut inverser le cours d’une saison. Et c’est pour cela qu’on adore le foot US, car une action apparemment anodine lors de la Week 5 fait perdre le match et peut, avec le jeu des tie-breakers à la fin, éliminer l’équipe des playoffs. La NFL n’a pas le luxe des autres championnats et leur montagne de rencontres pour trier le bon grain de l’ivraie; c’est bien pour cela que la ligue a mis en place une procédure de tie-breaks extrêmement complexe mais essayant d’être la plus logique possible pour arriver au résultat voulu : sélectionner les 12 meilleures équipes.

Passer à 14, voire pire à 16, veut dire diluer le produit. Certes, on va pouvoir intégrer des équipes à 10+ victoires qui auraient été spoliées sinon, mais on risque également d’autoriser des équipes à 8-8 à un moment ou à un autre, parce que les conférences NFL ne sont jamais aussi fortes l’une que l’autre au même moment (regardez l’AFC cette année). Je n’irais pas jusqu’à être un conspirationniste qui clame que c’est le seul moyen qu’a trouvé Jerry Jones pour que les Cowboys, maîtres du 8-8, aillent en playoffs (même si l’idée est amusante), mais la vérité c’est qu’on va récompenser la médiocrité à un moment ou à un autre. Et quant à espérer le miracle d’une équipe 8-8 championne NFL, ça ne risque pas d’arriver pas tous les ans. On diminue ainsi l’importance de la saison régulière, et la course aux seeds n’a plus d’intérêt que pour passer le plus de matchs possibles de playoffs à domicile. Et vu les derniers champions, même cela n’est plus sûr du tout.

De plus, est-ce que ce n’est pas antinomique avec la volonté récente de la NFL de mettre des matchs de division la dernière semaine pour forcer les équipes à jouer jusqu’au bout ? Si on accepte 14 puis 16 équipes au lieu de 12, alors on affaiblit également l’importance de gagner le titre de sa division puisqu’on autorise plus d’équipes non-championnes; autant tout regrouper en deux conférences et on n’en parle plus. Or, ce serait une grave erreur : les rivalités de division sont un pilier de l’histoire de la ligue et attirent toujours l’oeil lors de la découverte du calendrier : quand aura-t-on la double confrontation Baltimore-Pittsburgh ? Chicago-Green Bay ? Seattle-San Francisco ? Le seul match qui soit attendu hors-division est celui entre Brady et Manning, mais sinon les matchs intra-divisions sont la base de l’intérêt de la ligue.

Enfin, dernier détail : passer à 14 équipes placerait donc SIX matchs NFL pour le week-end de Wild Card. Passer à 16 équipes placerait HUIT matchs. En deux jours ? Sachant bien évidemment qu’il n’y a aucun intérêt marketing à diffuser deux matchs de playoffs en simultané, comment la NFL et la télé vont-elles réussir à programmer ça, et à quels horaires ? Décaler des matchs au Vendredi ou Lundi ? Je vois déjà les fans (et l’organisation) d’une équipe hurler qu’ils ont dû gagner un match à l’extérieur en Wild Card le Lundi soir pour aller ensuite affronter un autre adversaire à l’extérieur en Divisional Round le Samedi après-midi.

C’est une nouvelle tentative de la ligue et des propriétaires pour ramasser encore un peu plus de sous. Les divisions changent cycliquement de niveau (regardez les évolutions des NFC East et West entre 2008 et maintenant), donc on aura toujours des équipes se sentant lésées pour l’accession en playoffs, mais ce sont rarement les mêmes sur le long terme. Comme dit le proverbe « if it ain’t broken, don’t fix it« .

Conservons les playoffs actuels, surtout quand la ligue essaie de pousser l’idée d’une saison à 18 matchs et que les joueurs la rejettent en bloc (à juste raison). Arrêtons de vouloir absolument toujours changer quelque chose seulement pour les $$$, surtout quand la ligue est loin d’être à sec. La NFL est spéciale à tout point de vue dans le monde sportif US, et c’est très bien comme ça.

  • Christophe B. Kristouf

    En gardant le système actuel je serai plutôt contre, mais moi je serais en faveur d’un refonte totale d’une saison NFL. Quand j’ai découvert la NFL j’ai trouvé ça très bizarre que toutes les équipes ne s’affrontent pas et que du coup les équipes n’ont pas le même calendrier. Comme c’est très bien expliqué dans l’article, une saison NFL c’est très court et avec un seul match de play off par affrontement la chance est un facteur important dans la NFL.

    J’avais imaginé un système de calendrier y’a quelques temps (Roger si tu me lies prends des notes !). Ne plus avoir de division mais garder 2 conférences de 16 équipes chacune et elle seraient différentes chaque saison. Le #1 de la saison précédente va en NFC, #2 et #3 en AFC, #4 et #5 en NFC… etc, une équipe affronterait toute les autres équipes de sa conférence et pourquoi pas l’équipe qui a finit au même classement de l’autre division de la saison dernière (pour arriver à 16 matchs)

  • Test

    Le maintien de la lutte actuelle pour les seeds me fait voter Contre.