LatestHuddle : Le club des 2 000 yards rushers

The seven magnificient

Adrian Peterson a franchi ce dimanche la barre des 2 000 yards en une saison et ratant de très peu (10 yards) le record absolu toujours détenu par Eric Dickerson. Cet exploit est suffisamment rare pour revenir sur les 7 RB ayant réussi cet exploit. Petite revue d’effectif.

1973 : O.J Simpson, 26 ans, Bills, 2 003 yards

Si le nom d’O.J Simpson est désormais mondialement connu depuis que ce dernier s’est fait connaître pour avoir été « innocenté » dans une triste affaire où il était accusé d’avoir tué son ex-compagne et son supposé amant, il était surtout connu aux USA pour avoir été le premier à courir pour plus de 2 000 yards dans une saison (avant de tenter une petite carrière d’acteur).

Orenthal James Simpson, fut choisi n° 1 de la draft 1969 par les Buffalo Bills après avoir remporté le Heisman Trophy 1968 avec USC.
Si ces trois premières saisons furent loin des attentes placés en lui (622 yards en moyenne), il commença en 1972 un période bien plus faste. Il franchit cette année là le seuil des 1 000 yards (1 251 yards). Puis l’année suivante, fut le premier à dépasser, de 3 yards, les 2 000 yards en une saison. Exploit d’autant plus fort que la saison régulière ne comptait à cette époque que 14 matchs, au cours desquels il dépasse 11 fois les 100 yards et 3 fois les 200 yards. Il reçut le titre de MVP de la saison pour cette performance mais ne réussit pas à hisser les Bills (9-5) en play-offs.

Il dépassa à nouveau les 1 000 yards les trois années suivante (avec un match de play-offs joué en 1974) avant de finir sa carrière plus discrètement avec les 49ers. Il mit fin à sa carrière avec 11 236 yards au compteur. Il fut sélectionné pour 6 pro bowl et fut élu en 1985 dés sa premier année d’éligibilité au Pro football Hall of Fame.

Ce coureur extrêmement rapide, élusif et élégant eut en outre la chance de courir derrière une ligne offensive incroyable (the Electric Company) qui lui valut son surnom de The Juice et d’Orange Juice. Il est emprisonné depuis 2007 (33 ans de prison) pour une sombre histoire d’escroquerie et de vols à mains armés.

http://www.youtube.com/watch?v=j1p5mgaT6mY

1984 ; Eric Dickerson, 24 ans, Rams, 2 105 yards

Eric Demetric Dickerson, après une carrière exceptionnelle à SMU (où il prit part à l’un des matchs les plus fous de NCAA contre BYU lors du Holiday Bowl de 1982) fut sélectionné n°2 de la Draft 1983 par les Los Angeles Rams qui n’ont pas eu à le regretter. Dès sa première saison, Dickerson courut pour 1 808 yards (record toujours valable pour un rookie). En 1984, Eric Dickerson a marqué les esprits et l’histoire avec ses 2 105 yards, record qu’il déteint toujours. Lors de cette saison record, il dépassa 12 fois les 100 yards et 2 fois les 200 yards. Il fut l’artisan principal de la qualification des Rams (10-6) pour les play-offs et il ajouta 107 yards lors de la défaite concédée face aux Giants.  Après une année 1985 moins prolifique (1 234 yards), il connut une nouvelle saison prolifique en 1986 avec 1 821 yards. Il continua sa carrière aux Colts réalisant encore quelques belles saisons (1 659 yards en 1988) avant de s’éteindre aux Falcons en 1993 en passant bien sur par la case Raiders en 1992. Au final, il engrangea 13 259 yards en carrière et fut le plus rapide à dépasser les 10 000 yards (91 matchs).

Eric Dickerson fut sélectionné à 6 pro bowl et fut élu en 1999, dés sa premier année d’éligibilité, au Pro football Hall of Fame.

Coureur puissant et félin, Dickerson était malheureusement devenu complètement parano vers le milieu de sa carrière (il enregistrait lui-même ses interviews et considérait que chaque femme qui s’approchait de lui était un danger potentiel) ce qui ne l’aidait pas à s’intégrer à un vestiaire.

http://www.youtube.com/watch?v=S4RmxOveTNA
http://www.youtube.com/watch?v=4SJ7OPhN0xM

1997 : Barry Sanders, 29 ans, Lions, 2 053 yards

La carrière universitaire de Barry Sanders à Oklahoma State est marqué par deux faits. Il fut d’abord le second RB derrière Thurman Thomas avant de réaliser une année 1988 qui est certainement la plus incroyable jamais réalisé. Alors qu’il était junior, il  gagna 2,628 yards à la course, 3,248 total yards et scora 234 points, 39 touchdowns dont 37 à la course. (5 matchs consécutifs à 200 yard, marqua 2 touchdowns dans 11 matchs consécutifs et 9 fois il planta au moins 3 touchdowns. Sanders courut pour 222 yards et 5 touchdowns en trois quart temps lors du Holiday Bowl de cette année. Il remporta bien évidemment le Heisman Trophy.

Les Lions firent main basse sur cette pépite avec le 3ème choix de la draft 1989 et firent ainsi le bonheur de Motor City pendant 10 saisons au cours desquelles Barry Sanders gagna à chaque année plus de 1 000 yards. Et aussi incroyable que cela puisse paraître pour un RB, ce sont les 5 dernières saisons de Sanders qui furent les plus productives. 1 883 yards en 1994, 1 500 en 1995, 1 553 en 1996 et enfin 2 053 yards en 1997, à l’âge de 29 ans après 9 ans dans la ligue. Lors de cette fabuleuse saison, Sanders dépassa la marque des 100 yards lors des 14 matchs de suite et 2 fois le seuil des 200 yards. Lors des deux premiers matchs de la saison, Sanders n’avait gagné que 53 yards. Ainsi il gagna 2 000 yards sur les 14 derniers matchs de la saison. Il fut élu MVP de la saison.

Il mit fin à sa carrière l’année suivante à la surprise générale et non sans avoir gagné 1 491 yards de plus au passage. Il gagne au total 15 269 yards en 10 saisons, fut sélectionné à 10 pro bowl et fut élu au Pro Football Hall of Fame en 1999, sa première année d’éligibilité.

Barry Sanders était LE coureur élusif par excellence. Aussi discret dans la vie qu’efficace sur le terrain, ce grand champion n’a malheureusement gagné qu’un seul match de play-offs en carrière. Il était extrêmement apprécié par ses coéquipiers pour sa modestie et son état d’esprit. Ainsi, lorsqu’il franchit les 2 000 yards ses linemen le portèrent en triomphe.

http://www.youtube.com/watch?v=0DcHoF0Gjao

1998 : Terrell Davis, 26 ans, Broncos, 2 008 yards

La carrière universitaire discrète de Terrell Davis à Georgia et sa « fragilité » permirent aux Broncos de s’attacher ses services avec le 196ème choix lors du 6ème tour de la draft 1995. Et autant dire que ses deux première saisons constituaient déjà une excellente surprise. 1 117 yards lors de sa saison rookie, devenant le premier RB drafté si bas à franchir le seuil des 1 000 yards, puis 1 538 yards lors de sa seconde saison. Et que dire des deux années qui suivirent. 1 750 yards en 1997 auxquels il faut ajouter 581 yards en 4 matchs de play-offs et une victoire lors du Superbowl XXXII au cours duquel il fut nommé MVP

L’année 1998 de Terrell Davis est sans conteste la plus réussi pour un RB tant par ses statistiques que par la réussite collective des Broncos. En effet, Terrell Davis gagna en saison régulière 2 008 yards avec 11 match à plus de 100 yards dont un à plus de 200 yards et fut nommé MVP de la saison. Il continua la démonstration en play-offs avec 468 yards en 3 matchs avec une nouvelle bague de champion au final.

La suite fut moins réjouissante. Marqué par des blessures récurrentes de 1999 à 2001, Terrel Davis mit fin à sa carrière au début de la saison 2002 avec 7 607 yards gagnés en carrière. Il fut sélectionné 3 fois pour le Pro Bowl et demi-finaliste pour l’élection au Pro Football Hall of Fame ces 5 dernières années.

Coureur puissant, il a tiré profit au maximum des run systèmes mis en place par Mike Shanahan.

http://www.youtube.com/watch?v=RTza50UcbGo

2003 : Jamal Lewis, 24 ans, Ravens, 2 066 yards

Coéquipier de Peyton Manning au sein de l’équipe du Tennessee, Jamal Lewis était l’un des meilleurs RB universitaires de sa génération et fut sélectionné par les Ravens avec le 5ème choix de la Draft 2000. Il fut rapidement l’atout offensif n°1 de cette équipe qui dévasta la saison 2000 par sa défense aggresive. Lewis gagna 1 364 yards en saison régulière et ajouta 338 yards en play-offs dont 102 yards lors de la victoire des siens au Superbowl XXXV. Blessé en 2001, il retrouva vite son niveau et fut à son apogée en 2003.

Lors de cette saison, il commença par annoncer qu’il battrait le record de yards gagnés au sol en un match (alors détenu par Corey Dillon avec 278 yards) lors du week 2 contre les Browns, indiquant au passage qu’il détestait cette équipe, cette ville et ses habitants. Et il le fit en portant la marque à 295 yards (battu depuis par un certain Adrian Peterson 297 yards). Il continua sa saison sur un rythme un peu moins soutenu et dépassa la barre des 100 yards à 12 reprises dont 2 fois au dessus des 200 yards.
Lors de l’ultime journée, il pouvait battre le record d’Eric Dickerson mais face aux Steleers, il fut préservé en fin de match en vue des play-offs. Le compteur s’arrêta à 2 066 yards et on a vu apparaître à l’écran un Dickerson hilare muni d’une pancarte mentionnant « 2 105 yards 19 years and more.. ».

Lewis dépasse à nouveau 2 fois les 1 000 yards dans les trois années qui suivirent avant de quitter les Ravens pour ….les Browns. Il y gagna 1 307 yards lors de sa première saison en 2007, à nouveau plus de 1 000 yards en 2008 mais commença à critiquer ses coéquipiers sur le manque d’implication et leurs mentalité de losers. Blessé en 2009, il mit fin à sa carrière à l’issue de cette saison.

En 9 saisons disputées, Jamal Lewis empila 10 607 yards mais ne fut sélectionné qu’une seul fois au Pro Bowl. Son style bruiser back était certes efficace mais souffrait de la comparaison avec des joueurs comme Tomlinson, Martin, Alexander, James, Portis voire Bettis. Sa réputation fut également entachée par les 4 mois de prison effectués en 2005 pour trafic de drogue.

2009 : Chris Johnson, 24 ans,Titans, 2006 yards

Après une année senior très accomplie pour East Carolina, Chris Johnson rejoint les Titans à la suite de sa sélection par cette franchise au 1er tour, 24 ème choix, de la draft 2008. Il arrive dans une équipe qui dominera la conférence AFC (14-2) et participera à celle-ci en gagnant dès sa première saison 1 228 yards. Les Ravens mirent fin aux rêves des Titans lors des play-offs en le sortant dès leur premier match de ce qui reste à jour le seul match de play-offs auquel prit part Chris Johnson (72 yards).

Si cette défaite marqua le déclin des Titans dans la hiérarchie, l’année 2009 fut celle de Chris Johnson au cours de laquelle il franchit 12 fois les 100 yards dans un match et une fois les 200 yards. Il finira la saison avec 2 006 yards gagnant au passage son surnom de CJ2K. Il impressionna par sa vitesse en signant plusieurs courses de 80 yards grillant toute la défense adverse.

Depuis l’année 2009, CJ est redevenu CJ1K. Très irrégulier, il gagne malgré tout chaque fois plus de 1 000 yards par saison mais a était au centre d’une dispute contractuelle en 2011 (sa saison la plus faible pour l’instant avec seulement 1 047 yards) et manifesta fréquemment sa mauvaise humeur au sujet des choix offensifs des Titans. Si sa vitesse est toujours aussi dangereuse pour les défenses adverses, il semble moins impliqué et plus intéressé par ses revenus futurs.

Sélectionné pour 3 pro Bowl (2008-2010) et il affiche à ce jour un gain en carrière de 6 888 yards.

http://www.youtube.com/watch?v=1179bLg4TNU
http://www.youtube.com/watch?v=UVj8hnNLJC4

2012 : Adrian Peterson, 27 ans, Vikings, 2 097 yards

Auteur d’une saison true freshman titanesque au sein d’Oklahoma University et qui le vit finir deuxième pour le HeismanTrophy 2004, il connut en revanche deux saisons suivantes gâchées par plusieurs blessures. Lorsqu’il décida de se présenter à la draft 2007, les observateurs étaient formels. Adrian Peterson était un RB unique et jamais vu auparavant possédant vitesse, puissance, agilité et exceptionnelle lecture de blocks et style de course très agressif. Le seul point noir était sa capacité à demeurer intact et était catalogué injury-prone. Les Vikings misèrent sur Adrian Peterson en le choisissant avec le 7ème choix de la draft de cette année. Ce choix s’avéra rapidement être le bon.

Courant 1341 et 1760 yards (et un match de play-offs à 82 yards) lors de ces deux premières saisons, il permit, lors de la troisième saison, aux Vikings d’accéder au NFC conférence Game 2009. Il termina cette saison avec 1383 yards supplémentaires en saison régulière (et 185 yards en 2 matchs de play-offs).

Les années 2010 et surtout 2011 (moins de 1000 yards en 2011) furent moins productives. Lors du dernier match de la saison 2011, il se blessa gravement au genou (rupture des ligaments croisés) et nombreux étaient ceux à penser que le meilleur d’Adrian Peterson appartenait au passé, relançant ainsi les doutes sur sa durabilité qui accompagnaient son début de carrière

La réponse qu’il apporta fut éclatante. Par sa présence lors du premier match de la saison 2012, il a déjà estomaqué l’ensemble des suiveurs NFL par la rapidité de son retour à la compétition après une telle blessure. Le temps de monter en puissance (un seul match au delà des 100 yards lors des 6 premiers matchs), sa fin de saison fut étincelante (9 matchs à plus de 100 yards lors des 10 derniers, deux matchs à plus de 200 lors des 5 derniers et 199 yards pour finir). OUchh.. Sa moyenne par course, stratosphérique,  est à plus de 6 yards alors qu’il a porté le ballon 348 fois.

Au terme de cette saison, Adrian Peterson a gagné 8 849 yards en saison régulière et a été sélectionné 5 fois au pro bowl (ne ratant la sélection qu’en 2011). Si les blessures l’épargnent, A.D (all day) peut inscrire son nom sur le livre des records de manière durable. Son attitude irréprochable et son mental seront des atouts pour peut être le premier RB a réaliser deux saisons à plus de 2 000 yards et tenter à nouveau de battre le record d’Eric Dickerson, qui sentant le vent du boulet, s’était fait discret lors du dernier match de saison régulière.

http://www.youtube.com/watch?v=ubudHrCdGYo
http://www.youtube.com/watch?v=GXZwErA1F7U

Un Grand Merci à Franck pour cet article.