The 5000 Yards Review : San Diego

Poursuivons notre tour de l’AFC West avec les Chargers de San Diego.
A lire en décembre (non sans blague lisez-le maintenant, ça ne vaut pas le coup d’attendre jusque là).

SAN DIEGO CHARGERS
2e AFC West ~ 8-8
Norved

Les prévisions de Madame Soleil 2011

L’off-season avait prouvé une chose, c’était que les Chargers étaient bipolaires. Resigner Eric Weddle ? Bien. Resigner Jeromey Clary pour $20M? WTF. Resigner Malcolm Floyd ? Bien. Laisser partir Darren Sproles ? WTF. Signer l’éternel estropié Bob Sanders ? WTF. Ah, pour un an ? Bien alors. Au niveau de la draft, les besoins étaient défensifs et les choix de Corey Liuget et Marcus Gilchrist semblaient plutôt logiques. Enfin, une prière généralisée était envoyée vers les équipes spéciales pour ne pas être aussi mauvaises deux années de suite. Il restait donc à voir si San Diego allait apprendre à bien démarrer sa saison pour changer.

La saison

Minnesota 24-17, @New England 21-35, Kansas City 20-17, Miami 26-16, @Denver 29-24, @Jets 21-27, @Kansas City 20-23 (OT), Green Bay 38-45, Oakland 17-24, @Chicago 20-31, Denver 13-16 (OT), @Jacksonville 38-14, Buffalo 37-10, Baltimore 34-14, @Detroit 10-38, @Oakland 38-26.

La réalité

La carte spéciale Chargers
Vous savez, je pense que je suis méchant sur la carte spéciale des Chargers. Ce n’est pas Norv Turner et Philip Rivers que j’aurais dû mettre, mais Norv et le GM A.J. Smith. Je pense que si on file un AK47 aux fans des Chargers, les deux zozos risquent d’y passer avant le QB qui a fait ce qu’il a pu en ayant choppé l’Interceptus Favrii (vous vous en rappelez de ce virus ? Eli l’avait l’année dernière). Bon OK, Rivers a également son lot de fautes, notamment son snap foiré contre Kansas City qui envoie le match en prolongations que KC remportera ensuite. Mais je suis sûr qu’il arriverait quand même APRES les deux autres, parce que c’est officiel : les Chargers ont loupé le coche du Superbowl en 2007, et il serait temps de mettre à jour notre vision de la franchise.
Déjà, réjouissons-nous : les équipes spéciales n’ont pas totalement foiré ! Yay ! Pas de punts contrés ! Yay ! Pas de TD pris sur retour de punt ! Yay ! Bon pas non plus de marqué, mais quand même : Yay ! 1 seul TD pris sur retour de kick, et 1 marqué ! YAY ! Malgré la blessure de Nate Kaeding, le remplaçant Nick Novak a plutôt bien fait son boulot (quand il n’était pas en train de se soulager sur le bord de touche), et le punter Mike Scifres a placé plus de punts dans les 20. Donc dans l’ensemble, yay. Voilà, ça s’est fait. Passons maintenant à l’attaque.
Rivers nous a donc sorti une saison bien étrange. Il a commencé confiant, s’est écroulé en plein milieu avant de reprendre ses esprits à la fin et de terminer en trombe à une marche des playoffs. La première chose que les fans vont vous dire, c’est qu’il devrait apprendre à tenir un ballon. Bon, la seconde, c’est de ne pas lancer sur les adversaires. Mais au final, je serais d’avis de mettre tout ça sur le compte de l’Interceptus Favrii : une aberration comme il peut en exister, une saison où, pour diverses raisons, Rivers n’a pas performé comme à l’accoutumée. Je vais développer les arguments, ne vous excitez pas, mais je finirais en disant que le Rivers a des circonstances atténuantes. Sa ligne de stat termine tout de même à 62.9%, 4624 yards, 27 TD et 20 INT.
McNeill sur la civière
Alors, le premier argument : Rivers a joué derrière une OL qui a plus tourné qu’une piste de 33 tours. Le QB a vu devant lui 11 titulaires et 13 joueurs différents sur la ligne cette année, ce qui est un chiffre totalement aberrant. Les blessures ont complètement miné les gros : Marcus McNeill et Kris Dielman ont subi des blessures de fin de saison, et les autres ont loupé des matchs ici ou là, assurant une stabilité nulle. Les Chargers ont même été obligé de récupérer Jared Gaither des Chiefs en waiver pour boucher un trou à gauche de la ligne et avec le retour de Tyronne Green à côté de lui, bizarrement, les Chargers ont enfin eu une ligne qui a joué plusieurs matchs d’affilée : les 5 derniers… tiens comme par hasard, quand les Chargers ont fini 4-1. Ca a permis entre autres d’avoir une stat de sacks pas trop énorme pour Rivers (31).
Une autre chose qui semble assez étonnante, c’est de voir que malgré tout ce barnum sur l’OL, les coureurs s’en sont bien sortis. Très bien même : le seul problème que Ryan Mathews connaisse, c’est qu’il a du mal à rester valide pour jouer. Il a accumulé 222 portés pour 1091 yards et 6 TD, ce qui fait une belle moyenne de 4.9, et son compère Mike “The Cube” Tolbert a aussi brillé avec 121 portés pour 490 yards et 8 TD. Et je pense qu’on tient un autre problème : soit la santé un peu fragile de Mathews fait peur à Norv (mais il pourrait se servir plus de Tolbert), soit il a laissé tomber un peu vite le jeu de course quelques fois, d’où une répétition de passes pour Rivers. Evidemment on tombe dans un cercle vicieux : plus Rivers fait d’INT, plus l’adversaire a des occasions de marquer, du coup on se retrouve derrière au score, on laisse tomber le jeu de course, etc.
On en arrive au 3e problème : Antonio Gates. Le TE a eu une saison en-deçà des autres années et ça a sûrement également affecté la production offensive de Rivers (quand le TE a du mal, on envoie au large en priant). Pour éclairer mon propos, voici deux lignes de stats :
– 50 catchs, 782 yards, 10 TD
– 64 catchs, 778 yards, 8 TD
Quelle est la meilleure saison ? La première évidemment. Eh bien la première, c’était en 2010, et Gates n’avait joué que 10 matchs. La deuxième, c’est cette année, et il a joué 13 matchs, dont celui contre NE où il a zéro catchs (on peut aussi féliciter la défense de NE pour son boulot). La ligne pourrait sembler bonne pour n’importe quel TE, mais là on parle d’Antonio Gates.
Vincent Jackson
Pour terminer sur les receveurs, Vincent Jackson confirme qu’il est une arme redoutable avec 60 catchs pour 1106 yards et 9 TD, alors que Malcolm Floyd est la menace profonde de service avec 43 catchs, 856 yards, une moyenne ridicule de 19.9 et 5 TD. A noter que le rookie Vincent Brown a montré quelques belles aptitudes avec 19 catchs, 329 yards et 2 TD. Ca fait un beau trio de receveurs… si V-Jax ne va pas voir ailleurs en FA. Ca conclut une review de l’attaque qui vous plaque dans la face que chez les Bolts, y’a du pouvoir offensif quand on se sert de toutes les armes et que les fusibles de Rivers ne pètent pas toutes les trois secondes (je parle de sa ligne… ok peut-être aussi de ceux qu’il a dans la tête).
Et rapidement, 4e problème pour Rivers : plus de Sproles.
Et du côté de la défense alors dites donc ma bonne dame ? Est-ce qu’on a eu la même qualité que l’année passée, 1e en yards et 10e en points ? Euh, non : 16e en yards et 22e en points. Une partie du blâme vient se poser délicatement sur les frêles épaules nubiles du Philip et de ses manies de donner la balle aux adversaires, mais il n’empêche que la qualité générale de la défense s’est quand même dégradée itou. Il faut dire qu’elle a aussi vu son lot de blessures : le DE Luis Castillo a été perdu dès la première semaine, Shaun Phillips a manqué quelques matchs, et alors attention celle-là vous n’allez pas la croire, Bob Sanders a fini out au bout de 3 matchs. A un moment, je ne sais plus si je dois rire ou pleurer avec lui.
Eric Weddle
La perte de Castillo a affaibli la ligne notamment contre le jeu de course, les Chargers ont été la pire équipe pour empêcher les coureurs adverses de convertir des 3e et 4e tentatives courtes. La blessure de Phillips a diminué son apport en sacks : lui qui comptait pour 11.5 sacks l’année passée, il n’est qu’à 3.5 et avec les blessures de Larry English et Travis LaBoy, c’est Antwan Barnes qui a vu l’occasion de devenir le gros sackeur de l’équipe avec 11. Et enfin, je n’ai rien à dire sur Bob Sanders. Ah si, c’est quand même un bon gros gâchis quand on se dit qu’il aurait pu être apparié à Eric Weddle, un des meilleures safeties de la ligue : 88 plaquages, 7 INT. Donald Butler et Takeo Spikes sont les tours de contrôle en tant que ILB et ils ont eu du travail : 96 plaquages, 2 sacks, 2 fumbles forcés et 1 INT pour Butler, 106 plaquages, 1 sack et 1 INT pour Spikes.
On termine la review défensive avec la défense contre la passe. Elle n’a pas été DU TOUT à la fête cette saison, quelque chose de drastique par rapport à l’année dernière. Encore une fois, Rivers factor blah blah blah, mais ce serait se voiler la face, alors NON ! La Vérité Vraie(tm). Et la vérité vraie, c’est se demander ce qu’il est arrivé à Quentin Jammer cette saison. Le corner pourtant efficace a complètement tiré à blanc cette année, incapable de suivre les top receveurs et lâchant plus de yards et de TDs que l’année dernière. Il n’a pas forcément été aidé par son compère Antoine Cason, encore moins par le rookie Marcus Gilchrist qui a fini par remplacer Cason, et encore encore moins par la blessure de L’Homme de Cristal qui a été remplacé par Steve Gregory. C’était un peu “Il faut sauver le soldat Weddle” cette année, ce qui est surprenant étant donné les performances de l’année dernière. Si c’est l’âge qui commence à rattraper Jammer, il faudrait peut-être penser à une reconversion comme Safety (ça se fait assez souvent, des CBs vieillissants qui se reconvertissent en Safety où on compte moins sur la vitesse et plus sur l’expérience du placemant).
La carte de Yardage Leaf

Pour finir, c’est donc une saison bizarre pour les Chargers, avec une attaque qui file trop de ballons et une défense contre la passe qui pionce. J’espère pour les fans des Bolts que ce n’est qu’une coïncidence, mais je n’y crois pas. Rivers rebondira l’année prochaine, si Gates est en forme et que Norv s’appuie plus sur Mathews (et que celui-ci tient le choc), mais c’est au niveau de la défense où j’ai plus de doutes.

En tout cas, les Bolts en ont aussi vu qu’ils viennent de virer manu militari leur DC Greg Manusky pour le remplacer par John Pagano, le coach des LB. J’ai déjà une piste pour lui qui est pile dans ses cordes : il faudrait commencer par avoir un pass rush un peu plus solide pour protéger les arrières.

(Ah et désolé pour la carte Yardage Leaf, mais il me fallait une carte de vraiment faible distance. Sans rancune !)

Le futur

*Denver, *Oakland, *Kansas City, Baltimore, Cincinnati, Tennessee, Atlanta, Carolina, @Cleveland, @Pittsburgh, @Jets, @New Orleans, @Tampa Bay.
Les Bolts ne sont pas gâtés l’année prochaine : en plus de se prendre les bulldozers de l’AFC North et les excités de la NFC South, ils vont se prendre les Titans et les Jets, les crevards qui ne lâchent jamais rien. La route vers les playoffs va être compliquée.