Base du foot US : L’attaque

L’escouade offensive n’a qu’un seul but : marquer des points en faisant avancer la balle par une course ou par une passe.

Une formation offensive typique contient :

  • 1 Quarterback (QB), le cerveau de l’attaque.
  • 1 Halfback (HB), un coureur.
  • 1 Fullback (FB), un autre coureur.
  • 2 Wide Receivers (WR), les receveurs écartés.
  • 1 Tight End (TE), un receveur rapproché.
  • 5 Offensive Linemen (T->T), les protecteurs.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/0/0a/I-form_green.PNG/800px-I-form_green.PNGElle peut être de deux types différents : Strong ou Weak. Le côté fort (Strong) est déterminé généralement par le placement du Tight End. Dans la formation ci-dessus, le côté fort est à droite, et le côté faible à gauche.

Enfin, elle est régie par deux principales règles :

  • Au moins sept joueurs doivent être alignés sur la ligne de scrimmage à chaque down, pas moins. Les cinq Offensive Linemen le sont toujours, et dans l’exemple ci-dessous, un receveur écarté et un Tight End les accompagne.
  • Un seul joueur est autorisé à être en mouvement au départ de l’action, ce qu’on appelle être in motion. Si plus d’un joueur offensif est en mouvement, ils doivent s’arrêter et rester immobile pendant une seconde avant que l’action ne démarre.

 

POSTES DE L’ATTAQUE

 

LE QUARTERBACK

 

http://www4.pictures.gi.zimbio.com/Peyton+Manning+Jacksonville+Jaguars+v+Indianapolis+n4j429jpalFl.jpg
Peyton Manning, Indianapolis

Le Quarterback ou QB est le centre de contrôle de l’attaque. C’est le poste le plus important et le plus médiatisé : tout commence par lui, et toute la défense sait qu’en faisant tomber le QB, c’est une grande victoire. Il est le capitaine de l’attaque et le maître à jouer avant et pendant l’action.

Avant :

  • Il annonce la formation et le jeu pour chaque action lors du huddle ;
  • Il peut faire des ajustements suite à ce que la défense lui montre ;
  • Il peut même changer le jeu en faisant des signes et en utilisant des mots codes prédéfinis, des audibles. Ses partenaires les connaissent et savent quel nouveau jeu est appelé ;
  • C’est lui qui appelle le snap, i.e. le début de l’action.

Pendant :

  • Il remet la balle au coureur si c’est une course.
  • Il lance une passe vers un receveur si c’est une passe.
  • Il peut décider de courir tout seul si ses receveurs sont couverts.

 

LE HALFBACK & LE FULLBACK

 

Le Halfback ou HB est un coureur léger, alors que le Fullback ou FB est sa version plus lourde. Leur but est de prendre la balle remise par le Quarterback et la porter le plus loin possible dans le camp adverse.

BarrySandersRun
Barry Sanders, Detroit

Dans l’absolu, le HB va plutôt utiliser sa rapidité et ses feintes pour prendre les adversaires de vitesse. Le FB va plutôt utiliser sa masse et sa force pour soit servir de déblayeur au HB, soit pour gagner de petites distances cruciales (comme marquer un touchdown quand l’attaque est tout prêt de la endzone). Ceci reste cependant la description académique, car les HB gagnent en puissance et le jeu de nos jours étant plus orienté vers la passe, le poste de Fullback tend à disparaître.

Quoiqu’il en soit, on englobe souvent les deux sous le terme générique de Running Back (RB) ou coureurs. Mais attention, ils peuvent également devenir des cibles de passe pour le QB, ce qui fait du Running Back une arme polyvalente.

 

LE WIDE RECEIVER & LE TIGHT END

 

Le Wide Receiver ou WR et le Tight End ou TE sont les cibles privilégiées des passes du Quarterback. Comme son nom l’indique, le Wide Receiver est un receveur écarté par rapport à son QB, alors que le Tight End est un receveur plus proche (il est accolé à la ligne offensive comme le montre le diagramme en introduction).

Arizona Cardinals v San Francisco 49ers
Larry Fitzgerald, Arizona

Le but des WR est de faire leur parcours prédéfini en fonction du jeu appelé (une route, cf. plus bas) et de recevoir le ballon lancé par le QB. Pour cela, les receveurs sont souvent les plus grands et longilignes joueurs de l’équipe : ils ont besoin d’une grande détente, une grosse explosivité et une vitesse de pointe pour semer la défense (et des mains sûres si possible).

Le but du TE est double : sur les jeux de course, il sert de bloqueur supplémentaire pour ouvrir une route au coureur. Sur les jeux de passe, il peut aussi bloquer pour protéger son QB, ou alors partir effectuer une route et se transformer en cible de passe courte. C’est pourquoi les TE ont une morphologie plus lourde que leurs compères WR : ils sont mastocs pour bloquer, mais athlétiques pour faire une route et recevoir une passe.

Encore une fois, ceci est la description académique, car les TE ont évolué depuis : ils sont devenus tellement athlétiques qu’ils se muent parfois en WR, s’alignant loin du QB et capable d’effectuer des « vraies » routes de receveur.

Pour qu’une réception soit validée comme bonne, le receveur doit :

  • Avoir le contrôle de la balle pendant TOUT le processus de la réception. Si, par exemple, il la relâche en heurtant le sol, la passe est déclarée comme incomplète.
  • Avoir un ou deux pieds qui touche(nt) à l’intérieur du terrain en possession du ballon. Un receveur qui jongle la balle n’est pas en possession, il doit d’abord affirmer sa prise. La NCAA ne demande qu’un seul pied, la NFL demande les deux.

 

L’OFFENSIVE LINE

 

Redskins-RigginsHogs
La ligne offensive de Washington (les célèbres Hogs), ouvre la voie au coureur

L’Offensive Line ou OL est une véritable arme à double tranchant : elle doit être à la fois un mur impénétrable  et un rouleau-compresseur impitoyable. En effet, elle a deux rôles principaux : protéger le QB des joueurs adverses, et créer des brèches dans la défense pour aider les coureurs. L’OL est composée de cinq éléments immuables.

Le Center ou centre (C) est le capitaine de la ligne. Lors d’une mise en jeu, c’est lui qui passe le ballon à son QB entre ses jambes pour démarrer l’action, c’est pourquoi on parle souvent du tandem Centre-Quarterback : les deux joueurs doivent avoir une confiance absolue l’un en l’autre. Pendant que le QB vérifie la défense, le Centre doit faire lui aussi des ajustements en fonction de ce que la défense montre.

Les Left & Right Guards (LG & RG) sont chacun d’un côté du Centre. Ils sont ses relais immédiats s’il y a besoin de propager un ordre à toute la ligne. Ils peuvent également être appelés à décrocher de la ligne pour mener un coureur, ce qui leur demande d’être puissant mais aussi athlétique.

Enfin, les Left & Right Tackles (LT & RT) sont aux extrémités de l’OL, sauf si un TE vient s’aligner à côté d’eux. Ce sont généralement les éléments de la ligne les plus mobiles car ils doivent stopper les assauts de la défense qui viennent souvent des extérieurs. C’est notamment vrai pour le Left Tackle, car, la majorité des QB étant droitiers, il protège le côté « aveugle » de son meneur. Les défenses alignent souvent leur meilleur plaqueur de QB face au Left Tackle, il a donc la lourde responsabilité de bloquer cette menace.

Les intervalles entre ces hommes de l’OL, le TE éventuel et le WR sont nommés gaps (trous) avec des lettres allant de A à E. On part du Centre et on note chaque intervalle jusqu’au receveur écarté (et symétriquement de l’autre côté).

http://assets.sbnation.com/assets/148192/gaps.jpgPar exemple, quand on parle de B-gap, on parle de l’intervalle entre un Guard et un Tackle (à gauche ET à droite).

 

FORMATIONS OFFENSIVES

 

Une formation offensive en football américain peut-être découpée en trois parties distinctes :

  • Où se trouve le Quarterback ?
  • Combien y a-t-il de coureurs et comment sont-ils disposés ?
  • Combien y a-t-il de receveurs et comment sont-ils disposés (et donc quel est le côté fort) ?

 

LE QUARTERBACK

 

Le QB peut être situé à trois endroits différents au moment du snap.

Derrière son Centre : c’est la position classique, et le snap s’effectue sur l’appel du QB, ou par une petite claque discrète sur le popotin du Centre (on parle alors de silent snap, snap silencieux).

http://www3.pictures.zimbio.com/gi/New+Orleans+Saints+v+Green+Bay+Packers+BSi5gs51Rqal.jpg
Le Quarterback derrière son Centre

Le snap silencieux permet de prendre la défense de court car elle doit réagir au début de l’action, et il est souvent utilisé dans les environnements hostiles très bruyants.

4/7 yards derrière le Centre : on parle alors de formation shotgun (comme le fusil). Le ou les RB(s) se mettent alors à côté du QB. Ces formations sont utilisées pour plusieurs raisons :

  • Mieux protéger le QB qui est plus loin de la défense adverse (la ligne offensive a plus d’espace derrière elle pour contrer les assauts des adversaires) ;
  • Permette au QB de pouvoir mieux se déplacer si la pression devient trop forte d’un côté ;
  • Permettre au QB d’avoir une meilleure vue du terrain.

Aujourd’hui, avec le développement du jeu de passe, certaines équipes ont fait de la formation shotgun pratiquement leur formation de base.

Green Bay (droite) en shotgun

2/3 yards derrière le Centre : on parle alors de formation pistol (un petit shotgun en fait). Le ou les RB(s) se mettent autour du QB (à côté et/ou derrière). C’est une formation pratiquement exclusivement universitaire, mais on la voit parfois en NFL. Elle offre un compromis entre la position classique et celle de shotgun qui permet à un QB très athlétique de pouvoir courir lui même avec la balle, faire une passe ou donner au coureur.

West Virginia (gauche) en pistol

 

LES COUREURS

 

Les coureurs peuvent aller de 0 à 3 selon les formations.

Aucun coureur : on parle alors d’empty backfield, le backfield représentant l’espace derrière la ligne offensive. Les formations à empty backfield sont appelées pour les jeux de passes évidents.

L’avantage est qu’on peut utiliser beaucoup de receveurs, l’inconvénient est que le QB n’a aucune protection autre que la ligne offensive (et un TE s’il est présent).

Texas (droite) sans coureur (le joueur seul est le QB en shotgun)

1 coureur : on parle alors de singleback, et c’est le HB qui est sur le terrain, à 7/8 yards de profondeur. Il peut se trouver droit derrière le QB (le plus classique), ou alors légèrement décalé sur un côté. Ce décalage peut être trompeur, car un coureur placé légèrement à droite peut prendre la balle et faire un counter, une course à contre-courant à gauche pour prendre la défense à revers.

Houston (gauche) en Singleback

2 coureurs : en général, on a 1 HB et 1 FB, mais il arrive qu’on ait 2 HB. La disposition des deux coureurs donne alors un nom à la formation.

  • I-Formation : comme son nom l’indique, les deux coureurs sont alignés derrière le QB.
  • Strong/Weak I : comme la I sauf que le coureur placé directement derrière le QB est décalé du côté fort ou du côté faible de la formation.
  • Pro Formation : les deux coureurs sont de part et d’autre du QB.
San Francisco (droite) en I-formation

3 coureurs : très rare au niveau professionnel, les formations à trois coureurs sont là pour passer en force. On retrouve deux principaux types :

  • Le Wishbone : c’est une combinaison de la I Formation avec la Pro – un coureur aligné derrière le QB, et derrière deux coureurs de part et d’autre de la formation.
  • Le Diamondback/Inverted Wishbone : la combinaison inverse, ce qui veut dire que le QB, les deux coureurs derrière lui et le coureur encore derrière forme un diamant dans le backfield.
Florida (gauche) en Wishbone

 

LES TYPES DE COURSES

 

Une fois qu’on a décidé de courir avec la balle, on peut le faire de multiples façons.

Dive : en général, une tactique où le coureur plonge tête la première dans la ligne offensive qui doit avoir ouvert une brèche au coeur de la défense adverse.

Off-Tackle : au lieu de courir tout droit, le coureur prend les boulevards extérieurs et tente de contourner la défense en passant à l’extérieur de son Tackle (d’où le nom).

Counter : comme expliqué plus haut, une tactique où le coureur fait un ou deux pas d’un côté pour embarquer la défense mais change de suite de direction.

Toss/Pitch : au lieu de transmettre la balle main à main, le Quarterback fait une passe arrière à deux mains au coureur. C’est une tactique qui accélère la remise de la balle pour prendre la défense de vitesse.

End Around : quoi de mieux pour surprendre la défense… que de faire courir un receveur ? Dans l’End Around, le QB peut feinter la remise au coureur ou lui remettre la balle, mais au final celui qui tient le ballon le donne à un WR qui revient de sa position écartée pour prendre la défense à revers.

Reverse : le niveau de duperie suivant l’End Around – le receveur ayant reçu le ballon le donne à un autre WR qui vient en sens contraire. Cette tactique a l’avantage de complètement désorganiser la défense, mais elle demande du temps à se développer.

 

LES RECEVEURS

 

Les receveurs peuvent aller de 0 à 5 selon les formations. Pour clarifier, nous parlons ici des WR et des TE qui sont en position de recevoir une passe.

Aucun ou 1 receveur : L’attaque va probablement essayer de passer en force. Le receveur, s’il est présent, rappelle juste à la défense de ne pas se focaliser à 100% sur la course, ou ils peuvent avoir une surprise. On parle quelques fois de Jumbo formation, comme le Jumbo Jet, gros et lourd. Cette formation est utilisée quand il reste très peu de yards à gagner, et tout près de la endzone adverse (voir Goal Line Formation, tout en bas).

Cleveland (gauche) en Jumbo, sans receveurs

2/3/4/5 receveurs : On arrive aux formations où la passe est déjà bien plus probable, voir certaines quand on arrive à cinq receveurs. En général, vous allez retrouver au moins un receveur de chaque côté au bout du terrain, et les autres vont naviguer entre la ligne offensive et ces deux receveurs les plus écartés. S’il y a autant de receveurs d’un côté ou de l’autre, on parle de balanced formation, mais il peut arriver que l’attaque en place bien plus d’un côté que d’autre, et on parle alors de flood formation.

Arizona (gauche) en flood formation avec 1 WR à gauche et 3 WR à droite

Observons où ces receveurs peuvent s’aligner sur le terrain. Tout d’abord, les positions individuelles :

  • Split End : c’est le receveur écarté qui s’aligne avec la ligne offensive (et qui compte dans les fameux sept joueurs sur la ligne de scrimmage).
  • Flanker : c’est le receveur écarté qui s’aligne en retrait de la ligne offensive (et qui ne compte pas dans les sept joueurs sur la ligne de scrimmage).
  • Slot : c’est un receveur à mi-chemin entre le bout de la ligne offensive et le receveur écarté, généralement en retrait de la ligne offensive. Adore les tracés courts qu’il peut transformer en gros gain par sa vitesse.
  • Flex : c’est un receveur proche de la ligne offensive alignée avec elle (mais un peu plus loin qu’un TE ne le ferait traditionnellement).
  • Wingback : c’est un receveur proche aligné au bout de la ligne offensive, mais en retrait. Souvent utilisé dans les formations à grosse ligne offensive (avec par exemple deux TE).

http://www.footballoutsiders.com/images/TDZ/Walkthrough073009-1.jpg

Et enfin, les positions de groupe avec plusieurs receveurs du même côté :

  • Trips/Bunch : on parle de trips ou de bunch quand on a trois receveurs d’un côté de la formation. On y ajoute si la formation à lieu à gauche ou à droite : trips left, ou trips right.
  • Stack : on parle de stack quand on a deux receveurs ou plus sur un côté qui s’alignent en file indienne. Parfait pour surprendre la défense.
  • Diamond : extrêmement rare, on parle de diamond quand on a quatre receveurs alignés d’un seul côté en forme de diamant (un aligné avec la ligne offensive, deux derrière et un encore derrière).
Michigan (gauche) en trips left : trois receveurs à gauche

 

LES ROUTES DES RECEVEURS

 

Comme dit un peu plus haut, les receveurs doivent faire des tracés ou routes prédéfinies afin d’être sur la même longueur d’onde que le Quarterback. Ces routes diffèrent de deux façons : la profondeur, et la direction.

L’image ci-contre est une bonne illustration des principales routes des receveurs.

Comme vous pouvez le remarquer, elles sont numérotées. Une Corner est un 7, une Dig/In est un 6, etc. C’est pour mieux les référencer dans les noms des stratégies. Au passage, pour aider à la mémorisation des parcours, deux détails peuvent être relevés :

  • Plus le chiffre est grand, plus le parcours est long.
  • Les chiffres impairs désignent les parcours sur l’extérieur, les pairs les parcours sur l’intérieur (et le 9 joue le rôle de celui qui court tout droit).

 

EXEMPLE

 

Le Quarterback arrive dans le huddle et il annonce la tactique suivante : « 85 I-Form Right Y Drag H Flat« .

  • I-Form : formation avec deux coureurs alignés derrière le QB ; le FB puis le HB.
  • Right : le TE va venir s’aligner du côté droit de la ligne offensive.
  • 85 : ce nombre est à considérer chiffre par chiffre… c’est la liste des parcours des WR les plus écartés : X=8, Z=5.
    • Le Split End (X, le receveur écarté principal) doit faire un 8, c’est-à-dire une Post.
    • Le Flanker (Z, le receveur écarté secondaire) doit faire un 5, c’est-à-dire une Out.
  • Y Drag : le TE (Y) doit courir une Drag (similaire à une In).
  • H Flat : le HB fait une Flat, i.e. il court vers la touche pour offrir une solution supplémentaire de passe.
  • Implicitement, le FB reste en couverture pour stopper un éventuel défenseur qui fonderait sur le QB.

Ceci est un exemple très simple, sans déplacement d’un receveur avant le snap, en formation classique. Il faut ensuite prendre une compte que les receveurs peuvent être en mouvement, qu’on peut en avoir trois voire quatre receveurs écartés et que certaines routes viennent s’ajouter à la liste avec leur terminologie propre (à ce moment, on utilise plus de numéros, on appelle directement le receveur avec sa route, par exemple X Shallow Cross ou Slot Left Zig).

 

FORMATIONS SPÉCIALES

 

Il existe enfin certaines formations offensives quelque peu spéciales.

La Goal Line Formation est une formation utilisée quand l’attaque se trouve tout proche de la endzone adverse, à quelques petits yards (généralement moins de 5 yards). C’est une formation où on retrouve le QB derrière une gigantesque ligne offensive de sept ou huit joueurs, avec deux coureurs derrière et (potentiellement) un receveur pour laisser la défense sur ses gardes.

Oakland (à gauche) en GL Formation

La Hail Mary est une formation de la dernière chance. Quand il ne reste plus que quelques secondes à jouer dans le match et qu’une équipe est en retard de huit points maximum, elle tente le tout pour le tout en envoyant quatre ou cinq receveurs tout droit dans la endzone adverse. Le QB envoie alors une passe lobée et c’est au petit bonheur la chance.

La Wildcat Offense est une formation créée à l’université qui a surpris la NFL en 2008 quand les Dolphins l’ont utilisée. Le QB se retrouve aligné comme receveur écarté, et un Running Back se retrouve à prendre le snap à sa place. A partir de là, tous les jeux sont envisageables : en général, c’est une course directe du RB, mais ça peut se transformer en passe du RB à un receveur, en passe arrière au QB qui fait une passe à un receveur, etc.